Navigation – Plan du site

Stéphanie Barral, Capitalismes agraires. Économie politique de la grande plantation en Indonésie et en Malaisie

Marc-Antoine Morier
Capitalismes agraires
Stéphanie Barral, Capitalismes agraires. Économie politique de la grande plantation en Indonésie et en Malaisie, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2015, 240 p., ISBN : 9782724617306.
Haut de page

Texte intégral

1Avec 14 millions d’hectares cultivés, l’Indonésie et la Malaisie sont les premiers producteurs et exportateurs d’huile de palme au monde. 80% de la production mondiale provient de ces deux pays d’Asie du Sud-Est, qui emploient 2 millions d’ouvriers, permanents et temporaires. Cet ouvrage retrace l’histoire de ce capitalisme agraire, depuis sa genèse durant la période coloniale jusqu’à aujourd’hui. Dans cette perspective, la sociologue Stéphanie Barral s’appuie sur les outils de la sociologie du travail et de la sociologie économique pour interpréter des données issues d’observations participantes et d’entretiens menés entre 2010 et 2011 dans les provinces de Sumatra Nord, Riau, Bengkulu et Kalimantan Est. On trouvera ainsi une analyse des rapports qu’entretiennent les ouvriers agricoles à la terre, à l’emploi et aux solidarités, articulée à l’analyse des régulations nationales et transnationales encadrant les entreprises employant ces mêmes ouvriers.

2Stéphanie Barral positionne également son travail dans le sillage des études sociologiques du capitalisme depuis Karl Marx jusqu’à Fernand Braudel, en passant par Max Weber et Karl Polanyi. Schématiquement, tous ces auteurs arguent que l’installation d’un régime capitaliste de production agraire se réalise au détriment des rapports sociaux sous-jacents aux régimes de production antérieurs ; en l’occurrence féodaux (Marx), patriarcaux (Weber), communautaires et ruraux (Polanyi). Les travaux de Braudel soutiennent la même idée de dissolution des organisations traditionnelles des liens sociaux dans et par le capitalisme agraire. Cette généalogie, et l’état de la question qu’elle lègue, l’auteure en fait son point de départ pour s’en démarquer ultérieurement : l’une des thèses centrales du l’ouvrage défend que les liens sociaux traditionnels, plutôt que de disparaître, se recomposent et se réorganisent à l’intérieur des structures capitalistes de plantation. L’épargne collective en fournit l’exemple.

3Les cas indonésiens et malaisiens servent plus généralement à comprendre les conditions d’émergence et de développement du capitalisme agraire en Asie. Comment s’est historiquement construite l’expansion des plantations de palmier à huile dans le contexte post-colonial ? La domination du secteur de l’huile de palme par des firmes agro-industrielles interroge en effet l’envers socio-politique de cette mainmise. Les rapports de coopération et de concurrence qui unissent et/ou désunissent ces entreprises sont aussi décisifs. Est donc placée au cœur de l’analyse la relation diachronique entre régulation institutionnelle, stratégies d’entreprise et état du marché de la terre et du travail. C’est à travers ce triptyque que l’auteure élabore sa compréhension des comportements qu’elle a observés dans les plantations agricoles parmi les ouvriers (permanents) et les dirigeants. Passons désormais en revue les différentes parties composant cet ouvrage.

4Les deux premiers chapitres reconstruisent l’histoire du capitalisme agraire en Indonésie et en Malaisie ; le premier durant la période coloniale, de 1860 à 1930, le second depuis les indépendances (1945 pour l’Indonésie et 1957 pour la Malaisie) jusqu'à aujourd’hui. Le point de vue est macro-social et accorde une attention soutenue aux évolutions de la situation politique et de l’environnement institutionnel qui en sont solidaires. La démonstration souligne à quel point l’organisation du travail et la relation salariale au sein des plantations sont étroitement tributaires des rapports de force entre tutelles coloniales, syndicats ouvriers, hommes politiques nationalistes et patronat. Ainsi, sous l’effet de la révolution industrielle européenne – qui soutient une demande exponentielle de matière première, acheminée depuis la Malaisie et l’Indonésie –, la rationalisation de la production s’organise, qui voit le travail forcé évoluer vers des formes paternalistes d’encadrement de la main d’œuvre. À la coercition physique se substitue un contrôle de la vie privée. Dans les marges d’un système qu’ils ignorent, les coolies improvisent des stratégies d’autonomisation reposant sur l’accès à la terre et les liens communautaires alors que les autorités coloniales tentent parallèlement de contrôler ces exploitations. La décolonisation, deuxième séquence du livre, ouvre sur un ensemble de revendications sociales remettant en cause la domination occidentale. Les plantations deviennent intégrées au projet nationaliste qui anime les deux pays. Mais ce nouveau rapport de force ne parvient que marginalement à améliorer la condition ouvrière dans les plantations. Celles-ci se trouvent en effet captées par les élites politico-économiques des deux pays nouvellement indépendants. Dans cette nouvelle configuration, la précarisation des familles ouvrières résulte d’un affaiblissement des syndicats, tant dû à la segmentation du travail (création d’un double statut salarié) qu’au soutien politique dont bénéficient alors les entreprises capitalistes. Ce soutien reflète le passage plus général qui s’opère entre État-nation et État développementiste. L’industrialisation est au centre de cette transition qui, au cours des années 1970, a conduit à la domination économique du secteur de l’huile de palme.

  • 1 Johnson Chalmers, Miti and the Japanese Miracle: The Growth of Industrial Policy (1925-1975), Palo (...)

5Les chapitres 3 et 4 dressent au cas par cas les caractéristiques des capitalismes agraires malaysiens et indonésiens. L’idéal-type d’État développementiste (Developmental State)1 informe cette description, centrée sur les politiques économiques d’industrialisation des deux pays. Du côté de la Malaisie, la NEP (New Economic Policy) constitue l’instrument majeur de ces politiques. L’analyse du cas indonésien qui fait suite montre que le régime nationaliste et autoritaire instauré par Suharto (l’Ordre nouveau de 1966 à 1998) figure également un projet développementiste au service de la construction de l’État-nation. Formalisation du droit du travail, répression des syndicats, primat de la législation foncière sur l’organisation coutumière et attribution de terres exploitables aux dirigeants dessinent les contours de ces politiques de soutien au capitalisme agraire. Quand bien même ces capitalismes agraires convergent vers une hégémonie économique similaire de la plantation, la comparaison de leurs histoires politiques respectives plaide en faveur de leur distinction (p. 148). D’abord, en Malaisie, les grandes plantations jouent un rôle central dans la politique d’industrialisation alors qu’elles ne disposent que d’un rôle mineur dans celle de l’Indonésie. Le rapport des deux pays au droit du travail est également différent. En Malaisie, la segmentation du marché s’opère entre travailleurs malais et migrants alors qu’elle s’effectue entre travailleurs temporaires et permanents chez son voisin indonésien. Enfin, la territorialisation des politiques et la place de l’agriculture familiale dans la production agricole différencient également les deux pays.

  • 2 Foucault Michel, Surveiller et punir, naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

6L’avant-dernier chapitre de l’ouvrage explore la question des tentatives de stabilisation des populations migrantes en Indonésie par des technologies de contrôle. Il emprunte à Michel Foucault son « gouvernement des corps et des âmes »2 pour analyser l’encadrement des ouvriers dans les plantations (p. 154). Cette partie, la plus empirique parce qu’élaborée à partir d’une expérience ethnographique, nous apprend que la maximalisation de la productivité s’appuie sur des règles hygiénistes et morales que des dispositifs bureaucratiques, spatiaux et scéniques disséminent dans le quotidien des ouvriers. Alignements de maisons aux plans standardisés, centralité de la mosquée, concours de propreté ou encore régulation des naissances comptent parmi les multiples supports de l’encadrement paternaliste des ouvriers. Faire travailler dans les plantations, c’est donc prendre soin des âmes et des corps. C’est aussi connaître chacun des ouvriers, considérés comme la progéniture de leurs directeurs (p. 163). Évidemment, ces intrusions suscitent des résistances, qui ne se transforment cependant pas en revendication collective. Stéphanie Barral montre en effet que, dans un contexte de rareté de l’emploi, la sécurité économique prévaut sur l’autonomie. Les stratégies individuelles d’enrichissement rendent ainsi tolérables une supervision paternaliste. Bien sûr, cet encadrement des ouvriers par le patronat dépend lui-même d’un environnement institutionnel national, tel que par exemple la réforme du régime indonésien des retraites en 1979. La relation entre ce cadre national et la régulation internationale du capitalisme agraire fait l’objet du dernier chapitre de l’ouvrage. L’auteure montre que l’internationalisation des standards de bonnes pratiques environnementales a peu d’impact sur les dynamiques sociales des firmes de plantation, lesquelles continuent d’être régulées par des mécanismes nationaux.

7Cette vue d’ensemble des questions abordées revient évidemment à épurer les traits d’un ouvrage particulièrement dense. Le lecteur y trouvera une analyse approfondie conjuguant enquête ethnographique et mise en perspective historique des plantations. Les cadres analytiques utilisés – sociologie politique et sociologie du travail – sont particulièrement pertinents pour comprendre le fonctionnement de ces plantations dans les conditions politiques indonésiennes et malaisiennes ainsi que les rapports de force qui le sous-tendent. Seule critique : l’auteure minimise peut-être les résistances privées des ouvriers en survalorisant des discours de circonstance, par exemple face à un supérieur (p. 179). De plus, l’utilisation du passif pour parler de soi n’est pas nécessairement l’indice d’une incorporation de la subordination hiérarchique, mais une tournure grammaticale usuelle de la langue indonésienne, rencontrée dans près de la moitié des cas. Ces quelques remarques mises à part, l’ouvrage, fruit d’une enquête minutieuse et documentée, intéressera tout lecteur soucieux de connaître l’histoire et les dynamiques contemporaines du capitalisme en Asie du Sud-Est.

Haut de page

Notes

1 Johnson Chalmers, Miti and the Japanese Miracle: The Growth of Industrial Policy (1925-1975), Palo Alto, Stanford University Press, 1982.

2 Foucault Michel, Surveiller et punir, naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Antoine Morier, « Stéphanie Barral, Capitalismes agraires. Économie politique de la grande plantation en Indonésie et en Malaisie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19323

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page