Navigation – Plan du site

Michel Winock, Journal politique, La république gaullienne 1958-1981

Sébastien Zerilli
Journal politique
Michel Winock, Journal politique. La république gaullienne (1958-1981), Vincennes, Thierry Marchaisse, 2015, 500 p., ISBN : 9782362800856.
Haut de page

Texte intégral

1« Relirais-je un jour ces notes ? Et sinon qui donc s’y intéresserait ? » se demande Michel Winock le 13 décembre 1977 (p. 246). Il aura fallu que l’historien attende presque quarante ans et la publication de son Journal politique pour avoir une réponse à ses interrogations. Mais alors une question affleure, comme en écho à celles de l’auteur : pourquoi lire ce journal aujourd’hui ?

2D’abord parce qu’il fournit, comme son titre l’indique, les matériaux d’une riche histoire politique. La forme compte d’ailleurs ici autant que le fond : le commentaire régulier des événements auquel se livre l’auteur dans ces pages permet au lecteur d’identifier rétrospectivement des tendances. Les réflexions contenues dans ce Journal politique, couchées sur le papier à la faveur de l’actualité, révèlent en creux des évolutions historiques ; le chapelet de ses notes brutes rédigées au fil des jours balise des transformations au tempo plus lent.

3Ce document témoigne de la stabilisation d’un régime : depuis l’adoption de la constitution du 4 octobre 1958 jusqu’à l’alternance au sommet de l’État en mai 1981, en passant par l’instauration de l’élection du Président de la République au suffrage universel direct en 1962 et la victoire de Georges Pompidou en 1969, les institutions de la Ve république font la preuve de leur solidité. Le régime présidentiel voulu par Charles de Gaulle pour éviter l’instabilité des régimes d’assemblés, initialement associé aux penchants autoritaires du Général que Michel Winock critique férocement, finit par emporter l’adhésion de l’auteur.

  • 1 Michel Winock, « Il était une fois », L’Histoire, n° 417, novembre 2015, p. 32.

4Les notes pointent également entre 1958 et 1981 l’inéluctable déclin du Parti communiste. Décrédibilisé par les interventions militaires de l’URSS dans ses pays-satellites, par les témoignages accablants de plusieurs dissidents soviétiques et l’opposition de membres des républiques socialistes, le « parti des 75 000 fusillés » voit son influence politique invariablement décroître au profit du tout jeune Parti socialiste, fondé en 1971 à l’initiative de François Mitterrand. La signature en 1972 du Programme commun de gouvernement apparaît rétrospectivement comme le symbole de l’inversion du rapport de force entre ces deux forces politiques. L’ampleur de cette évolution conduit d’ailleurs Michel Winock à s’interroger, dans le dernier numéro de la revue de vulgarisation qu’il a fondée en 1977, « sur le pourquoi des adhésions massives, des conversions innombrables et des enthousiasmes planétaires1 » générés par le communisme.

5Les réflexions de l’auteur se font aussi l’écho du déclin de l’influence française sur la scène internationale. Sur fond de guerre froide et parallèlement à l’élargissement d’une Union Européenne qui opte en 1979, conformément à une logique supranationale, pour l’élection au suffrage universel direct des membres de son parlement, la France est rétrogradée au rang de puissance moyenne. Ainsi est-ce à l’image d’un « don Quichotte international » (p. 181) que renvoie l’attitude d’un Charles de Gaulle qui conteste l’hégémonie américaine dans ses discours de Phnom-Penh (1er septembre 1966) et de Montréal (24 juillet 1967) en faveur du « Québec libre ».

  • 2 Sabrina Tricaud, Les années Pompidou, Paris, Belin, coll. « Histoire », 2014, p. 49.

6En plus de décrire ces transformations strictement politiques, ce journal renseigne le lecteur sur ce « basculement anthropologique2 » qu’a représenté l’entrée des Français dans la « société d’abondance ». Avant de franchir la barre symbolique du million de demandeurs d’emploi en avril 1977 et de s’enfoncer dans une crise économique durable, la France aura connu ce que Michel Winock perçoit comme « une autre Belle Époque » (p. 467). Mise à part l’absence de remarques sur le développement des supermarchés, qui apparaissent aux environs des « grands ensembles » dans les années 1970, l’auteur est le chroniqueur attentif de tous les changements matériels qui bouleversent le quotidien de ses concitoyens : multiplication des automobiles, pénétration dans les foyers des réfrigérateurs et des lave-vaisselle, démocratisation des téléviseurs qui permettent aux Français, médusés, d’observer en couleur l’alunissage de Neil Amstrong le 21 juillet 1969…

7Le diariste est aussi l’observateur des revendications philosophiques et des évolutions culturelles caractéristiques de cette époque de prospérité. Ainsi décrit-il Mai 68 comme « un point de cristallisation » (p. 345) des espérances portées par une génération de jeunes baby-boomers délestée de l’angoisse de l’enrégimentement depuis le règlement du conflit algérien, mais étouffée par les codes devenus anachroniques de la société gaulliste. Les lois Neuwirth, votée 1969, et Veil, adoptée en 1974, toutes deux relatives à l’interruption volontaire de grossesse, apparaîtront comme le symbole de la libéralisation des mœurs et de la reconnaissance du droit de disposer de son corps souhaitées par les révoltés de Mai.

  • 3 François Dosse, « Vincennes (1969-1974): entre science et utopies », in Philippe Artières et Michel (...)
  • 4 Pierre Nora, Historien public, Paris, Gallimard, coll. « nrf », 2011, p. 89.
  • 5 Michel Winock, Chronique des années soixante, Paris, Seuil, coll. « Points », 1990 [1987], p. 49.

8La publication de ce journal se justifie également parce que Michel Winock n’est pas que le témoin de son temps. Il est aussi l’acteur de certaines des transformations de son époque. Même si l’historien qu’il est est « fatigu[é] des sociologues, des sexologues et de tous leur homologues qui se parent de leur petite science pour apprendre au peuple à être heureux selon leur normes » (p. 387), il aura tout de même été un des protagonistes du « moment sciences humaines » français. Éditeur au Seuil de Paul Veyne, protagoniste de la « révolution du Poche » avec le lancement en 1971 de la collection « Points », enseignant dans cette véritable « anti-Sorbonne3 » qu’a été l’université de Vincennes, Michel Winock a participé activement à cette période unique d’exaltation et d’effervescence politico-intellectuelle. Alors que les sciences humaines des années 1960-1970 « ont été au fondement d’un système dont la philosophie générale empruntait à la fois au marxisme et au structuralisme surtout4 », il est pourtant frappant de ne rien trouver dans les pages de ce journal à propos du système théorique associé au nom de Claude Lévi-Strauss. Le professeur Winock a ailleurs décrit l’hégémonie intellectuelle du structuralisme comme le basculement dans une « ère du soupçon [où] tout “ discours ” perdait son innocence, [où] l’individu, l’homme, l’acteur, le sujet n’étaient plus que des éléments illusoires, pris dans les mailles serrées des constructions auxquelles ils avaient pu collaborer mais en toute inconscience5 ». L’observateur attentif de l’actualité qu’il se révèle être au fil des pages de ce document ne consacre pourtant aucun de ses développements au commentaire du paradigme structuraliste.

  • 6 Jean-Pierre Rioux, « Esprit », in Jean-François Sirinelli (dir.), Dictionnaire historique de la vie (...)

9On lira aussi avec profit ce journal, rédigé à une période saturée de politique, parce que l’actualité qu’il commente donne à son auteur la possibilité de multiplier les variations et les impromptus sur le sens de l’engagement en politique, sur celui des idéologies et du réformisme. Michel Winock y exprime une sensibilité politique personnelle en parfaite cohérence avec la ligne éditoriale de la revue Esprit, dont il a été très proche, caractérisée par les « dénégations conjointes du collectivisme marxiste et du capitalisme individualiste6 ». Il se révèle être tout aussi perplexe devant les « utopies d’amphithéâtre » dont il observe le bourgeonnement à Vincennes que devant l’image d’une France replète de consommateurs qui s’incarne physiquement dans les rondeurs du président Pompidou. Aussi considère-t-il le socialisme comme une sorte de stimulant intellectuel, d’aiguillon, d’« utopie d’orientation », (p. 308) utile non pas pour renverser la société capitaliste mais pour l’améliorer. « L’utopie c’est le rêve de la société parfaite ; le réformisme, c’est la conviction de sa perfectibilité » (p. 468) écrit l’auteur, dans le droit fil des principes d’une « deuxième gauche » décentralisatrice, autogestionnaire et régulatrice plutôt que jacobine et révolutionnaire.

10Le dernier fragment, daté du dimanche 10 mai 1981, raconte l'effervescence populaire place de la Bastille consécutivement à la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle. On imagine pourtant mal que l’auteur a arrêté de tenir un journal après avoir été le témoin d’une alternance politique inespérée au sommet de l’État. Le sous-titre de ce volume laisse à penser qu’au contraire, il a continué. Espérons-le ; on rendra compte avec plaisir d’un nouvel opus pour Lectures !

Haut de page

Notes

1 Michel Winock, « Il était une fois », L’Histoire, n° 417, novembre 2015, p. 32.

2 Sabrina Tricaud, Les années Pompidou, Paris, Belin, coll. « Histoire », 2014, p. 49.

3 François Dosse, « Vincennes (1969-1974): entre science et utopies », in Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fornel (dir.), 68. Une histoire collective, Paris, La découverte, coll. « Cahiers Libres », 2008, p. 506.

4 Pierre Nora, Historien public, Paris, Gallimard, coll. « nrf », 2011, p. 89.

5 Michel Winock, Chronique des années soixante, Paris, Seuil, coll. « Points », 1990 [1987], p. 49.

6 Jean-Pierre Rioux, « Esprit », in Jean-François Sirinelli (dir.), Dictionnaire historique de la vie politique française au xxe siècle, Paris, PUF, 1995, p. 342.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Michel Winock, Journal politique, La république gaullienne 1958-1981  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 08 novembre 2015, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19409

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Zerilli

Chargé d’études, Fondation Maison des sciences de l’homme

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page