Navigation – Plan du site

Catherine Richarté, Roland-Pierre Gayraud, Jean-Michel Poisson (dir.), Héritages arabo-islamiques dans l’Europe méditerranéenne

Florian Besson
Héritages arabo-islamiques dans l'Europe méditerranéenne
Catherine Richarté, Roland-Pierre Gayraud, Jean-Michel Poisson (dir.), Héritages arabo-islamiques dans l'Europe méditerranéenne, Paris, La Découverte, 2015, 493 p., ISBN : 978-2-7071-8622-5.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage, issu d’un colloque organisé dans le cadre de Marseille capitale de la culture, rassemble trente-et-une communications historiques, archéologiques, littéraires, qui toutes interrogent « l’héritage » arabo-islamique en Europe méditerranéenne. Cette Europe méditerranéenne embrasse le Portugal (un article), la Sicile (deux articles), l’Italie (trois articles), et surtout la France, qui, avec seize articles, se taille la part du lion. Le spectre chronologique est large, du VIIIe siècle au XIXsiècle.

  • 1 Paolo de Vingo, « La Céramique d’importation islamique dans la Ligurie médiévale : synthèse », p. 2 (...)
  • 2 Gwenaelle Fellinger, « La Circulation des objets d’art islamique dans les collections princières au (...)
  • 3 Marie-Pierre Ruas, Perrine Mane, Carole Puig, Charlotte Hallavan, Bénédicte Pradat, Mohammed Ouerfe (...)
  • 4 Claire-Anne de Chazelles, Robert Thernot, « La Construction en terre crue coffrée et damée dans le (...)
  • 5 Jamel El Hadj, « Charles d’Anjou et la traduction du livre de Rhazès : la circulation des savoirs m (...)
  • 6 Marilyn Nicoud, « L’Héritage diététique arabe dans la littérature médiévale », p. 335-345.
  • 7 Fathi Jarray, « De la Mizwala musulmane à l’horloge européenne. Quelques précisions sur la contribu (...)
  • 8 Nathalie Molina, Cécile Salaün, Thomas Navarro et Philippe Rigaud, « Graffitis arabes du XVIe siècl (...)
  • 9 Michel Lauwers, « Des Sarrasins en Provence : représentations ecclésiales et luttes pour l’hégémoni (...)
  • 10 Karine-Larissa Basset, « Topographie légendaire d’une présence sarrasine dans la France méridionale (...)

2Il est difficile de résumer trente-et-un articles ; tout au plus peut-on noter la grande variété des sujets abordés : cet héritage s’observe en effet dans des objets (céramique arabe en Italie1, objets précieux dans des collections princières2, plantes3), des savoirs (techniques de construction4, médecine5, diététique6, horlogerie7), des images (des graffitis à Toulon8), des textes et des récits (chroniques monastiques du Xe siècle9, récits légendaires dans la France contemporaine10). Des épaves aux fêtes villageoises, des manuscrits aux fours à potier, des tombes aux dispositifs hydrauliques, le parcours est complet et complexe.

  • 11 Michel Lauwers, art. cit. ; Damien Carraz, « Les Incursions sarrasines sur le littoral du Midi aux (...)

3Les auteurs ont à cœur de souligner les diverses facettes de l’interaction : la grande majorité des articles mettent au jour des échanges commerciaux et des transferts de savoirs, mais cette vision apaisée, voire irénique, est très justement contrebalancée par les premiers articles, qui reviennent sur des phénomènes guerriers11. Ces articles sont importants, et leur position liminaire permet de rappeler que les contacts sont loin d’être toujours, ni même le plus souvent, pacifiques – un rappel nécessaire, car il ne s’agirait pas d’échanger le fantasme d’un « choc de civilisations », sous-tendu par l’islamophobie savante que Roland-Pierre Gayraud dénonce en introduction (p. 19), contre le mythe d’une Méditerranée où les échanges entre cultures ne seraient qu’intellectuels et commerciaux. Comme le notent Nathalie Molina, Cécile Salaün, Thomas Navarro et Philippe Rigaud, les graffitis de Toulon, représentant des navires et des soldats musulmans, ont pu être tracés par des marchands musulmans vivant pour un temps dans les ports français, par des ambassadeurs ottomans en visite diplomatique… ou par des esclaves. Bref, si l’héritage arabo-islamique se marque par la circulation des personnes, des objets et des connaissances, le livre sait aussi rappeler que cette circulation passe souvent par la violence.

4Toujours bien documentés, nourris par les recherches les plus récentes, les articles font également référence les uns aux autres, ce qui atteste d’un véritable effort, de la part des auteurs et des directeurs de l’ouvrage, pour faire dialoguer les articles et créer une unité d’ensemble. Cet effort est d’autant plus à souligner qu’il est rare pour les actes de colloque.

  • 12 Charlène Bouchaud, « Al-qutun. Importation des produits et introduction de la culture du coton en M (...)
  • 13 Notamment Isabelle Rébé et Claude Raynaud, « L’oppidum de Ruscino entre Septimanie et al-Andalus », (...)
  • 14 Henri Marchesi, Jacques Thiriot et Lucy Vallauri, « Le  "bourg des Olliers"  à Marseille au XIIIe s (...)

5L’ensemble reste malgré tout assez hétéroclite. Trente-et-un articles pour 480 pages : la plupart des contributions sont donc très courtes, souvent trop. Après avoir rappelé le contexte d’un événement ou présenté la nature d’un objet, il reste souvent trop peu de place pour proposer une analyse originale : l’article de Charlène Bouchaud, par exemple, sur le coton12, ne consacre guère qu'une page et demie à analyser vraiment le moment où le coton passe en Occident. Peut-être aurait-il fallu publier un peu moins d’articles, pour pouvoir développer davantage. Le public visé par le livre n’est pas non plus clairement identifié : certains articles sont clairement difficiles pour un lectorat qui ne serait pas familier des rapports de fouilles archéologiques13 ; d’autres, à l’inverse, présentent des dossiers bien connus et semblent plutôt s’adresser à un public de non-spécialistes14.

  • 15 Annliese Nef, « La Sicile dans l’ensemble aghlabide (827-910) », p. 101-110.
  • 16 Daniel König, « L’Europe et son miroir arabo-musulman. Réflexion sur l’apport du monde arabo-musulm (...)

6C’est surtout la notion même d’héritage, inscrite au cœur des contributions, qui pose problème. Comme le rappelle très justement Annliese Nef au début de son propre article15, la notion est critiquable, à la fois très floue et renvoyant à une conception dynastique et organique de l’histoire – laquelle ramène forcément, tôt ou tard, à ce mythe des origines dénoncé, déjà, par Marc Bloch. La mise en garde d'Annliese Nef ne semble pas avoir été entendue : la plupart des articles reprennent cette notion d’« héritage », parfois déclinée en « legs », sans jamais la questionner. La conjuguer au pluriel, comme le fait le titre du livre, ne suffit pas à lui donner une cohérence. C’est d’ailleurs là, selon moi, que le bât blesse, car l’ouvrage regroupe des phénomènes qui sont non seulement éclatés dans le temps et dans l’espace, et souvent trop peu contextualisés, mais surtout des phénomènes qui ne participent pas des mêmes dynamiques ni des mêmes logiques de fond. Des marchands italiens qui importent, depuis le monde musulman, de la céramique ; des moines provençaux du XIe siècle qui racontent les raids sarrasins ; des traductions d’ouvrages scientifiques de l’arabe vers le latin ; des villages d’Auvergne qui, au XIXe siècle, s’inventent une origine arabe : tous ces phénomènes sont déconnectés les uns des autres. Et ni les uns ni les autres ne relèvent de « l’héritage », tout au plus de « l’apport », notion avancée dans sa conclusion par Daniel König16, mais qui, comme la critique de Annliese Nef, n’a visiblement pas été entendue ou utilisée.

  • 17 Pierre Bauduin et Aleksandr Evgenʹevič Musin (dir.), Vers l’Orient et vers l’Occident. Regards croi (...)

7Il aurait ainsi fallu, à mon sens, interroger davantage les termes. Quel sens y a-t-il à parler d’Europe alors que la notion n’existe pas pour plus de la moitié de la période envisagée ? Ou à affirmer doctement que « la Méditerranée est un monde », première phrase de l’ouvrage (Roland-Pierre Gayraud, p. 15), une idée purement contemporaine, qui ne naît, probablement, qu’avec Braudel ? Le livre manque surtout, selon moi, d’une réelle interrogation de fond sur les façons dont les sociétés et les cultures se connectent. Plutôt que de tout recouvrir de la notion floue et un peu fourre-tout d’héritage, il aurait été intéressant d’utiliser toutes les notions construites pour penser ces contacts : transferts, connexions, acculturations, métissages, hybridité, middle ground, rencontres, transculturalité, autant de termes qui sont quasiment tous absents ici. Des ouvrages récents soulignent tout l'intérêt de croiser ces notions17.

8La notion d’héritage part d’un bon sentiment : il s’agit de montrer que le monde arabo-islamique a non seulement apporté des choses à l’Europe, mais surtout que cet apport a été un enrichissement. La charge politique de cette affirmation est claire, et elle est d’ailleurs tout à fait assumée par les auteurs du livre. D’où une impression de lecture mitigée – et, je ne saurai trop le souligner, personnelle. En tant qu’historien, pour qui la recherche ne doit pas être trop orientée, le livre me gêne, tant il est façonné par cette intention louable, mais peu scientifique. En tant que citoyen, assistant avec inquiétude à la radicalisation du discours politique et médiatique sur l’islam, ce livre me semble nécessaire, bienvenu, et important.

Haut de page

Notes

1 Paolo de Vingo, « La Céramique d’importation islamique dans la Ligurie médiévale : synthèse », p. 281-300.

2 Gwenaelle Fellinger, « La Circulation des objets d’art islamique dans les collections princières au Moyen Âge », p. 397-408.

3 Marie-Pierre Ruas, Perrine Mane, Carole Puig, Charlotte Hallavan, Bénédicte Pradat, Mohammed Ouerfelli, Jérôme Ros, Danièle Alexandre-Bidon, Aline Durand, « Regard pluriel sur les plantes de l’héritage arabo-islamique en France médiévale », p. 347-376.

4 Claire-Anne de Chazelles, Robert Thernot, « La Construction en terre crue coffrée et damée dans le sud de la France au Moyen Âge. Transfert des techniques ou migration des techniciens », p. 253-267.

5 Jamel El Hadj, « Charles d’Anjou et la traduction du livre de Rhazès : la circulation des savoirs médicaux au Moyen Âge », p. 425-432.

6 Marilyn Nicoud, « L’Héritage diététique arabe dans la littérature médiévale », p. 335-345.

7 Fathi Jarray, « De la Mizwala musulmane à l’horloge européenne. Quelques précisions sur la contribution des musulmans dans la genèse de la gnomonique en Europe », p. 409-423.

8 Nathalie Molina, Cécile Salaün, Thomas Navarro et Philippe Rigaud, « Graffitis arabes du XVIe siècle ou du début du XVIIe siècle à Toulon (Var) », p. 159-181.

9 Michel Lauwers, « Des Sarrasins en Provence : représentations ecclésiales et luttes pour l’hégémonie en Méditerranée occidentale du Xe au XIIIe siècle », p. 25-40.

10 Karine-Larissa Basset, « Topographie légendaire d’une présence sarrasine dans la France méridionale : l’énigme d’un récit », p. 433-447.

11 Michel Lauwers, art. cit. ; Damien Carraz, « Les Incursions sarrasines sur le littoral du Midi aux XIe-XIIe siècles », p. 41-50 ; Germain Butaud et Yann Codou, « Devant la gueule des Sarrasins. Le monastère Saint-Honorat de Lérins et les incursions sarrasines (VIIIe-XIIe siècle) : histoire, archéologie et hagiographie », p. 51-64.

12 Charlène Bouchaud, « Al-qutun. Importation des produits et introduction de la culture du coton en Méditerranée », p. 315-331.

13 Notamment Isabelle Rébé et Claude Raynaud, « L’oppidum de Ruscino entre Septimanie et al-Andalus », p. 65-78 ; Yves Gleize, Jean-Yves Breuil, Bertrand Houix, Fanny Mendisco, Marie-France Deguilloux, Marie-Hélène Pemonge, « Trois inhumations musulmans du haut Moyen Âge à Nîmes. Analyse pluridisciplinaire archéo-anthropologique », p. 79-89 ; Marie-Pierre Jézégou et Jean-Pierre Joncheray, « Les Épaves sarrasines du littoral provençal », p. 143-158.

14 Henri Marchesi, Jacques Thiriot et Lucy Vallauri, « Le  "bourg des Olliers"  à Marseille au XIIIe siècle : un transfert de technologie d’al-Andalus », p. 229-238 ; Patrice Cressier, « La Maîtrise de l’eau en al-Andalus. Un marqueur d’orientalisation et une source de conflits historiographiques », p. 301-313.

15 Annliese Nef, « La Sicile dans l’ensemble aghlabide (827-910) », p. 101-110.

16 Daniel König, « L’Europe et son miroir arabo-musulman. Réflexion sur l’apport du monde arabo-musulman à la formation et au développement de l’Europe », p. 471-483.

17 Pierre Bauduin et Aleksandr Evgenʹevič Musin (dir.), Vers l’Orient et vers l’Occident. Regards croisés sur les dynamiques et les transferts culturels des Vikings à la Rous ancienne, Caen, Presses universitaires de Caen : Publications du CRAHAM, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Besson, « Catherine Richarté, Roland-Pierre Gayraud, Jean-Michel Poisson (dir.), Héritages arabo-islamiques dans l’Europe méditerranéenne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 10 novembre 2015, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19440

Haut de page

Rédacteur

Florian Besson

Normalien, agrégé d’histoire, je fais une thèse sur l’Orient latin à l’Université Paris-Sorbonne

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page