Navigation – Plan du site

Francine Labadie (dir.), Parcours de jeunes et territoires. Rapport de l’Observatoire de la jeunesse 2014

Aden Gaide
Parcours de jeunes et territoires
Francine Labadie (dir.), Parcours de jeunes et territoires. Rapport de l'Observatoire de la jeunesse 2014, Paris, La Documentation Française, 2015, 240 p., ISBN : 978-2-11-009812-2.
Haut de page

Texte intégral

1Ce second rapport de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) a trait aux questions de territoires : comment le prisme du territoire vient-il renouveler notre regard sur la jeunesse et quelle est la territorialisation des politiques de jeunesse ? La thématique du territoire traverse un grand nombre de sujets classiques de la sociologie de la jeunesse et est au cœur d’une partie importante de la politique jeunesse. La publication de ce rapport s’inscrit en outre dans un contexte où la délinquance est surmédiatisée et où l’on associe facilement jeunesse et banlieues. Il était donc nécessaire de rassembler la somme actuelle des connaissances sur le sujet afin d’apporter un regard critique, enrichissant pour les chercheurs et les acteurs publics mais aussi pour les étudiants.

2Cette publication, qui peut se lire de manière séquentielle ou thématique, s’organise en deux grandes parties. La première fournit d’abord des éléments de cadrage sur le sujet grâce à un état des lieux des connaissances actuelles sur la thématique « territoire et jeunesse ». C’est l’occasion de rassembler des données statistiques habituellement dispersées et qui permettent de saisir les principales caractéristiques de la jeunesse sur le territoire français. La deuxième partie (divisée en trois axes) apporte des contributions pluridisciplinaires de chercheurs sur des thèmes plus précis et variés (le décrochage scolaire, la transversalité des politiques jeunesses ou le rapport des jeunes ruraux à leur territoire d’origine) qui amènent des approfondissements bienvenus et actualisent les recherches sur les questions de jeunesse et de territoire. Ces contributions sont ensuite complétées par des plaquettes présentant des données statistiques sur des sujets proches. Après avoir rapidement présenté les inégalités territoriales touchant la jeunesse en France, ce compte rendu suivra les trois axes développés dans la deuxième section de l’ouvrage.

  • 1 Réussite sur les tests nationaux à l’entrée en 6e et le diplôme national du Brevet.

3Les données présentées dans la première partie de l’ouvrage illustrent les inégalités territoriales qui touchent les jeunes en France. Dans le second degré, par exemple, on observe deux « France » opposées, l’une (Lyon, Toulouse, Nice et Rennes) où la majorité des élèves vont dans les filières générales et technologiques, l’autre (Lille, Reims, Clermont-Ferrand…) où c’est la voie professionnelle qui prédomine. De même, si dans 67 départements les résultats scolaires ne diffèrent pas beaucoup de la moyenne nationale, il existe un fossé entre les départements en « surréussite »1 (Massif central, Sud-Ouest, Loire) – qui sont peu urbanisés, connaissent un fort brassage social et scolaire et bénéficient de la présence d’enseignants expérimentés – et les départements (notamment les DOM et certains départements du bassin parisien), en sous-réussite du fait de la concentration d’élèves en difficultés, de la raréfaction des professionnels expérimentés et de l’évitement des « établissements à risques » de la part des familles aisées.

4Les inégalités territoriales ne s’arrêtent pas au second cycle de formation. La territorialisation de l’enseignement supérieur a pour conséquence une offre de formation hiérarchisée en fonction du nombre d’habitants. Ainsi, « les filières technologiques courtes et professionnalisantes prédominent dans les petites régions, les filières longues avec des spécialités marquées dans les grandes » (p. 51). Enfin, concernant l’accès à l’emploi, les jeunes résidant en ZUS rencontrent de plus grandes difficultés d’insertion que les jeunes hors ZUS car ils connaissent des parcours scolaires davantage chaotiques, possèdent un faible niveau de formation et sont issus de familles elles-mêmes éloignées de l’emploi.

5Dans la continuité de ce tableau dressé en première partie, un premier axe (« socialisation, territoires et trajectoires ») cherche à montrer que le territoire est à la fois producteur et produit d’inégalités, et que ces inégalités pèsent différemment selon les profils des jeunes. Dans son article sur le temps libre des jeunes, Olivier David indique que les pratiques de loisirs des 12-25 ans diffèrent selon leur territoire de résidence. En effet, si les villes proposent une plus grande offre de loisirs, les communes périurbaines ne permettent souvent pas aux jeunes de pratiquer sur place une activité, les obligeant pour ce faire à se déplacer en-dehors de leur commune de résidence. Les jeunes ruraux quant à eux sont contraints de choisir leurs loisirs dans la palette proposée par leur commune de résidence car il n’y a pas plus de choix dans les communes voisines. Il existe donc bien des inégalités de ressources (offre de loisir) entre les territoires. Néanmoins, les caractéristiques socio-démographiques (âge, sexe, style éducatif des parents, mode de vie…) des jeunes jouent aussi sur leurs aspirations en termes de loisirs.

6Les inégalités territoriales entre jeunes peuvent également se mesurer en termes de mobilité. En fonction du territoire où le jeune habite, il connaîtra une mobilité « contrainte » plus ou moins importante. Ainsi, « 8 jeunes sur 10 [15-17 ans] résidant en ville-centre sont scolarisés dans leur commune contre 2 sur 10 pour les villes de banlieue » (p.91). Nicolas Oppenchaim s’intéresse plus spécifiquement à la mobilité des adolescents habitant en ZUS. Il dresse ainsi une double typologie (pour les filles et les garçons) des pratiques de mobilité de ces adolescent-e-s qui fait ressortir des profils très variés : tous ces jeunes ne sont pas « immobiles ». Les « flâneurs » ou les « guerrières », par exemple, sont des jeunes attachés à leur quartier mais qui profitent d’excursions pour pouvoir adopter des comportements qui ne sont pas tolérés dans leur zone d’habitation. Il s’agit donc de remettre en question l’existence d’« effets de quartier » homogènes, qui présupposent que les adolescents de ZUS ne seraient pas mobiles et qui font abstraction des effets socialisants de la mobilité.

  • 2 Notons que le terme employé ici par l’auteur induit une connotation plus négative que le terme de « (...)

7Le deuxième axe, « identités, appartenances et territoires », explore le rapport que les jeunes entretiennent au territoire, entre assignation et revendication de soi. Les jeunes en France constituent une population majoritairement urbaine et il existe une forte différence entre des régions qui sont attractives pour eux (Île-de-France, Rhône-Alpes…) et d’autres (dont la Haute-Marne, le Lot, les Hautes-Alpes…) qui voient leurs jeunes partir. Les jeunes ruraux habitant dans les régions « en déclin » ont ainsi une relation assez controversée à leur territoire d’origine. Benoit Coquard étudie par exemple les rapports que les jeunes venant d’un bourg rural de Haute-Marne cultivent avec leur territoire d’origine. Dans cette région, l’exode des étudiants a pour conséquence un fort isolement des jeunes issus de classes populaires. Alors que, pour les « étudiants émigrés »2 (qui ont migré vers la ville), un retour au village après les études est vu comme un échec, le localisme est le lot de ceux qui ne possèdent pas les ressources sociales pour s’installer ailleurs qu’au village. Parallèlement, si la valeur accordée au diplôme universitaire est moindre dans le milieu rural, les jeunes sans ressources qui ne trouvent pas de travail finissent par passer pour des « assistés » dans leur village.

8Stéphanie Condon et Dolorès Pourette observent quant à elles les pratiques des jeunes dont les parents sont partis des Antilles dans les années 1970-1980. Elles décrivent un rapport beaucoup plus positif des jeunes à leur territoire d’origine. Les auteurs montrent notamment la construction en trois temps d’un « espace de vie transatlantique » : d’abord à travers les pratiques des parents (qui maintiennent des liens avec leur département d’origine), puis par la transmission aux enfants et enfin dans les pratiques « autonomes » des jeunes qui investissent à leur tour leur héritage culturel.

9Enfin, les trois contributions regroupées dans l’axe « nouveaux registres d’actions publique, transversalité et gouvernance » soulignent chacune l’importance du local dans les politiques de jeunesse ainsi que l’enjeu de mettre en place une meilleure coordination des différents acteurs publics.

10Marie Dumollard revient sur le développement de la transversalité des politiques de jeunesse, c’est-à-dire sur la mise en place d’actions concertées entre tous les secteurs d’action publique qui concernent les jeunes. Cette question de la transversalité s’est renforcée à partir des années 1980 et est très présente dans la rhétorique des acteurs publics. Néanmoins, elle se concrétise différemment et plus ou moins largement selon les territoires. L’auteur apporte ainsi une liste de conditions nécessaires (telles que le travail sur des valeurs communes aux différents acteurs de la politique transversale, ou le leadership de l’élu porteur du projet de transversalité) afin de rendre effective la transversalité des politiques de jeunesse.

  • 3 Est désigné en décrochage scolaire « tout élève ou apprenti n’ayant pas atteint le seuil de qualifi (...)

11Deux articles illustrent quant à eux les tentatives et besoins de coordination dans les politiques de jeunesse. Le premier s’intéresse à l’entrepreneuriat, dont la politique s’est territorialisée à partir des années 2000. Selon Angélica Trindade-Chadeau, il existe deux visions concurrentes des finalités de l’entrepreneuriat : d’un côté, il s’agirait de créer des emplois, de l’autre, d’insérer socialement des catégories de la population qui ont le plus de difficultés à trouver un emploi (femmes, seniors, immigrés, jeunes). Ces multiples registres de l’action publique sont fréquemment enchevêtrés, tant au niveau européen que national ou local, d’où l’importance de mettre en place une meilleure coordination entre ces échelons administratifs hétérogènes. Le deuxième article, de Thierry Berthet, dresse le constat d’un besoin de coordination entre les diverses politiques de lutte contre le décrochage scolaire3. Au niveau national, les dispositifs et instruments sont nombreux mais tombent vite en désuétude. Au niveau régional, les différents services de l’État sont en concurrence concernant le partage des compétences. Quant au niveau local, beaucoup d’expérimentations sont mises en place avec une réelle volonté de coordination mais les zones rurales sont souvent délaissées (alors que le décrochage scolaire y est tout aussi présent).

  • 4 Il en va ainsi de la typologie présentée p. 90 sur la mobilité des jeunes.

12Grâce à son organisation en deux parties et en thèmes de recherche, ce rapport très complet et agréablement présenté réussit le pari de rassembler sous une forme cohérente des données et contributions traitant des sujets très hétérogènes (allant de la relation des jeunes aux réseaux sociaux en ligne à la transversalité des politiques de jeunesse). La première partie de l’ouvrage donne des informations très systématiques sur les différences territoriales qui touchent les jeunes, ce qui permettra aux chercheurs de mieux cerner les biais liés au(x) territoire(s) sur le(s)quel(s) se déroulent leurs terrains ainsi que les enjeux propres aux identités territoriales des jeunes, à leurs trajectoires et leur mobilité. Les acteurs politiques trouveront dans cet ouvrage non seulement une vision fine et nuancée de la jeunesse en France mais aussi des outils concrets pour développer au mieux la transversalité de leurs politiques de jeunesse. Par ailleurs, les coordinateurs de ce numéro ont veillé à ce que les jeunes chercheurs soient mis en valeur autant que les titulaires. On regrette parfois que, dans une volonté de présenter un ensemble de données le plus exhaustif possible, des résultats exposés ne soient pas suffisamment développés, clairs et nuancés pour être exploitables4. Néanmoins, ce rapport est à lire sans hésitation si l’on veut acquérir une plus grande connaissance de la diversité des jeunesses sur le territoire français, des inégalités territoriales qui touchent les jeunes, des politiques publiques en direction de la jeunesse et/ou des recherches en cours sur ces sujets.

Haut de page

Notes

1 Réussite sur les tests nationaux à l’entrée en 6e et le diplôme national du Brevet.

2 Notons que le terme employé ici par l’auteur induit une connotation plus négative que le terme de « mobilité ».

3 Est désigné en décrochage scolaire « tout élève ou apprenti n’ayant pas atteint le seuil de qualification minimal fixé par le Code de l’éducation » (p. 252).

4 Il en va ainsi de la typologie présentée p. 90 sur la mobilité des jeunes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aden Gaide, « Francine Labadie (dir.), Parcours de jeunes et territoires. Rapport de l’Observatoire de la jeunesse 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19137

Haut de page

Rédacteur

Aden Gaide

Doctorant à l’Observatoire sociologique du changement (OSC), Aden Gaide travaille sur la parentalité étudiante et le rapport à la parentalité dans les études supérieures en France (sous la direction d’Agnès van Zanten et d’Anne Revillard).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page