Navigation – Plan du site

Christian Malaurie, L’ordinaire des images

Jérémy Gaubert
L'ordinaire des images
Christian Malaurie, L'ordinaire des images. Puissances et Pouvoirs de l'image de peu, Paris, L'Harmattan, coll. « Nouvelles études anthropologiques », 2015, 260 p., ISBN : 978-2-343-05334-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette expression fait référence au livre de Pierre Sansot, Les Gens de peu, Paris, PUF, 1991.

1Grace à la notion d’« image de peu »1, l’anthropologie esthétique de Christian Malaurie pose sur nouveaux frais les questions relatives aux images des époques moderne et contemporaine. Dans une pensée originale, mêlant plusieurs disciplines comme l’anthropologie, l’histoire, la philosophie et l’esthétique, et associant des auteurs aussi importants que Benjamin, Debord, Baudrillard, Barthes, Duvignaud, Simmel et de Certeau, c’est à un parcours de traverse à la fois érudit et théorique que nous sommes invités.

2Dès les premières lignes de l’ouvrage, l’accent est mis sur la médialité de l’image. En effet, comment séparer les questions relatives aux images des rapports de médiation qu’elles engendrent ainsi que des dispositifs techniques, sociaux, culturels et historiques à l’œuvre autant dans leur production que dans leur réception ? Dès lors, les images de peu, ces images de l’ordinaire que sont les cartes postales, les photographies de famille, etc., sont interrogées comme « support-espace d’énonciation et de visibilité » (p. 11). Ainsi, ce qui est en jeu, ce n’est pas tant les images comme mimesis du monde, mais bien la façon dont ces supports-espaces relèvent de processus de subjectivation : appartenant à l’ordre de l’événement ordinaire, les images donnent lieu et corps au monde vécu. La réflexion étant articulée en quatre chapitres qui peuvent être lus de manière autonome, ce compte rendu se propose de les suivre un à un, en s’attardant davantage sur ce qui constitue pour nous le cœur la pensée de Christian Malaurie.

  • 2 Guy Debord, « La société du spectacle », in œuvres complète, Paris, collection Quarto, Gallimard, 2 (...)
  • 3 Walter Benjamin, « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique », in œuvres complètes (...)

3Le premier chapitre met en évidence comment le spectaculaire2 et la reproductibilité3 des images des époques moderne et contemporaine relèvent d’une transformation des images en circulation, mais aussi, et surtout, de nos rapports aux images dans le contexte de la société capitaliste occidentale, c’est-à-dire de la prééminence de l’échange marchand. La transformation de la perception sensible ainsi décrite, il est alors possible d’entrevoir la capacité subversive de l’image de peu qui, au sein du cercle privé particulièrement, peut proposer une reconfiguration des échelles de valeur. En effet, dans la continuité de l’auteur nous supposons que l’image de peu possède la capacité de substituer à l’uniformisation et la normalisation des images-marchandes la singularité de l’expérience, autant lors de sa production que lors de sa réception.

4Le deuxième chapitre poursuit cette réflexion sur le spectacle et interroge la notion de représentation en intégrant, en compagnie de Baudrillard, Barthes et Duvignaud, les questions de la simulation, du signe et de l’imaginaire. Avec Baudrillard, l’image n’est plus représentation mais simulation, le simulacre supprime tout imaginaire est nous plonge dans un hyperréel qui remplace le réel. Questionnant cette réflexion, Christian Malaurie en vient à définir l’image comme œuvrante : il indique alors que « les images de peu de valeur sont donc produites dans un mouvement paradoxal d’adhésion à la norme et d’émancipation créatrice » (p. 70). Poursuivant avec Barthes et son approche de la photographie, la réflexion se tourne vers le spectateur comme celui que fait l’image, invoquant son imaginaire dans sa lecture. L’auteur propose alors que l’image de peu, autant dans sa production que dans sa réception, puisse ouvrir un ailleurs, mais tempère son propos ne pouvant que reconnaître la force de récupération du spectaculaire marchand. Avec Duvignaud, c’est une anthropologie esthétique de l’imaginaire qui est proposée. Le concept d’étendue est présenté comme la corporéité œuvrante de l’image qui réalise le signifiant collectif. Alors, si les dispositifs d’imagerie de la société marchande modèlent effectivement nos perceptions, l’image conserve tout de même cette capacité d’ouverture, cette adhérence à l’expérience, ce possible de l’invention ; aussi relève-t-elle d’un moment existentiel.

5L’étude rassemblée dans le troisième chapitre réalise une mise en perspective historique. Grâce à l’analyse minutieuse des objets techniques utilisés autant dans les spectacles vivants que dans les spectacles projetés et sonorisés, l’auteur établit de manière convaincante la continuité entre l’espace scénique et l’espace dit écranique, c’est-à-dire relatif aux écrans et à leurs images. La généalogie de la scénographie, du théâtre antique aux théâtres contemporains, permet ainsi, en révélant l’importance de la réception au sein du tandem scène/spectateur, d’expliciter davantage en quoi la place du spectateur et son rapport à la fiction est primordial dans l’autre tandem écran/spectateur. Ici, l’accent est mis sur la multiplicité des appréciations sensibles et donc également des effectivités des images sur les spectateurs.

6Le quatrième et dernier chapitre est l’occasion d’une dialectique entre les thèses de l’auteur sur la vie quotidienne et celles d’autres d’horizons : Simmel, Weber, Mauss, Goffman, Marin, Davallon et de Certeau. Nous saluons l’effort de l’auteur qui met ainsi en perspective sa pensée, en particulier sur l’ordinaire, dans un champ élargi des sciences humaines et sociales. Nous regrettons toutefois que cette dernière partie, qui convoque les auteurs successivement, ne permette pas réellement d’établir une théorie de la production des images de peu.

7En conclusion, nous pouvons souligner la clarté et la précision de l’ouvrage. De plus, nous apprécions particulièrement l’étendue de la bibliographie ainsi que les glossaires des noms propres, des notions et des objets techniques. Cette parution intéressera donc autant les chercheurs en anthropologie que toute personne désireuse d’engager une réflexion sur les images et en particulier sur leur production et leur réception au sein de la société contemporaine. En effet, les enjeux existentiels de la médialité des images sont selon nous encore trop peu étudiés, au regard de leur importance manifeste dans l’effectivité du corps social.

Haut de page

Notes

1 Cette expression fait référence au livre de Pierre Sansot, Les Gens de peu, Paris, PUF, 1991.

2 Guy Debord, « La société du spectacle », in œuvres complète, Paris, collection Quarto, Gallimard, 2006 [1967].

3 Walter Benjamin, « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique », in œuvres complètes III, Paris, collection Folio-Essais, Gallimard, 2000 [1939].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Gaubert, « Christian Malaurie, L’ordinaire des images », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 27 octobre 2015, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19283

Haut de page

Rédacteur

Jérémy Gaubert

Doctorant à l’école d’urbanisme de Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page