Navigation – Plan du site

Eric Fassin (dir.), « Les langages de l'intersectionnalité », Raisons politiques, n° 58, 2015

Héloïse Thomas
Les langages de l'intersectionnalité
Eric Fassin (dir.), « Les langages de l'intersectionnalité », Raisons politiques, n° 58, 2015, 130 p., Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 9782724634075.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Intersectionality en anglais ; en raison de sa transparence, et de sa qualité de néologisme en fran (...)
  • 2 Parmi les articles de K. Crenshaw traitant de cette problématique, on notera en particulier « Demar (...)

1Venue des États-Unis, l’intersectionnalité1 a fait son entrée depuis une dizaine d’années dans les milieux universitaires français, notamment dans la pensée du genre. Ce concept, popularisé par les travaux de la juriste afro-américaine Kimberlé Crenshaw dans les années 80 et 902, propose une nouvelle approche de la pluralité des minorités – qu’elles soient définies par des critères de genre, race, sexualité, classe, ou même âge ou handicap – en se plaçant aux points d’intersection des catégories créées par les systèmes de domination : on ne peut plus, en effet, considérer ces catégories de manière discrète et isolée car elles se recoupent et se conditionnent entre elles. Ce numéro de raisons politiques, à travers six articles en anglais et en français, cherche ainsi à multiplier les angles d’approche de l’intersectionnalité en proposant des perspectives françaises sur des recherches étatsuniennes et en élargissant ces dernières à un cadre transnational.

2Dans l’article ouvrant le dossier, « D’un langage l’autre. L’intersectionnalité comme traduction », Éric Fassin envisage l’intersectionnalité sous l’angle de la traduction et retrace la manière dont l’évolution du rapport en France au concept d’intersectionnalité est emblématique des difficultés et des subtilités qu’il recouvre. Revenant sur ses propres travaux, il rappelle que « les formes de domination ne sauraient être détachées de leurs représentations » (p. 15), et souligne la manière dont le contexte des analyses des relations de domination (prenant en compte à la fois l’objet analysé et le sujet qui analyse) influe sur le cadre théorique de l’analyse. Une question primordiale se pose alors : « puisque le savoir est “situé”, en changeant de terrain, est-on condamné à changer de paradigme ? » (p. 19). Autrement dit : peut-on parler réellement d’intersectionnalité en France, telle que cette notion est entendue aux États-Unis ? Les rhétoriques autour de la race, du genre, de la sexualité et de la classe diffèrent dans chaque pays : il faut donc au moins réévaluer l’armature théorique de ce concept, qui propose un outil efficace pour penser les systèmes de domination mais doit lui-même être constamment repensé afin de préserver son efficacité.

3Deux articles s’attachent particulièrement à mettre en évidence cette « circulation » dont l’intersectionnalité a fait preuve, afin d’éviter une pensée cantonnée aux contextes étatsusiens et européens ; ils réfléchissent à ce qu’on pourrait appeler le « tournant intersectionnel » dans la pensée féministe depuis un point de vue transculturel et transnational. Ainsi, Urmila Goel situe sa première prise de contact avec le concept d’intersectionnalité hors des frontières académiques européennes, lorsqu’elle interviewait des militantes féministes queer en Inde, et poursuit en croisant l’évolution des théories et de la terminologie des études de genre en Allemagne avec une enquête sur les infirmières indiennes en Allemagne (de l’Ouest). Mara Viveros Vigoya se place depuis l’Amérique Latine, afin de donner une meilleure appréciation de l’apport des féministes latino-américaines ; elle revient sur les travaux qu’elle a pu effectuer sur les identités masculines en Colombie afin de souligner que le genre doit être considéré moins comme une catégorie descriptive et davantage comme « un outil d’analyse critique des rapports de pouvoir ».

4Les autres articles privilégient, quant à eux, une approche plus théorique mais tout aussi pertinente pour mesurer à la fois l’intérêt et les limites du concept d’intersectionnalité. Dans « L’intersectionnalité contre l’intersection », Sébastien Chauvin et Alexandre Jaunait rappellent que la première est la déconstruction critique de la seconde, et non un simple synonyme. Ils cherchent ainsi à envisager la postérité critique des théories de l’intersectionnalité, en évitant le piège de l’impératif universaliste et en formulant des solutions aux problèmes que fait ressortir l’intersectionnalité. Partant du constat que la démarche ethnographique est peu exploitée dans les travaux sur l’intersectionnalité, Sarah Mazouz examine l’apport de l’ethnographie qui peut « mettre en lumière différentes modes d’articulation en rapportant leur imbrication aux situations concrète où elle se réalise » (p. 76) : l’ethnographie permet donc un ancrage concret et une analyse bien plus fine car elle empêche d’essentialiser toute analyse des rapports de domination. Enfin, Nira Yuval-Davis expose comment l’analyse intersectionnelle située permet de rendre compte d’inégalités sociales très diverses qui opèrent sur différents plans : politique, économique, communautaire et intersubjectif. La force du cadre théorique de l’intersectionnalité est alors de présenter ces inégalités comme simultanées et inextricablement liées.

5Un essai sur le pouvoir dans la pensée foucaldienne et trois critiques de livres viennent clore la revue : sans pour autant se rattacher à l’intersectionnalité (ils ne sont d’ailleurs pas inclus dans le dossier au cœur de ce numéro), ils présentent tous une démarche conceptuelle qui s’en approche. Dans son article intitulé « Vérité du pouvoir et puissance de l’autorité », Thomas Boccon-Gibod propose une nouvelle lecture de l’analyse foucaldienne des rapports de pouvoir au prisme de la question de la vérité, ce qui lui permet d’ouvrir de nouvelles pistes de réflexion dans le champ de la philosophie politique, pour mieux repenser le concept d’autorité. Quant aux trois livres recensés, ils ont tous en commun de mobiliser plusieurs domaines d’études : Savoirs de gouvernement. Circulation(s), traduction(s), réception(s) (dirigé par Martine Kalyszynski et Renaud Payre) se penche sur « les phénomènes d’échanges, de transferts et d’hybridations constitutifs » des savoirs de gouvernement ; Kafka en colère (Pascale Casanova) avance une lecture qui relie l’analyse littéraire à la dimension politique de l’œuvre kafkaïenne ; L’économiste, la cour et la patrie. L’économie politique dans la France des Lumières (Arnault Skornicki) étudie le phénomène de dépolitisation dans le champ de la science économique en se situant dans la période pré-capitaliste du XVIIIsiècle. Il est aisé de voir comment ces réflexions peuvent se rapprocher d’une démarche intersectionnelle en participant à un décloisonnement entre les disciplines : en établissant une cohérence méthodologique entre le dossier consacré à l’intersectionnalité et le reste des articles, l’ensemble de ce numéro souligne ainsi la pertinence du concept et ses multiples applications dans les champs des sciences humaines et sociales.

Haut de page

Notes

1 Intersectionality en anglais ; en raison de sa transparence, et de sa qualité de néologisme en français, le mot a été traduit littéralement.

2 Parmi les articles de K. Crenshaw traitant de cette problématique, on notera en particulier « Demarginalizing the intersection of race and sex: A black feminist critique of antidiscrimination doctrine, feminist theory, and antiracist politic » (The University of Chicago Legal Forum, 1989, p. 139-167) et « Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur » (1991, trad. Fr. Oristelle Bonis, Cahiers du genre, 2005, vol. 2, n° 39, p. 51-82).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Héloïse Thomas, « Eric Fassin (dir.), « Les langages de l'intersectionnalité », Raisons politiques, n° 58, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 29 octobre 2015, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19321

Haut de page

Rédacteur

Héloïse Thomas

Ancienne normalienne et agrégée d’anglais, Héloïse Thomas-Cambonie est doctorante contractuelle à l’Université Bordeaux Montaigne. Ses recherches portent sur la formation du sujet politique dans la littérature contemporaine américaine ; elle poursuit en parallèle des projets de traduction

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page