Navigation – Plan du site

Bernard Perret, Au-delà du marché. Les nouvelles voies de la démarchandisation

Khalid Lahyani
Au-delà du marché
Bernard Perret, Au-delà du marché. Les nouvelles voies de la démarchandisation, Paris, Les Petits Matins, Institut Veblen, coll. « Politiques de la transition », 2015, 96 p., ISBN : 978-2-36383-173-6.
Haut de page

Texte intégral

1La crise financière qui sévit depuis plusieurs années provoque le ralentissement de l’économie et entraîne des conséquences directes sur le marché de l’emploi, sur la croissance et sur le moral des individus. Bernard Perret, ingénieur et socio-économiste au ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, nous livre à travers son livre Au-delà du marché son expertise dans le domaine et sa vision des choses.

2Dès l’introduction, il se veut pédagogue et expose son questionnement et sa théorie. Il commence par relater les signes d’épuisement du modèle productiviste et explique des doutes sur la viabilité de notre système économique depuis la crise financière de 2008 poussant à se projeter vers une autre économie. En effet, sous l’effet de la crise, un ensemble de pratiques et d’innovations se développent et participent à une démarchandisation de l’échange social. L’auteur prend le soin de définir cette notion de démarchandisation, qui est une pièce centrale du livre. Il la considère comme l’ensemble des processus qui tendent à réduire le caractère marchand de l’économie. En effet, une part de l’activité sociale met en jeu des valeurs qui ne sont pas des « marchandises », au sens de biens monnayables et appropriables. Le potentiel de développement des pays riches se trouve désormais dans les marges de l’économie du marché, dans le croisement entre la logique marchande et d’autres logiques sociales.

3On peut diviser le présent livre en deux grandes parties : la première rassemble les deux premiers chapitres et la seconde est constituée des chapitres trois et quatre.

4Dans la première partie, Bernard Perret met en lumière le ralentissement au fil des ans de la croissance dans les pays riches et l’épuisement du processus de marchandisation des activités sociales. Selon lui, la circulation monétaire est incapable d’« encapsuler » ce qui est important pour les individus et à recycler dans les flux marchands ce qu’ils produisent. C’est pour lui, l’explication la plus profonde de la panne actuelle de la croissance. Il nous expose alors une série d’innovations économiques et sociales et d’initiatives qui préfigurent un autre mode de développement. Ces mesures mettent en œuvre des modèles d’efficacité qui s’éloignent des schémas typiques de l’économie de marché. L’auteur ne dresse pas un tableau exhaustif de ces initiatives et ne mesure pas leurs effets. Il fait juste apparaître ce en quoi elles s’écartent des schémas classiques de l’économie du marché et ce qu’elles ont en commun. C’est le cas notamment des mesures et initiatives suivantes : l’économie sociale et solidaire (coopération, coproduction…), l’économie circulaire qui permet de coopérer pour économiser les ressources et réduire les déchets, l’économie de la fonctionnalité qui consiste dans le remplacement de la vente de biens par la vente de services liés à l’usage de ces biens, l’économie collaborative qui permet d’augmenter la valeur d’usage des biens matériels à travers diverses formes de coopération autour de ces biens.

5La seconde partie du livre s’avère davantage orientée vers les pistes permettant d’améliorer les conditions de vie grâce à une meilleure organisation sociale et à la production de services utiles. Bernard Perret commence d’abord par dresser une mise au point théorique de la notion de démarchandisation. Selon lui, cette notion englobe celles de démonétarisation et de définanciarisation. Elle est l’amorce d’une inversion de tendance après plusieurs années marquées par une extension continue du marché, de la monétarisation de la vie sociale et de la finance. L’auteur dresse, par la suite, une liste de mesures politiques pour accompagner les mouvances de la société actuelle, dont on peut citer notamment : échapper au piège de la guerre économique qui discrédite tout projet de transformation du modèle de développement capitaliste, dissocier le bien-être de la consommation marchande en agissant sur l’origine des besoins, en promouvant une conception immatérielle du bonheur et en favorisant les réponses économes en ressources rares, renforcer les liens directs entre producteurs et consommateurs permettant ainsi d’apporter des solutions moins coûteuses et plus adaptées aux besoins essentiels, aménager le temps du travail, cultiver une intelligence et un imaginaire symbiotiques.

6La lecture de ce livre donne des clés pour comprendre qu’un progrès sans croissance marchande est possible, c’est en quelque sorte une plateforme conceptuelle permettant de saisir les limites de la croissance et les logiques de démarchandisation. Ce livre propose une contribution louable en mettant à jour la cohérence d’un ensemble de pratiques et mesures sociales de démarchandisation pouvant constituer des leviers de transformation du système économique actuel et de la société en général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Khalid Lahyani, « Bernard Perret, Au-delà du marché. Les nouvelles voies de la démarchandisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 22 octobre 2015, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19248

Haut de page

Rédacteur

Khalid Lahyani

Doctorant chercheur en sciences sociales, inscrit au laboratoire de recherche LADSIS, Centre marocain des sciences sociales (CM2S), Faculté des lettres et des sciences humaines – Ain Chock, Université Hassan II de Casablanca, Maroc

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page