Navigation – Plan du site

Nicolas Duvoux, Les oubliés du rêve américain. Philanthropie, État et pauvreté urbaine aux États-Unis

Clément Petitjean
Les oubliés du rêve américain
Nicolas Duvoux, Les oubliés du rêve américain. Philanthropie, État et pauvreté urbaine aux États-Unis, Presses universitaires de France, coll. « le lien social », 2015, 310 p., ISBN : 978-2-13-065180-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 D’une certaine manière, l’ouvrage peut être lu comme un prolongement des analyses des fractions pro (...)
  • 2 Nicolas Duvoux, Les oubliés du rêve américain : Philanthropie, État et pauvreté urbaine aux États-U (...)

1Depuis le tournant néolibéral de la fin des années 1970, les politiques sociales américaines ont été progressivement déléguées à des organisations à but non lucratif (nonprofits) et financées par des fondations privées. Grâce au creusement des inégalités socioéconomiques et à l’augmentation des revenus des plus riches, les fondations philanthropiques occupent désormais une place centrale dans le domaine de l’intervention sociale. Fruit d’une enquête ethnographique à Boston1 qui s’est étalée sur neuf mois et s’appuie sur une cinquantaine d’entretiens, l’ouvrage de Nicolas Duvoux, Les oubliés du rêve américain2, apporte un éclairage sur cet aspect sous-estimé des recompositions contemporaines de l’action sociale outre-Atlantique.

2L’objectif de Duvoux est d’expliquer pourquoi les « oubliés du rêve américain », qui subissent de plein fouet les effets combinés du démantèlement de l’État social, du renforcement de l’État pénal et carcéral, du racisme et du chômage structurels, « continuent, malgré tout, de croire dans le mythe fondateur de leur société » (p. 29). L’hypothèse qu’il défend est que le « don philanthropique » (p. 32) et la participation des habitants aux actions financées ou organisées par les fondations contribuent à reproduire le système de représentations qui légitime les inégalités sociales.

3L’introduction expose le cadre théorique de l’enquête. Parmi les propositions théoriques les plus fécondes de Duvoux, on retiendra sa discussion critique du concept de « ghetto », dont il montre qu’il ne rend pas compte de l’hétérogénéité des groupes sociaux en présence, des significations qu’attribuent les habitants à leur situation et des configurations institutionnelles des différents quartiers populaires américains. D’autre part, à partir des analyses de Marcel Mauss, Duvoux propose d’analyser l’action publique philanthropique en termes de don et de contre-don – c’est-à-dire non pas tant au niveau de sa conception et de son élaboration que de son appropriation par ceux qui la mettent en œuvre et ceux auxquels elle est destinée, et du système d’échanges volontaires mais obligatoires qui s’instaure.

  • 3 Le nom de la fondation a été anonymisé.

4Le premier chapitre opère un retour réflexif sur les conditions dans lesquelles s’est déroulée l’enquête au sein de la Fondation pour le Rêve Américain3 (FRA). Duvoux insiste notamment sur l’« effet considérable » que « le statut d’universitaire étranger a sans doute eu » (p. 43) sur les données récoltées. Chercheur étranger « blanc » évoluant dans des quartiers africains-américains et latinos, dans des milieux où les femmes sont majoritaires, Duvoux articule avec finesse les questions de race, de genre et de classe.

5Le deuxième chapitre permet de replacer dans leur contexte historique les quartiers « mixtes » de Boston sur lesquels a porté l’enquête (Roxbury, Dorchester et Mattapan) et la place qu’y occupent les nonprofits et les fondations. Contre l’idée d’un « ghetto » noir uniforme et socialement homogène, Duvoux rend compte de la stratification sociale au sein de la « communauté » noire à Boston (la petite élite descendant de « Noirs libres », les descendants d’esclaves ayant fui le Sud, les populations des îles anglo-caribéennes), tout en insistant sur les relations parfois conflictuelles qu’entretiennent les habitants de ces quartiers avec les populations récemment immigrées, qu’elles soient latino ou asiatiques. L’analyse de la stratification sociale locale permet de comprendre pleinement le rôle que jouent les nonprofits dans « la régulation politique des quartiers paupérisés et ségrégés » (p. 105).

6En effet, Duvoux montre comment, depuis la réforme du welfare introduite en 1996 par Bill Clinton, la relation directe entre État et bénéficiaire de ressources redistribuées a été remplacée par des prestations de services fournies par des organisations privées tierces. Non seulement les aides sociales étaient privatisées, ouvrant la voie à un marché concurrentiel de la prestation de service : elles étaient aussi conditionnelles à un retour à l’emploi (workfare). Déjà entamées dans les années 1980 mais accentuées par la réforme de 1996, les recompositions profondes du welfare ont favorisé le développement d’un secteur de l’intervention sociale dans lequel les nonprofits occupent à la fois une position dominante et une position « d’intermédiaire entre les pouvoirs publics et les citoyens » (p. 110).

  • 4 Concept élaboré dans les années 1960 qui a été largement repris par les élites intellectuelles et p (...)

7Dans les trois chapitres suivants, Duvoux expose les tenants et aboutissants de cette relation de médiation, qu’il analyse en termes de « don philanthropique ». Le troisième chapitre esquisse les modalités d’action développées par la FRA en s’intéressant tout particulièrement aux interactions qui se déroulent lors des réunions publiques. À partir d’une analyse en termes de « rituels d’interaction », l’auteur décrit les mécanismes de mise en scène et de construction ex nihilo d’une « communauté » unanime. Pour lutter contre le « pessimisme », état d’esprit témoignant de la « culture de la pauvreté4 » que la fondation veut précisément combattre, ces « cérémonies » fortement ritualisées et minutieusement préparées visent à créer « une forme d’égalité sociale entre des acteurs hétérogènes et très inégalement dotés » (p. 130). La rhétorique participative, néanmoins, masque mal la dimension « paternaliste » (p. 131) des relations qu’entretiennent les représentant-e-s de la fondation avec les habitant-e-s des quartiers. Duvoux montre ainsi qu’il existe ainsi une contradiction essentielle entre l’imposition d’un programme s’inspirant directement de la rhétorique humanitaire de la « soutenabilité » (c’est des pauvres que peut et que doit venir la lutte contre la pauvreté) et l’impératif d’une participation authentique et spontanée.

  • 5 Michelle Alexander, The New Jim Crow: Mass Incarceration in the Age of Colorblindness, New York, Th (...)

8Faisant la part belle à de longs récits d’interactions, le quatrième chapitre analyse plus en détail les différentes significations que donnent habitants des quartiers et salariés de la fondation à ces interactions. À partir de cas concrets, l’auteur montre comment discours critiques et adhésion à l’action de la FRA peuvent être reliés aux positions et aux trajectoires sociales qu’occupent aussi bien les habitants que les salariés. Alors que Duvoux accorde beaucoup d’importance à l’incarcération massive des jeunes Africains-Américains, il est étonnant que mention ne soit jamais faite de The New Jim Crow5, ouvrage désormais incontournable sur la question et dont la première édition s’est vendue à plus de 175 000 exemplaires et qui a déclenché un débat national sur le complexe industrialo-carcéral.

9Le dernier chapitre s’arrête longuement sur un épisode d’identification et de sélection d’un leader local, c’est-à-dire d’un habitant-relais des initiatives de la fondation. De la sorte, il montre comment la FRA, au-delà des discours de « participation » des habitants et de relations « égalitaires », garde la main sur le sens légitime qui doit être attribué à ses projets.

10L’objectif affiché de l’auteur est d’insister sur « l’effet propre des dimensions culturelles dans l’explication de la pauvreté urbaine » (p. 12). L’ouvrage accorde donc une grande importance aux interactions et aux représentations des enquêté-e-s. Selon Duvoux, « l’expérience des Africains Américains les plus défavorisés est marquée par un individualisme au niveau des représentations sociales et une fragilité au niveau de leurs liens sociaux. […] La distance à laquelle sont tenues les populations les plus défavorisées de la pleine participation se comprend autrement, non pas comme un défaut, mais bien comme un excès d’individualisme. » (p. 16) Cette affirmation est critiquable à au moins deux égards. Elle repose, d’une part, sur l’idée qu’il existe « une forme de lien social spécifique à la société étasunienne » (p. 32) : le volontarisme. Celui-ci désigne la manière dont l’individu et le collectif s’articuleraient différemment aux États-Unis. Or, la « caractéristique essentielle » (p. 32) du volontarisme, pour Duvoux, c’est le don – et notamment le « don philanthropique » – dans la mesure où la participation associative témoigne d’un « don de soi à la collectivité » en même temps qu’elle apparaît comme un « remède » visant à régénérer le système normatif américain, battu en brèche par le creusement des inégalités.

11Cette perspective culturaliste, qui prétend reconstruire un système culturel cohérent de normes, de représentations et de significations informant les pratiques des agents sociaux, s’appuie sur un présupposé théorique contestable mais fort répandu dans les études portant sur les États-Unis : l’idée d’une spécificité de la « culture » et de la « société » américaines, d’un « exceptionnalisme » américain. Ce parti pris théorique dessert d’autant plus le propos que l’auteur cherche justement à rompre avec la vision « culturaliste » (p. 22) qui informe l’action de la FRA, vision qui insiste davantage sur l’état d’esprit des dominés que sur les bases matérielles de la pauvreté. Car comme l’auteur le signale à juste titre, l’objectif de la FRA et de nombreuses autres fondations et nonprofits n’est pas tant de lutter contre les bases matérielles de la pauvreté que de « déstigmatiser [les quartiers paupérisés et ségrégés] en soutenant la ‟communauté” de ses habitants » (p. 21).

12Ainsi, la perspective culturaliste relègue dans l’ombre des aspects pourtant essentiels du fonctionnement des fondations philanthropiques : le travail quotidien, les rapports de pouvoir, les luttes symboliques au sein de ce que Duvoux présente, sans en dire plus, comme un « champ philanthropique » (p. 121), les sources de financement et le rapport aux donateurs privés, les mécanismes concrets d’attribution des bourses aux nonprofits, etc.

  • 6 On notera que la collection dans laquelle est paru l’ouvrage, dirigée par Serge Paugam, s’appelle j (...)
  • 7 Robert D. Putnam, Bowling Alone: the Collapse and Revival of American Community, New York, Simon & (...)

13D’autre part, et malgré les critiques qu’il lui adresse, l’entrée par le « lien social6 » reprend en partie l’approche par le capital social développée par Robert Putnam7. Le lien social tel que l’entend Duvoux n’est pas uniquement accumulation de connaissances ou de ressources via des liens interpersonnels : il est vu comme le vecteur d’une participation civique active. Le problème des Africains-Américains serait d’abord un problème de « distance à laquelle sont tenues les populations les plus défavorisées de la pleine participation » (p. 16, italiques dans le texte). Or, le postulat d’une connexion forte entre « lien social » et participation politique, jamais questionné, élude toute réflexion sur la participation politique elle-même. Que signifie, en pratique, « participer » ? Est-ce assister à une réunion publique et y parler ? Est-ce s’inscrire sur les listes électorales et voter ? Est-ce participer au jeu politique, dont les règles sont fixées par les dominants ? Autant de questions pourtant centrales qui ne sont jamais abordées.

Haut de page

Notes

1 D’une certaine manière, l’ouvrage peut être lu comme un prolongement des analyses des fractions progressistes des élites bostoniennes qu’a proposées Sylvie Tissot dans De bons voisins (Paris, Raisons d’agir, 2011).

2 Nicolas Duvoux, Les oubliés du rêve américain : Philanthropie, État et pauvreté urbaine aux États-Unis, Paris, PUF, 2015.

3 Le nom de la fondation a été anonymisé.

4 Concept élaboré dans les années 1960 qui a été largement repris par les élites intellectuelles et politiques conservatrices et libérales.

5 Michelle Alexander, The New Jim Crow: Mass Incarceration in the Age of Colorblindness, New York, The New Press, 2011.

6 On notera que la collection dans laquelle est paru l’ouvrage, dirigée par Serge Paugam, s’appelle justement « Le lien social ».

7 Robert D. Putnam, Bowling Alone: the Collapse and Revival of American Community, New York, Simon & Schuster, 2000. Les travaux de Putnam ont, comme Duvoux le précise d’ailleurs, fortement influencé l’action des fondations philanthropiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Petitjean, « Nicolas Duvoux, Les oubliés du rêve américain. Philanthropie, État et pauvreté urbaine aux États-Unis », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 27 octobre 2015, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19293

Haut de page

Rédacteur

Clément Petitjean

Doctorant en civilisation américaine (Paris-Sorbonne, HDEA), rattaché au laboratoire Printemps

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page