Navigation – Plan du site

Blanche Leider et Thibauld Moulaert, Emulations, n° 13, 2014 « Résistance(s) et vieillissement(s) »

Stéphanie Cassilde
Résistance(s) et Vieillissement(s)
Blanche Leider, Thibaud Moulaert (dir.), « Résistance(s) et Vieillissement(s) », Emulations, n° 13, 2014, Louvain, Presses universitaires de Louvain.
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce numéro de la revue Emulations, Blanche Leider et Thibault Moulaert rassemblent dix contributions autour des questions de résistances en articulation avec le vieillissement en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Ces questions sont abordées sous plusieurs angles disciplinaires : sociologie, gérontologie, intervention sociale, sciences humaines et sciences politiques. Les résistances sont envisagées sous de multiples facettes et à plusieurs échelles, du care à l’absence de résistance collective, en passant par le questionnement de la temporalité de ces résistances. Le processus du vieillissement est envisagé en couvrant une multitude de situations, elles-mêmes catégorisées/construites de manière très différentes.

2Les dix contributions se répartissent en trois parties. La première « Vivre et vieillir : entre expériences et espaces de résistances » rassemble sept contributions et se focalise sur l’articulation entre les représentations proposées de la vieillesse aux personnes concernées du fait de leur âge objectif et les représentations que ces personnes construisent de leur côté. Le chevauchement partiel ou absent entre ces deux ensembles de représentations définit des espaces de résistance dont les différents modes de fonctionnement sont analysés. La deuxième partie est un dossier rassemblant des « Regards croisés sur l’habitat et le vieillissement ». Les résistances sont abordées sous l’angle spécifique de l’habitat, à propos duquel les discussions réduisent souvent le couple autonomie/dépendance à une opposition entre continuer à habiter chez soi et déménager dans une maison de repos. Deux contributions sont dédiées à cette deuxième partie. Enfin, pour la troisième partie, « Entretien avec un chercheur résistant », Thibauld Moulaert et Marielle Poussou-Plesse rencontrent Bernard Ennuyer.

3Chaque contribution amenant un changement d’échelle et d’angle d’approche, il nous semble important de les présenter individuellement. La première contribution, co-écrite par Arnaud Campéon, Blanche Le Bihan et Isabelle Mallon se focalise sur le cas français de 65 personnes âgées de 57 à 91 ans face au diagnostic de la maladie d’Alzheimer ou autre pathologie relevant de la démence. Tandis que les hommes et femmes rencontrés préfèrent se présenter ou être vus comme étant touchés par la maladie d’Alzheimer, plutôt que vieux, pour les plus jeunes d’entre eux, les plus âgés d’entre eux préfèrent assumer l’étiquette du vieillissement plutôt que d’endosser celle de la maladie d’Alzheimer. Puisqu’un changement important intervient et qu’il n’est pas possible de le nier, il s’agit de tenir à distance l’un des deux stigmates, celui étant le plus défavorable à l’image de soi ou celui qu’il est plus facile d’écarter étant donné sa propre situation. Ce déni différencié s’exprime également face aux actions ou protocoles mises en place par les proches ou par les professionnels de santé, qui perçoivent ces refus comme de la résistance aux soins à apporter. Tandis que d’un côté accepter certains soins reviendrait à valider l’étiquette associée à ces soins, de l’autre la situation est évaluée en termes de prise en charge, pas à travers des résonnances identitaires.

4Avec la deuxième contribution, Blanche Leider opère un glissement vers l’analyse de ce qui se joue au niveau des relations entre des personnes âgées de 75 à 89 ans et leurs enfants face aux dispositifs de soutien. Elle identifie deux modalités de résistance, visant respectivement la protection de son intimité et donc de son autonomie (en tenant à distance au maximum tout droit de regard ; l’auteure parle de mise en œuvre de la résistance dans l’orchestration) par la personne âgée d’une part et, d’autre part, des mises en actes incomprises par les enfants et perçues comme des sortes d’aggravation de la situation en cours (par exemple, utiliser le déambulateur pour poser une plante plutôt que pour marcher ; l’auteure parle de mise en œuvre de la résistance dans l’implémentation). À travers les entretiens, réalisés en Belgique francophone, plusieurs ressources pour mettre en œuvre la résistance par orchestration ou implémentation sont mises en avant : rétention d’information, recours à la norme du patriarche ou de la matriarche, ou encore le fait que la mise en acte finale repose sur le parent âgé (qui peut donc ne pas faire). Mais le coût de ces résistances est également rappelé. Mobiliser ses ressources pour éviter la réalisation d’un projet de prise en charge ou orienter les prises de décision en se positionnant fermement peut dégrader des relations filiales difficilement remplaçables, et auxquelles le réseau social de la personne âgée se réduit de plus en plus.

  • 1 Même s’il s’agit pour les mécaniciens de maintenir leur niveau de vie tandis qu’il s’agit d’autonom (...)

5Morgane Kuehni se focalise quant à elle sur les effets du vieillissement pour des hommes et des femmes de plus de 50 ans et encore actifs, respectivement mécaniciens et caissières. Après une contextualisation de la problématique du vieillissement actif en Suisse, « où la majorité des actifs/actives se maintiennent en emploi jusqu’à l’âge légal de la retraite, voire au-delà » (p. 43), les points de similarité et de différence entre mécaniciens et caissières sont avancés. En effet, tous deux craignent les effets du vieillissement sur leur capacité, notamment physique en en termes d’attention, à réaliser un travail dont ils ne peuvent se passer pour raisons financières1. En revanche, ils ne bénéficient pas de la même considération dans leur entreprise, les mécaniciens de plus de 50 ans étant plutôt présentés à travers une certaine irréductibilité tandis que les caissières du même âge sont louées pour leur serviabilité. En prolongement, leurs résistances s’expriment de manière différenciée. D’une part, les contextes sont plutôt opposés, entre une organisation collective du côté des mécaniciens versus une absence de support syndical du côté des caissières. D’autre part, les résistances peuvent être plus ouvertes et visibles pour les mécaniciens, tandis qu’elles seront plutôt plus fragmentées et réalisées de manière individuelle et comme en passant par les caissières.

6La ménopause est au cœur du quatrième article, dans lequel Cécile Charlap analyse son articulation aux résistances analyse dans le cas français, qui a la particularité d’y associer une médicalisation importante et quasi exclusive. Les 24 femmes rencontrées, et âgées de moins de 65 ans, sont confrontées aux descriptions avant tout physiques et physiologiques des effets attendus de ce changement dans leur corps. Par ailleurs, l’image renvoyée par les médias se focalise sur une plus grande fragilité supposée, du fait de l’écartement de la norme bâtie à l’aune de la fécondité. Dans les deux cas, l’auteure souligne la production d’un discours genré spécifique, stigmatisant et intériorisé par les femmes concernées. Catégorisées comme ménopausées par le corps médical, ces femmes sont dessaisies de leur expérience et d’une ouverture à la mise en œuvre d’un autre discours que l’assignation à une identité dépréciée. Les résistances s’expriment donc, d’une part, par le langage, pour justement dénoncer l’absence de discours alternatif au discours médical, en soulignant que l’arrêt de la fécondité ne signe pas l’arrêt du fait d’être femme. Cela inclut le signalement de ne pas se reconnaître dans les descriptions diffusées de la femme ménopausée. D’autre part, les résistances s’expriment dans leurs pratiques vis-à-vis de l’hormonothérapie.

  • 2 Caradec (2005) : « ‘Seniors’ et ‘personnes âgées’. Réflexions sur les modes de catégorisation de la (...)

7Une autre catégorisation est également associée au vieillissement, mais plutôt sous un angle mercantile : il s’agit du « senior »2. Hélène Eraly analyse le marketing senior en articulation avec l’injonction d’un vieillissement actif, participant au développement d’un nouveau marché, car « vieillir-jeune » c’est continuer à consommer. L’auteure réalise une mise en perspective croisée de l’observation de salons commerciaux dédiés aux seniors à Paris et à Bruxelles avec des entretiens réalisés avec des hommes et des femmes de 55 à 68 ans. D’une part, la co-présence dans ces salons du vieillissement sous ses deux représentations extrêmes (rester jeune versus être dépendant) semble opérante à la fois car les formulations ciblent les tiers (la génération précédente, à laquelle les visiteurs peuvent s’identifier plus confortablement) et que les propositions attachées à la dépendance ne sont pas présentées en tant que telles, mais « dans la masse des produits et services présentés » (p. 73). Les résistances au vieillissement trouvent dans les discours et représentations véhiculées par le marketing senior des ressources pour s’éloigner le plus possible du vieillissement dépendance ; ce faisant, les consommateurs visés sont parfaitement coopératifs avec les desseins qui leur sont désignés. En revanche, ils n’adoptent pas les représentations associées dans lesquelles ils ne se reconnaissent pas, soit du fait d’une trop grande uniformisation à leur goût, soit du fait du primat de leur âge subjectif. Ce mode de résistance à l’assignation à la vieillesse n’est cependant pas mobilisable par tous. Lorsque l’identité était essentiellement basée sur le travail, comme pour les hommes interviewés qui sont d’anciens ouvriers et ont de faibles revenus, c’est la résignation qui prime sur l’action.

8La sixième contribution, écrite par Soukey Ndoye, se focalise sur une forme de vieillissement actif à travers le bénévolat de compétences, à travers lequel il s’agit pour des personnes retraitées de continuer à investir leurs compétences mais dans le secteur non-marchand. Cette analyse est basée sur l’étude de cas de l’association française Échanges et consultations techniques internationales (Ecti), devenue « Entreprise, collectivité territoriale, insertion » depuis 2007, qui a la particularité de sélectionner des bénévoles seniors experts, s’engageant à réaliser leurs missions bénévoles avec professionnalisme, missions étant tout de même payées par les « demandeurs de missions ». Les adhérents sont socialement et économiquement homogènes. À travers les effets économiques et marchands importants des missions réalisées, les adhérents ont la possibilité de vivre un prolongement de leur activité professionnelle, interrompue trop brutalement à leur goût soit car l’âge légal est atteint, soit du fait d’autres ruptures professionnelles. Cette valorisation est tempérée par les résistances des pouvoirs publics et du secteur des consultants, qui y voient une concurrence en termes d’activités, ayant conduit Ecti à sélectionner autrement les demandeurs de missions, notamment en se focalisant sur ceux ne pouvant pas financer une expertise au prix du marché. Ce questionnement est prolongé par une réflexion sur le « rôle des seniors dans la société [et] la transition vers la retraite » (p. 92).

  • 3 Bickel (2007) : « Être actif dans le grand âge : un plus pour le bien-être ? ». Retraite et société(...)

9La contribution co-écrite par Isabelle Marchand, Anne Quéniard et Michèle Charpentier clôt la première partie en confrontant trois classifications savantes utilisées au Canada vis-à-vis de la vieillesse aux représentations qu’ont du vieillissement des femmes âgées de 65 ans et plus, et concernées par ces classifications. Plus spécifiquement, notons que les 25 femmes rencontrées sont toutes nées au Québec et de langue maternelle française, quoique choisies afin d’assurer une variété socioéconomique et démographique de l’échantillon. Première classification : à partir de 65 ans, ces femmes sont considérées comme des « aînée [s] personne âgée [s] » en termes statistiques et sous l’angle des mesures d’aides financières. Majoritairement, les femmes rencontrées refusent cette désignation, dans laquelle elles ne se reconnaissent pas, notamment car elle gomme une certaine individualité et qu’elle est associée à l’inactivité et à la dépendance. En fait, pour définir le vieillissement, elles décrivent majoritairement ce qu’il convient de faire pour ne pas vieillir, notamment être active. La deuxième classification choisie, basée sur une grille de mesure de l’activité dans le vieillissement s’articule à cette attention à l’« être active ». En quelque sorte, les femmes rencontrées reconnaissent l’opérabilité de cette classification, mais pour mieux souligner qu’elles ne sont pas concernées. La troisième classification repose sur un triptyque d’états (fragilité, dépendance et indépendance)3. Les femmes rencontrées de 75 ans ou plus définissent plutôt leur état sous l’angle de la fragilité, aussitôt mise en perspective soit comme une déclinaison de la deuxième classification (en précisant qu’il s’agit toujours d’être active, mais plus lentement), soit en soulignant une distance à l’état de dépendance.

10Dans la deuxième partie, Cécile Rosenfelder nous présente des résistances qui interviennent directement par action plutôt que par réaction. Le projet innovant d’habitat autogéré pour personnes âgées de l’association A²MG, primé par la Fondation de France dans la catégorie « vieillir dans son quartier, dans son village des aménagements à inventer ensemble », débute en 2007 à l’occasion de la prise en charge de la dépendance grandissante d’une dame du village de Hatten (Alsace). Son domicile devient un lieu ouvert dans lequel une autre dame du village bénéficie d’un accueil de jour pour sa propre prise en charge ; il devient également un lieu de sociabilité pour d’autres habitants du village (organisation d’ateliers, etc.). La résistance réside dans le refus d’une exclusion de son espace de vie, exclusion postulée comme consubstantielle à l’hébergement en EHPAD. L’auteure souligne également les sources historiques et sociales de cette résistance, les expressions singulières ayant été encouragées et valorisées depuis la fin de la seconde guerre mondiales : « la vieillesse devient “une vie à inventer” Lalive d’Epinay, 1991) » (p. 119), ce qui légitime des attentes alternatives à l’EHPAD pour les modes d’habiter en situation de grande dépendance.

11Mylène Salles et Yves Couturier se placent en revanche du point de vue de l’habitat collectif en maison de repos. L’enquête est réalisée auprès de 24 résidents dans trois EHPAD situés en zone rurale en France. Face au postulat, en quelque sorte, de la fin de tout une fois l’institutionnalisation réalisée, les auteurs soulignent que les institutions restent des espaces où une résistance est possible. Premièrement, le choix d’être en EHPAD peut être en soi une résistance, notamment face aux conflits familiaux. Si ce positionnement est marginal, il n’en reste pas moins que pour beaucoup les conditions sont jugées satisfaisantes et même optimales car s’inscrivant dans une mobilité ascendante. C’est pour les personnes les plus dotées en termes de statut social et économique que l’EHPAD est perçu le plus comme une perte. Deuxièmement, la résistance peut intervenir dans le maintien d’une différenciation entre soi et les autres au sein de l’institution, observation qui s’inscrit en opposition avec le postulat souvent posé de la fin de toute singularité. Les personnes hébergées peuvent être animatrices de leur quotidien, de celui des autres résidents et même au-delà (les auteurs présentent le cas de l’animation d’un atelier de bridge à destination de la direction de l’EHPAD). Troisièmement, la résistance peut s’exprimer en investissant ce qui peut l’être (développer une passion pour le passé alors que la mémoire personnelle s’affaiblir, prendre particulièrement soin de son apparence, jouer avec humour des systèmes d’alerte mis en place face aux défaillances cognitives).

12L’entretien avec Bernard Ennuyer clôt le numéro thématique. Outre le fait de prendre connaissance d’un parcours singulier et hors norme, et d’avoir l’opportunité de le situer dans ses propres ancrages intellectuels et de pratiques, c’est l’occasion de rappeler un questionnement toujours d’actualité : l’articulation d’une volonté publique d’intégration des personnes dites âgées tout en les assignant aux représentations qui leur sont associées.

13Pour finir, notons la densité de ce numéro thématique, pluridisciplinaire et multidimensionnel, et rendant bien compte de la variété des problématiques entourant le vieillissement. Également, les contributions soulignent à quel point une approche en termes de résistances ne saurait être alors écartée.

Haut de page

Notes

1 Même s’il s’agit pour les mécaniciens de maintenir leur niveau de vie tandis qu’il s’agit d’autonomie ou de survie pour les caissières.

2 Caradec (2005) : « ‘Seniors’ et ‘personnes âgées’. Réflexions sur les modes de catégorisation de la vieillesse ». Cahiers d’histoire de la sécurité sociale, n° 1 , pages 313-326.

3 Bickel (2007) : « Être actif dans le grand âge : un plus pour le bien-être ? ». Retraite et société, n° 51, pages 83-106.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Cassilde, « Blanche Leider et Thibauld Moulaert, Emulations, n° 13, 2014 « Résistance(s) et vieillissement(s) » », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 26 octobre 2015, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19269

Haut de page

Rédacteur

Stéphanie Cassilde

Économiste et sociologue, chargée de recherche au Centre d’Études en Habitat Durable (Charleroi, Belgique), secrétaire du Comité de Recherche 25 « Langage et Société » de l’Association Internationale de Sociologie et éditrice en chef de Language, Discourse & Society

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page