Navigation – Plan du site

Estelle Ferrarese, Sandra Laugier (dir.), « Politique des formes de vie », Raisons politiques, n° 57, 2015

Clément Dréano
Politique des formes de vie
Estelle Ferrarese, Sandra Laugier (dir.), « Politique des formes de vie », Raisons politiques, n° 57, 2015, Paris, Presses de Sciences Po.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les réflexions récentes autour du concept de « politique des formes de vie » (voir par exemple l’ou (...)

1Si le concept de forme de vie (Lebensform), que l’on doit au Wittgenstein des Recherches Philosophiques, suscite depuis quelques temps déjà l’intérêt des sciences sociales, on a semble-t-il moins souvent traité du lien entre politique et forme de vie. C’est ce qui paraît faire l’originalité de ce numéro de Raisons politiques consacré à la politique des formes de vie, et qui gravite autour de cette question centrale : « De quelle politique les formes de vie sont-elles le lieu ? » (p. 6). Moins que d’apporter une réponse théorique unifiée à cette question, il s’agit plutôt pour les auteurs d’« appréhender la portée politique de la notion de forme(s) de vie dans la diversité épistémologique et politique qui caractérise son actualité » (p. 6)1, c’est-à-dire de fournir une série d’éclairages sur la dimension politique des formes de vie au travers de six contributions, qui, malgré le fait qu’elles poursuivent des objectifs différents, se répondent malgré tout en partie (de par certains des thèmes qu’elles abordent ou encore les références communes à Wittgenstein, Cavell, Dewey et Foucault qu’elles mobilisent).

2Certains traits définitionnels communs sont ainsi esquissés dès l’éditorial de l’ouvrage rédigé par Estelle Ferrarese et Sandra Laugier, qui doivent servir à s’entendre a minima sur ce que sont les formes de vie ainsi que sur la manière dont elles interfèrent avec le politique. On retiendra tout d’abord la définition descriptive d’une forme de vie comme ce qui, dans la vie quotidienne, « tient ensemble des pratiques sociales et des institutions, un rapport au monde et des manières de percevoir, des attitudes et des dispositions comportementales », et même des « styles de vie » (p. 5). Ce qui caractérise avant tout les formes de vie semble donc être leur multiplicité ainsi que leur relative clôture autour de certaines pratiques quotidiennes, institutions et visions du monde. Clôture relative car, en effet, un des leitmotiv des contributions de cet ouvrage est de s’accorder sur « la plasticité des formes de vie » (p. 6), leur agentivité ou performativité ; à savoir, leur ouverture au changement (que celui-ci intervienne à la suite d’une situation de crise interne, ou par contact avec une autre/d’autres forme(s) de vie), mais aussi leurs interactions actives avec l’environnement naturel, ou encore la vulnérabilité intrinsèque qui les caractérise (c’est-à-dire le risque de délitement, parce qu’elles se réalisent dans un quotidien toujours exposé aux ruptures). C’est d’ailleurs cette disposition au changement constitutif des formes de vie qui permet de comprendre leur historicité et de résister à une interprétation naturaliste et conservatrice de la diversité des formes de vie comme autant de donnés immuables.

3Ce qui fait dans un second temps le caractère prescriptif des formes de vie est l’ensemble des normes et valeurs autour desquelles elles s’organisent et sur lesquelles elles reposent pour définir « le cadre des idées possibles de la vie bonne » (p. 5). C’est ce qui constitue précisément leur dimension politique en tant qu’elles sont des « configuration[s] de co-existence humaine » (p. 6) qui sont dotées et se dotent en pratique de définitions communes du bien à partir desquelles s’organise le vivre ensemble au quotidien. C’est peut-être d’ailleurs un des apports épistémologiques principaux du concept de forme de vie que de permettre d’appréhender le politique comme un ensemble de pratiques sociales quotidiennes à partir duquel se définit activement le bien commun. Mais se pose encore la question de déterminer la manière dont il convient d’appréhender leur normativité constitutive : doit-on se limiter à une description de la multiplicité des contenus normatifs qui les fondent ? Ou bien faut-il au contraire les juger à l’aune des possibles qu’elles fournissent en vue de la réalisation d’une vie commune meilleure ? Et en ce cas, quelle est la forme de critique adaptée ?

  • 2 Évitant néanmoins le « biais situationniste » (Celikates), Jaeggi précise que ces faisceaux de prat (...)

4Cela constitue la préoccupation principale des contributions de Rahel Jaeggi et de Robin Celikates, qui tous deux cherchent à penser l’espace que l’approche en termes de formes de vie laisse à l’exercice de la critique. Les deux auteurs s’opposent ainsi à l’interprétation conservatrice des formes de vie comme autant d’arrière-plans (Backgrounds) statiques et immuables qui détermineraient l’ensemble des pratiques sans laisser aucune place au changement. Celikates insiste sur « le caractère essentiellement hétérogène, réflexif et conflictuel des formes de vie » ainsi que « les pratiques de justification et de critique qui sont une part constitutive des formes de vie » (p. 82). Tous deux mettent donc au cœur de leur contribution l’idée de conflit, de crise, de problème en tant que moments fondateurs des formes de vie, au cours desquels celles-ci sont amenées à porter un regard réflexif et critique sur elles-mêmes. Jaeggi définit ainsi une forme de vie comme un ensemble de « faisceaux de pratiques sociales normativement structurées », doués d’une agentivité et d’un telos propre, mais dont l’horizon reste ouvert à d’autres pratiques. De telles pratiques extérieures peuvent ainsi se montrer en partie ou entièrement contradictoires avec celles plus structurées de la forme de vie en question. C’est alors cette hétérogénéité normative qui conduit les formes de vie à se percevoir elles-mêmes comme problématiques, et ainsi à remettre en cause, dans un mouvement réflexif, ce qui jusque-là était en leur sein admis comme allant de soi2.

5L’ouverture des formes de vie à la problématisation est donc une condition de leur réflexivité et semble conduire à accepter pour le politique un certain « pluralisme expérimental » (Jaeggi), voire un « pluralisme radical » (Ogien, p. 38), caractéristique pour Ogien de la démocratie elle-même en tant que forme de vie qui regroupe une pluralité d’engagements pratiques collectifs, d’organisations collectives de la vie quotidienne « respectant une série d’exigence (d’égalité, de dignité, de gratuité, de partage et de transparence) » (p. 32). En considérant que les formes de vie peuvent faire l’objet de la critique à partir de leurs problèmes, qui sont autant de moments d’ouverture à la réflexion et de redéfinition des possibles, on peut alors approcher le pluralisme politique non plus dans sa variante libérale comme relativisme radical et irréductible, mais comme l’articulation pratique de normes hétérogènes qui se redéfinissent régulièrement à partir de leurs relations. Ogien, se référant à Dewey et à sa conception de l’enquête comme « méthode de l’organisation de l’expérience » qui s’articule autour d’une certaine « fin-en-vue » (p. 44) rappelle ainsi que « c’est dans le débat sur ces fins-en-vue que l’intelligence collective se forme, s’exprime et se prononce à partir de la confrontation publique et expérimentale des arguments échangés » (p. 45). Ce type de « pluralisme expérimental » qui s’élabore à partir des formes de vie vise donc à prêter une plus grande attention aux luttes politiques quotidiennes et à la manière dont elles s’articulent en pratique. L’article de Sabine Arnaud sur le processus historique d’intégration à la forme de vie démocratique des personnes utilisant la langue des signes est un bon exemple.

  • 3 La forme de vie serait alors à penser comme mode « d’être-en-commun » (p. 52) qui serait « l’œuvre (...)

6Que les formes de vie soient, dans leur organisation quotidienne, sujettes aux crises de par leur relative ouverture révèle cependant à la fois leur vulnérabilité et le risque qu’elles encourent de se déliter. Sandra Laugier, se référant à Veena Das et Stanley Cavell, rappelle ainsi que la vie humaine en tant que forme de vie ou forme de la vie, se caractérise par l’ordinaire, le continu des pratiques quotidiennes, et s’expose par là même à certaines formes de ruptures, de « perte de la vie ordinaire » (p. 67) parfois tragiques, comme dans le cas de catastrophes naturelles ou de conditions de vie concentrationnaire, qui sont autant d’empêchements radicaux à la vie ordinaire. Laugier rend compte dans ce contexte de l’importance épistémologique du care et de l’éthique du quotidien qui la sous-tend. Le care, comme « soutien à la vie et attention à la précarité humaine » (p. 69) vise ainsi à l’entretien des activités quotidiennes auxquelles on ne prête souvent aucune attention et qui sont pourtant indispensables au déroulement continu de la vie quotidienne. Ferrarese, quant à elle, comprend la vulnérabilité, après Agamben, comme sujétion à un pouvoir politique souverain qui, en attribuant des droits, s’autorise à séparer la « vie nue » et exposée de la forme dans laquelle elle s’exprime. La souveraineté, alors qu’elle clarifie et établit une scission entre la « vie nue » et la forme qu’elle prend dans un ensemble de droits, détruit ainsi l’indétermination protectrice que la forme de vie tend à réaliser3. La souveraineté, au même titre que le désastre environnemental, fait donc irruption dans les formes de vie et introduit en elles un certain nombre de ruptures qui peuvent se révéler désastreuses. Ferarrese cite à cet égard, et à la suite d’Agamben, la figure du réfugié comme être vulnérable par excellence en tant qu’il est « placé sous le ban de tous les États dont son passeport ne relève pas » (p. 60) ; il illustre ainsi « de manière lumineuse la vie nue comme vie abandonnée, et la souveraineté comme mécanisme de distribution de la négligence politique » (p. 59).

7Certaines des dimensions politiques importantes qu’implique le concept de forme de vie ont ainsi été précisées : espaces de la critique, dynamiques démocratiques, formes politiques de la vulnérabilité. L’apport principal de l’ouvrage semble cependant moins résider dans les thèmes abordés – qui ne sont en soi pas particulièrement nouveaux – que dans l’attention épistémologique aux pratiques quotidiennes et à leur caractère politique. On ne peut donc que se réjouir de ce geste en direction du quotidien qui ouvre de nouvelles perspectives pour les sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 Les réflexions récentes autour du concept de « politique des formes de vie » (voir par exemple l’ouvrage de Rahel Jaeggi, Kritik von Lebensformen, Suhrkamp, Berlin, 2013, ou la conférence du 29 avril 2015 à Francfort sur le Main qui se référait explicitement à cette notion (« Rückzug ? Die Politik der Lebensformen », http://www.boell-hessen.de/rueckzug-die-politik-der-lebensformen/) témoignent d’un intérêt croissant pour ce concept au sein de la pensée politique allemande. On peut cependant encore douter qu’il existe une unité conceptuelle sous laquelle on puisse ranger la diversité des usages scientifiques et politiques qui en sont faits.

2 Évitant néanmoins le « biais situationniste » (Celikates), Jaeggi précise que ces faisceaux de pratiques se sédimentent, se cristallisent au cours de l’histoire, ce qui lui permet de parler des formes de vie comme autant de « processus historiques situés de résolution de problèmes » (p. 15).

3 La forme de vie serait alors à penser comme mode « d’être-en-commun » (p. 52) qui serait « l’œuvre d’êtres qui se caractérisent par leur indétermination, indétermination qui se maintient une fois la forme de vie advenue » (p. 52).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Dréano, « Estelle Ferrarese, Sandra Laugier (dir.), « Politique des formes de vie », Raisons politiques, n° 57, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 26 octobre 2015, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19262

Haut de page

Rédacteur

Clément Dréano

Étudiant en master 2 de sociologie à l’université Johann Wolfgang von Goethe de Francfort sur le Main.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page