Navigation – Plan du site
Prospérité, puissance et pauvreté

Prospérité, puissance et pauvreté

Pourquoi certains pays réussissent mieux que d'autres
Daron Acemoglu, James A. Robinson, Prospérité, puissance et pauvreté. Pourquoi certains pays réussissent mieux que d'autres, Genève, Éditions Markus Haller, coll. « Echanges », 2015, 637 p., ISBN : 978-2-940427-24-6.
Notice publiée le 20 octobre 2015

Présentation de l'éditeur

Pourquoi certains pays sont-ils riches et d’autres pauvres ? Est-ce dû à la culture, au climat, à la géographie ? Ou est-ce le résultat de l’ignorance des dirigeants politiques ? Acemoglu et Robinson montrent à l’aide de nombreux exemples que ces réponses ne tiennent pas la route. L’histoire et l’analyse économique suggèrent une explication différente : c’est la présence ou l’absence de certaines institutions politiques et économiques qui assurent ou empêchent le progrès vers la prospérité.
Des institutions « extractives » – protégeant les intérêts d’une élite puissante au dépens du bien commun – aux institutions « inclusives » – qui posent des limites à influence des puissants, éliminent la discrimination et favorisent l’innovation – le passage est parsemé d’obstacles. Acemoglu et Robinson les analysent en détail, s’appuyant sur un éventail impressionnant d’exemples, tirés de l’histoire de l’Empire romain, des cités-états mayas, de la Venise médiévale, de l’Union soviétique, de l’Amérique latine, de l’Afrique et des pays occidentaux.
Ils élaborent ainsi une nouvelle synthèse de l’économie politique d’une pertinence indéniable pour les grands défis politiques et économiques d’aujourd’hui.

Haut de page

Notes de la rédaction

Préface de Philippe Aghion. Traduit de l'anglais par Patrick Hersant.

Haut de page

Auteurs

Daron Acemoglu

Professeur d'économie au Massachusetts Institute of Technology.

James A. Robinson

Professeur de sciences politiques à l'université de Chicago.

Haut de page