Navigation – Plan du site

Magali Nonjon et Guillaume Marrel (dir.), « Gouverner par les architectures informatiques », Gouvernement & action publique, vol. 04, n° 2, 2015

Djossè Tessy
Gouverner par les architectures informatiques
Magali Nonjon, Guillaume Marrel (dir.), « Gouverner par les architectures informatiques », Gouvernement & action publique, vol. 04, n° 2, avril-juin, 2015, 177  p., Paris, Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3403-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cazes Alain, Delacroix Joëlle, Architecture des machines et des systèmes informatiques, Paris, Duno (...)

1L’utilisation de progiciels et de logiciels de gestion intégrée est un enjeu pour l’efficacité des organisations qui ont la charge de l’action publique. Ces dispositifs informatiques peuvent être considérés comme des architectures. L’architecture désigne « la structure générale d’un système informatique, son organisation et les relations entre ses composantes, souvent représentées sous forme de diagrammes dans les différentes étapes de sa “construction” »1. Elle permet « la représentation mentale d’une structure informatique uniformisée qui double les structures matérielles (bâtiments, bureau, services…) en les “dématérialisant” et organise la communication et la circulation de l’information dans une institution » (p. 11). Cette livraison de la revue Gouvernement & action publique, placée sous la direction de Magali Nonjon et Guillaume Marrel, analyse la présence et les effets de l’utilisation des architectures informatiques dans le cadre des organisations publiques qui œuvrent dans les domaines du handicap, de la santé, de l’emploi, du socio-judiciaire et de l’aide sociale.

2Les architectures informatiques au sein de ces organisations publiques sont pensées comme des outils de gestion et de planification générale. Elles représentent la concrétisation des intentions gestionnaires et sont donc considérées par Magali Nonjon et Guillaume Marrel comme des dispositifs tangibles et non invisibles. Cependant, les auteurs invitent à observer les effets gestionnaires du côté des « usages appropriés, détournés ou inattendus » émanant des utilisateurs des logiciels, plus que de celui des « intentions et des prescriptions des concepteurs» (p. 13).

  • 2 Système d’information partagé-personnes handicapées.

3Pierre-Yves Baudot analyse le déploiement du système d’information national des personnes handicapées SIPAPH2 par la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA). L’objectif de la CNSA est de collecter des données de pilotage et des données de reporting pour combler le manque de chiffres indispensables à la prise de décision et à la gestion des politiques du handicap. Les données de pilotage sont constituées d’informations recueillies auprès des personnes handicapées et relatives à leurs besoins réels. Les données de reporting des activités de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) visent à décrire l’activité administrative elle-même, en fournissant des éléments de contexte sur les dossiers instruits. Ces données, collectées au niveau local, doivent alimenter le système national SIPAPH. Le principal défi à relever est de mettre en relation les acteurs publics nationaux et locaux plutôt habitués à une autonomie d’action. De ce fait, l’adoption du système n’a pas été sans réticence au niveau local car le fonctionnement initialement préconisé par le SIPAPH allait à l’encontre des logiques des acteurs. La CNSA a donc dû trouver des moyens pour faire adopter le système informatique par les acteurs locaux et pour faciliter la centralisation des informations. La CNSA a d’abord tenté de contraindre les MDPH à partager leurs données pour alimenter le SIPAPH par des mesures réglementaires et la menace de sanctions financières. Face à l’échec de cette stratégie, le dispositif de communication autour de l’instrument et de son fonctionnement a été revu. La nouvelle stratégie a obtenu un succès partiel. Mais il a surtout fallu mieux tenir compte des pratiques courantes des acteurs dans le paramétrage du système, pour parvenir à un accord. Comme le suggèrent les enquêtes de Pierre-Yves Baudot, il n’est pas suffisant de repérer les écarts entre les attentes des utilisateurs d’un logiciel et les résultats qu’il a permis d’obtenir. Il est tout aussi important, dans le cadre de déploiement des systèmes d’information dans les organisations publiques, de considérer le contexte professionnel et les rapports de force entre les acteurs ainsi que leurs relations avec le système informatique mis en place.

4À Pôle emploi, deux logiciels ont été installés pour gérer la mise à l’emploi des chômeurs. Il s’agit du Système informatique d’aide à la décision (SIAD) et du Système de rapprochement (SDR). Ces logiciels permettent de comptabiliser le nombre de personnes que l’organisme arrive à mettre à l’emploi et en même temps facilitent le rapprochement entre les offres et les demandes d’emploi. Jean-Marie Pillon propose dans son article un regard sur l’appropriation de ces outils par les acteurs de Pôle emploi. Il a mené une enquête relative à la mise en œuvre et la gestion des politiques du traitement du chômage et a observé des agents sur leur lieu de travail. Les données collectées dans le système de gestion intégré concernent les demandeurs d’emploi et les employeurs, et elles sont nécessaires pour assurer l’appariement entre l’offre et la demande d’emploi. L’utilisation de ces logiciels qui effectuent le travail – « ingrat », selon l’auteur – de croisement des données entre chômeurs et postes vacants est de nature à rendre les équipes plus productives. Le SDR permet aux conseillers de rendre certaines offres visibles à une certaine catégorie de demandeurs et de contrôler la circulation des offres d’emploi.

5Les logiciels de gestion implémentés dans les services socio-judiciaires en France et en Belgique orientent la manière dont les travailleurs effectuent leur travail. Xavier de Larminat et Alexia Jonckheere le montre par leurs enquêtes sur les impacts du processus d’informatisation des services socio-judiciaires entre 1999 et 2010. Les deux chercheurs ont effectué des entretiens avec des acteurs français et belges de la justice ainsi que des observations sur leurs utilisations des logiciels. Le processus d’informatisation intervient dans un contexte institutionnel marqué par l’autonomisation des services socio-judiciaires vis-à-vis de de leurs anciennes tutelles judiciaires ou carcérales. Les logiciels déployés ont pour objectifs une meilleure gestion des ressources, une « homogénéisation des procédures et une standardisation des données » (p. 116). L’article relève les difficultés auxquelles sont confrontés les utilisateurs des logiciels : problèmes techniques liés au déploiement des logiciels mais aussi difficultés plus stratégiques, liées à l’architecture de l’information. Les exemples soulignent l’ergonomie « peu attractive » des outils, le trop long délai d’affichage des éléments ou encore, le manque de dispositif de sauvegarde, qui entraîne une perte fréquente de données. Si, comme l’a relevé à juste titre Pierre-Yves Baudot, l’utilisation des logiciels de gestion donne lieu à des jeux de pouvoir entre les acteurs, on repère ici que l’appropriation des outils peut susciter de la part de ces mêmes acteurs aussi bien un engouement et qu’une remise en cause.

6Les logiciels et progiciels de gestion intégrés dans les différentes organisations publiques ont pour rôle principal d’appuyer la décision managériale. Selon Magali Nonjon et Guillaume Marrel, « ces architectures informatiques même inabouties peuvent participer à la “mise en gestion” des services dans lesquelles elles “dysfonctionnent” » (p. 153-154). Les contributions soulignent chacune à leur manière la complexité de la prescription de logiciels aux services publics. Comme le recommande Helena Revil, il est important de mettre les acteurs au cœur même du processus d’informatisation afin de connaître leurs attentes et les relations qui existent entre eux mais aussi d’anticiper d’éventuelles réticences. Pour faciliter la prise en main des outils informatiques par les acteurs, les architectures informatiques ne doivent pas être pensées uniquement comme des outils déployés pour atteindre un but précis. Elles doivent être l’occasion de réflexions approfondies aussi bien sur l’organisation des informations qu’elles sont censées collecter et sur les interfaces des logiciels que sur l’expérience d’utilisation des acteurs dans leur travail quotidien.

Haut de page

Notes

1 Cazes Alain, Delacroix Joëlle, Architecture des machines et des systèmes informatiques, Paris, Dunod, 2011. Cité par Magali Nonjon et Guillaume Marrel p. 11.

2 Système d’information partagé-personnes handicapées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Djossè Tessy, « Magali Nonjon et Guillaume Marrel (dir.), « Gouverner par les architectures informatiques », Gouvernement & action publique, vol. 04, n° 2, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19397

Haut de page

Rédacteur

Djossè Tessy

Auditeur en master Architecture de l’information à l’École normale supérieure de Lyon. Boursier PALSE.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page