Navigation – Plan du site

Silvia Capanema, Quentin Deluermoz, Michel Molin, Marie Redon (dir.), Du transfert culturel au métissage : concept, acteurs, pratiques

Heidia Kdhir
Du transfert culturel au métissage
Silvia Capanema, Quentin Deluermoz, Michel Molin, Marie Redon (dir.), Du transfert culturel au métissage. Concepts, acteurs, pratiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2015, 647 p., préface de Jean-Luc Bonniol, ISBN : 978-2-7535-3503-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage est centré sur la question du métissage. Le concept de transfert culturel présent dans le (...)
  • 2 Sont ici réunies des contributions de spécialistes venant de l’histoire, de l’anthropologie, de la (...)

1Alors que la notion de « métissage » connaît une confusion d’usages certaine dans les langages médiatique et politique, et que son utilisation en sciences sociales suscite bon nombre d’interrogations méthodologiques et académiques, les Presses universitaires de Rennes publient en 2015 un ouvrage qui apporte une pierre à l’édifice sur le sujet1. Il s’agit de la retranscription du colloque international qui s’est tenu, entre les 21 et 23 septembre 2011 à l’université Paris 13, et qui a réuni, autour d’un noyau dur d’historiens, des spécialistes venant des autres sciences sociales2. Divisé en sept grandes parties regroupant une pluralité de voix de chercheurs, cette publication, ancrée sur une vaste échelle socio-spatiale, met en connexion des réflexions, expériences et terrains afin d’appréhender la problématique du métissage, notion si complexe à toucher du doigt.

2Il faut dire que le métissage a déjà une longue histoire : venant du latin mixtus (mélangé), le terme apparaît pour la première fois dans le contexte de la colonisation du Nouveau monde pour désigner les individus nés du contact entre les hommes de différents continents. S’inscrivant dans le domaine de la procréation et renvoyant à la notion de race, il est alors largement perçu comme une rupture de la continuité de puretés originelles. Connoté négativement durant la période coloniale, le métissage est aujourd’hui largement présenté comme l’un des principaux atouts des temps post-modernes. Il est désormais utilisé, tous azimuts dans le langage quotidien pour évoquer les rencontres de cultures susceptibles d’engendrer de nouvelles configurations, notamment avec l’apparition de l’expression de « métissage culturel ». Pour autant, l’idée de pureté n’a pas disparu de certains systèmes de représentations où le métissage renvoie in fine à une origine, celle où les cultures ne seraient pas encore mélangées. Face à l’utilisation pléthorique du terme, souvent inadéquate, les chercheurs du présent ouvrage s’emparent de la question afin de définir ce qui relève du métissage et ce qui est autre. En outre, l’ouvrage propose une réflexion afin de faire du métissage un concept opératoire en sciences sociales.

3La première partie propose d’ériger la notion de métissage en concept. Les publications s’inscrivent ici dans l’évolution historiographique récente qui vise, d’une part, à purger le concept de toute acception biologique et dès lors à investir le champ culturel et, d’autre part, à en faire un moyen d’analyse pertinent pour appréhender des mondes où le terme était absent des langages, comme c’est le cas pour la période antique. En outre, un des apports de cette partie est de confronter la pertinence de l’utilisation du concept de métissage avec d’autres, relativement proches. Ainsi Nathalie Barrandon, qui s’attache à caractériser les mutations qui touchent les langues et écritures de la péninsule Ibérique au Ier millénaire avant J.-C., démontre que, si le concept de créolisation est peu adapté pour rendre compte des diverses situations analysées, celui de métissage semble recevable pour caractériser le gréco-ibérique, alors que les autres mutations observées relèveraient plutôt du concept de transfert culturel. Christophe Pébarthe, introduit quant à lui le concept d’ethnicité pour décrire comment une identité grecque et une identité judéenne ont pu naître ensemble au cours de la révolte des Maccabées. Il s’agit pour lui de dépasser l’historiographie des années 2000 qui, pour analyser le judaïsme hellénistique des IIIe-IIe siècles avant J.-C., utilisait le concept de transferts culturels. Pour l’auteur, ce dernier a le défaut de présupposer qu’il existerait une culture originelle juive et une culture originelle grecque avant la rencontre.

4La partie suivante s’attache à appréhender le corps par lequel et dans lequel se vit le métissage. Aussi le corps est évoqué tant d’un point de vue institutionnel que d’un point de vue social, notamment avec la contribution de María Eugenia Albornoz Vásquez. Ses recherches portent sur l’imaginaire du métissage avec le Noir au Chili à partir de 1818, date à laquelle la république chilienne est proclamée. Bien qu’institutionnellement, la société hiérarchisée dans laquelle les individus à peau foncée étaient méprisés n’existe plus, l’auteur montre que, puisque qu’il s’inscrit dans le corps, l’imaginaire colonial reste vécu au quotidien par les métis. Sonia Gérard aborde, quant à elle, le métissage comme un phénomène psychosocial à partir de paroles recueillies, tirées de sa pratique de psychologue clinicienne en service de psychiatrie hospitalière. Bien évidemment, il ne s’agit pas pour elle d’en déduire une éventuelle causalité entre métissage et psychiatrie mais plutôt d’y trouver une modalité adaptée à l’exploration de ce phénomène complexe.

  • 3 On pourrait aussi employer le pluriel pour caractériser les concepts de « culture grecque » et de « (...)

5Les deux parties qui suivent traitent des dynamiques culturelles concernant les circulations dans la linguistique et la littérature, la culture matérielle, les savoirs, la religion, et les arts. Par exemple, Claire Feuvrier-Prévotat montre que la littérature latine est issue de « contacts entre la culture grecque, connue à Rome depuis longtemps, et la culture latine ou plus précisément romano-italique »3 (p. 265). Elle utilise le concept de métissage pour penser le processus et le cheminement des contacts et des échanges qui se sont développés entre les deux cultures. Concernant les pratiques culturelles, les publications tendent à montrer que le métissage constitue un processus de construction sociale de longue durée. Dans le domaine religieux, Jean-Yves Carraz-Makatray propose d’appréhender, à partir d’un papyrus bilingue de l’Égypte ptolémaïque, l’invocation du dieu Psaïs : il démontre que cette figure, fruit d’une association entre des aspects d’un dieu grec et ceux d’un dieu égyptien, relève d’une forme de métissage.

6La partie suivante, qui aborde l’identité, le droit et le pouvoir des individus et des groupes métissés, est structurée autour de deux problématiques majeures : les contributeurs s’interrogent, d’une part, sur la visibilité et les pouvoirs des individus et des groupes métissés, et d’autre part, sur leur participation, réelle ou imaginée, aux creusets nationaux en construction. Ainsi Lilia Moritz Schwarcz, en travaillant sur le Brésil, montre, à partir d’un corpus iconographique composé d’estampes, de peintures, de gravures et de supports de propagande, que s’est lentement consolidée une structure de sentiments favorable à la perception d’un pays particulier, produit par un processus de métissage à la fois biologique et culturel.

  • 4 Lorsqu’il évoque la géographie, Jean Morisset parle d’un « métissage ontologique et disciplinaire » (...)

7La question des territoires et des frontières est placée au cœur de l’analyse de la partie suivante. Bien que ces contributions ne relèvent pas toutes de la géographie au sens strict, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit ici d’envisager le métissage sous le prisme de l’espace, des territoires. Or, rappelons-le, tout espace est mélange4. Ainsi Caroline Herbelin, qui s’intéresse au Vietnam de la période coloniale, analyse les métissages qui se sont exprimés dans l’architecture. Elle démontre que, pendant la période de conquête, les emprunts européens à l’architecture autochtone furent prédominant pour laisser place ensuite à l’affirmation d’une identité française passant par la transposition à la colonie de modèles venant de la métropole. Puis, pendant la Seconde Guerre mondiale, la colonie étant coupée de la métropole, les Européens se sont tournés de nouveau vers des techniques architecturales locales.

  • 5 Élisabeth Cunin, « Chicago sous les tropiques ou les vertus heuristiques du métissage », Sociétés c (...)

8L’ouvrage se termine par la retranscription des synthèses par atelier, concluant ainsi finement le propos autour de la confrontation des pluralités de sens que revêt le terme de métissage, « espace-frontière »5 de discussions. À bien des égards, cet ouvrage présente un intérêt certain. Il répond, en effet, à un enjeu sociétal en prenant le parti de ne pas se soustraire à la discussion autour de cette complexe question du métissage. Les contributeurs visent notamment à déconstruire dans leurs analyses l’association que certains discours médiatiques et politiques tendent à établir entre pureté et métissage. En outre, cette publication donne des axes de réflexion novateurs pour penser le concept de métissage en sciences sociales. L’ouvrage, dans lequel le lecteur peut se frayer son propre chemin au gré de ses envies et de ses besoins, s’adresse à l’ensemble des chercheurs en sciences sociales qui s’intéressent au métissage et, plus largement, à tous ceux qui souhaitent aborder cette problématique.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage est centré sur la question du métissage. Le concept de transfert culturel présent dans le titre ne constitue pas le cœur de la problématique de cette publication. Il y est cependant appréhendé, au même titre que d’autres concepts proches, mais toujours à l’aune de celui de métissage.

2 Sont ici réunies des contributions de spécialistes venant de l’histoire, de l’anthropologie, de la sociologie, de la géographie, de la psychologie, de la psychanalyse, de la linguistique.

3 On pourrait aussi employer le pluriel pour caractériser les concepts de « culture grecque » et de « culture latine » dans la mesure où ces deux entités ne forment pas, pour chacune d’elle, une unité monolithique.

4 Lorsqu’il évoque la géographie, Jean Morisset parle d’un « métissage ontologique et disciplinaire ». Voir à cet égard : Jean Morisset, « Exploration identitaire et géographie métisse », Géographie et cultures, n° 7, 1996, p. 123-141.

5 Élisabeth Cunin, « Chicago sous les tropiques ou les vertus heuristiques du métissage », Sociétés contemporaines, n° 43, 2001, p. 7-18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Heidia Kdhir, « Silvia Capanema, Quentin Deluermoz, Michel Molin, Marie Redon (dir.), Du transfert culturel au métissage : concept, acteurs, pratiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19395

Haut de page

Discipline

Anthropologie

Géographie

Histoire

Littérature

Science politique

Sociologie

Sciences du langage

Haut de page

Rédacteur

Heidia Kdhir

Professeur d’histoire-géographie dans l’enseignement secondaire et chargée de cours de master en histoire romaine à l’Institut Saint-Cassien (Marseille). Domaine de recherche : Plutarque et son discours sur la famille romaine.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page