Navigation – Plan du site

François Gemenne (dir.), L’enjeu mondial. L’environnement

Marie Duru-Bellat
L'enjeu mondial
François Gemenne (dir.), L'enjeu mondial. L'environnement, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2015, 300 p., ISBN : 9782724617504.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif aborde dans une perspective pluridisciplinaire les enjeux politiques et scientifiques que soulèvent les questions environnementales. Produit par le CERI (Centre de recherches internationales de Sciences Po), il entend, comme les ouvrages de la même série, traiter des dimensions internationales d’une question sociale à partir des travaux de cette équipe tout en incluant les contributions de spécialistes d’horizons variés. Ce qui est nouveau, c’est précisément que l’environnement s’impose aujourd’hui comme un thème majeur des problématiques internationales. Et ce, comme l’énonce d’emblée F. Gemenne, spécialiste de sciences politiques, dans son introduction, pour deux raisons essentielles. D’une part, parce que les problèmes environnementaux affectent les relations entre États (compétition accrue pour l’accès aux ressources naturelles, migrations climatiques…), à tel point que les organisations internationales s’en saisissent de plus en plus. D’autre part, parce que la plupart des problèmes environnementaux ne connaissent pas de frontières et vont donc dépasser le cadre étatique, ne pouvant par conséquent trouver de résolution que dans un cadre international. On voit donc se développer de nouveaux modes d’action publique (de coopération par exemple), de même qu’on voit monter sur les devants de la scène internationale de nouveaux pays (les pays dits émergents notamment). Il devient donc impossible de considérer que les questions d’environnement sont le domaine exclusif des physiciens, biologistes, géologues ou géographes ; elles deviennent un objet de la science politique qui parle aujourd’hui de « relations internationales de l’environnement » et de « politiques de la Terre ».

2Cette perspective de science politique est déployée dans l’ouvrage par des chercheurs d’horizon varié : outre des politistes, des sociologues, des philosophes, des historiens, des géographes. Sans reprendre un à un la trentaine de textes que rassemble l’ouvrage, résumons les quatre angles d’attaques qui composent les parties.

3Une première partie intitulée « Fondations : de la nature à l’environnement » se penche sur l’émergence des approches scientifiques – ou leur nécessaire évolution- qui vont pouvoir fonder les politiques environnementales. Pour les politistes, des notions « basiques » sont à revoir, souligne le philosophe politiste Gérard Mairet, en pointant notamment « l’insuffisance du principe de souveraineté », dès lors que « la souveraineté est gardienne du particularisme des États alors que seule une politique universaliste s’impose face au désordre environnemental » (p. 37). Le recours à une régulation est absolument nécessaire et pour autant on ne peut plus la concevoir dans un cadre étatique ; il faut tendre vers une « cosmopolitique de la nature » (p. 41) qui pour l’auteur pourrait s’inscrire dans un cadre européen (ce qui peut surprendre le lecteur que le terme de cosmopolitisme conduit à envisager des horizons plus larges…). Les historiens doivent également accepter une certaine mutation de leurs cadres de pensée, comme le défend l’historien Grégory Quénet, notamment les échelles de temps dans lesquelles se niche leur travail puisqu’à présent la notion d’anthropocène est admise, cette nouvelle époque géologique (succédant à l’Holocène) dans laquelle les humains seraient les principales forces de changement sur la Terre.

4Dans une seconde partie, la question de la répartition de ressources de plus en plus rares est posée. Cette question est fondamentalement politique, comme l’illustre la contribution de Philippe Copinschi, politiste spécialiste des questions d’énergie, sur la thèse de la « fin du pétrole ». Si l’on adopte une approche pluridisciplinaire conjuguant économie, politique et géologie, alors, la notion même de ressource en pétrole apparaît complexe : on ne saurait se focaliser exclusivement sur les contraintes géologiques, tant les contraintes politiques (l’accès aux réserves) et les facteurs économiques (la rentabilité de leur exploitation) viennent moduler considérablement leur estimation. Et in fine, c’est bien la demande qui est primordiale, et les choix politiques qui vont être faits eu égard aux changements climatiques : l’après pétrole viendra non de l’épuisement des réserves mais de choix énergétiques plus performants et plus respectueux de l’environnement.

5Également fort politique est la question de l’accès à l’eau ou aux produits de l’agriculture, que plusieurs textes abordent. On ne saurait parler de rareté des ressources agricoles sans intégrer d’emblée leur inégale répartition et la diversité des intérêts face au réchauffement climatique. Du même coup, les débats autour des stratégies à adopter (augmenter plus encore les rendements ou promouvoir l’agro-écologie) doivent être posés au niveau international. Ces questions restent pourtant relativement négligées dans les échanges internationaux, alors même que l’agriculture est responsable de 30 % des émissions de gaz à effet de serre, peut-être précisément parce que les intérêts en cause sont trop divergents, entre les grandes multinationales et les organisations de petits agriculteurs appuyés par nombre d’ONG.

6La façon dont s’est organisée la coopération internationale sur ces questions fait l’objet de la troisième partie. Le politiste canadien Jean-Frédéric. Morin y présente la notion de « régimes internationaux de l’environnement » (p. 115). Ceux-ci sont composés de principes, de normes, de règles et de procédures cohérentes, qui à la fois reflètent les structures en place mais orientent le comportement des acteurs, dans un domaine donné. C’est le cas par exemple de la convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction, du régime relatif à l’Antarctique., ou encore du régime. Mais ne convient-il pas d’organiser une superstructure qui les centraliserait tous ? Ce débat divise les politistes, mais tous pointent la difficulté à organiser une gouvernance globale des enjeux environnementaux vu leur caractère multi-scalaire (depuis la zone humide sacrifiée, au niveau local jusqu’à l’extinction d’espèces, au niveau planétaire…).

7Difficulté qui à nouveau prend une part de sa source dans l’illusion que les problèmes environnementaux pourraient être apolitiques. L’analyse critique que font Stephan Aykut et Amy Dahan des négociations climatiques mondiales en convainc. Les « conférences des parties » (COP) successives se sont, défendent les auteurs, montrées relativement impuissantes précisément parce qu’elles mettent en place une gouvernance qui fait l’impasse sur le volet géopolitique de la question climatique, en isolant cette question de son contexte économique (mondialisation économique et financière, modes de développement…). Elles reposent également sur la conviction qu’il suffirait que la science édicte des vérités pour que les politiques la suivent, en référence à un « futur commun qui effacerait les antagonismes » (p. 148).

8Pourtant, il est dans les gènes de l’écologie que d’interroger les modèles économiques dominants, comme le rappelle le philosophe Didier Bigo au seuil d’une dernière partie consacrée à la façon dont les crises environnementales affectent les sociétés, depuis les problèmes de sécurité jusqu’aux tensions géopolitiques. C’est ainsi, souligne Lucile Maertens que pour la première fois, en 2014, le dernier rapport du GIEC consacre un chapitre entier à la sécurité humaine – comment les problèmes environnementaux menacent la stabilité de certains États par exemple, tandis que l’ONU investit ce nouveau champ – l’environnement comme ressource pour son action diplomatique en matière de sécurité et de consolidation de la paix.

9Car l’insécurité est aussi environnementale, et le spécialiste des migrations François Gemenne insiste sur le fait que le changement climatique, qui « s’ancre dans les inégalités entre les riches et les pauvres » (p. 237), fait des victimes, alors contraintes à la migration, ce qui justifie amplement à ses yeux le terme de réfugiés climatiques ; ce terme souligne le caractère politique de ces migrations et exprime « simplement » qu’on peut considérer que le changement climatique est bien une forme de persécution. Dès lors qu’en l’occurrence les actions des uns (producteurs et consommateurs de pays riches) sont responsables de la souffrance des autres, F. Gemenne critique la notion aujourd’hui couramment admise d’anthropocène en ce qu’elle « peut produire la fausse impression d’une humanité unifiée, où tous les humains seraient également auteurs des transformations de la planète » (p. 238-239).

10Une chose est sûre, les problèmes environnementaux exigent de repenser le fonctionnement de nos démocraties, comme le souligne le philosophe Dominique Bourg. Alors que les dégradations dépassent nos frontières, sont souvent invisibles et imprévisibles, qu’il faut pour les saisir s’en remettre à des médiations scientifiques, l’électeur de base est démuni pour exercer son jugement, de même que ceux qui sont censés le représenter…

11Au total, cet ouvrage a le grand mérite de rassembler à la fois des textes courts et des encadrés proposant des états de lieux précis des divers enjeux environnementaux – la déforestation, la pollution des mers…- et des questionnements plus ouverts, philosophiques ou politiques sur, par exemple, la notion de biens communs planétaires et par ricochet de souveraineté nationale. Il convainc que l’environnement est à la fois un bel enjeu scientifique pour les sciences sociales (et pas seulement les sciences politiques) et un enjeu complètement prioritaire pour les responsables politiques… et donc tous les citoyens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « François Gemenne (dir.), L’enjeu mondial. L’environnement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 21 octobre 2015, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19230

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page