Navigation – Plan du site

Denis Vericel et APSO (dir.), Lutter au Sahara. Du colonialisme vers l’indépendance au Sahara Occidental

Francesco Correale
Lutter au Sahara
Denis Véricel (dir.), Lutter au Sahara. Du colonialisme vers l'indépendance au Sahara Occidental, Givors, APSO, 2015, 290 p., ISBN : 9782955241301.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Membre d’APSO et réalisateur du film documentaire L’autre côté du mur, les indignés du Sahara Occid (...)
  • 2 Le Front Polisario a été créé en 1973 pour combattre la présence coloniale espagnole.
  • 3 Le Royaume du Maroc et la République islamique de Mauritanie (RIM) se partagent le Sahara Occidenta (...)
  • 4 Il n’est pas facile de distinguer les textes inédits de ceux qui ont déjà été publiés. Par exemple, (...)

1Lutter au Sahara est un ouvrage collectif dont les textes ont été rassemblés par l’Association des amis du peuple du Sahara Occidental (APSO) et coordonnés par Denis. Vericel1. Le livre illustre différents aspects du conflit du Sahara Occidental opposant, depuis 1975, le mouvement nationaliste sahraoui, incarné par le Front populaire pour la libération de la Saguia el Hamra et le Rio de Oro (Front Polisario)2, et le Royaume du Maroc3 qui revendique le territoire. L’enjeu de l’ouvrage est donc politique : le soutien à la cause sahraouie par le biais de treize articles, plus une introduction et une conclusion, qui se situent entre la divulgation scientifique et la militance4. En parcourant les multiples aspects de la « question sahraouie », faisant appel tant à l’anthropologie et au droit qu’au simple témoignage, le livre cherche à montrer l’illégalité de l’occupation marocaine du Sahara Occidental (SO), à dénoncer la situation d’exil et d’injustice qu’y vivent les populations sahraouies depuis quarante ans et à confirmer leur droit à l’autodétermination par le biais du vote référendaire, ainsi que l’ONU l’établit depuis les années 1960. Les auteurs, comme le dit Vericel dans son introduction, proviennent de milieux différents : journalistes, militants des Droits de l’Homme, chercheurs, etc.

  • 5 Il serait plus correct d’affirmer que l’impasse se prolonge depuis 1991, c’est-à-dire après l’armis (...)

2Le livre contient un double prélude. Le premier est une note de Noam Chomsky qui souligne la nécessité d’un travail sur le Sahara Occidental pour faire connaître la situation d’injustice que vivent les populations sahraouies dont le territoire est occupé par le Royaume du Maroc. Le second prélude est un texte littéraire de 2006 (déjà paru en espagnol) de l’écrivain uruguayen Eduardo Galeano sur les « Murs », inspiré par le mur israélien qui cloisonne la Cisjordanie mais aussi par la succession de murs (environ 2 700 km) qui coupent en deux le SO : 80% du territoire se trouve à l’ouest, occupé par les forces marocaines ; les 20% restant à l’est sont contrôlés par le Front Polisario. Après avoir esquissé le cadre historique de la question, l’introduction de Vericel met l’accent sur la situation d’exil des Sahraouis dans les camps établis aux environ de la ville algérienne de Tindouf, ainsi que sur la condition de marginalisation des populations restées dans le territoire occupé. L’auteur met en exergue leurs luttes et insiste sur l’impasse actuelle, qui se prolongerait depuis quarante ans5.

  • 6 Par exemple, à page 62, Quarante écrit : « Le 10 février 1958, l’Opération Ecouvillon, décidée par (...)

3« Géopolitique du conflit », la première partie de l’ouvrage, est ouverte par un long récit de Francesco Bastagli, qui était représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour le SO entre 2005 et 2007. Fort de son expérience directe, Bastagli expose les contradictions dans lesquelles opèrent les membres la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara Occidental (Minurso), constamment contrôlés par les autorités marocaines dans les territoires occupés. Ce texte vise à souligner l’incapacité de l’ONU à apporter une solution à la question sahraouie. Anna Theofilopoulou, ancienne fonctionnaire de l’ONU, offre aux lecteurs des considérations sur les dix dernières années d’impasse. Elle se penche sur les propositions faites par les Nations Unies au cours de cette période et stigmatise l’attitude négative du gouvernement marocain à leur sujet. De son côté, Olivier Quarante, journaliste indépendant, met l’accent sur le rôle historique joué par le gouvernement français dans le conflit – avec toutefois quelques imprécisions sur la période qui précède 19756. Son intention est de dénoncer l’attitude de complicité des différents gouvernements français vis-à-vis de l’occupation marocaine du SO. Dans un article assez bref mais très intéressant, Bill Fletcher, spécialiste américain du droit du travail et des questions de justice raciale, explique les raisons de l’absence de la question sahraouie dans le panorama des luttes pour l’autodétermination soutenues par la communauté noire des USA. De fait, ne rentrant pas dans la dichotomie entre Blancs et Noirs, ne pouvant donc être assimilée à une lutte pour l’émancipation des Noirs contre un pouvoir (colonial) blanc et oppresseur, mais mettant en conflit deux « communautés arabes », la lutte sahraouie pour l’autodétermination est totalement ignorée par les militants noirs américains qui, pourtant, soutenaient les luttes des populations africaines contre le colonialisme européen.

  • 7 Et encore plus en octobre 2010, quand les protestations sociales ont débouché sur la levée d’un cam (...)

4Le premier article de la deuxième partie, intitulée « Le Maroc face au Sahara Occidental » est signé par Jacob Mundy, politologue à la Colgate University. Mundy apporte un nouvel éclairage sur la démographie sahraouie à la fois dans les camps de réfugiés et dans les territoires occupés. Il fait émerger les stratégies de colonisation mises en œuvre par le pouvoir marocain et s’attache aux relations entre les Sahraouis colonisés d’un côté, et les colons et/ou l’administration marocaine de l’autre, ainsi qu’aux conséquences induites au niveau d’un éventuel vote référendaire. En effet, en cas de référendum, ces derniers devraient voter unanimement pour l’annexion au Royaume du Maroc. Cependant Mundy formule l’hypothèse d’après laquelle, contrairement aux prévisions les plus probables, les colons – et notamment ceux d’origine sahraouie vivant auparavant dans d’autres zones du Maroc – pourraient se ranger du côté des indépendantistes. Ils seraient motivés par la marginalisation sociale et politique qu’ils vivent depuis leur installation au Sahara. La preuve serait donnée par les multiples protestations sociales teintées de nationalisme auxquelles ils se sont joints en 1999 et en 20057. Le deuxième texte, de Vincent Chapeaux, politologue à l’université libre de Bruxelles, décrit le rôle de la monarchie dans la propagande politique adressée aux populations marocaines pour les convaincre de la légitimité de la revendication et de la « récupération » du Sahara. Puis Ayad Ahram, président de l’Association des droits de l’homme marocaine, ouvre une fenêtre sur la question des Droits de l’homme à l’intérieur du Maroc. L’auteur resitue ainsi la répression dont sont victimes les Sahraouis dans le plus large contexte du non-respect de ces droits dans le Royaume marocain.

5La troisième partie de l’ouvrage, « Le droit / Les ressources naturelles », est probablement la plus homogène. Son objectif est de montrer l’illégalité absolue de la présence du Maroc au Sahara Occidental et de l’exploitation des ressources naturelles du territoire, qui constitue en elle-même une violation du droit international. Cette partie réunit trois articles dont le premier, de Juan de Soroeta, essaye d’établir une comparaison entre la situation l’occupation illégale de la Palestine par l’État d’Israël et celle du SO par le Royaume du Maroc. Les deux derniers textes, de Jeffrey. Smith, juriste et membre de l’ONG Western Sahara Resource Watch (WSRW), et d’Erik Hagen, président de WSRW et membre du comité norvégien de soutien au peuple sahraoui, sont absolument complémentaires. Le premier propose une analyse des violations du droit international opérées à la fois par le gouvernement marocain et par ses partenaires commerciaux dans le cadre des accords qui assimilent les ressources du Sahara Occidental à celles du territoire marocain officiellement reconnu par l’ONU. En effet, le droit international établit que les ressources d’un pays occupé ne peuvent être exploitées par l’occupant qu’avec le consentement de la population autochtone et à son bénéfice. Le texte d’Erik Hagen offre un historique des accords de pêche entre le Royaume du Maroc et l’Union européenne (UE). Il analyse les modalités qui ont amené à la stipulation des traités octroyant aux flottes de pêche européennes – notamment espagnoles – le droit d’exploiter les ressources halieutiques du Maroc, sans se poser la question de la légitimité de la pêche dans les eaux des territoires occupés du SO. Hagen met surtout en évidence les contradictions des instances européennes. En effet, l’UE a soutenu les accords de pêche en des négociations de 2006, refusant de prendre en considération leur portée politique, mais lors du débat de 2011, le Parlement européen s’est opposé à leur renouvellement en prétextant que l’accord de pêche précèdent avait été, entre autres, préjudiciable à l’écologie du SO – portant ainsi sur le devant de la scène européenne la question du Sahara. Probablement encouragé par ces événements – et malgré l’approbation finale des accords de pêche UE-Maroc en 2013 – le Front Polisario a ensuite remis en question l’exploitation des ressources – halieutiques et autres – du Sahara Occidental, saisissant à deux reprises (février 2013 et mars 2014) la Cour européenne de justice quant à la légalité des accords commerciaux de l’UE avec le Maroc.

6La dernière partie, « Regards anthropologiques », contient elle aussi trois contributions qui donnent un aperçu de l’organisation et des transformations de la société sahraouie. Le texte d’Alice Wilson, anthropologue à l’université de Cambridge, fournit une analyse assez pertinente du fonctionnement de la « démocratie » dans les camps de réfugiés par le biais d’un cas d’étude portant sur le congrès du Front Polisario de 2007. Elle met en évidence l’existence d’une démocratie de base qu’on serait tenté de ne pas reconnaître étant donné la sclérose politique qui caractérise le leadership du Polisario, seul parti reconnu à l’intérieur des camps. Son étude s’appuie sur les données et les expériences accumulées au cours de plusieurs mois de terrain. De son côté, Tara F. Deubel, anthropologue à l’Université South Florida, se penche sur les enjeux identitaires auxquels sont confrontés les jeunes Sahraouis qui vivent dans les territoires occupés et font leurs études dans les universités du Royaume marocain. Son objectif est de mettre en valeur la résistance des Sahraouis qui, d’une certaine manière, mènent un combat pour la reconnaissance de leur identité sahraouie, lequel rejoint la lutte pour l’indépendance livrée par les Sahraouis des campements de Tindouf. Enfin, Sébastien Boulay, anthropologue à l’Université Paris Descartes, se montre comment la poésie et la musique sont employées comme des armes par la résistance sahraouie, au niveau à la fois politique et culturel. Il analyse trois textes poétiques : les deux premiers stigmatisent le départ des Sahraouis qui, depuis les camps, décident de rallier l’administration marocaine ; le troisième porte sur la tente comme emblème de la culture nomade des Sahraouis.

7La conclusion de l’ouvrage est confiée à Mohamed Mouloud Mohamed Fadel, ministre de la Jeunesse et des Sports de la République arabe sahraouie démocratique – l’État sahraoui proclamé en 1976. L’auteur met en exergue les difficultés et les défis auxquels doivent faire face les institutions politiques sahraouies pour assurer un futur aux jeunes générations nées dans les camps.

  • 8 La première partie de la chronologie fait totalement l’impasse sur l’histoire locale du territoire. (...)
  • 9 Même si la bibliographie est présentée comme « sélective », il manque quelques ouvrages fondamentau (...)

8Les articles de Lutter au Sahara offrent au public francophone des contributions qui devraient le sensibiliser à la « cause sahraouie ». Les intentions sont louables, mais l’assemblage des textes sans apparat critique est parfois gênant. À cela s’ajoute le manque d’une partie « histoire » abordant le passé du Sahara Occidental et la « question sahraouie » sous une perspective scientifique de plus haut niveau, en complément de la perspective militante. On aurait encore aimé une édition plus fine. La chronologie finale élaborée par Jeffrey Smith aurait pu être plus rigoureuse8, donc plus précise et moins militante, et l’ouvrage assorti d’une bibliographie plus complète9.

Haut de page

Notes

1 Membre d’APSO et réalisateur du film documentaire L’autre côté du mur, les indignés du Sahara Occidental, édité en DVD par APSO, en 2011. Pour plus d’informations sur ce film : https://lautrecotedumur.wordpress.com/.

2 Le Front Polisario a été créé en 1973 pour combattre la présence coloniale espagnole.

3 Le Royaume du Maroc et la République islamique de Mauritanie (RIM) se partagent le Sahara Occidental à la suite des accords de Madrid du 14 novembre 1975, par lesquels le gouvernement espagnol leur cède le territoire. À la suite d’un coup d’état dû en partie aux défaites subies par l’armée mauritanienne, la RIM se retire officiellement du conflit en 1979 (accords d’Alger du 10 août).

4 Il n’est pas facile de distinguer les textes inédits de ceux qui ont déjà été publiés. Par exemple, nous avons repéré que l’article de Jacob Mundy est déjà paru en anglais en 2012 : « Moroccan Settlers in Western Sahara: Colonists or Fifth Column? ». The Arab World Geographer vol. 15, n° 2, 2012, p. 95-126 ; le texte de Jeffrey Smith est actuellement en ligne en anglais : « The taking of the Sahara: the role of natural resources in the continuing occupation of Western Sahara », Global Change, Peace & Security, vol. 27, n° 3, 2015, p. 263-284, DOI: 10.1080/14781158.2015.1080234. Un peu plus de précision sur ce point aurait été souhaitable.

5 Il serait plus correct d’affirmer que l’impasse se prolonge depuis 1991, c’est-à-dire après l’armistice entre le Front Polisario et le gouvernement marocain, due essentiellement à l’incapacité de la Minurso d’organiser le vote et de surmonter le boycott opéré par le gouvernement marocain pour empêcher le vote référendaire.

6 Par exemple, à page 62, Quarante écrit : « Le 10 février 1958, l’Opération Ecouvillon, décidée par le gouvernement français […] est déclenchée [… elle] prend fin le 5 mai 1959 ». Or, l’Opération Ecouvillon n’est pas décidée uniquement par le gouvernement français : elle est le résultat d’une série de négociations avec les sommets de l’armée espagnole au Sahara, et est menée conjointement avec elle. Et c’est le 24 février 1958 (et non le 5 mai 1959) que les opérations militaires prennent fin. Au-delà de la très riche bibliographie espagnole sur ces événements, on peut consulter en français Elsa Assidon, « De l’opération « Ecouvillon » à l’intervention en Mauritanie », Le Monde Diplomatique, février 1978, en ligne : http://www.monde-diplomatique.fr/1978/02/ASSIDON/34617 ; Georges Chaffard, Les carnets secrets de la décolonisation, vol. 1, Paris, Calmann-Lévy, 1965, p. 251-293 ; Christine Garnier, « Opération Ecouvillon », Revue des Deux Mondes, novembre 1960, en ligne : http://www.revuedesdeuxmondes.fr/archive/article.php?code=10703.

7 Et encore plus en octobre 2010, quand les protestations sociales ont débouché sur la levée d’un campement à Gdeim Izik, près de la ville d’El Ayoun, avec la participation d’environ 20 000 manifestants. Le campement a été violemment balayé par les forces de police marocaine le 8 novembre 2010, provoquant des désordres dans la même ville d’El Ayoun. Bizarrement, Mundy n’en parle pas dans son texte.

8 La première partie de la chronologie fait totalement l’impasse sur l’histoire locale du territoire. Des erreurs sont également présentes : la ville de Smara n’a pas été fondée en 1869 mais en 1898. Écrire que la résistance sahraouie a été réprimée en 1934 avec l’aide de l’armée française frôle l’approximation car l’administration espagnole n’a pas mené de véritables opérations militaires dans le territoire avant 1957-1958, et la « pacification » française a eu lieu uniquement dans les territoires colonisés par la France. Utiliser l’adjectif « sahraoui » pour le XIXe siècle et le début du XXe est anachronique car le terme ne fut employé pour la première fois pour désigner les populations du Sahara espagnol qu’à la fin des années 1960. Il est encore inexact d’écrire que les troupes françaises entrèrent a Smara en 1913, en représailles de la résistance de l’un des fils de Mā’ al-‘Aynayn : c’est en poursuivant une colonne de résistants qui les avaient attaqués quelques jours auparavant que les troupes françaises ont pénétré dans la ville.

9 Même si la bibliographie est présentée comme « sélective », il manque quelques ouvrages fondamentaux comme Tony Hodges, Sahara Occidental : origines et enjeux d’une guerre du désert, Paris, L’Harmattan, 1987 ; José Ramón Diego Aguirre, La historia del Sahara Español. La verdad de una traición, Madrid, Kaeda, 1988 ; ou encore Julio Caro Baroja, Estudios Saharianos, Madrid, CSIC, 1955.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesco Correale, « Denis Vericel et APSO (dir.), Lutter au Sahara. Du colonialisme vers l’indépendance au Sahara Occidental », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 21 octobre 2015, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19215

Haut de page

Rédacteur

Francesco Correale

Historien, ingénieur de recherche en analyse des sources, CNRS, UMR 7324 CITERES, Tours ; chargé de recherche dans l’équipe du projet « Consolidación y declive del orden colonial español en el Sahara 1956-1975 », financé par le ministère de l’Économie et de la Compétitivité de Madrid.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page