Navigation – Plan du site
Le Goût des Autres

Le Goût des Autres

De l'Exposition coloniale aux Arts premiers
Benoît de L’Estoile, Le Goût des Autres. De l'Exposition coloniale aux Arts premiers, Flammarion, 2007, 454 p., EAN : 9782082104982.
Notice publiée le 28 mars 2008

Présentation de l'éditeur

La diversité culturelle est aujourd'hui proclamée " patrimoine mondial de l'humanité ". C'est aussi pour célébrer sur le mode esthétique la diversité des cultures qu'un musée consacré aux " Arts et civilisations d'Afrique, d'Amérique, d'Asie et d'Océanie ", a été ouvert en 2006 à Paris, quai Branly. S'il rencontre le goût contemporain pour l'exotisme, le choix de bâtir un palais aux Arts premiers pour remplacer le musée de l'Homme ne va pas de soi. Par-delà les polémiques opposant art et ethnologie, quel sens a un " musée des Autres " dans un monde post-colonial où se redéfinissent les frontières entre Nous et les Autres ? Par ce qu'il choisit de montrer, un musée réalise une mise en ordre du monde où nous vivons. Analyser les façons dont leurs objets ont été exposés au cours de l'histoire permet d'interroger les transformations de notre regard sur les hommes et les femmes des autres continents. Le goût des Autres s'affirme en France dans l'entre-deux-guerres, entre " Art nègre " et ethnologie. L'Exposition coloniale de 1931 célèbre la variété des civilisations de l'empire, tandis que le musée de l'Homme, pour réaliser l'inventaire de la diversité humaine, envoie ses ethnographes sur des terrains lointains dont ils rapportent une moisson d'objets. Aujourd'hui célébrés comme autant d'uvres d'art, ces objets sont aussi, de plus en plus, réclamés par ceux qui s'en disent les héritiers pour affirmer leur identité. Que faire devant de telles remises en question ? Peut-on tourner la page coloniale comme on oublie un mauvais souvenir ? Interrogeant à la fois les discours savants et les mythes qui orientent notre regard sur les Autres, tel celui de " peuples premiers " qui seraient en harmonie avec la nature, cet ouvrage propose un regard anthropologique sur la façon dont les Occidentaux conçoivent leur propre place dans le monde. En comparant le cas français à d'autres, de l'Italie aux États-Unis en passant par la Grande-Bretagne ou le Mexique, il explore de nouvelles façons de présenter aux visiteurs des mondes différents du nôtre, mais en relation avec lui.

Haut de page

Notes de la rédaction

Les premières lignes...

« Vous devenez explorateur » : telle était l'aventure suggérée aux premiers visiteurs du musée du quai Branly lors de son ouverture au public en juin 2006. Proposant « une visite de découverte » des « arts et civilisations d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques », marquée par des « escales » sur les quatre continents non européens, le petit Carnet de voyage qu'ils se virent remettre offrait deux pages blanches pour noter des « impressions de voyage ». En effet, expliquait la brochure, « vous venez de faire le tour du monde en 60 minutes ». Ce message résonne comme l'écho d'autres plus anciens. En 1953, une affiche proclamait : « Faites le tour du monde en 2 heures au musée de l'Homme. » Vingt ans plus tôt, en 1931, un des slogans de l'Exposition coloniale de Vincennes était : « Vous êtes invités à venir faire le tour du monde en un jour. » Sommé de rivaliser avec Phileas Fogg, le visiteur est ainsi convié à réaliser toujours plus vite le tour de la planète. Le musée du quai Branly n'est donc que la dernière incarnation de ce projet de faire découvrir le monde en miniature. Pourtant, il ne s'agit pas du même monde : le monde extérieur a changé, tout comme le monde du musée lui-même. C'est précisément aux transformations dans la façon de mettre le monde en musée que je vais ici m'intéresser...

Haut de page