Navigation – Plan du site

« Technopoles radieuses », Revue Z, n° 9, 2015

Simon Ridley
Technopoles radieuses
« Technopoles radieuses », Revue Z, n° 9, 2015, 216 p., Montreuil-sous-Bois, Les Ami-e-s de Clark Kent, ISBN : 9782748902433.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On trouvera des articles ainsi que les sommaires des anciens numéros à l’adresse suivante : http:// (...)

1Depuis sept ans, la Revue Z, revue itinérante d’enquête et de critique sociale, prend le temps d’offrir une perspective indépendante, approfondie, clairement engagée (quand ce n’est en lutte) et toujours sans étiquette, sur les excès (technologiques, en particulier) de notre société de gaspillage compulsif. Les huit numéros précédents1 ont tous en commun leur orientation militante. Ils traitent de l’actualité politique – de Notre-Dame-des-Landes à Fukushima en passant par Thessalonique – avec un regard composite, mêlant le proche et le lointain, dans l’espace comme dans le temps.

2Publié par l’association des Ami-e-s de Clark Kent et édité par Agone, ce travail collectif se démarque d’emblée par son originalité. « La bande à Z » allie analyses, discussions, entretiens, enquêtes, reportages, témoignages, récits dessinés, poèmes et même jeux, ce qui offre à la revue une richesse textuelle impressionnante. Son grand format A4 et sa maquette qui fait une large place aux photographies et aux dessins – produits, pour ce numéro, par pas moins de treize illustrateurs – concourent à singulariser la revue comme un objet inclassable, entre le fanzine amélioré et la revue universitaire engagée.

3Originale, la méthode de travail « itinérante » l’est aussi. C’est grâce à Gigi, le « camion-rédaction », que l’équipe quitte sa base de Montreuil et dérive, à chaque numéro, vers le terrain choisi pour y réaliser une immersion d’un mois environ. Si le camion a fini par rendre l’âme, c’est dans un squat féministe à Toulouse que « les rédacteurs de Z, en majorité des rédactrices d’ailleurs, et même leurs bébés » ont posé leurs bagages, pour cette neuvième édition de la revue intitulée « technopoles radieuses ».

4Le dossier thématique se décline en quatre parties. En guise d’introduction, « L’utopie des technopoles radieuses » permet de dresser un cadre historique et théorique en explicitant la genèse des technopoles. L’article retrace les liens, désormais historiques, entre centres de recherche et industries de l’armement étatsuniens : passage de la théorie de la cybernétique à celle de la ville connectée, de la contre-culture à la cyberculture.

  • 2 Voir par exemple Michael Sorkin (dir.), Variations on a Theme Park. The new American city and the e (...)

5Le chapitre d’ouverture, intitulé « Sous la haute surveillance de machines pleines d’amour et de grâce », est consacré à la baie de San Francisco, berceau de la fameuse Silicon Valley. Il s’articule autour de trois sous-parties. « Feue San Francisco » commence par constater la mort de ce qui a fait la richesse culturelle de la ville : la fameuse Beat generation, ses Diggers et Hippies, ses aspects alternatifs, contestataires et libertaires, incarnés par Ginsberg ou Kerouac, entre autres. La gentrification à grande vitesse des anciens quartiers populaires de cette cité, sous l’impulsion des promoteurs peu scrupuleux répondant à la demande des techies, en est désignée comme cause principale. Qui sont donc ces techies ? L’article « Dans la Google du loup » en dépeint une image somme toute bien connue2 : des cadres aisés de start-up, qui sont les promoteurs insouciants d’un post-humanisme électronique composé de machines et de cyborgs. « Oakland of freedom » clôt ce premier chapitre en nous présentant cette ville du sud de la baie, qui s’est largement construite dans l’ombre, et souvent à l’encontre, de San Francisco. Les héritages et le dynamisme militant d’Oakland expliquent que les tensions entre les différents protagonistes y soient particulièrement vives.

  • 3 Le projet « Derrière les tôles », qui a débuté en 2009, vise à appréhender l’environnement changean (...)

6La seconde partie se tourne vers l’Inde, avec comme focale « Bangalore l’accélérée ». On y voit les ravages de la technopole et de son idéologie. Le grand projet inutile – sauf pour les industriels – du métro de Bangalore montre une société binaire, illustrée par les exemples antagonistes de Mavallipura, ville pauvre polluée par une décharge géante, et de Palm Meadows, la gated community des cadres d’IBM, dont le souci le plus important serait la nuisance causée par « le linge qui pend aux fenêtres » des voisins. Cette bipolarité se retrouve aussi avec le fichage informatique de la population indienne, déguisé en projet social par les entrepreneurs. Ce projet est mis en balance avec des portraits de travailleur-se-s migrant-e-s venus du nord de l’Inde pour construire le métro de Bangalore, dont les témoignages ont été recueillis par des cinéastes indiennes3.

  • 4 Selon Célia Iozard, les roboticiens légitiment l’intérêt de leurs travaux en se targuant de « répon (...)
  • 5 Le poème est extrait du livre de Jenny Chan, Xu Lizhi, Yang, La Machine est ton seigneur et ton maî (...)
  • 6 Nous respecterons ici l’usage typographique visant à distinguer entre les personnes participant à u (...)

7La troisième partie, intitulée « Toulouse la gagne », est la plus conséquente du numéro. Elle est composée de neuf entrées principales. Dans un premier temps, la notion d’innovation est mise à mal par Célia Izoard en tant qu’idéologie d’une forme de conservatisme éclairé. Deux lettres ouvertes à des chercheurs du laboratoire LAAS-CNRS (Laboratoire d’analyse et d'architecture des systèmes) pointent ensuite le paradoxe de ces roboticiens, qui rêvent de créer des robots humanoïdes mais semblent complètement déconnectés des conséquences de leurs recherches et aveugles aux questions éthiques les plus évidentes4. Un entretien avec le sociologue David Gaborieau suivi de témoignages de deux ex-préparateurs de commandes pour une grande surface et finalement celui d’un travailleur informatique précaire, montrent la triste réalité d’un monde du travail gouverné par les algorithmes et les machines, qui imposent des cadences toujours plus infernales. Le point culminant du malaise technologique se dessine sans doute dans l’émouvant poème, « Le dernier cimetière »5, écrit par Xu Lizhi, salarié de l’entreprise Foxconn, qui s’est jeté de la fenêtre du dortoir de l’usine de Shenzhen le 30 septembre 2014 ; il avait 24 ans. Le dossier tourne alors son attention vers les moyens possibles pour contrer cette injonction technologique écrasante. En procédant toujours par alliance entre articles analytiques et témoignages de terrain, la revue réussit à faire tomber de nombreux stéréotypes. Les trois articles sur la culture Sourde6 montrent que, loin de vouloir acquérir un sens auditif grâce à la technologie de l’implant cochléaire, de nombreux Sourds préfèrent au contraire s’épanouir grâce à la langue des signes, qui a longtemps été interdite. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le théâtre, la musique et le militantisme sont des activités prisées par cette communauté. Les préjugés concernant l’explosion de l’usine AZF (AZote Fertilisant) en 2001 sont aussi exposés. Les médias qui ont érigé l’accident en plus grande « catastrophe » industrielle française oublient trop souvent l’histoire de cette usine nauséabonde, qui a imposé au voisinage une odeur d’ammoniac permanente et les problèmes de santé qu’elle a engendrés depuis des décennies. Des témoignages sur les évènements, ainsi que sur les luttes successives depuis les années 1970, montrent bien l’incapacité des technocrates à comprendre la situation des personnes touchées par ce drame. Envoyer les CRS « sécuriser » les quartiers pauvres mitoyens de l’usine et demander aux habitants de se calfeutrer chez eux, alors que l’explosion a soufflé les fenêtres, blessé de nombreuses personnes et répandu un nuage vraisemblablement toxique sur la zone relève, dans le meilleur des cas, de l’incompétence la plus crasse. La décision quelque peu cynique de construire un « cancéropôle » sur le site de cette usine chimique, alors que les retombées de l’explosion en termes de santé publique sont encore méconnues et risquent de se perpétuer encore longtemps, démontre une volonté de la part des représentants politiques d’ignorer les causes du problème de fond.

  • 7 L’article « Abécéterre » indique, à la lettre P : « La “Profession”, c’est un mot qui illustre la p (...)

8« Des vues sur la terre » est la partie – surement la plus engagée des quatre – qui vient clore le dossier. On quitte ici le centre chimique toulousain et on se dirige vers les champs auxquels une grande partie des produits chimiques – l’azote en particulier – sont destinés. Les luttes contre la construction du barrage sur le Tescou et les ravages de la forêt de Sivens dénoncent une industrie agroalimentaire automatisée, représentée par la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles). Sous l’égide de l’INRA (Institut national de la recherche agronomique), cette industrie s’est coupé des semences traditionnelles adaptées à son terroir, à la recherche de gains de productivité. C’est « la profession »7 qui est le défenseur principal du barrage, et ce souvent de manière violente. Car l’enjeu est de taille : d’une part, l’eau est destinée aux semences de maïs hybrides, gourmandes en saison sèche, dont les producteurs sont les plus gros exploitants et cultivent des liens étroits avec leurs réseaux ; d’autre part, la construction du barrage profite quasiment exclusivement à un réseau de copinage, pour ne pas dire de corruption, financé sur fonds publics et dont les profits sont systématiquement privatisés. L’enquête sur le maitre d’œuvre du barrage, la CACG (Compagnie d’aménagement des coteaux de Gascogne), met en lumière ce système corrompu dont l’issue fatale est une « bulldozerisation » systématique de la nature et de la société. Les résistants, comme ceux de la ZAD du Testet, témoignent ici des difficultés à faire face à ce rouleau-compresseur qui n’a aucune considération pour la vie, qu’elle soit humaine, animale ou végétale. Rémi Fraisse, jeune botaniste de 21 ans, a en effet été abattu dans la forêt de Sivens par la gendarmerie le 26 octobre 2014. Le dossier se termine tout de même sur une note plus positive, avec un reportage sur la ferme de Fontié dans le Tarn. Là, un collectif cherche à « inventer une nouvelle condition paysanne » en puisant dans un passé dont les industriels ont fait table rase, et ainsi donner vie à un projet commun de lutte contre les normes de l’agriculture contemporaine.

9Cette expérimentation originale, tout comme cette revue, ouvrent sur des questions en tous genres qui resteront en suspens. Poser les bonnes questions importe sans doute plus que les réponses apportées. Et questionner le rapport de notre société à la technologie est une bonne question aujourd’hui. L’alliance entre la contextualisation historique, les regards hétéroclites – sur les plans théoriques et pratiques – et les témoignages variés, permet à la Revue Z d’apporter un début de réponse que nous pouvons tous nous approprier.

Haut de page

Notes

1 On trouvera des articles ainsi que les sommaires des anciens numéros à l’adresse suivante : http://ancien.zite.fr/-Le-Journal- ; un nouveau « zite » est en construction, on peut s’abonner ou faire un don à la revue en suivant le lien suivant : http://www.zite.fr/.

2 Voir par exemple Michael Sorkin (dir.), Variations on a Theme Park. The new American city and the end of public space, New York, Hill and Wang, 1992 et en particulier la contribution de Langdon Winner, « Silicon Valley Mystery House », p. 31-60.

3 Le projet « Derrière les tôles », qui a débuté en 2009, vise à appréhender l’environnement changeant de Bangalore grâce à la vidéo notamment. Voir : www.tinsheets.in.

4 Selon Célia Iozard, les roboticiens légitiment l’intérêt de leurs travaux en se targuant de « répondre à la demande sociale », mais ils seraient bien en peine de justifier concrètement la réalité de cette demande. Voir aussi l’émission des Nouvelles vagues, sur les robots, en compagnie de Célia Izoard, sur France Culture : http://www.franceculture.fr/emission-les-nouvelles-vagues-robots-15-un-robot-pour-quoi-faire-2015-10-12.

5 Le poème est extrait du livre de Jenny Chan, Xu Lizhi, Yang, La Machine est ton seigneur et ton maître, Marseille, Agone, 2015, traduit par Alain Léger et Célia Izoard.

6 Nous respecterons ici l’usage typographique visant à distinguer entre les personnes participant à une communauté et une culture Sourde et les personnes sourdes qui ont une déficience auditive et qui ne participent pas à cette culture. La Revue Z avertit le lecteur : « Un usage peu académique de la majuscule S peut dérouter le lecteur. Cet usage a été initié par James Woodward, linguiste Sourd de l’université étatsunienne Gallaudet, en 1972, afin de distinguer le point de vue médical, qui voit la surdité comme une déficience physiologique et se focalise sur une oreille à traiter en mettant la personne au second plan, de la surdité comme identité et comme culture, revendiquées par de nombreux Sourds depuis le XIXe siècle » (p. 91).

7 L’article « Abécéterre » indique, à la lettre P : « La “Profession”, c’est un mot qui illustre la place qu’a prise la FNSEA dans le paysage. Il désigne à la fois le syndicat et l’ensemble du monde agricole, comme si l’un représentait entièrement l’autre, au point de se confondre. Alors que les intérêts défendus par la FNSEA sont loin d’être ceux de tous les agriculteurs » (p. 173).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Ridley, « « Technopoles radieuses », Revue Z, n° 9, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19322

Haut de page

Rédacteur

Simon Ridley

Doctorant en sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre, laboratoire Sophiapol (EA 3932).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page