Navigation – Plan du site

Johanna Siméant (dir.), Guide de l'enquête globale en sciences sociales

Gabriel Alcaras
Guide de l'enquête globale en sciences sociales
Johanna Siméant (dir.), Guide de l'enquête globale en sciences sociales, Paris, CNRS, 2015, 408 p., ISBN : 9782271086648.
Haut de page

Texte intégral

1Pourquoi la sociologie devrait-elle interdire à ses objets le moindre changement d'échelle ? Certes, un terrain international semble complexe et coûteux. Mais cet ouvrage fait le pari qu'une enquête bien pensée, équilibrant méthode et partis pris théoriques, peut en venir à bout.

  • 1 Genre auquel Johanna Siméant rend hommage dans son introduction, citant notamment : Beaud Stéphane, (...)
  • 2 Bourdieu Pierre, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de l (...)
  • 3 Topalov Christian, « Le Champ réformateur » in Laboratoires du nouveau siècle : la nébuleuse réform (...)

2Ce guide d'enquête n'est toutefois pas un manuel de terrain1. Sans être moins concret, il incite avant tout à une réflexion générale sur la construction d'un objet « global ». Les auteur·e·s se retrouvent autour d'influences théoriques communes, dont Pierre Bourdieu2 et Christian Topalov3, et prennent d'ailleurs acte de cette généalogie intellectuelle. Ainsi, une seconde partie présente des morceaux choisis de textes importants, après une première partie composée de chapitres thématiques sur laquelle nous reviendrons plus en détail.

3Les références ne sont pas le seul dénominateur commun de ce livre. Un discours collectif émerge contre les distinctions artificielles entre « national » ou « international », et la réification de collectifs tels que l'État-nation, les ONG ou encore les groupes d'intérêts. Cette position théorique se traduit par la recommandation d'enquêtes, ethnographiques ou statistiques, qui s'intéressent aux « agents ».

4Le premier chapitre (J. Siméant, V. Lickert, F. Pouponneau) aborde frontalement cette question du terrain. Comment procéder face à des objets de recherche comme la guerre ou la diplomatie, où la politique semble se jouer derrière des portes closes ? Outre le recours aux quelques sources ouvertes, la pauvreté du matériau est l'occasion de se montrer ingénieux dans son questionnement ou de savoir s'imposer aux imposants lors des entretiens. Mais les auteur·e·s souhaitent avant tout démystifier le « terrain international ». À leurs yeux, il n'est pas nécessaire de sortir des frontières nationales pour décrire des phénomènes internationaux. Il ne faudrait pas concéder à l'international une ontologie spécifique, comme s'il existait des « communautés épistémiques » en dehors de toute contrainte nationale ou locale.

5Dans son ensemble, l'ouvrage fait la part belle à l'ethnographie. Dans le chapitre 8, N. Feldman et S. Roux défendent une observation située et historicisée de la mondialisation, prouvant au passage que l'étude d'un terrain national, régional voire local peut en dire long sur l'international. L'ethnographie multi-située de George Marcus, consistant à combiner plusieurs études localisées, est critiquée pour son caractère a-historique et son usure progressive, au point d'être aujourd'hui devenue un cliché. Les auteur·e·s lui préfèrent les « études de cas élargies » de Michael Burawoy. Tout au long de ce guide, l'ethnographie est mobilisée pour prêter attention aux pratiques quotidiennes des agents : s'attarder sur les tâches bureaucratiques dans une ONG (chap. 1) ; saisir l'ambiguïté d'une trajectoire de migration de personnes maliennes vers l'Europe (chap. 8) ; explorer les situations précaires des correspondants étrangers en Turquie pour comprendre comment se crée la catégorie d'« information internationale » (chap. 6, D. Marchetti).

6L'enquête globale en sciences sociales n'est évidemment pas réduite à l'ethnographie. Les méthodes statistiques sont également recommandées, en particulier les Analyses des Correspondances Multiples, dans une tradition typiquement bourdieusienne. Que ce soit pour étudier le Forum Social Mondial de Dakar en 2011 (chap. 1) ou les politiques de mondialisation dans l'audiovisuel (chap. 3, M. David-Imayil, L. Dugonjic et R. Leclerc), les ACM permettent une lecture contextualisée des phénomènes internationaux — à l'inverse des régressions et du raisonnement « toutes choses égales par ailleurs », moins légitimes dans un cadre global.

7Outre la diversité des méthodes, le guide a également le mérite de présenter une grande variété d'objets « internationaux ». Il couvre évidemment des problématiques davantage concernées par la politique, en sus du chapitre 3 sur les politiques de mondialisation et du premier chapitre sur le FSM de Dakar, évoqués plus haut. Y. Delazay et O. Nay (chap. 9) se penchent ainsi sur le marché des savoirs de réforme. Le premier insiste sur le rôle de la personnalisation des échanges, qui réduit les coûts de transaction sur ce marché incertain, tandis que le second décrit comment les États créent de nouvelles plateformes pour renouveler leur hégémonie. Dans le dernier chapitre, D. Georgakakis et A. Vauchez reviennent sur le développement de la sociologie politique de l'Union Européenne et ses relations avec la théorie des champs.

8Mais l'international n'est pas le domaine réservé de la science politique. G. Sapiro et J. Pacouret (chap. 4) font un retour bienvenu sur la circulation des biens culturels. Après avoir remarqué les écueils du nationalisme méthodologique et le bilan mitigé des translation studies, les auteur·e·s soulèvent de nombreuses questions théoriques (la catégorisation différenciée des biens culturels d'un pays à l'autre) et méthodologiques, en particulier sur les sources disponibles permettant de retracer ces circulations. Dans le chapitre 5, M.-F. Garcia-Parpet, R. Leclerc et G. Sorà s'intéressent davantage à la sphère des échanges économiques, en reprenant la distinction de K. Polanyi entre « marché » et « places marchandes ». Les foires sont mises en évidence comme le « visage » d'une économie globalisée, permettant aux professionnels du vin ou de l'audiovisuel de percevoir physiquement leur marché, tout en objectivant leur existence professionnelle par une sociabilité active. Quant au chapitre 7 (B. Attencourt et A. Garcia Jr.), il propose un suivi prosopographique de groupes élitaires, dont les doctorant·e·s au Brésil, pour révéler des enjeux de « visibilité » internationale.

  • 4 Neveu Erik, « Les sciences sociales doivent-elles accumuler les capitaux ? », Revue française de sc (...)

9Enfin, ce guide constitue une excellente discussion des termes scientifiques (« circulation » ou « transfert », « international » ou « transnational ») ainsi que de concepts inspirés de la sociologie bourdieusienne. A.-C. Wagner et B. Réaud questionnent ainsi la pertinence du capital international dans le deuxième chapitre. Faut-il contribuer à l'inflation du concept de capital dans la littérature scientifique4, au risque d'en diluer la portée critique ? Pour les auteur·e·s, les avantages analytiques d'un capital international décliné dans ses trois états — institutionnalisé, incorporé et objectivé — sont trop nombreux pour être ignorés. Les positions sociales effectives peuvent multiplier les effets de ce capital international, qui n'a pas le même impact parmi des immigrant·e·s pauvres, la grande bourgeoisie ou encore les classes moyennes ascendantes. De même, le capital international n'a pas la même valeur dans tous les espaces nationaux. Aux États-Unis, les ressources nationales sont de facto internationales, et un capital international y a moins de valeur que dans des pays africains dominés. Mais cela n'empêche pas les champs du pouvoir, par exemple en France, de se restructurer par rapport à ce nouveau capital, en particulier dans le secteur privé.

10Quant au concept de champ, il est clairement central pour la majorité des contributions. C'est pourquoi le dernier chapitre offre une synthèse bienvenue sur ce concept, en le confrontant aux nécessités de la sociologie politique européenne. D. Georgakakis et A. Vauchez soulignent les limites de la théorie de l'import-export entre un champ d'accueil et un champ de production, qui ne laisse pas beaucoup de place aux effets particuliers des champs transnationaux. Ils évoquent la diffusion de la field theory aux États-Unis, à travers la sociologie des organisations de Walter Powell et Paul DiMaggio à la fin des années 1980, puis d'une formalisation plus radicale par Neil Fligstein et Doug McAdam. Pour leur part, les auteurs empruntent la voie d'une sociogénèse qui expliciterait les conditions de formation des champs et de leurs autonomies relatives. Ils montrent que la notion de « champ faible », empruntée à Topalov, rend visible le caractère hybride de certains espaces internationaux, où convergent des agents dont les propriétés sociales relèvent d'autres champs. À l'inverse, ils parlent de champ fort bureaucratique, dans la mesure où ce dernier s'est objectivé dans des institutions centrales de l'Union Européenne.

11Après ces dix contributions originales, leurs auteur·e·s offrent une grande sélection de textes. Ces derniers couvrent à la fois des auteur·e·s classiques (H. Becker, C. Charle, L. Boltanski, P. Bourdieu, M. Pinçon et M. Pinçon-Charlot) ainsi que des publications plus précises ou plus récentes. Les textes sont regroupés par thématiques (théories, lieux, enquêtes et pistes) et sont introduits à la fois collectivement et individuellement. Ce florilège est un véritable atout pour les chercheur·e·s novices en ce domaine, qui pourront ainsi se familiariser rapidement avec un très vaste corpus. En réunissant éléments bibliographiques, théoriques et méthodologiques, ce Guide de l'enquête globale se révèle être une excellente introduction, à la fois complète et cohérente, pour qui souhaiterait étudier un objet traversé par des phénomènes globaux.

Haut de page

Notes

1 Genre auquel Johanna Siméant rend hommage dans son introduction, citant notamment : Beaud Stéphane, Weber Florence, Guide de l'enquête de terrain : produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte, 1997.

2 Bourdieu Pierre, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 145, 2002.

3 Topalov Christian, « Le Champ réformateur » in Laboratoires du nouveau siècle : la nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, EHESS, 1999.

4 Neveu Erik, « Les sciences sociales doivent-elles accumuler les capitaux ? », Revue française de science politique, vol. 63, n°2, 2013, p. 337-358.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Alcaras, « Johanna Siméant (dir.), Guide de l'enquête globale en sciences sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 novembre 2015, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19445

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page