Navigation – Plan du site

Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Ahmed Boubeker, Le grand repli

Alexandre Chevalier
Le grand repli
Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Ahmed Boubeker, Le grand repli, Paris, La Découverte, 2015, préface d'Achille Mbembe, postface de Benjamin Stora, EAN : 9782707186874.
Haut de page

Texte intégral

1Déclaration polémique de Nadine Morano sur la « race blanche » comme trait identitaire de la nation française, succès éditoriaux d’auteurs réactionnaires, montée du FN dans les urnes comme dans l’espace médiatique, violences verbales et physiques contre les Roms... Depuis quelques mois, la question de la radicalisation de l’opinion publique, comme de la parole politique, est devenue un élément central du débat sur le supposé déclin national. C’est cette thématique que les auteurs – deux historiens et un sociologue - traitent frontalement. Leur réflexion globale, qui s’appuie notamment sur l’analyse de textes de loi comme sur la parole médiatique, se propose de comprendre comment peu à peu le corps social entre dans ce qu’ils nomment « le grand repli ». Succédant à de nombreuses « fractures » - traitées dans une première partie – « le repli » – traité dans la seconde moitié de l’ouvrage – prendrait la forme d’un retour à une identité fermée, exclusive et excluante, centrée sur la vision d’une nation monolithique, menacée dans ses fondements par la figure de l’étranger, de l’ennemi intérieur, c’est-à-dire du lointain devenu trop proche.

2Les auteurs se livrent à une critique argumentée de la laïcité « à la française », qui exclue plus qu’elle n’intègre, qui distend le lien social au lieu de l’apaiser. Ainsi, notre laïcité, pilier de la République, n’est plus celle de 1905, « portée par des forces sociales actives » (p. 41). Elle serait une laïcité réactionnaire, voire d’extrême droite, tournée contre l’Islam et ses pratiquants, dessinant une frontière entre l’Europe et le monde musulman, frontière intraterritoriale également, tant les banlieues porteraient le stigmate de l’extériorité. Derrière la laïcité, c’est donc bien l’Islam qui est visé, le « nouvel ennemi intérieur », qui trahit son propre pays et endosse ainsi le rôle du « traître par excellence » (p. 45). L’originalité du propos est de montrer comment la force publique est directement responsable de l’émergence de certains mouvements salafistes violents et ultra-minoritaires : en refusant activement l’expression politique – dans les années 1980-1990 – d’un Islam porté vers les préoccupations sociales des jeunes immigrés ou issus de l’immigration (p. 52).

  • 1 Les auteurs citent ainsi le discours de Grenoble, prononcé par Nicolas Sarkozy à la suite d'émeutes (...)

3Pour les auteurs, la montée de la pensée raciste s’explique moins par sa banalisation dans l’opinion publique que par la diffusion rapide d’un discours xénophobe parmi les élites politiques et médiatiques – diffusion largement favorisée par l’activisme législatif et discursif de la Présidence de Nicolas Sarkozy, alors soucieux de saper à son avantage l’électorat de Marine Le Pen. Une « radicalisation par le haut » (p. 60), en quelque sorte. La lecture ethnique devient la clef d’analyse des phénomènes sociaux et, comme lors des émeutes de novembre 2005, la question raciale vient se substituer à la question sociale, parfois purement et simplement niée1. C’est ainsi que se dessinent de nouvelles frontières intérieures, entre les « français de souche » – expression empruntée à l’extrême droite –, et ceux « d’origine étrangère ». Ces appellations, de la même manière que les politiques « d’intégrations », fonctionnant comme des rappels incessants à l’extériorité : même Français, même nés en France, certains pans de la nation n’en feraient jamais totalement partie, ne seraient pas complètement français – notamment dans les quartiers périphériques, en voie de ghettoïsation. Ainsi, la banlieue ferait figure, en elle même, de lien entre le passé des territoires coloniaux et le présent des « territoires abandonnés » (p. 81). Elle serait, aussi, le produit d’un modèle intégrationniste à bout de souffle, qui justifie l’exclusion au nom de l’intégration.

  • 2 C'est en 1974 que le président Giscard d'Estaing envisage pour la première fois une vaste politique (...)

4C’est à la suite de ces fractures qu’adviendrait le temps du grand repli, dont les migrants seraient les premières victimes, notamment depuis 19742 et que les crises économiques viennent rythmer les spasmes de l’entre-soi. Mais, pour les auteurs, c’est avec l’arrivée de Nicolas Sarkozy place Beauvau que les politiques d’expulsions prennent une dimension nouvelle – et déshumanisée (arrestations des parents d’élèves sans papier à la sortie des écoles...). Si la gauche, arrivée au pouvoir en 2012, veillera à mieux encadrer ces pratiques, aucun infléchissement de fond ne verra le jour. De surcroît, les auteurs soulignent l’inefficacité de ces politiques : ni l’immigration légale, ni l’immigration illégale ne connaît de baisse véritable, les chiffres demeurant stables. En effet, l’objectif de tels dispositifs est d’abord de convaincre l’opinion que le pouvoir agit avec force, consolidant ainsi l’expansion d’un « néoracisme » (p. 113).

5C’est là le second constat établi par les auteurs – et sans doute le plus inquiétant : à l’ombre de cette « radicalisation par le haut », le racisme ordinaire s’enracine dans la société française – légitimé par un discours médiatique et politique dont les accents radicaux n’ont plus rien de dérapages. Débarrassée de ses oripeaux culturalistes, une partie de l’opinion se retrouve dans des préjugés biologiques que l’on pensait révolus. La tolérance serait une valeur en recul – elle qui ne cessait de progresser – et la parole, frustrée, se libère, dans les urnes ou dans les « discussions de bistrot» (p. 116).

6La « race » de retour, c’est bien la couleur, blanche, qui définirait le français, son histoire, sa culture et son terroir. Symbole dramatique de cette résurgence, la troublante résurrection de la théorie du grand remplacement. Issue de la pensée néonazie allemande des années 1950 et remise au goût du jour par Renaud Camus, elle est légitimée au sein de l’opinion par de nombreux penseurs réactionnaires – d’Alain Finkielkraut à Eric Zemmour en passant par Elisabeth Levy – qui supposent la dilution de la race blanche dans l’infini des flux migratoires, flux notamment issus de nos anciennes colonies. Les anciennes victimes devenues nouveaux bourreaux, l’antiracisme serait en fait un racisme anti-blanc, un racisme contre soi, contre son passé, un racisme coupable et autodestructeur.

7Contre cette pensée nouvelle, qui s’étend dans les médias et assure un succès inattendu à ses très médiatiques défenseurs, les sciences sociales n’offrent qu’un silence sidérant. Les universitaires, moins rompus à l’exercice de la phrase choc que ces « bateleurs de foire » (p. 147) font ainsi l’objet d’une vindicte violente de la part des tenants de la pensée réactionnaire. Ces supposés défenseurs des Lumières, totalement ignorants des réalités sociales à propos desquelles ils s’autorisent à disserter aux heures de grandes écoutes, ne s’arment en effet d’aucune connaissance théorique ou empirique pour étayer leurs discours. Ni terrain ni étude, nulle légitimité sinon celle qu’offre un système médiatique de plus en plus séduit par la morbidité de la théorie du déclin français...

8Ainsi serait le portrait de la France en 2015. Portrait sombre d’un pays voyant le retour de groupuscules d’extrême droite autrefois marginaux et aujourd’hui de plus en plus visibles. L’antisémitisme se décomplexerait, porté par la figure d’un Dieudonné ou d’un Alain Soral jouant sur le charisme de la figure du rebelle « anti-système » et faisant glisser l’antisionisme politique vers un antisémitisme primaire. Cependant pour les auteurs, ce fait, bien qu’inquiétant, ne serait pas structurant d’une identité de quartier. Ils regrettent ainsi à cette occasion que l’engagement public dans la lutte contre cette haine ne trouve pas d’équivalent en ce qui concerne les autres racismes, l’islamophobie notamment.

  • 3 On peut ainsi se permettre une critique du propos des auteurs, qui prennent d'emblée fait et cause (...)

9Il s’agit donc d’un ouvrage intéressant, non seulement parce qu’il traite d’une thématique d’envergure et d’actualité, mais aussi parce que les auteurs y assument pleinement leur parti pris pour la défense d’une société plus multiculturelle et contre un modèle assimilationniste jugé daté et discriminant. Ouvrage complet, traitant d’un phénomène large, complexe à définir dans ses caractéristiques et à comprendre dans ses manifestations, il demeurera trop général pour les lecteurs familiers de ces débats. En effet, le livre fait davantage figure d’essai argumentatif que d’une étude méthodique à vocation universitaire. Ainsi, on appréciera la clarté et l’élégance du style, mais on pourra regretter une insertion un peu faible dans les grands débats sociologiques – l’ouvrage ne discutant pas, par exemple, de la controverse autour de l’existence de ghettos en France3. On saluera toutefois la pertinence du propos, pédagogique et accessible, à même de satisfaire les lecteurs à la recherche d’un ouvrage généraliste clairement et explicitement situé dans les controverses contemporaines.

Haut de page

Notes

1 Les auteurs citent ainsi le discours de Grenoble, prononcé par Nicolas Sarkozy à la suite d'émeutes : « La délinquance actuelle ne provient pas d'un mal-être comme je l'entends trop souvent, elle résulte d'un mépris des valeurs fondamentales de notre société »

2 C'est en 1974 que le président Giscard d'Estaing envisage pour la première fois une vaste politique de retour de 35 000 migrants algériens, demandant d' « éviter d'évoquer les quotas d'enfants ». Ce projets sera finalement abandonné.

3 On peut ainsi se permettre une critique du propos des auteurs, qui prennent d'emblée fait et cause pour la théorie de la ghettoïsation des banlieues, notamment à travers le critère ethnique, alors que ce fait demeure largement discuté parmi les sociologues. Voir par exemple Edmond Préteceille, « La ségrégation raciale a-t-elle augmenté dans la métropole parisienne ? », Revue française de sociologie, vol. 50, n° 3, 2009, ou l'ouvrage de Loïc Wacquant, Parias urbain, Banlieues, Ghetto, État, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2007 ; compte rendu de Sylvia Faure : https://lectures.revues.org/299.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Chevalier, « Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Ahmed Boubeker, Le grand repli », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 11 novembre 2015, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19441

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page