Navigation – Plan du site

Bruno Tardieu, Quand un peuple parle. ATD Quart Monde, un combat radical contre la misère

Pierre Marie
Quand un peuple parle
Bruno Tardieu, Quand un peuple parle. ATD Quart Monde, un combat radical contre la misère, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2015, 261 p., Préfacier : Laurent Voulzy, ISBN : 978-2-7071-8565-5.
Haut de page

Texte intégral

1Le 27 mai 2015, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, résistante et déportée en 1944 au camp de Ravensbrück, faisait son entrée au Panthéon. En 1958, elle avait été confrontée à la misère au camp pour sans-logis de Noisy-le-Grand et s’était engagée aux côtés de Joseph Wresinski et du mouvement ATD Quart Monde (aide à toute détresse), qu’elle a présidé de 1964 à 1998. Bruno Tardieu, délégué national du Mouvement de 2006 à 2014, vient de publier un ouvrage éclairant retraçant la trajectoire d’ATD Quart Monde, à partir de son engagement personnel. Dans la genèse et l’histoire de cette lutte radicale contre la misère, Joseph Wresinski et Geneviève de Gaulle-Anthonioz constituent deux figures tutélaires. Présent dans de nombreux pays, ce mouvement a joué un rôle pionnier dans l'évolution des politiques sociales.

2Pour Bruno Tardieu, la rencontre avec ATD Quart Monde s’est déroulée en 1974 et son engagement s’est maintenu depuis. Cet ouvrage rétrospectif est construit à partir de l’expérience de l’auteur et mobilise une somme importante d’écrits produits par l’association. La richesse de l’expérience d’ATD Quart Monde est décrite dans ce livre, qui permet de lever le voile sur un mouvement peu connu dans son ensemble. Le travail militant des membres de l’association a permis d’ouvrir des voies nouvelles dans le combat contre la misère, en s’appuyant sur l’engagement des exclus. L’auteur aborde le socle fondateur d’ATD Quart Monde – la pauvreté de l’après-guerre matérialisée par le camp de Noisy-le-Grand – et l’évolution de son programme depuis. Aspect moins connu, le rôle de l’association en matière culturelle est particulièrement présent dans le témoignage de Bruno Tardieu.

3Le combat de Joseph Wresinski constitue le point de départ de cette aventure collective. Prêtre ayant connu la misère pendant son enfance, Wresinski s’installe en 1956 dans la cité d’urgence de Noisy-le-Grand, créée quelques années auparavant par l’abbé Pierre pour accueillir des mal-logés. Il s’engage alors pleinement aux côtés de ce qu’il considère être son peuple. Afin de lutter contre le déshonneur et les mauvaises conditions de vie, Joseph Wresinski initie une première rupture en souhaitant créer une association avec les habitants du camp et non une nouvelle structure caritative pour ces derniers. Outre ses conditions indignes de logement, cette population est soumise aux pouvoirs des services sociaux qui menacent de placer les enfants en foyer, de l’école qui les marginalise et des politiques sociales qui renforcent un peu plus leur exclusion. Malgré de nombreuses difficultés pour la régularisation de l’association, l’apparition d’alliés permet la fondation du Mouvement.

4Le mouvement ATD est alors constitué autour de militants en situation de pauvreté, et d’alliés, personnes n’ayant pas connu la misère mais les accompagnant dans leur combat. Cette composition représente une rupture fondamentale puisqu’elle repose sur l’engagement des personnes exclues, véritables sujets politiques d’un combat et non simples objets de politiques sociales. La richesse du travail du Mouvement vient de son caractère essentiellement culturel : il s’agit de permettre l’émancipation collective et individuelle des habitants du camp à travers la mise en place de bibliothèques de rue, l’organisation d’activités théâtrales ou encore de groupes d’expression artistique. Selon les mots de Bruno Tardieu, l’enjeu pour ces habitants est de « résister, redresser la tête » (p. 31). La prise de conscience collective de l’exclusion sociale devient alors le moteur d’une lutte politique contre les inégalités.

5Les membres du mouvement rejettent l’assistantialisme des organisations caritatives pour devenir sujets d’un combat pour des droits universels. ATD Quart Monde parvient progressivement à mener de nouveaux combats et prolonge son action en dehors du seul camp de Noisy-le-Grand. La présence d’alliés au sein du mouvement permet d’ouvrir de nouveaux horizons mais aussi d’accroître son influence dans la société française. L’action de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, alors membre du cabinet d’André Malraux, est ainsi fondamentale afin de donner voix aux revendications des militants du Mouvement. Outre sa posture radicale, l’association se distingue par son caractère pionnier dans la manière même de penser les problématiques sociales. Comme le montre Bruno Tardieu dans cet ouvrage, ATD Quart Monde a su conserver la vigueur de son engagement, tout en étant moteur d’innovations conceptuelles et pratiques.

6Dès 1965, le mouvement forge le terme d’exclusion sociale, repris depuis par de nombreuses organisations. Ce concept permettait de mettre en lumière un phénomène collectif qui trouve ses racines dans le fonctionnement de la société. Si la société produit des exclus, il conviendrait d’en changer les bases afin de parvenir à une égalité réelle. Le terme d’exclusion sociale visait à s’opposer à une vision individualisante des problèmes de pauvreté, notamment présente dans les notions de « cas sociaux », d’« inadaptés » ou encore de « déviants ». Le Mouvement utilise l’expression de « personnes en situation de pauvreté » afin de montrer qu’il s’agit là d’un état donné et non d’une caractérisation essentielle de ces personnes.

  • 1 Jean Labbens, Sociologie de la pauvreté. Le tiers monde et le quart monde, Paris, Éditions Gallimar (...)

7Le terme de « Quart Monde » vient corroborer ces idées en donnant une identité collective aux plus pauvres. Pour Joseph Wresinski, il s’agit là d’un peuple qui doit prendre conscience de soi afin d’ouvrir le chemin vers son émancipation. À l’instar du « Quatrième ordre » qui désignait les exclus des assemblées en 1789, le Quart Monde désigne « la partie de l’humanité qui, au Nord comme au Sud, était tenue à l’écart des sociétés, privée de liberté d’expression et de participation » (p. 56). Pour Jean Labbens, auteur d’une Sociologie de la pauvreté s’appuyant notamment sur l’expérience de Noisy-le-Grand, le pauvre « ne serait pas seulement privé d’un revenu suffisant à ses besoins physiologiques et sociaux. Il lui manquerait encore une position dans la société »1. C’est cette dimension collective que vient restituer la notion de Quart Monde. Le Quart Monde représenterait un peuple en lutte pour son émancipation et pour la transformation de la société.

8Bruno Tardieu pointe dans son ouvrage les violences faites aux plus pauvres, qui s’ajoutent à leurs conditions de vie difficiles. Pour l’auteur, le Quart Monde est tenu à l’écart de la société et l’opinion venant des personnes en situation de pauvreté n’est pas prise en compte, par les pouvoirs publics comme par les autres acteurs de la société. Le Mouvement vise à la mobilisation du Quart Monde dans un processus d’apprentissages collectifs. ATD Quart Monde a ainsi diffusé dans de nombreux pays le dispositif des bibliothèques de rues, afin de permettre à des enfants en difficulté à l’école de faire l’expérience de leurs capacités et de leur envie d’apprendre. La création d’universités populaires et la mise en place de techniques de « croisement des savoirs », fondées sur les apprentissages mutuels, représentent des innovations pédagogiques visant à mettre les exclus au centre des processus de production de savoirs. Cet enjeu se retrouve dans le souci du Mouvement de maintenir une intense activité d’édition mobilisant ses militants, afin de diffuser plus largement ses actions. S’inspirant notamment du pédagogue brésilien Paulo Freire, ATD Quart Monde met en œuvre un véritable projet d’éducation populaire.

  • 2 Véronique Soulé, « La parole des plus pauvres s'est libérée. Entretien avec Bruno Tardier », ATD Qu (...)
  • 3 Michel de Certeau, La prise de parole et autres écrits politiques, Paris, Éditions du Seuil, 1994.

9Comme le rappelle Bruno Tardieu dans un entretien, « depuis des générations, les plus pauvres étaient enfermés dans le silence »2. La « prise de parole », notion notamment mise en valeur par Michel de Certeau3, représente alors une rupture dans cette exclusion. Par la conquête de la parole, le Quart Monde amorce un processus d’émancipation et développe des outils pour sa participation à la marche collective de la société. Bruno Tardieu, suivant les lignes définies par Wresinski, montre l’importance des pauvres dans l’histoire et appelle notamment les chercheurs à prendre en compte ces voix oubliés. Comme le rappelle l’auteur, « Wresinski fait partie de ces rares penseurs qui ont traversé le gouffre qui sépare les plus humiliés des autres hommes pour apporter une pensée qui renouvelle » (p. 246).

10Refusant les politiques sociales sectorielles, le Mouvement a orienté ses revendications en faveur de la concrétisation de droits pour tous. Donnant l’exemple du combat du Mouvement pour la couverture maladie universelle (CMU) ou, plus récemment, pour le droit au logement opposable, Bruno Tardieu rappelle ces enjeux. Les politiques de lutte contre la pauvreté tendent à renforcer la stigmatisation des personnes en situation précaire alors que la perspective de droits universels les ramène au cœur de la société. L’émancipation du Quart Monde pourrait alors être considérée comme un enjeu pour l’ensemble des citoyens.

11S’appuyant sur la solide expérience de son auteur et mobilisant les nombreux écrits d’ATD Quart Monde, cet ouvrage est fondamental pour comprendre ce combat contre la misère, mais aussi pour penser de nouvelles voies vers l’émancipation. Bruno Tardieu lance ainsi « un appel à tous ces courants qui cherchent, luttent, expérimentent pour sortir des logiques qui peuvent détruire notre humanité, pour qu’ils poussent leurs idéaux jusqu’au bout en se confrontant aux populations les plus démunies » (p. 246). La lecture de cet ouvrage permet de comprendre le caractère novateur de ce Mouvement mais aussi de mettre en question les politiques de lutte contre la pauvreté, en opposant aux actions caritatives une posture plus politique et radicale.

Haut de page

Notes

1 Jean Labbens, Sociologie de la pauvreté. Le tiers monde et le quart monde, Paris, Éditions Gallimard, 1978. p. 104.

2 Véronique Soulé, « La parole des plus pauvres s'est libérée. Entretien avec Bruno Tardier », ATD Quart monde, 4 septembre 2015, en ligne : https://www.atd-quartmonde.fr/bruno-tardieu-la-parole-des-plus-pauvres-sest-liberee/.

3 Michel de Certeau, La prise de parole et autres écrits politiques, Paris, Éditions du Seuil, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Marie, « Bruno Tardieu, Quand un peuple parle. ATD Quart Monde, un combat radical contre la misère », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19343

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page