Navigation – Plan du site

Jean-Frédéric Morin, Amandine Orsini, Politique internationale de l’environnement

Jean-François Blanchard
Politique internationale de l'environnement
Jean-Frédéric Morin, Amandine Orsini, Politique internationale de l'environnement, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Les manuels », 2015, 292 p., Collaboration : Maya Jegen, ISBN : 9782724617450.
Haut de page

Texte intégral

1Le projet éditorial de cet ouvrage est celui d’un manuel universitaire dédié à la politique internationale de l’environnement (PIE). Effectivement, les deux co-auteurs, spécialistes du domaine, sont parvenus à proposer différents niveaux d’approche permettant aussi bien au lecteur néophyte qu’au lecteur plus aguerri d’y trouver leur compte. La problématisation est exposée de façon claire et fluide, elle est complétée de focus (37 hors-texte) sur des points plus précis ayant valeur topique, de questions de cours permettant de valider la compréhension de l’exposé, de cartes (14) ou d’infographies, de graphiques (16) de tableaux (12), d’une bibliographie abondante et d’une sitographie. D’emblée, il est possible d’affirmer que l’objectif est rempli.

  • 1 Cette conférence est considérée comme l’acte de naissance de la PIE. Cependant, certains accords in (...)

2Amandine Orsini et Jean-Frédéric Morin, politologues, sont déjà séparément les auteurs d’un ensemble de travaux qui attestent d’une excellente maîtrise de ces questions. Le large corpus bibliographique qu’ils ont mobilisé pour cet ouvrage leur a permis d’accéder à l’état de la recherche sur le sujet et leur donne les moyens d’armer le lecteur d’une sérieuse boîte à outils théoriques et critiques pour se confronter à la complexité certaine du sujet, sans tomber dans le travers de simplifications pernicieuses. Des typologies, des modélisations à visée heuristique sont ainsi tirées d’un large corpus de travaux scientifiques étayés le plus souvent d’études de cas. Ces clés de lecture théoriques sont toujours présentes et offrent ainsi au lecteur les moyens d’une l’analyse et d’une synthèse nuancée des discours et des pratiques des acteurs. Le livre conjugue une approche diachronique de la politique internationale de l’environnement, en relatant de façon précise les différentes étapes depuis la conférence de Stockholm en 19721, avec une approche synchronique qui dresse l’état des lieux de cette politique en 2015 (acteurs, discours, instruments d’action, réalisations).

3L’ouvrage s’articule en neuf chapitres, chacun encadré par une introduction et une conclusion, qui remplissent leur rôle pédagogique. Les compléments d’information (encadrés, cartes, etc.) en grand nombre apportent la concrétisation de l’exemple ou le détail attendu sans ralentir la lecture. Les quatorze cartes donnent la dimension géopolitique inhérente au sujet. L’impression en petite dimension des cartes, et les difficultés de déchiffrage qui en découlent, trouvent un palliatif intéressant par la mention systématique du lien sur Internet où le lecteur pourra retrouver ces cartes, et éventuellement les exploiter. Les auteurs ont travaillé en collaboration avec l’Atelier de cartographie de Sciences-po ; ainsi, le lecteur bénéficie de documents spécifiques venant bien à propos à l’appui du texte. De même, des liens vers des centres de ressources documentaires sont proposés.

  • 2 Voir Claude Gilbert, Emmanuel Henry, Comment se construisent les problèmes de santé publique », Par (...)
  • 3 Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.
  • 4 Croyance en l’abondance permanente (cornu copia, corne d’abondance).

4Les deux premiers chapitres exposent que la politique internationale de l’environnement est une construction sociale et, plus particulièrement, une coproduction dialogique entre acteurs du champ scientifique et du champ politique. Les deux champs se structurent mutuellement en fonction des connaissances disponibles, lesquelles comportent une bonne part d’incertitude2. En s’appuyant sur de nombreux exemples circonstanciés présentés dans les encadrés, les auteurs nous montrent comment, grâce à des comités frontières tels que le GIEC3, la transition entre les domaines scientifique et politique tend à devenir imperceptible. Ils rappellent également le foisonnement idéologique dans lequel s’élabore cette politique. Cinq clivages conceptuels sont mis en évidence et illustrés par les auteurs : l’opposition universalisme versus communautarisme, la conception anthropocentrique ou biocentrique du rapport entre l’homme et la nature, l’option entre conservation ou la préservation de la nature, la perception néomalthusienne de la préservation des ressources naturelles versus le cornucopianisme4 confiant dans la capacité humaine à trouver de nouvelles ressources, et enfin les postures intra- et inter-générationnelles, c’est-à-dire la priorité à accorder aujourd’hui au règlement des inégalités économiques présentes avant de préserver l’avenir. Ces clivages se composent et se conjuguent au gré des discours et des postures d’acteurs.

5Les chapitres 3 et 4 placent les États au centre du dispositif ; ces derniers ont pour règle de conduite les lois de l’acteur rationnel. Le pragmatisme est ici prévalent. On trouve dans ces développements une analyse des raisons qui sous-tendent la politique des États. En dépit de du principe de souveraineté des États, la coopération interétatique apparaît comme une nécessité qui obéit à la loi du pragmatisme et de l’intérêt. La problématique de la gestion biens « communs » qui constituent le patrimoine de l’humanité (l’Antarctique, l’espace extra-atmosphérique, les fonds marins internationaux, notamment) ne dispose pas, pour sa préservation, d’une réponse idéale qui serait la gestion collective. L’exercice de la souveraineté par les États sur les zones à préserver peut s’avérer une solution viable : l’exemple de la protection de l’Antarctique et celui de la gestion des zones de pêche le montrent. La pression économique de la communauté internationale ou de certains États en position d’acteurs clés peut aussi jouer son rôle.

6Les chapitres 5 et 6 s’intéressent à la sociologie de la scène internationale, à ses coulisses et à ses couloirs, aux organisations internationales issues de l’ONU (par exemple : le programme des Nations Unies pour l’environnement) ou sui generis (par exemple : la Commission baleinière internationale). En droit international public, l’environnement est abordé soit dans le cadre de conventions spécialisées, soit en lien avec d’autres objectifs, commerciaux et financiers en particulier. Le « verdissement » des accords internationaux, c’est-à-dire la prise en compte d’objectifs environnementaux, tend à devenir de plus en plus une règle, en particulier dans les accords régionaux. Confronté à la complexité d’une diversité de structures et d’une diversité d’acteurs le lecteur se voit proposer de nouvelles clés de modélisation des discours et pratiques des acteurs ainsi que des formes de lecture structurelle, systémique ou libérale des régimes mis en œuvre dans le cadre de la gouvernance internationale de l’environnement. L’exemple de l’ajustement des positions autour du concept flou de « développement durable », qui conjugue d’un côté le développement économique et de l’autre l’environnement, est caractérisé. Les incertitudes et les ambiguïtés que recèle ce concept, en particulier en termes d’objectifs de réalisation, apparaissent comme le revers de sa réception consensuelle. En retraçant les évolutions de la PIE depuis la conférence de Stockholm en 1972, les auteurs mettent en évidence l’influence déterminante des mutations du contexte international (crises financières, globalisation, néolibéralisme, émergence de nouveaux États). La prise en compte de l’environnement est en relation étroite avec l’économie et le développement des marchés.

7Le chapitre 7 porte sur les acteurs non étatiques. La fin de la Guerre froide, la transparence des organisations internationales et les facilités de télécommunication ont permis aux acteurs non étatiques d’augmenter leur influence sur la conduite de la PIE. Ce changement sensible d’équilibre dans la gouvernance de la PIE, au bénéfice d’acteurs privés ou d’organisations non gouvernementales d’intérêt général a entraîné la professionnalisation et l’accroissement du degré d’expertise de ces acteurs. Les auteurs font observer le désengagement des États, qui tendent à déléguer, par convention de partenariat, certaines de leurs prérogatives à des opérateurs privés. Qu’ils agissent dans un but lucratif ou non, qu’ils soient constitués en organisation ou non, ces opérateurs sont de plus en plus présents, de façon plus ou moins formelle et officielle, dans la conduite de la PIE. Les auteurs considèrent cette forme de substitution de secteur privé au pouvoir régalien des États comme la marque l’évolution néolibérale de l’environnement économique et social sur la PIE dans un contexte de mondialisation économique.

8La question de l’efficacité de la PIE fait l’objet du chapitre 8 qui porte sur l’ensemble des dispositifs de régulation de la protection de l’environnement (techniques, normes administratives, indicateurs scientifiques, cibles financières, pratiques comptables). Cette étude se place sur quatre plans : la difficile question méthodologique de la mesure de l’efficacité de la PIE une typologie des instruments de régulation, les conditions de leur diffusion et enfin une analyse sociopolitique de ces instruments et de l’illusion que constitue leur prétendue neutralité.

9Depuis les années 2000, la protection de l’environnement est devenue un objectif de sécurité internationale. Ce processus est analysé dans le chapitre 9 sous trois angles. Le premier peut prendre quasiment valeur de paradigme : il s’agit d'’analyser les conflits sociaux ou politiques sous l’angle de l’accès aux ressources naturelles, en tant que facteur causal ou catalyseur de conflits. Le second angle est celui de la sécurité humaine, considérée comme un droit individuel ; dès lors, pour certains auteurs, l’insécurité environnementale peut être vécue comme une violence. Cette notion, encore peu courante en tant que telle, apparaît par contre, et de longue date, en lien avec les Droits de l’Homme dans certains traités internationaux (cf. Déclaration de la conférence des Nations Unies sur l’environnement en 1972). Enfin, le troisième angle d’approche de la sécurité et de l’environnement est celui des conflits armés et de leur impact écologique.

10L’ouvrage est très dense : les apports théoriques et des exemples nombreux sont bien équilibrés. Le contenu didactique en a été souligné plus haut. Le domaine de la politique internationale de l’environnement, outre son actualité et sa nouveauté, est un axe dont l’étude s’avérera particulièrement féconde pour qui s’intéresse à l’évolution du monde contemporain.

Haut de page

Notes

1 Cette conférence est considérée comme l’acte de naissance de la PIE. Cependant, certains accords internationaux sont très anciens ; c’est notamment le cas de la Convention sur la peau de phoque du Pacifique Nord, conclue en 1911 entre les États-Unis, le Japon, la Russie et le Royaume-Uni.

2 Voir Claude Gilbert, Emmanuel Henry, Comment se construisent les problèmes de santé publique », Paris, La Découverte, coll. « recherches », 2009. Compte rendu de Jean-François Blanchard pour Lectures : http://lectures.revues.org/889. Voir aussi Yves Chalas, Claude Gilbert, Dominique Vinck, Comment les acteurs s’arrangent avec l’incertitude », Paris, Archives contemporaines, coll. « Études de sciences », 2009. Compte rendu de Jean-François Blanchard pour Lectures : http://lectures.revues.org/985.

3 Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

4 Croyance en l’abondance permanente (cornu copia, corne d’abondance).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Jean-Frédéric Morin, Amandine Orsini, Politique internationale de l’environnement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 26 octobre 2015, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19265

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page