Navigation – Plan du site

Luca Greco (dir.), « Genre, langage et sexualité : données empiriques », Langage & Société, n° 152, 2015

Sophie Chetrit
Genre, langage et sexualité : données empiriques
Luca Greco (dir.), « Genre, langage et sexualité : données empiriques », Langage et société, n° 152, 2015, 160 p., Paris, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 9782735117536.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Luca Greco (dir.), « Recherches linguistiques sur le genre. Bilan et perspectives », Langage & Soci (...)

1Déjà à l’origine d’un récent numéro de Langage & Société consacré aux recherches linguistiques sur le genre1, Luca Greco, enseignant-chercheur à l’université Sorbonne-Nouvelle, confirme son intérêt pour le sujet. Dans ce nouveau dossier thématique, il s’attache plus précisément à montrer l’inscription de rapports hiérarchiques dans la langue, en mettant en lumière les enjeux de pouvoir sous-jacents aux pratiques de nomination et de catégorisation de la sexualité. Les contributeurs, chercheurs dans des universités françaises ou suisses, proviennent de disciplines variées comme la linguistique, la sociologie et/ou sont spécialistes des études de genre. Ils étudient des données, contextes et langues diverses, les objets d’études allant de l’analyse des propos tenus lors de coming out à celle des discours des employées de maison à Lima.

  • 2 Butler Judith, Gender Trouble, London, Routledge, 1990 ; Butler Judith, Bodies that matter. On the (...)

2Le coming out, en tant qu’« acte fondamental qui constitue l’identité de la personne homosexuelle » (p. 17) est l’objet qu’étudient Lorenza Mondada et Florence Oloff. Elles analysent les propos tenus aussi bien au cours d’un coming out hétérosexuel radiodiffusé, que lors de coming out postés sur YouTube par des célébrités ou de simples citoyens. Elles insistent sur les dimensions récurrentes d’une telle démarche, comme la mise en scène du dialogue ou encore son aspect public, qui marque une volonté de médiatiser le geste. Ainsi, elles s’interrogent sur cet acte fondamental. Considérant le coming out comme une « pratique langagière » (p. 26), elles montrent en quoi il reproduit l’évidence de la matrice hétérosexuelle2, puisqu’il ne prend sens qu’au sein d’un modèle asymétrique des identités sexuelles qui légitime d’abord les pratiques hétérosexuelles. En effet, le coming out n’a d’intérêt que dans des sociétés hétéro-normatives, où il paraît nécessaire d’affirmer l’existence et la légitimité de pratiques homosexuelles. La tension entre l’affirmation d’une identité gay à travers le coming out et l’orientation hétéro-normative sous-jacente est alors mise en avant.

  • 3 Braidotti Rosi, « Des organes sans corps », Les Cahiers du GRIF, vol. 36, n° 1987, p. 7-22.
  • 4 Butler Judith, Le pouvoir des mots : politique du performatif, Paris, Ed. Amsterdam, 2004.

3Ensuite, Noémie Marignier traite de la question de la mobilisation face au pouvoir médical. Elle analyse les pratiques discursives des femmes enceintes sur les forums de discussion, doctissimo.fr notamment. Elle étudie les discours de réticence de ces femmes face à l’accouchement médicalisé et au recours trop systématique à la péridurale ou à la césarienne. Il est ici question du pouvoir médical exercé sur le corps des femmes, ce pouvoir étant primordial dans les processus de domination patriarcale3. En mettant en avant l’ambiguïté du verbe « accoucher » (p. 47), verbe qui peut être transitif indirect ou bien intransitif, et qui se conjugue aussi bien avec l’auxiliaire être que l’auxiliaire avoir, l’auteure évoque différentes manières de vivre l’accouchement, opposant ainsi l’attitude passive des femmes lors d’un accouchement médicalisé à une position plus active dans un accouchement pouvant être qualifié de plus naturel. Elle utilise ensuite la notion d’agentivité, notion centrale dans les travaux de Judith Butler4 qui renvoie à la puissance d’agir, pour montrer en quoi cette revendication d’en revenir à un accouchement naturel se montre ambivalente. Si les femmes semblent affirmer leur puissance d’agir à travers une telle demande, elles redistribuent néanmoins leur agentivité à deux autres entités : le corps et le bébé. En effet, on note bien souvent, dans un premier temps, la disparition de la femme en tant que sujet du discours au profit du corps et de l’enfant. Dans un second temps, il est même possible de constater que ces deux entités perdent en agentivité au profit de la nature, à laquelle un rôle prépondérant est donné. Dès lors, il est possible d’interpréter cette disparation des agents dans le discours comme la réduction du pouvoir de décision des femmes, celles-ci ayant bien souvent intériorisé la domination.

4La notion de domination se trouve aussi explorée à travers l’étude de Carole Mick, qui se penche sur les discours d’immigrées péruviennes employées dans le secteur domestique, secteur qui constitue l’expression à la fois de la féminisation de la pauvreté, de la division sexuelle du travail et de l’espoir d’une mobilité sociale pour des femmes qui souhaitent échapper au mariage et à la maternité précoce en quittant leur domicile. L’auteure a effectué une trentaine d’entretiens semi-dirigés à Lima avec des employées de maison, visiteuses de l’ONG La Casa Panchita. Elle analyse ensuite l’emploi des genres dans l’espagnol en zone andine, une langue en contact avec des variétés de quechua, dialecte qui n’exige pas de marque systématiquement le genre au niveau grammatical. Ainsi, elle montre en quoi les représentations genrées se reflètent au niveau de l’utilisation des marques du genre grammatical dans l’espagnol en zone andine, la langue constituant le support formel des stéréotypes de genre. Alors que la forme féminine s’emploie pour désigner les victimes ou encore les personnes en bas de l’échelle sociale, la marque masculine désigne les coupables et la classe dominante. Il y a donc une réappropriation sémantique du genre grammatical. Si les locutrices discutent rarement de la dimension du genre, elles effectuent une distinction claire entre « univers féminin » et « univers masculin ». Les enquêtées reconstruisent ainsi les stéréotypes des rôles sociaux.

5Il faut donc porter son attention sur cette notion de stéréotype, puisqu’elle influe en elle-même sur la perception de la parole. C’est ce que montre Aron Arnold dans le dernier article du dossier, en expliquant comment le processus de perception est structuré par les représentations stockées en mémoire. L’auteur effectue un sondage sur la première impression produite par une voix, à partir de six extraits de locuteurs de moins de 25 ans, dont les voix ont été resynthétisées afin de correspondre à des fréquences définies. Ensuite, il a cherché à définir des associations cognitives entre fréquences vocales et attitudes. Ainsi, les fréquences basses liées aux voix masculines sont davantage liées à l’assertivité, à l’autorité, à la confiance en soi ou encore à l’agressivité quand les fréquences hautes, plutôt associées aux voix féminines, évoquent souvent un manque de confiance en soi, une certaine soumission, voire de la déférence. Dès lors, l’auteur souligne le fait que les stéréotypes de genre sont moins connus et moins dénoncés que les stéréotypes raciaux, qui souvent suscitent une certaine autocensure.

6Le dossier thématique « Genre, langage et sexualité : données empiriques » s’appuie donc sur des contextes, des données et des langues très diverses pour comprendre l’inscription des représentations genrées dans la langue. Cette étude pluridisciplinaire fait état de recherches récentes croisant différents domaines d’études : les études genre, la linguistique, la sociologie, l’anthropologie et l’ethnologie. Celles-ci prennent tout leur sens notamment si l’on considère, comme Natacha Chetcuti et Luca Greco, que le langage comme est « la face cachée du genre » (p. 7).

7Pour autant, le langage n’est pas présenté ici comme un miroir mais comme un outil de construction de la société. D’une part, il faut noter que le langage est l’expression des inégalités. De l’autre, considérer qu’il peut permettre en lui-même de se réapproprier des espaces d’action, d’un point de vue politique notamment. De nombreux enjeux s’imposent à travers des pratiques langagières de nomination. Cette approche constructive, ou du moins anti-structuraliste, semble se fonder sur les grandes théories féministes. Judith Butler notamment, évoquait la construction du genre par le langage. Si cette conception transparait de manière générale dans les études touchant à l’aspect politique du langage, elle permet toutefois dans notre cas, de comprendre les discours communs de femmes ne portant guère de revendications féministes, que ce soit les femmes françaises s’exprimant sur doctissimo.fr ou les employées de maison au Pérou témoignant lors d’entretiens.

8Les Gender et language studies ont de ce fait vocation à montrer l’inscription du genre dans la langue, l’étude des pratiques discursives offrant la possibilité de comprendre les rapports de domination. Si ce sujet fait l’objet de beaucoup de travaux aux États-Unis, il n’est encore que peu exploité en France. Dès lors ce dossier thématique, qui s’inscrit dans la continuité de celui publié en 2014, montre la richesse d’un champ d’étude nouveau.

Haut de page

Notes

1 Luca Greco (dir.), « Recherches linguistiques sur le genre. Bilan et perspectives », Langage & Société, n° 148, juin 2014 ; compte rendu de Lucy Michel pour Lectures : https://lectures.revues.org/15262.

2 Butler Judith, Gender Trouble, London, Routledge, 1990 ; Butler Judith, Bodies that matter. On the Discursive Limits of Sex, London, Routledge, 1993.

3 Braidotti Rosi, « Des organes sans corps », Les Cahiers du GRIF, vol. 36, n° 1987, p. 7-22.

4 Butler Judith, Le pouvoir des mots : politique du performatif, Paris, Ed. Amsterdam, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Chetrit, « Luca Greco (dir.), « Genre, langage et sexualité : données empiriques », Langage & Société, n° 152, 2015  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 28 octobre 2015, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19298

Haut de page

Rédacteur

Sophie Chetrit

Étudiante en master de philosophie politique et économie à l’IEP de Lille.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page