Navigation – Plan du site

Diego Galán, Con la pata quebrada

Carolina Navarrete Higuera
Con la Pata Quebrada - (Retourne à tes fourneaux)
Diego Galán, Con la Pata Quebrada - (Retourne à tes fourneaux), Ibéri Films, 2014.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 0 L’expression intégrale : « La mujer honrada y casada en casa con la pata quebrada » (La femme hon (...)

1Avec l’expression « Con la pata quebrada »1 intraduisible en français et transposée par « Retourne à tes fourneaux », le cinéaste espagnol Diego Galán intitule son documentaire sur les diverses représentations de la femme espagnole au cinéma de 1930 à nos jours. Le ton de l’œuvre est ainsi donné, ce qui est proposé par l’un des historiens du cinéma les plus réputés de l’aire ibérique, est l’emprise du « machisme » dans la condition féminine reproduite sur grand écran.

2En une heure et trente minutes, nous pouvons apprécier un montage de 180 extraits de films espagnols, à la manière d’un patchwork ordonné et chronologique, où les titres se suivent les uns les autres. Cette forme linéaire accorde au film un rythme très régulier, ce qui enlève l’élément de surprise, mais est contrebalancée par une voix off masculine, celle du comédien espagnol Carlos Hipólito, qui jongle avec un ton sérieux et humoristique dont l’ironie est l’acteur principal. Tous les extraits ont été puisés dans les fictions populaires des différents genres.

3Bien que l’œuvre aborde plus d’un demi-siècle de cinéma ibérique, l’on peut distinguer trois périodes définies par les événements historiques traversés par l’Espagne : la République, la période franquiste et « el Destape » des années 80 s’inaugurant quelques années après la mort du général Franco en 1975. Ainsi le documentaire établit une corrélation entre l’histoire de la représentation de la femme et l’Histoire d’Espagne. Cette dynamique d’interdépendance, que le film accentue de manière systématique, il semblerait que le cinéaste l’utilise non seulement afin de nous exposer l’évolution de l’image féminine, mais également comme une manière de nous intégrer à la grande Histoire du pays ibérique. Ainsi, femme et Histoire sont liées de manière indissoluble.

4L’un des premiers extraits issus de la comédie El batallón de las sombras (1957) dévoile la question cruciale : « À quoi sert la femme ? » dont la réponse du protagoniste est prompte et nette : « À rien », la longue kyrielle d’arguments diverse déroule une suite des traits de misogynie qui réaffirment la thèse exposée. En réponse, l’extrait du film Los Maridos no cenan en casa (1956) affiche une chorale de femmes chantant autour d’un piano : « L’homme n’a pas de cœur, l’homme est un traître misérable […] un être abominable qu’il faut pendre ». Cette reproduction de la guerre des sexes à travers ces deux extraits affirmerait que l’un des propos du documentaire est de rendre compte du fait que les représentations des femmes ont toujours été tributaires de cette lutte.

5Le documentaire débute avec quelques images des films espagnols des années 30 dont la majorité est méconnue par le spectateur espagnol et surtout étranger. Avec un discours engagé, la voix off, les images d’archives et des films retracent les courtes années de la république (1931-1939) signalant avec insistance les avancées du droit des femmes espagnoles. La femme obtient le droit du vote (bien avant les Françaises), le mariage civil est légalisé et dans certaines régions d’Espagne l’avortement devient constitutionnel. Tous ces acquis politiques et sociaux prennent vie à l’écran à travers des films qui soulignent la liberté de la société, mais surtout de la femme qui affiche sans aucun problème sa liberté sexuelle. Le film Nuestro culpable (1937) décrivant ouvertement les propositions des femmes de tous horizons face à un jeune millionnaire détenu rend compte de cet esprit libertaire. Par ailleurs, cette liberté est associée aux principes de la république comme le travail, la collectivité et la gaîté. Il est intéressant de remarquer l’utilisation des chansons dans cette partie du documentaire qui reflètent les airs joyeux de l’époque (El bailarín y el trabajador, 1936). Face à cette émancipation de la femme, la réponse agressive de l’Église est reproduite dans l’excellent dialogue entretenu entre deux curés du film El agua en el suelo (1934) : « Dans la terre il y a seulement un danger : la femme. Elle incarne le choléra, le typhus, la peste, la guerre, le diable ». Malgré ces deux visions, la représentation prédominante pendant la république fut la femme gracieuse et enjouée.

6La période franquiste occupe une place prépondérante dans le documentaire. Les vainqueurs ont pu raconter leurs victoires. Quant à la femme en société, il est proclamé officiellement que celle-ci avait été libérée du travail afin de la rendre au foyer. Le destin logique pour toutes les femmes était alors le mariage et la maternité (El arte de casarse, 1966). Émergent ainsi les modèles de femmes mis en avant par le franquisme qui reprennent les archétypes collectifs d’antan : femme au foyer, dévote de dieux et de la patrie. Résonne ainsi le dialogue : « qu’elle rêve de cuisine, cette cuisine j’appelle ça la libération de la femme » (La adultéra, 1975).

7Solo para el hombres (1966), Raza (1941), LLegaron siete muchachas (1951), Las chicas de la cruz roja (1958) ou Alba de América (1951) récupèrent les principes de la soumission à l’amour, aux hommes, à la famille et à la nation. Lorsque les femmes se situaient en opposition à ces idéaux, en affichant par exemple une sexualité débordante, elles étaient associées à la prostitution (La bella lola, 1962) donc au châtiment du péché charnel avec la mort (Mare Nostrum, 1948). Les vieilles filles, qui ne remplissaient pas les rôles alloués aux femmes, étaient condamnées à être des silhouettes aigries, dévouées, folles, comiques ou des bonnes sœurs. Cette réactualisation des catégories symboliques les plus conservatrices a structuré la culture et la mentalité de l’Espagne durant plus de quarante ans. Ce que le documentaire pointe du doigt est la façon dont ce manichéisme développé dans la production du franquisme a été un élément fondamental de la morale imposée. L’arrivée du tourisme de masse et du bikini (Tres suecas para tres Rodríguez, 1975) dans les années 60 a obligé, d’une certaine manière, à modifier les coutumes de la société espagnole et les représentations de la femme, préparant les années du « Destape ».

8Si dans les années du franquisme le cinéma a mis en avant les stéréotypes des femmes, dans les années postérieures l’industrie filmique a déployé un véritable travail sociologique. Les représentations des femmes se multiplient ainsi que leurs problématiques. Les corps féminins sont explorés dans toute leur géographie, la nudité comble l’écran malgré la censure encore régnante (Historia de S, 1977). La violence domestique devient l’un des topiques les plus itératifs, en dévoilant de manière explicite un phénomène existant depuis des siècles. Certains films reproduisent des femmes impuissantes face à cette violence démesurée (Marcada por los hombres, 1976. Solo mía, 2001) et d’autres révèlent la violence exercée par les femmes lorsqu’il ne reste qu’une issue possible, le meurtre : ¿Qué he hecho yo para merecer esto ? (1984). L’arrivée de la loi du divorce de 1981 n’a fait qu’attiser ce phénomène.

9Le documentaire s’intéresse également à la problématique de l’avortement, comme une autre forme de violence envers les femmes, lorsque celui-ci était encore interdit. Les films Abortar en Londres (1977), Las embarazadas (1982) abordent les différents parcours entrepris par les femmes et les conséquences, physiques ou psychologiques, d’un avortement clandestin. La crudité de l’image du film Aborto criminal (1973) déclenche chez le spectateur une empathie vis-à-vis d’une loi qui permet un IVG en toute sécurité.

10Les films des années 90 choisissent les femmes indépendantes, au succès professionnel, mais qui pour la plupart ont renoncé à la vie familiale. Ce choix leur provoque un sentiment de manque éternel. Il y a également les femmes qui ont du mal à concilier travail et vie de famille (Mataharis, 2007). Le documentaire expose ainsi des femmes noyées par des problématiques à caractère psychologiques et sociales.

11L’objectif du réalisateur, que nous retrouvons dans la note d’intention, est explicite : « Je montre du doigt l’Espagne qui est et a été un pays de tradition machiste ». Cet objectif nous paraît pourtant dépassé par le documentaire. L’une des questions latentes durant tout le film est : où sont les femmes ? Autrement dit, ce qui est sous-jacent est comment la femme et ses représentations dans une grande partie du vingtième siècle ont été un produit des idéologies, qu’elles soient religieuses, politiques ou sociétales ou l’effet réactif des diverses situations, mais jamais une force active de transformation. Ainsi, l’imposition des modèles de « la femme au foyer et dévote » lui a enlevé la possibilité de devenir un signifié plutôt qu’un signifiant des identités préétablies. Cela est également visible, avec moins d’intensité après le franquisme, lorsque les femmes sont assiégées par des problématiques se débattant entre leurs désirs et les rôles imposés par la société. Il semblerait que les représentations féminines en Espagne ont toujours été dépendantes de la présence du grand Autre.

12Malgré ce constat qui se laisse entrevoir dans le film, le réalisateur signale que la seule révolution victorieuse du vingtième siècle a été celle de la femme. Nous pourrions espérer donc l’avènement au grand écran de nouvelles représentations féminines libérées des stéréotypes et des circonstances qui les oppriment. Le dialogue de l’extrait du film Blog (2001) avec lequel le documentaire se termine semblerait nous mener sur ce chemin de réflexion : « Pensez à toutes les expériences que l’on va vivre maintenant… ».

Haut de page

Notes

1 0 L’expression intégrale : « La mujer honrada y casada en casa con la pata quebrada » (La femme honorable et mariée se trouve à la maison avec la jambe cassée, pour qu’elle ne puisse pas sortir) est à l’origine d’une citation du Don Quichotte de Cervantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carolina Navarrete Higuera, « Diego Galán, Con la pata quebrada », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 octobre 2015, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19204

Haut de page

Rédacteur

Carolina Navarrete Higuera

Docteur en Littérature

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page