Navigation – Plan du site

Charles Tilly, Sidney Tarrow, Politique(s) du conflit, de la grève à la révolution.

Thierry Colmard
Politique(s) du conflit
Sidney Tarrow, Charles Tilly, Politique(s) du conflit. De la grève à la révolution, Les Presses de Sciences Po, coll. « Références », 2015, 402 p., Traducteur : Rachel Bouyssou, ISBN : 9782724618006.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sidney Tarrow précise dans la préface à cette seconde édition l’intérêt de sa publication, compte t (...)

1Charles Tilly (1929-2008) et Sidney Tarrow, dans cette seconde édition de Politique(s) du conflit – la première date de 20081 –, proposent une analyse des formes conflictuelles contemporaines d’action politique, des plus anodines, comme une paisible manifestation parisienne, aux plus radicales, comme une guerre civile ou une révolution. L’ouvrage est particulièrement riche en concepts, en définitions et en formalisations schématiques destinés à repérer similitudes et différences dans les formes conflictuelles. Mais que doit-on comprendre par « politique du conflit » ? Celle-ci est envisagée comme un ensemble d’interactions coordonnées où des acteurs revendiquent en touchant les intérêts d’autres acteurs et où les pouvoirs publics se trouvent nécessairement impliqués, soit en tant que destinataires de la revendication, soit comme instigateurs de celle-ci, soit comme tierce partie. La politique du conflit constitue ainsi un point de rencontre entre le conflit, l’action collective et la politique. Même si l’essentiel des exemples de conflits sont puisés dans l’histoire contemporaine de la fin du XXe siècle et du début du XXIe, les auteurs amorcent leur réflexion sur la comparaison – a priori improbable – entre le mouvement anti-esclavagiste anglais au XVIIIe siècle et la « Révolution orange » en Ukraine en 2004. Malgré toutes leurs différences, ces deux mouvements convergent sur plusieurs points qui forment le cœur de la politique du conflit : ils exigent quelque chose des autorités, c’est une revendication ; ils le font au moyens de représentations publiques, c’est une mise en scène ; ils pratiquent des formes d’action collectives, c’est l’utilisation d’un répertoire. Pour illustrer ce dernier point, les auteurs utilisent la métaphore d’un trio de jazz qui s’inspire de thèmes musicaux existants sans s’interdire des improvisations. Et, comme des musiciens de jazz, les acteurs d’un conflit effectuent des choix.

2L’ouvrage s’organise autour de neuf chapitres qui sont autant de point d’entrée de l’étude de la politique des conflits. Successivement sont abordés la revendication, l’analyse du conflit, les répertoires et les opportunités, l’interaction conflictuelle, le couple mobilisation - démobilisation, les mouvements sociaux, les conflits mortels, les conflits dans les régimes mixtes et enfin une tentative de pont entre les conflits d’aujourd’hui et de demain. Deux annexes viennent compléter ou plutôt reprendre le mode opératoire de l’étude des conflits en soulignant le sens des principaux concepts mobilisés ici.

3Quatre grands types de régime politique sont identifiés et distingués selon un double clivage : démocratie ou non, forte ou faible capacité de l’État à réguler les conflits. Cette grille d’analyse mobilisée tout au long de l’ouvrage permet de comprendre pourquoi telle ou telle forme de conflit prédomine. Ainsi, la plupart des guerres civiles se développent dans des régimes non démocratiques à faible capacité ; c’est le cas par exemple du Soudan, qui depuis son indépendance en 1956 a connu près de 40 ans de guerre civile.

4Le concept d’interaction conflictuelle paraît déterminant car il permet de comprendre comment émergent de nouvelles identités politiques. Celles-ci apparaissent à la suite d’événements remarquables. C’est le cas par exemple des Arméniens après 1990, lors du conflit territorial au Haut-Karabakh avec l’Azerbaïdjan, lorsque la fin de l’URSS a rendu possible une opportunité politique. Autre exemple, l’irruption de l’Armée zapatiste de libération nationale (AZLN) dans l’État du Chiapas au Mexique le 1er janvier 1994. Portée par le personnage énigmatique du sous-commandant Marcos, elle constitue en elle-même un événement car cette organisation était jusque là complètement inconnue. Dans ce cas précis, c’est la mise en scène de l’événement lui-même qui a créé le conflit. D’autre part, la naissance d’une identité politique s’accompagne nécessairement de la formation d’une frontière qui marque la distinction nous/eux entre deux acteurs politiques.

5Pour Tilly et Tarrow, l’un des processus les plus importants de la politique des conflits réside dans le changement d’échelle du conflit. Un passage du local au national puis éventuellement à l’international permet en général d’institutionnaliser le conflit. Le fait de porter la coordination de l’action collective plus haut qu’elle n’était multiplie les perspectives de succès du conflit. C’est le cas classique d’un mouvement de grève à la suite d’une action locale qui se généralise à un secteur entier ou un pays, comme le printemps 1968 en France. La campagne anti-esclavagiste anglaise du XVIIIe siècle est partie de pétitions locales pour se terminer au Parlement britannique. En 1960, le premier sit-in de quatre étudiants noirs anonymes dans une cafétéria réservée aux blancs dans la ville de Greensboro va devenir un événement transformateur en faisant basculer la lutte pour les droits civiques des Afro-Américains du niveau local au niveau national. L’inculpation pour tortures par un juge espagnol de l’ancien dictateur chilien Pinochet, détenu un temps en Grande-Bretagne à la suite de cette initiative, internationalise un conflit national. Tous les conflits ne suivent pas ce processus, ils peuvent rester au niveau local, ce qui ne permet pas le plus souvent de faire aboutir les revendications. Au début des années 1970, l’occupation d’une église à Lyon par des prostituées est ainsi restée un épisode local et le conflit a été un échec pour ses protagonistes.

  • 2 « Si le mouvement social est le frère jumeau de la politique dans une société démocratique ou en vo (...)

6Il convient de distinguer les mouvements sociaux des conflits politiques. Les épisodes de conflit politique ne sont pas tous des mouvements sociaux et inversement. En Pologne, des grèves en 1956 n’ont pas débouchées sur un conflit politique alors que ce fût le cas en 1980 avec les actions du syndicat Solidarité. Dans le cadre d’une société démocratique, le mouvement social est « le frère jumeau de la politique2 » et un mouvement déclenche fréquemment un contre-mouvement. Les féministes aux États-Unis, en militant pour le droit à l’avortement, ont engendré leurs propres opposants qui revendiquent pour leur part les droits du fœtus.

7L’étude des mécanismes de mobilisation et de démobilisation des acteurs du conflit met aussi en lumière l’importance de la fréquence des épisodes conflictuels dans des contextes singuliers. C’est le cas par exemple dans l’Italie des années 1960, où les auteurs évoquent un cycle du conflit.

  • 3 « Nous avons examiné de nombreux conflits (…). Mais il reste beaucoup à faire. » (p. 331).

8L’intérêt majeur de l’ouvrage repose sur l’aspect didactique dans la démarche des deux auteurs. À ce titre, il est d’ailleurs rappelé plusieurs fois que les étudiants en sciences politiques sont les principaux destinataires de l’étude. Nous avons affaire à un manuel d’analyse des conflits. Le croisement des regards, historique et politique, et la richesse conceptuelle constituent le point fort du livre. Il serait trop long d’énumérer l’ensemble des exemples de conflits étudiés, qui constituent un corpus solide sur lequel s’appuient les chercheurs. Les chronologies détaillées des épisodes de chaque conflit présenté sont particulièrement appréciables. Dans la conclusion, les auteurs pointent eux-mêmes les limites de leur étude3, en particulier l’absence de référence au rôle des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) dans la politique des conflits. Le lecteur peut regretter ce choix d’autant plus qu’il n’est pas explicité. D’autre part, une application des concepts proposés aux actuels conflits émanant du monde arabo-musulman – du « Printemps arabe » aux terrorismes islamiques – aurait certainement constitué une véritable plus-value à l’édition 2015 de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Sidney Tarrow précise dans la préface à cette seconde édition l’intérêt de sa publication, compte tenu du regain d’actualité des phénomènes conflictuels depuis 2008. Dans les « Remerciements », il rend un hommage appuyé à Charles Tilly, décédé l’année même de la première édition, en soulignant que « tant l’approche retenue que nombre d’exemples cités et de concepts présentés sont issus de l’esprit fertile de Charles Tilly »(p. 11), sans préciser pour autant l’existence d’éventuelles modifications par rapport à l’édition originale.

2 « Si le mouvement social est le frère jumeau de la politique dans une société démocratique ou en voie de démocratisation, que se passe-t-il dans les autres régimes ? » (p. 230).

3 « Nous avons examiné de nombreux conflits (…). Mais il reste beaucoup à faire. » (p. 331).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Colmard, « Charles Tilly, Sidney Tarrow, Politique(s) du conflit, de la grève à la révolution. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 05 novembre 2015, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19390

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page