Navigation – Plan du site

Anna Trespeuch-Berthelot, L'internationale situationniste, de l'histoire au mythe (1948-2013)

Sébastien Zerilli
L'internationale situationniste
Anna Trespeuch-Berthelot, L'internationale situationniste. De l'histoire au mythe (1948-2013), PUF, 2015, 565 p., ISBN : 978-2-13-061970-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans son compte rendu pour La vie des idées, Anna Trespeuch-Berthelot emploie cette expression pour (...)

1Consacrer un ouvrage de presque six cent pages à l’Internationale situationniste (1957-1972), un mouvement caractérisé par le saisissant « contraste entre [son] histoire […] et sa prodigieuse prospérité » (p. 25), aurait pu générer une sorte d’illusion d’optique, « d’effet de zoom1 », majorant son rôle et son importance historiques. Sauf à entreprendre, en se focalisant précisément sur cette sorte de hiatus, de distorsion, une vaste « histoire de la mémoire situationniste ». C’est à cet objectif que s’attelle Anna Trespeuch-Berthelot : en adoptant une approche qu’on pourrait qualifier de « stratigraphique », l’auteure s’attache à décomposer un riche « palimpseste mémoriel » dont les couches se superposent jusqu’à aujourd’hui. Cette tâche conditionne la méthode de travail de l’historienne. Plutôt que d’entreprendre l’analyse scrupuleuse des concepts et des notions forgés par Guy Debord (1931-1994) et ses épigones, Anna Trespeuch-Berthelot opte pour « une focalisation sur les circuits de la pensée et les réseaux tissés entre les hommes » (p. 503). Bien qu’elle reconnaisse la force des idées situationnistes, l’auteure préfère cartographier « les chemins qu’elles empruntent » (p. 507) au fil du temps et observer les mutations qu’elles subissent au gré de leur parcours dans un circuit mémoriel complexe. Pour plusieurs raisons, ce pistage historique des traces de la mémoire de l’Internationale situationniste (ci-après désignée par les initiales « IS ») s’avère être délicat.

2D’abord, parce que « les situationnistes, et tout particulièrement leur leader, ont anticipé leur réception » (p. 26) et participé à la fixation de l’image posthume de leur mouvement. La liste est longue des brochures et autres mémoires, publiés par eux durant la période d’activité de l’IS comme après sa dissolution, qui ont contribué à façonner la perception rétrospective de leurs idées et de leurs actions. Diffusé par les « situs » dans la foulée des évènements de Mai, Enragés et situationnistes dans le mouvement des occupations peut être considéré comme le premier document de cette sorte. Les nombreux écrits des acteurs historiques de l’aventure situationniste, René Riesel, Raoul Vaneigem ou encore René Viénet, viendront par la suite modifier, au gré de leur (re)publication, les représentations instables de l’IS. Les stratégies mémorielles développées par Guy Debord, de l’entretien méticuleux de son invisibilité médiatique jusqu’à la réédition de ses ouvrages dans de prestigieuses collections, en passant par le contrôle rigoureux de la traduction et de la diffusion de ses textes, doivent également être considérés comme des données clés dans la postérité du courant qu’il a incarné.

3Ensuite, parce que l’IS est un mouvement mixte, « qui apporte du culturel dans le politique et de la critique sociale dans l’art » (p. 503). Le détournement des bandes dessinées ou bien encore la diffusion, via des tracts soignés, de figures de style percutantes appuient chez les situationnistes une réflexion sur la réappropriation d’un espace urbain déshumanisé et la revitalisation d’une existence aliénée. Ces méthodes témoignent d’une identité hybride où critique politique et sensibilité esthétique se mêlent au service d’une révolution du quotidien et de l’instant. Même si l'auteure observe tout au long des années 1960 la radicalisation politique de l’organisation, expliquant plusieurs scissions avec des membres fondateurs associés à l’avant-garde artistique, elle considère « [c]e caractère synthétique de l’IS » (p. 504) comme un des éléments essentiels de la construction et de la circulation de sa mémoire. Deux milieux l’entretiendront effectivement au fil du temps, insistant chacun sur certains aspects de son corpus : le microcosme de la gauche radicale et la galaxie contre-culturelle. Celui-là valorisant son énergie militante ; celle-ci revendiquant sa philosophie hédoniste et ludique.

4Tâche délicate que de faire l’histoire de la mémoire de l’IS parce que comptent aussi, dans la transmission de son patrimoine, des effets de génération. Le passage de témoin des « pro-situationnistes », contemporains des péripéties du mouvement et de ses multiples convulsions, aux « post-situationnistes », entretenant un rapport distancié et idéalisé à ses faits d’armes dans un contexte politique différent, explique plusieurs modifications de l’image posthume de l’Internationale situationniste.

5À ces caractéristiques spécifiques s’ajoutent enfin des données aussi hétérogènes que le suicide de Guy Debord en 1994 ou, plus largement, les vicissitudes de l’actualité politique et culturelle. Toutes interfèrent de façon imprévue et constante dans la circulation et la réception de l’héritage situationniste.

6Ainsi différents éléments se conjuguent-ils pour former une sorte de précipité mémoriel dont l’auteure s’attache méticuleusement à retracer la sédimentation. La précision avec laquelle Anna Trespeuch-Berthelot décrit les sinuosités et les cahots de la mémoire de l’IS, filtrée par les journalistes, réactivée par les éditeurs, célébrée par les militants ou encore disséquée par les universitaires, impressionne. La quantité d’informations contenues dans son ouvrage est presque étourdissante. La densité de l’apparat critique comme l’ampleur de la bibliographie (reproduite à part, compte tenu de sa taille, et disponible sur le site internet des Presses universitaires de France) laissent imaginer le nombre d’heures que l’auteure a passé à dépouiller une vaste quantité d’archives. Tout en reconnaissant la richesse de cette enquête on peut pourtant émettre des réserves sur la forme : une thèse n’est pas un livre et l’édition du produit de la recherche doctorale de l’auteure aurait peut-être nécessité un travail plus important d’adaptation. Le plan de l’ouvrage par exemple, qui morcelle le texte en parties, chapitres, sections et paragraphes, segmentation typique d’un travail universitaire, aurait avantageusement pu être simplifié.

  • 2 Guy Debord, La société du spectacle, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1996 [1967].

7On peut sommairement distinguer trois étapes dans les fluctuations de la mémoire de l’IS. Durant la décade inaugurée par les événements de Mai 68, la renommée du mouvement se construit sur une sorte de malentendu : s’ils ont fourni aux étudiants les thèses et les concepts qui seront rétrospectivement considérés comme le carburant intellectuel de leur révolte, les situationnistes n’ont eu qu’un rôle marginal dans le déroulement de cette révolte. À la fin des années 1960, le groupe emmené par Guy Debord est presque inaudible, comme en témoignent les notes lapidaires que les Renseignements généraux lui consacrent et que l’auteure exhume pour la première fois. Les situationnistes amorcent cependant un éphémère rapprochement avec les étudiants, pour se procurer un surcroit de visibilité. Cette tactique révèle d’ailleurs qu’au-delà d’« une attitude hautaine de rejet de toute ascendance ou d’emprise extérieure sur leur mouvement » (p. 499), l’auteur de La société du spectacle2 et ses lieutenants ont constamment cherché à nouer des alliances : avec les membres du courant Socialisme ou barbarie, avec des groupuscules radicaux de tendance ouvriériste et conseilliste, avec diverses cellules anarchistes, sans parler des tentatives nombreuses et chaotiques pour étendre leur influence à l’étranger. Paradoxalement, c’est après sa dissolution que le rayonnement de l’IS est le plus important, alors que les leaders de Mai reconnaissent leur dette à son égard dans leurs récits rétrospectifs des évènements et que les commentateurs de la vie politique débattent sur sa véritable influence.

8Le changement d’atmosphère politique qui caractérise la décennie 1980 fait entrer les idées et la mémoire situationnistes dans une phase de « purgatoire ». Ceux qui ont vécu les moments d’effervescence des années 1960 et 1970 entretiennent avec nostalgie le souvenir d’une époque idéalisée. Face à ce qu’ils considèrent être le triomphe de l’idéologie « spectaculaire », les plus fervents défenseurs de l’héritage de l’IS versent alors dans un maximalisme politique teinté de nihilisme et de « fétichisme de la radicalité » (p. 328). Les dérives négationnistes de certains de ces acteurs en offrent l’exemple.

  • 3 Guy Debord, Œuvres, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2006.
  • 4 Guy Debord, Rapport sur la construction des situations, suivi de Les Situationnistes et les nouvell (...)

9Avec les années 1990 s’ouvre finalement une dernière phase caractérisée par deux mouvements d’ampleur et de sens radicalement opposés. D’un côté, s’enclenche la transmission militante du patrimoine situationniste à une génération d’activistes nés bien après la dissolution du mouvement. Les membres de la revue Lignes et des éditions éponymes ou bien encore les fondateurs de Tiqqun en sont les représentants. Ils forment un microcosme grouillant dans lequel s’échangent des textes d’une très forte teneur théorique, principalement destinés à faire valoir, dans de violentes luttes intestines, des quartiers de noblesse situationnistes. De l’autre, on observe la légitimation institutionnelle et la reconnaissance officielle du legs de l’IS. De la multiplication des expositions consacrées aux situationnistes au seuil du second millénaire jusqu’à la labélisation comme « Trésor national » des archives de Guy Debord en 2013, en passant par la publication des ses Œuvres dans la collection Quarto chez Gallimard3, s’opère un phénomène de consécration/neutralisation de l’héritage du mouvement. Plus elles se diffusent, plus les propositions radicales de l’IS se diluent. Il en va ainsi du riche concept de « spectacle », notion centrale de la matrice théorique situationniste, qui n’est plus utilisé que pour critiquer les effets d’une société de « l’image » et des « écrans ». Glaçante ironie de l’histoire… mais mécanique parfaitement anticipée par Guy Debord, qui savait que « [l]’idéologie dominante organise la banalisation des découvertes subversives, et les diffuse largement après stérilisation »4.

Haut de page

Notes

1 Dans son compte rendu pour La vie des idées, Anna Trespeuch-Berthelot emploie cette expression pour formuler ses réserves à propos de l’étude d’Éric Brun, Les situationnistes, Une avant-garde totale (1950-1972), Paris, CNRS Édition, 2014. Un autre compte rendu de cet ouvrage, signé par Lilian Mathieu, est également disponible sur Lectures.

2 Guy Debord, La société du spectacle, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1996 [1967].

3 Guy Debord, Œuvres, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2006.

4 Guy Debord, Rapport sur la construction des situations, suivi de Les Situationnistes et les nouvelles formes d’action dans la politique ou l’art, Paris, Mille et une nuits, coll. « La Petite collection », 2006, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Anna Trespeuch-Berthelot, L'internationale situationniste, de l'histoire au mythe (1948-2013)  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 octobre 2015, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19111

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Zerilli

Chargé d’études, Fondation Maison des sciences de l’homme.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page