Skip to navigation – Site map

D’après l’œuvre d’Howard Zinn, Des voix rebelles. Récits populaires des États-Unis

Hadrien Le Mer
Des voix rebelles
Howard Zinn, Des voix rebelles. Récits populaires des États-Unis, Paris, Agone, Les Mutins de Pangée, series: « Mémoire populaire », 2015, 128 p., [Livre-DVD], Livret préfacé par Daniel Mermet, introduit par Olivier Azam et Thierry Discepolo, ISBN : 3770001117171.
Top of page

Full text

  • 1 Le recueil est principalement composé d’extraits d’ouvrages d’Howard Zinn mais également de textes (...)
  • 2 Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis. De 1492 à nos jours, Marseille, Agone, 2002 (tr (...)

1Si la lutte des classes telle que la conçoit Howard Zinn constitue pour l’histoire, si ce n’est un moteur, du moins une constante, il n’en reste pas moins que la conscience de classe n’a pour l’auteur rien de spontané. Il fait état du caractère problématique de cette conscience toujours conquise en esquissant dès les premiers chapitres des Voix rebelles la généalogie de son éveil politique. La lecture de Dickens et la manière dont le déterminisme semble ne pas épargner l’enfance, l’exemple du courage du député socialiste Matteoti s’opposant à Mussolini (1924), le spectacle de jeunes Américains allant se battre aux côtés des républicains contre Franco (1936-1939), l’invasion de la Finlande par la Russie soviétique (1939-1940) semblent être autant d’éléments qui ont joué un rôle dans la construction du jeune Howard Zinn telle qu’il la retrace. Mais il semblerait que la souffrance, tant qu’elle reste à distance, sensibilise sans pour autant valoir prise de conscience. De fait, il faut attendre une manifestation à Times Square réprimée par la police pour que Zinn, brutalement frappé à la tête, bascule : « C’est ce jour là que j’ai cessé d’être un jeune homme aux idées libérales, ayant foi dans le caractère équilibré de la démocratie américaine. Je devins un radical convaincu que quelque chose ne tournait pas rond dans ce pays » (p. 19-20) En plus de nous donner des éléments biographiques, cette autoanalyse permet de mieux comprendre ce que l’auteur appelle « l’impossible neutralité » de l’historien. Plutôt que de s’effrayer de cette impossibilité, Howard Zinn y consent le plus fondamentalement possible. C’est à ce consentement qu’entend rendre hommage le livre-dvd Des voix rebelles écrit d’après l’œuvre d’Howard Zinn1, et dont le film est co-réalisé par Anthony Arnove, Chris Moore et Howard Zinn. En s’appuyant sur des stars américaines pour diffuser le discours des acteurs principaux de l’Histoire populaire des États-Unis2, les réalisateurs semblent vouloir retourner les outils qui ont parfois précisément été ceux de la propagande pour faire entendre et donner à voir une histoire qui n’apparaît pas à ceux qui ne vont pas la chercher.

  • 3 Olivier Azam, Daniel Mermet, Howard Zinn, une histoire populaire américaine. Du pain et des roses, (...)

2Dans la filiation directe de la désormais fameuse mise en récit d’Howard Zinn, Une Histoire populaire des États-Unis, et succédant à la mise en images de Daniel Mermet et d’Olivier Azam3, ce livre-dvd propose donc une mise en voix. Il s’agit, à travers une forme originale, de pousser jusqu’au bout le parti pris qui sous-tend l’œuvre d’Howard Zinn : donner la parole à ceux qui ont trop rarement eu l’occasion de la prendre, à ceux dont on a oublié la voix mais dont l’historien peut exhumer les textes. Le film met en scène les textes que l’ouvrage donne à lire, les voix rebelles du passé s’actualisent ainsi dans la bouche de Viggo Mortensen ou dans le chant d’Alecia Beth Moore (mieux connue sous son nom de scène Pink). Ces acteurs (Morgan Freeman, Sean Penn, Matt Damon, etc.) et chanteurs (Bruce Springsteen, Bob Dylan…) américains deviennent alors des véritables porte-voix de l’histoire occultée des États-Unis.

3De par sa forme même, alliant l’écriture et la vidéo, le texte oublié et la voix d’un grand acteur, cette œuvre rend hommage au dessein de Zinn, tel que Daniel Mermet le définit : non seulement faire l’histoire des lapins, mais aussi et surtout faire des lapins des acteurs de l’histoire. Le projet est assumé tant dans sa radicalité que dans son optimisme : prouver, par l’histoire, la constante possibilité d’une inversion durable du rapport de prédation. « Car les lapins ne s’enfuient pas toujours / Il arrive même qu’ils profitent du sommeil des chasseurs / Et qu’ils leur volent leurs fusils / Et qu’ils les fassent reculer jusqu’au bord de la falaise / Et même au-delà… », écrit Daniel Mermet dans la préface de l’ouvrage (p. 5).

4L’histoire proposée par Howard Zinn se construit donc aussi bien dans la mémoire qu’elle convoque que dans l’espoir qu’elle tente de communiquer, et c’est peut-être en cela aussi qu’elle fait rupture. « J’essaie de dire à chaque groupe qu’il n’est pas seul, et que ceux qui se sentent abattus par l’absence d’un véritable mouvement national sont eux-mêmes la preuve que ce mouvement est possible » (p. 12), confie Howard Zinn dans un chapitre intitulé « inlassable optimisme ». La mise en évidence d’une tradition de résistances multiples qui traverse l’histoire américaine vient construire le souvenir d’une subversion qui peut dès lors être envisagée comme projet. Le devoir de mémoire se déplace ainsi dans un devoir d’agir : « Il n’est pas nécessaire de mener des actions grandioses et héroïques pour participer au processus de changement. Des actions modestes, multipliées par des millions d’individus, peuvent changer le monde » (p. 12).

5Il s’agit donc d’une histoire pour, d’une histoire pour l’espoir qui repose sur une confiance dans l’action individuelle qui n’est pas sans candeur. Mais il s’agit aussi d’une histoire contre, d’une histoire contre « la mémoire des États » que proposait Kissinger et « [qui] n’est résolument pas la nôtre » (p. 13), contre une mémoire institutionnelle qui reproduit et ratifie les rapports de domination. Cette contre-histoire vise donc à rééquilibrer les rapports de force en émettant « un bruit dans la nuit américaine, qui résonne comme un juste retour de bâton » (p. 8). Mais le projet de l’ancien combattant de l’US Air force demeure complexe dans la mesure où il ne prend pas pleinement sens par rapport à un ennemi mais plutôt par rapport à un silence : « Il s’agit moins de faire la preuve que l’histoire écrite à travers ses grands hommes et leurs grandes actions est fautive que de montrer qu’elle est très incomplète » (p. 7). La rupture que met en place l’historien n’est pas fondamentalement idéologique. La lutte des classes est considérée comme une évidence par Zinn dès les premiers moments du film mais jamais le récit ne s’inscrit dans un paradigme marxiste qui systématiserait les hypothèses du matérialisme historique. Le changement qu’opère l’ouvrage, avant d’être un changement d’idées, est un changement de point de vue, comme l’explique l’auteur dans un chapitre où il définit d’où et au nom de qui il parle : «  Je préfère tenter de dire l’histoire de la découverte de l’Amérique du point de vue des Arawaks, de la Constitution du point de vue des esclaves, celle d’Andrew Jackson vue par les Cherokees, la guerre de Sécession par les Irlandais de New York […] le New Deal par les Noirs de Harlem, l’impérialisme américain de l’après-guerre par les Péons d’Amérique latine, etc. » (p. 14). Par leur multiplicité, ces points de vue désactivent, ou du moins fissurent, les cohérences idéologiques, pour en construire une nouvelle : celle d’une situation d’énonciation paradoxale caractérisée par la prise de parole d’une victime qui trouve les ressources pour identifier, penser et ébranler un rapport d’exploitation qui n’en laisse normalement pas les moyens.

6Cette prise de parole est tellement paradoxale qu’elle ne s’exprime parfois que dans l’intimité confinée de la lettre ou du journal. Ce problème de l’émancipation par le discours ou l’écriture au sein même d’un rapport de domination était déjà présent dans le documentaire de Daniel Mermet, où celui-ci affirmait : « L’avantage des pauvres sur les sociologues, c'est qu'ils savent de quoi ils parlent… à condition qu'ils parlent ». Le film vient donc donner la parole non pas à des professionnels de l’analyse mais à des professionnels du discours. Il ne s’agit pas de commenter la parole dominée, mais de la faire résonner efficacement pour en montrer la possibilité.

7Nombreuses pourraient être les réserves et les interrogations par rapport à un tel ouvrage. Le star system hollywoodien est-il bien compétent pour critiquer l’impérialisme américain ? Est-il vraiment nécessaire, quand on est averti des mécanismes de censure ou d’amnésie que suscitent les discours critiques, de passer par ceux vers qui toutes les caméras sont déjà tournées ? De certains discours rebelles, qui ont parfois valu à leurs auteurs de se confronter à la mort au moins comme menace, peut-on faire un jeu d’acteur ?

8Ces critiques, éventuellement recevables dans la pureté de l’engagement qu’elles réclament, ne le sont pas dans le peu d’attention qu’elles portent à la spécificité de l’œuvre en question. Ce livre-dvd vient propager l’œuvre d’un historien qui assume fondamentalement les usages sociaux auxquels il destine l’histoire qu’il a écrite. Mais le propre de cette histoire est que, étant rarement entendue et s’inscrivant contre une histoire dite respectable, elle peut brusquer l’âme innocente qui la découvrirait pour la première fois. La familiarité et le charisme de certaines grandes figures du cinéma ou de la musique se présente alors comme une tentative de faire le lien, de rendre cette histoire moins lointaine, de lui donner à la fois une crédibilité et une audience. En outre, il est important de noter que les acteurs ne jouent pas les textes, ils les lisent. Ce choix de mise en scène est extrêmement signifiant : les acteurs ne trahissent pas la parole des dominés, ils la prolongent tout en s’effaçant derrière elle, ils en montrent l’actualité tout en en respectant le souvenir. Les voix rebelles américaines sont souvent des voix que les grands modes de communication de l’époque ont choisi d’ignorer. L’idée de les faire lire par certaines célébrités américaines, dans le cadre d’un travail historique rigoureux, constitue dès lors plus une victoire qu’une trahison. Quoi qu’il en soit, cette idée entre en cohérence avec un projet épistémologique et politique : faire entrer les lapins sur la scène de l’histoire. Or, comme le montre le film, pour participer de cette effraction, le texte ne constitue pas l’unique médium légitime.

Top of page

Notes

1 Le recueil est principalement composé d’extraits d’ouvrages d’Howard Zinn mais également de textes de Emma Goldman, Frederick Douglas, Paul Robeson, Mohammed Ali ou encore Chelsea Manning.

2 Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis. De 1492 à nos jours, Marseille, Agone, 2002 (traduit de l’anglais par Frédéric Cotton).

3 Olivier Azam, Daniel Mermet, Howard Zinn, une histoire populaire américaine. Du pain et des roses, Paris, Les Mutins de Pangée, 2015 ; compte rendu de Jonathan Louli pour Lectures : https://lectures.revues.org/17843. Ce film constitue le premier volet d’une trilogie en cours de réalisation.

Top of page

References

Electronic reference

Hadrien Le Mer, « D’après l’œuvre d’Howard Zinn, Des voix rebelles. Récits populaires des États-Unis », Lectures [Online], Reviews, 2015, Online since 30 October 2015, connection on 15 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19340

Top of page

About the author

Hadrien Le Mer

Élève de l’ENS de Lyon en master de sociologie.

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page