Navigation – Plan du site

Alain Baquier, L’île de la Possession, archipel Crozet - Terres australes et antarctiques françaises. Ethnologie d’une île déserte

Anatole Danto
L'île de la Possession
Alain Baquier, L'île de la Possession. Archipel Crozet - Terres australes et antarctiques françaises. Ethnologie d'une île déserte, Paris, Editions Pétra, coll. « Des îles », 2015, 276 p., ISBN : 9782847431117.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alain Baquier, L'île de la Possession (Archipel Crozet, Terres australes et antarctiques françaises (...)
  • 2 Le terme mission désigne à la fois la mission scientifique en elle-même et la petite communauté qui (...)
  • 3 Laboratoire d’anthropologie et de psychologie cognitive et sociale.
  • 4 Institut polaire français Paul-Émile Victor, groupement d'intérêt public ayant pour objet de souten (...)

1Dans cet ouvrage issus de sa thèse1 soutenue en 2013, Alain Baquier s’intéresse à la vie d’une « mission »2 au sein des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), sur l’île de la Possession, principale terre émergée de l’Archipel Crozet, dans l’Océan Indien. Aujourd’hui chercheur associé au laboratoire LAPCOS3 de l’université de Nice, l’auteur a analysé la vie en communauté de la poignée de personnes envoyées en mission sur la base Alfred Faure, en réalisant une observation participante de plusieurs mois. Ce projet a été soutenu dans le cadre d'un programme de recherche par l’IFRTP (Institut français pour la recherche et la technologie polaires), devenu aujourd’hui l’IPEV4. C’est sous la forme du récit que l’ethnologue rend compte de sa recherche. Éric Fougère, directeur de la collection « des îles » aux éditions Pétra, signe une dizaine de pages en début d’ouvrage. Cette préface est essentiellement consacrée à l’exposition de plusieurs notions liées à l’insularité, et aux différentes acceptions de ce substantif, ainsi qu’à la présentation des effets que l’isolement, qui découle d’une vie insulaire, produit sur une société. Largement appuyée par des références bibliographiques d’auteurs ayant déjà travaillé sur cette problématique (Jared Diamond, René Girard, Jacques Blondel, etc.), cette préface met en perspective ces écrits et ces notions avec l’essai que nous propose ensuite Alain Baquier.

2Avant d’entamer son écrit, l’auteur présente tout d’abord une cartographie de l’île de la Possession en trois encarts. Le premier expose la position de l’archipel de Crozet au large de l’Afrique australe, de l’Antarctique et de l’Australie, en plein océan Indien. Le second correspond à une carte de l’archipel de Crozet et de ses cinq îles. En dernier lieu, une carte montre aux lecteurs les principaux toponymes de l’île de la Possession, ainsi que la position de la base et du point culminant (Pic du Mascarin, 934 m). Un croquis de la base complète le repérage, détaillant les différents bâtiments qui composent le seul lieu de l’île habité en permanence.

3Une longue introduction – d’une trentaine de pages – présente tout à la fois les particularités de l’île et la méthodologie employée par Alain Baquier pour mener à bien sa recherche. L’auteur relate la brève histoire des TAAF, de leur découverte et de leur occupation. Il s’attache à détailler les particularités juridico-administratives du statut de TAAF dans sa globalité, des personnels qui y résident de façon temporaire, et de l’accès aux territoires insulaires ; il décrit également l’île de la Possession de façon approfondie, et commence à employer certains mots du champ lexical propre à ces territoires insulaires. On prend alors la mesure des rudes conditions de vie : le climat insulaire est très rigoureux, avec des hivers d'une froideur extrême ; l'île est de petite taille et les déplacements y sont restreints.

  • 5 Le Marion Dufresne est un navire assurant le ravitaillement des TAAF.

4La méthodologie utilisée par l’auteur lors de sa thèse est structurée autour de trois techniques de recherche principales. La première est l’observation participante, méthode classique de l’anthropologue. Alain Baquier a ainsi séjourné de novembre 2001 à février 2002 sur l’île de la Possession, participant aux tâches quotidiennes de la vie en communauté restreinte, et notamment celle du ramassage des déchets, et servant de coiffeur aux habitants pendant cette période. Il se définit d’ailleurs plus comme un « participant observateur », face à ce groupe restreint en nombre et dans l’espace, auquel il a appartenu durant son terrain. La seconde méthode est celle de l’entretien. Le chercheur a pu s’entretenir avec la quasi-totalité des membres de la mission (un seul a refusé), passant de nombreuses heures à enquêter ainsi. Il a également visité chacun des lieux de travail, établissant du même coup des « fiches de poste » pour chaque personne, comprenant une observation des sorties sur l'île, des missions de relevés et de suivis scientifiques, ou de soutien à la base (logistique, alimentaire, postal, communicationnel, etc.) La dernière méthode relève de l’archivistique. La vie dans les TAAF nourrit en effet une bibliographie et une filmographie abondantes et variée la documentation scientifique , (cahiers de mission rédigés par les chefs de district, lettres d’information de l’amicale des anciens taafiens, rapports parlementaires ou administratifs, journaux de bord du Marion Dufresne5, etc.) dont l’exploitation est essentielle pour un travail de recherche associant anthropologie et psychologie.

5Le premier chapitre, intitulé « esprit de mission, es-tu là ? », amorce le récit en décrivant l’opération portuaire (OP) qui assure régulièrement le changement d’équipe de la mission sur l’île, et les rituels associés à cet événement : arrivée des nouvelles recrues, transmission des pouvoirs, adieux à l’île et départ des anciens, débarquement du courrier et de la nourriture. De nationalité française, les missionnaires volontaires sont des hommes et des femmes âgés de 20 à 50 ans environ. Ils ont un statut de scientifique, de volontaires à l'aide technique, de militaires ou encore de hauts fonctionnaires, titulaires ou contractuels (chef de district, médecin). Avant d’être envoyés sur l’île, ils ont subi de longs tests psychologiques effectués par les TAAF ou le Service de santé des armées du ministère de la Défense – selon qu’ils sont civils ou militaires.

6Se succèdent ensuite différentes parties consacrées à la vie quotidienne de cette communauté réduite, obligée de travailler et de vivre jours après jours en quasi autarcie, avec des communications restreintes vers la métropole ou l’outre-mer (réunionnais notamment). Alain Baquier présente des scènes quotidiennes qui mettent en relief combien la vie en vase clos peut exacerber le moindre problème. À certaines anecdotes teintées d’humour succèdent des récits plus délicats, tels ceux des évacuations sanitaires, ou d’un rejet du chef de district par la quasi-totalité des membres de la communauté.

7Le vocabulaire technique et le lexique de la vie aux TAAF (avec ses acronymes, ses abréviations, ses mots spécifiques) deviennent petit à petit familiers au lecteur, grâce aux nombreuses notes, citations et références bibliographiques qui ponctuent l’ouvrage. Pour étayer ses propos, appuyer sa démonstration et renseigner au mieux le lecteur, le chercheur donne à lire de nombreuses retranscriptions partielles d’entretiens, toutes anonymisées bien évidemment, qui permettent aussi de mesurer les difficultés particulières de cette recherche de terrain.

8L’ouvrage d’Alain Baquier livre une intéressante conclusion sur son travail de chercheur, dont la fin relève davantage de la psychologie que de l’anthropologie. Lors de son immersion, l'auteur a pu dresser un portrait très exhaustif de ce qu’est la vie d’une mission dans les Terres australes et antarctiques françaises. On s’aperçoit que la durée de la mission, son caractère lointain, les difficultés d’évasion (au sens premier comme au sens figuré, avec l’interdiction de sortir seul hors de la base pour des raisons de sécurité, par exemple), et le petit nombre d’individus en présence font peser une importante pression psychologique sur les hivernants, qui y réagissent différemment suivant leur caractère. C’est pourquoi les événements, heureux ou malheureux, qui ponctuent le déroulement de la mission ont parfois de forts retentissements, même à l’extérieur de l’île (au siège des TAAF par exemple). Alain Baquier retranscrit parfaitement l’atmosphère qui peut régner pendant cette courte mais intense et prenante expérience que vivent les missionnaires volontaires.

9La méthodologie utilisée, avec l’emploi de l’observation participante (qui dans cette recherche a pu connaître quelques limites, l’auteur le reconnaît), apporte un éclairage particulier à la recherche. De même, l’exploitation des nombreuses archives, parfois rédigées par et pour l’administration, met en lumière nombre d’événements qui n’auraient sans doute pas été consignés par écrit lors d’une mission continentale. Cette recherche enrichissante de par son terrain, l'est également de par son objet, jusqu’alors peu étudié en sciences humaines et sociales. En effet, cette enquête anthropologique a comme particularité de s'intéresser à la vie communautaire d'une poignée de personnes, sur une île déserte de l'Antarctique qui plus est. Les résultats obtenus, notamment en termes de comportement humain, sont plus qu’intéressants : les individus d'une mission sont en réalité « seul contre tous », et nouent entre eux des alliances sélectives en fonction de leurs centres d'intérêts, mais aussi de leurs fonctions et de leurs statuts. Par exemple, les militaires se soutiennent mutuellement, comme le font le médecin et le chef de district, etc. Lorsque des événements viennent perturber la vie communautaire (un accident ou un problème de communication avec l’extérieur, par exemple), les missionnaires recherchent un bouc émissaire. Des problèmes apparaissent également pour un rien : des disputes entre hommes pour obtenir les faveurs d’une femme vont conduire à l'apparition de clans au sein de la communauté ; en période électorale, les débats politiques émergent et engendrent d’autres clivages dans le groupe... Le chercheur a pu analyser ainsi de façon approfondie les relations qui peuvent exister dans une micro-communauté vivant en vase clos, ne disposant que de passe-temps restreints. La société formée par cette petite communauté de missionnaires bénévoles, réunis le temps d’un hivernage dans un espace naturel quasi climacique, pourrait apparaître comme la « cité parfaite », pour reprendre les termes de Baquier. Mais plus on avance dans le récit, plus cette image idéale se déconstruit. Chaque événement, banal en métropole, prend en effet là-bas des dimensions importantes, engendrant parfois des problèmes de santé (physique comme mentale), ou des situations d’urgence, à gérer avec les moyens du bord.

10L’ouvrage se termine sur une bibliographie complète, qui reprend à la fois les grands noms de l’anthropologie, les spécialistes des îles (ouvert d’ailleurs à d’autres disciplines, telle la géographie), et les chercheurs travaillant ou ayant travaillé sur les milieux fermés ou les zones polaires.

Haut de page

Notes

1 Alain Baquier, L'île de la Possession (Archipel Crozet, Terres australes et antarctiques françaises) : ethnologie de “missions” sur une ile déserte autorisant, à la faveur des circonstances, l'observation approfondie du processus du bouc émissaire, thèse de doctorat sous la direction de Joël Candau, Université de Nice, 2013.

2 Le terme mission désigne à la fois la mission scientifique en elle-même et la petite communauté qui assure cette mission : la trentaine de personnes (les hivernants ou les campagnards d'été : militaires, civils, scientifiques et personnels techniques...) qui se rend sur une île des TAAF pour une période donnée (par exemple un hivernage) afin de poursuivre les travaux scientifiques.

3 Laboratoire d’anthropologie et de psychologie cognitive et sociale.

4 Institut polaire français Paul-Émile Victor, groupement d'intérêt public ayant pour objet de soutenir la recherche dans les régions polaires.

5 Le Marion Dufresne est un navire assurant le ravitaillement des TAAF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anatole Danto, « Alain Baquier, L’île de la Possession, archipel Crozet - Terres australes et antarctiques françaises. Ethnologie d’une île déserte », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19136

Haut de page

Rédacteur

Anatole Danto

Étudiant en master 2 recherche d’ethnologie à l’université de Bretagne occidentale (Brest).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page