Navigation – Plan du site

Adele Pavlidis, Simone Fullagar, Sport, Gender and Power. The Rise of Roller Derby

Anne-Charlotte Millepied
Sport, Gender and Power
Adele Pavlidis, Sport, Gender and Power. The Rise of Roller Derby, Ashgate, 2014, 216 p., ISBN : 978-1-4724-1771-8.
Haut de page

Texte intégral

1Les dernières décennies ont vu l’émergence de « nouveaux » sports, parfois qualifiés de « post-sports », et considérés, de par leur nouveauté, comme alternatifs et possiblement émancipateurs. Le roller derby en fait partie, mais il se distingue des autres (comme le snowboarding, le skateboarding ou le parkour) par sa féminisation quasi exclusive. Il est ainsi spontanément associé à un espace d’empowerment pour les femmes. C’est à partir de ce postulat – le roller derby comme lieu de subversion des normes de genre et de réécriture de la féminité – que les auteures de Sport, Gender and Power. The Rise of Roller Derby commencent leur questionnement. Leur recherche, menée en Australie, repose sur l’association de l’auto-ethnographie, la réalisation d’entretiens et l’exploitation de textes produits par le monde du roller derby.

  • 1 Docteure en sociologie et chargée de cours à l’université Griffith (Australie).
  • 2 Professeure en sciences sociales du sport à l’université de Bath (Angleterre).

2Adele Pavlidis1 et Simone Fullagar2 se revendiquent d’une tradition intellectuelle féministe et poststructuraliste, en ce qu’elles insistent sur leur volonté de rendre compte de la multiplicité des expériences féminines du roller derby et du caractère fluide, mouvant, jamais figé des subjectivités et des affects. En cela elles se réfèrent au cadre conceptuel de Michel Foucault, mais surtout de Gilles Deleuze et Felix Guattari, puis, pour les penseuses féministes qui s’en inspirent, aux idées développées par Rosi Braidotti et Luce Irigaray entre autres. Le second courant théorique auquel elles se rattachent est celui de la sociologie des émotions, dont Sara Ahmed est la figure de proue. Leur étude est résolument centrée sur les affects et la manière dont ils façonnent les expériences individuelles et collectives du roller derby.

3Adele Pavlidis et Simone Fullagar s’intéressent donc aux affects en jeu dans le roller derby, qu’ils soient « positifs » comme « négatifs ». En cherchant à montrer en quoi ce sport détient un potentiel transformateur et libérateur, elles vont également mettre en lumière ses plus sombres aspects, qui peuvent être amers et destructeurs. Un chapitre est ainsi consacré aux affects positifs du roller derby et au sentiment d’appartenance (belonging) qu’il peut procurer à ses membres. Les chercheuses explorent les processus du devenir-derby (becoming derby) et les manières dont les femmes comprennent et appréhendent les affects qu’elles ressentent dans le roller derby. À travers les portraits de trois femmes, elles illustrent le pouvoir de guérison et de transformation du roller derby, grâce aux sentiments d’amour, d’amitié, de confiance en soi et de bien-être qui peuvent s’y développer. Ainsi, le roller derby n’est pas qu’une activité sportive, c’est aussi une communauté qui permet l’épanouissement personnel de ses membres. Mais l’intensité des émotions ressenties est à double tranchant. Un autre chapitre se concentre ainsi sur le versant plus sombre (dark side) du roller derby, et sur les sentiments d’exclusion, de frustration, de colère, qu’il peut générer. Ici aussi, les portraits de trois joueuses viennent illustrer les enjeux de pouvoir et d’autorité au sein des ligues, ainsi que les processus de normalisation (au sens d’instauration de normes parfois rigides) qui finissent par advenir. Par exemple, le roller derby constitue un lieu d’intégration de féminités « parias », donc d’acceptation de la différence, mais par là même vient exclure d’autres féminités, peut-être plus classiques, devenant alors un lieu de pouvoir disciplinaire.

4Les auteures montrent ainsi les ambivalences et les glissements des affects, dans la mesure où des émotions dites « négatives » comme l’agressivité ou la colère peuvent être à l’origine de dynamiques productives et transformatrices, tandis que des sentiments considérés comme « positifs », tels que l’amour, la fierté ou la joie, peuvent mener à des déconvenues et des déceptions. Ces dernières sont souvent liées à la manière dont sont gérées les ligues, en lien avec les enjeux managériaux auxquels est confronté le roller derby depuis quelques années. La popularité croissante du sport le positionne face à certains défis en termes de management : comment rester « alternatif » quand on cherche à se légitimer dans le champ sportif ? Les sociologues mettent en avant la multiplicité des désirs et des modèles de management parmi celles qui occupent les positions de direction, et leur collision avec le vécu personnel des membres au sein des ligues. Adele Pavlidis et Simone Fullagar examinent trois ligues différentes pour mettre en lumière les différents enjeux liés au management sportif, toujours à travers la présentation de trajectoires personnelles. Dans la première ligue, l’accent est mis sur la dimension sérieuse, sportive et compétitive du roller derby. La deuxième ligue privilégie l’aspect contre-culturel et esthétique (la musique, les costumes) du roller derby, parfois au détriment de la performance sportive, alors que la troisième ligue prise comme exemple permet d’éclairer les débats autour de la participation et la place des hommes dans un sport qui s’est d’abord constitué par et pour les femmes.

5Dans la conclusion, les deux auteures proposent des solutions pour l’avenir du roller derby, à travers la promotion d’un « nouvel ethos derby », qui reposerait sur la prise en compte de la multiplicité (véritablement le maître mot de l’ouvrage) des subjectivités féminines et sur l’empathie et le respect des autres. Elles vont jusqu’à promouvoir une éthique de l’écoute, qui consisterait à travailler non pas contre mais avec le pouvoir (pour neutraliser ses effets négatifs).

6Cet ouvrage remplit son objectif initial de contribuer à une reconceptualisation féministe des sports comme lieux où peuvent se développer des aspirations nouvelles et des identités, des expériences corporelles ou des désirs différents. On peut cependant regretter l’accent trop important mis sur les vécus subjectifs du roller derby, qui évince le potentiel heuristique de l’ethnographie. Le lecteur ou la lectrice n’a ainsi pas l’opportunité d’entrer dans le monde singulier du roller derby. À trop vouloir se concentrer sur la multiplicité des significations de ce sport pour ses pratiquantes, les auteures faillissent à fournir un tableau cohérent (qui ne serait pas réducteur pour autant) de l’univers culturel du roller derby.

Haut de page

Notes

1 Docteure en sociologie et chargée de cours à l’université Griffith (Australie).

2 Professeure en sciences sociales du sport à l’université de Bath (Angleterre).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Charlotte Millepied, « Adele Pavlidis, Simone Fullagar, Sport, Gender and Power. The Rise of Roller Derby », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 09 novembre 2015, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19416

Haut de page

Rédacteur

Anne-Charlotte Millepied

Master « Genre, Politique et Sexualité » à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page