Navigation – Plan du site

Alice Mazeaud (dir.), Pratiques de la représentation politique

Christophe Premat
Pratiques de la représentation politique
Alice Mazeaud (dir.), Pratiques de la représentation politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2014, 307 p., ISBN : 978-2-7535-3521-3.
Haut de page

Texte intégral

1Proposer des outils pour analyser en profondeur le travail de représentation politique est essentiel pour comprendre les transformations du système représentatif. La sociologie politique privilégie traditionnellement l’analyse des comportements des responsables politiques, avec à la clé une mise en relation des institutions politiques et de la biographie des acteurs. S’attarder sur la structure même de la représentation en termes de moyens à disposition de l’élu (les collaborateurs parlementaires, les conseillers ministériels, les directeurs de services dans les collectivités territoriales) est une approche originale de la réalité politique d’aujourd’hui. On complète ainsi l’analyse des rôles pour souligner la manière dont les élus font travailler leurs équipes. L’ouvrage dirigé par Alice Mazeaud apporte une contribution scientifique déterminante sur la construction du pouvoir politique et l’aspect organisationnel du mandat. Ainsi, si on s’attache classiquement en science politique à analyser la professionnalisation politique à partir de la date d’entrée d’un élu dans le système politique (le premier mandat), on se rend compte qu’il faudrait mesurer autrement cette professionnalisation par l’immersion dans un métier du politique, à savoir la sphère de la collaboration, ce que Marion Paoletti nomme « la représentation saisie par les équipes » (p. 119).

2Plusieurs chapitres portent sur le temps de la représentation à partir de l’analyse des agendas des élus. Ils mettent en évidence les tensions existantes sur la définition de l’agenda de l’élu, tiraillé entre plusieurs impératifs. Le temps de la représentation politique se réduit rapidement à un temps subi, dicté par l’actualité politique, où les élus sont victimes des perpétuelles sollicitations du présent alors que le suivi de leur mandat impliquerait la définition d’un certain nombre d’objectifs. Rémi Lefebvre s’intéresse de près à la fabrique de l’agenda des élus cumulants avec l’ouverture d’un sous-champ d’étude qui serait « l’agendologie » (p. 123). L’auteur remarque que la surcharge de l’agenda de l’élu est souvent liée à une insécurité par rapport au temps. L’élu s’investit pour gagner une visibilité dans le champ politique dont il pourra bénéficier lors des échéances électorales. Cette surcharge contribue au réagencement des sphères privées et publiques, l’élu tentant de conjuguer ses engagements avec sa vie familiale. La complexité de la vie politique pousse l’élu à faire preuve d’ubiquité pour pouvoir exister dans l’espace d’apparition publique. Laurent Godmer et Guillaume Marrel ont décortiqué l’agenda électronique d’une élue régionale pour mettre en avant cet envahissement de la vie politique. Même les « hors agenda » témoignent d’une activité politique constante.

3Cécile Vigour s’attache quant à elle aux ressources politiques des parlementaires, à savoir les équipes dont les tâches varient en fonction des objectifs et de la stratégie de l’élu. Au-delà de la répartition privilégiée entre le travail de circonscription et le travail à l’Assemblée, le style politique de l’élu dépend de son expérience et de sa connaissance du milieu. La répartition des ressources est souvent proportionnée à son positionnement au sein du parti politique. Certains parlementaires s’appuient sur le parti ou emploient des collaborateurs dont le travail est largement lié à des tâches partisanes. De ce point de vue, la sociologie des auxiliaires politiques et parlementaires de Willy Beauvallet est précieuse, elle permet de voir la manière dont une institution politique se reproduit à partir des équipes mises en place. Il n’y a guère de place pour les outsiders, même si cette étude devrait être complétée utilement par celle des écuries du système parlementaire, à savoir les réseaux des étudiants d’IEP qui se positionnent au sein des filières en fonction des places qu’ils visent dans des équipes politiques. La question de l’échelle est également à prendre en compte, avec les mandats des députés européens qui ont besoin de s’appuyer sur des équipes de confiance et des relais solides. Sébastien Michon apporte de ce point de vue un éclairage décisif sur les équipes de circonscription des députés européens.

4Si l’étude des équipes politiques est révélatrice, il importe également de la confronter aux équipes des lobbies et des groupes d’intérêt, qui disposent d’une force considérable pour influencer les décisions politiques. Les lobbies sont organisés autour de quelques grandes questions et ont le plus souvent une capacité à agir de manière beaucoup plus profonde que les équipes parlementaires, par exemple. L’implication des lobbies dans le jeu politique est une donnée fondamentale puisque les équipes sont articulées autour de la relation à ces lobbies.

5Une sociologie des acteurs de ces lobbies montre une porosité avec le milieu politique. Philippe Aldrin met parfaitement en évidence ce problème de la représentation des groupes sociaux, ce que Daniel Gaxie confirme également en évoquant la socialisation de la représentation politique. La biographie des élus est précieuse car elle met en évidence un répertoire de contacts et d’influences montrant la manière dont ces élus sont sensibles aux problématiques de certains groupes sociaux. La profession en dehors de la politique est d’ailleurs souvent évoquée comme un registre d’expertise légitimant l’action de l’élu sur certains sujets. Un élu ayant travaillé au sein d’une entreprise est sensible à la dimension de la croissance économique de l’entreprise et à la baisse des charges fiscales affectant son développement. Que ce soit pour la constitution d’un lobby patronal européen comme Businesseurope ou d’un lobby syndical avec la Coordination paysanne européenne, la logique de la représentation des intérêts se construit progressivement comme un vase clos. Les contacts avec le milieu politique sont ainsi structurés par le haut en dehors de toute relation avec les citoyens. Sur ce point, la biographie des équipes politiques permettrait certainement d’approfondir la logique d’immersion des groupes d’intérêt.

6Cet ouvrage ouvre de nombreuses pistes de réflexion sur la transformation du champ politique et permet de ne pas uniquement se focaliser sur le style et le discours de l’élu, mais de travailler davantage la confrontation des ressources politiques. L’allocation de ces dernières semble être une condition sine qua non de la professionnalisation politique. Non seulement les élus pourront gagner en visibilité avec cette stratégie, mais elle permettra également à de nouvelles générations d’entrer techniquement dans le milieu politique pour en ressortir politiquement, la collaboration politique étant en fin de compte un adoubement, un travail d’immersion et de préparation autour des mécanismes de la représentation politique. La science politique a ainsi le devoir de faire ressortir ces agendas invisibles afin de comprendre l’évolution du travail de représentation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Premat, « Alice Mazeaud (dir.), Pratiques de la représentation politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 22 octobre 2015, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19238

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page