Navigation – Plan du site

Philippe Poirrier, La Grande Guerre. Une histoire culturelle

Adeline Blaszkiewicz-Maison
La Grande Guerre
Philippe Poirrier (dir.), La Grande Guerre. Une histoire culturelle, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Histoires », 2015, 300 p., ISBN : 978-2-36441-139-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi les ouvrages auxquels Nicolas Mariot consacre un développement important, mentionnons notamme (...)

1Le présent ouvrage s’inscrit dans la lignée des nombreuses publications qui ont accompagné le début du Centenaire de la Première Guerre mondiale. Il naît d’une volonté de faire le point sur les avancées et les apports récents de l’histoire culturelle dans la compréhension de la Grande Guerre. L’ambition de l’ouvrage est en effet de « valoriser les résultats de la recherche, et d’en permettre une appropriation par un large public » (p. 13). Il rassemble des approches relevant d’une histoire culturelle « au sens large » (p. 13), comme en témoigne la variété d’horizons dont sont issus les contributeurs de l’ouvrage, qu’ils soient historiens, historiens de l’art, archivistes, etc. Les auteurs ont privilégié deux axes – qui déterminent les deux parties de l’ouvrage – interrogeant d’une part la réception de la Grande Guerre par les acteurs des mondes de l’art et de la culture, et d’autre part la façon dont la culture matérielle au sens large a été marquée par le conflit (p. 14). La quinzaine d’articles de l’ouvrage est précédée d’une « ouverture » composée de deux contributions. Celle d’Hervé Mazurel dresse les jalons historiographiques généraux de l’histoire culturelle de la Guerre depuis les quarante dernières années. À sa suite, Nicolas Mariot pointe du doigt la difficulté – et par là-même le défi auquel se sont longtemps heurtés les historiens – de la prise en compte des « expressions des cultures populaires sur le front, en contournant la médiation des classes dominantes et le regard porté sur ceux d’en bas » (p. 53), difficulté contournée notamment par les apports et les méthodes de la sociohistoire (p. 56). Une fois posées ces précautions méthodologiques, la contribution de Nicolas Mariot prend la forme d’une note de lecture répertoriant les ouvrages qui ont porté sur la culture matérielle des poilus dressant ainsi un panorama de la recherche récente sur la question1.

  • 2 Stéphane Audouin-Rouzeau, Annette Becker, 14-18, retrouver la Guerre, Paris, Gallimard, 2003.
  • 3 Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux (...)

2La première partie de l’ouvrage consacrée aux acteurs rassemble huit contributions forgées sur le même modèle : « La Grande Guerre des journalistes » côtoie celle des écrivains, des scientifiques, des sportifs, des musiciens, ou encore des couples… Toutes remettent sur le métier la question de la « culture de guerre »2 qui anime depuis des années les spécialistes de la période, et avec elle la question sous-jacente de la contrainte ou du consentement au conflit. Nous nous arrêterons ainsi sur quelques contributions marquantes, aux réflexions et aux objets les plus originaux. Dans son article consacré aux couples pendant la Grande Guerre, qui reprend les conclusions de sa thèse remarquée sur le sujet, Clémentine Vidal-Naquet fait reposer sa réflexion sur cette question simple mais centrale : « comment ont-ils tenus ? » (p. 164). En liant, avec brio, histoire culturelle et histoire sociale, l’historienne, après avoir dressé un bilan démographique des effets de la guerre sur la nuptialité et la natalité (p. 164) analyse particulièrement les correspondances, qui permettent de maintenir une relation suivie entre maris et femmes. L’auteure met ainsi au jour l’émergence de nouvelles habitudes épistolaires, l’absence du mobilisé ayant souvent favorisé de nouvelles expressions des intimités (p. 169). La guerre a ainsi transformé les normes de la conjugalité héritées du XIXe siècle du fait de l’accommodement des couples à la situation de séparation causée par la guerre. Dans le domaine sportif, la guerre ne fut pas non plus une parenthèse (p. 103). Paul Dietschy note au contraire qu’il a existé une « culture de guerre sportive » (p. 117), ayant aussi bien marqué le front, avec l’émergence d’une culture athlétique des tranchées, que l’arrière, avec le développement d’une culture de concurrence entre les organisations sportives. Vincent Chambarlhac, dans son étude sur les urbanistes, rend lui aussi à la Grande Guerre un rôle spécifique, notamment dans le mouvement d’institutionnalisation de l’urbanisme, déjà engagé avant-guerre, et de structuration progressive d’une « nébuleuse3 » multiforme qui s’empare du problème des destructions causées par la guerre pour en faire une cause nationale, nécessitant une prise en charge étatique. Esteban Buch, à propos des musiciens, note qu’il convient de « suspendre la dichotomie entre la part des œuvres politiques engagées pour la cause collective et désintéressée du point de vue personnel et les œuvres non politiques, toutes vouées à la cause de l’art et à l’expression de soi » (p. 136), posant ainsi un postulat méthodologique pertinent pour toute étude portant sur les expressions artistiques dans le contexte de la Grande Guerre. Il cherche ainsi à « reconstituer au cas par cas l’histoire des rapports entre les individus, les œuvres et le contexte politique et institutionnel, qui s’accommode mal des dualismes entre le front et l’arrière, les patriotes et les traîtres, l’engagement et l’autonomie » (p. 136-137). L’auteur dresse une typologie des œuvres, à partir de trois exemples emblématiques. L’Histoire du Soldat de Stravinski permet ainsi à l’historien de reconstituer ces rapports complexes, notant que la réception et la caractérisation de l’œuvre comme éminemment pacifiste a été largement postérieure à la guerre, aux yeux du compositeur lui-même (p. 147), alors que « pendant la Grande Guerre la musique et la figure de Stravinsky circulent entre toutes les positions sans se laisser fixer par une quelconque métaphysique des profondeurs » (p. 153), signe une fois encore d’un impact multiforme de la « culture de guerre » sur le milieu artistique. Les contributions suivantes portent sur des acteurs plus « traditionnels » du milieu artistique, intellectuel et « culturel ». Au-delà de l’étude du parcours de ces acteurs au fil de la guerre, les contributions de Nicolas Beaupré et de Philippe Vatin portant respectivement sur les écrivains et les artistes, posent la question de la construction de la mémoire du conflit par ces acteurs. Nicolas Beaupré insiste ainsi sur le rôle central de la littérature combattante pendant et après le conflit dans la transmission littéraire du premier conflit mondial (p. 189), relayée par les écrivains d’aujourd’hui dans la construction d’une « mémoire culturelle » du conflit. Pour Philippe Vatin, les artistes, « ont tous participé à la construction d’une certaine image de la guerre » (p. 119), et ce bien après 1918. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, les artistes ont souvent privilégié la commémoration et la dénonciation de la Grande Guerre – Philippe Vatin insiste notamment sur l’exemple du mouvement Dada. Mais l’auteur note que ce n’est qu’après une longue éclipse que la Grande Guerre est redevenue un sujet de création artistique, notamment à la fin des années 1980 ; réapparition qu’il met d’ailleurs en lien avec une évolution historiographique concomitante remettant au goût du jour les études sur les artistes et la guerre (p. 120-121). Le mérite de l’article, comme de nombreuses contributions de l’ouvrage, est de replacer ses questionnements dans un contexte de décloisonnement des historiographies du premier conflit mondial en replaçant ces acteurs sur une scène artistique davantage européenne que nationale.

  • 4 L’œuvre de Lebel a été exposé au Centre Pompidou à Metz dans le cadre de l’exposition « 1917 » (201 (...)
  • 5 Bertrand Tillier fait directement références à l’étude de Georges L. Mosse, De la Grande Guerre au (...)

3La seconde partie de l’ouvrage rassemble des articles de recherche originaux sur les artefacts et objets culturels de la Grande Guerre. On lira notamment avec intérêt l’article d’Odile Roynette qui interroge la Grande Guerre comme un « évènement de langage », ayant transformé les usages écrits et parlés des contemporains. L’historienne cherche ainsi à ériger le langage en véritable objet d’histoire, dépassant une simple analyse philologique, souvent perçue par les historiens comme un simple outil « permettant d’éclairer les imaginaires sociaux » (p. 178). Comme ses collègues, elle replace ses questionnements dans un contexte européen. Elle distingue ainsi le cas de la France de celui de l’Angleterre, où la conscription, mise en place plus tardivement, n’eût pas le même effet de diffusion de l’idiome national, lequel n’occupe ainsi pas la même place dans la définition de l’identité collective (p. 181). L’article de Bertrand Tillier s’inscrit dans l’intérêt récent que portent les historiens au trench art (l’art des tranchées), visant à considérer les objets fabriqués par les soldats sur le front, comme des expressions artistiques en soi, et non comme des objets plastiques ayant « une faible autonomie » (p. 217) pour mieux les replacer « dans le champ des approches esthétiques » (p. 218), en insistant notamment sur l’œuvre de Jean-Jacques Lebel à partir d’une collecte de douilles d’obus4. Bertrand Tillier ne s’intéresse pas uniquement aux aspects esthétiques des productions matérielles des poilus, mais également à l’inscription sociale de ces pratiques, les replaçant ainsi dans une tradition militaire plus ancienne, mais aussi dans une histoire des pratiques manuelles du quotidien. Expression artistique archétypale de la guerre moderne, l’auteur y voit surtout la manifestation de la part des soldats d’une « envie de se projeter vers le futur, de vivre et de survivre », autrement dit l’expression d’un « art de la résistance à la brutalisation de la guerre5 » (p. 227), donnant ainsi une signification plus politique à ces pratiques longtemps occultées par les historiens.

4Cet ouvrage mérite ainsi d’être salué, car il permet au grand public de se familiariser avec des travaux de recherche récents et pour la plupart originaux, tout en étant un outil pratique à l’usage des chercheurs pour une mise au point historiographique quasiment exhaustive et sans cesse mise en lien avec l’actualité muséographique de la célébration du Centenaire. On pourra cependant regretter l’absence d’illustrations de qualité qui peut parfois nuire à l’appropriation des exemples utilisés par les auteurs. Enfin, si l’ouvrage témoigne de la vivacité des débats historiographiques que n’en finit pas de poser la Grande Guerre et de la pertinence de l’alliance de différents champs historiographiques pour y répondre, il relève plus de la synthèse de travaux déjà connus et reconnus que d’un manifeste pour une histoire culturelle renouvelée.

Haut de page

Notes

1 Parmi les ouvrages auxquels Nicolas Mariot consacre un développement important, mentionnons notamment celui de Thierry Hardier et Jean-François Jagielsky, Oublier l’apocalypse ? Loisirs et distractions des combattants pendant la Grande Guerre, Paris, Imago, 2014, d’Emmanuelle Cronier, Permissionnaires dans la Grande Guerre, Paris, Autrement, 2013, ou encore d’Alexandre Lafon, La camaraderie au front 1914-1918, Paris, Armand Colin, 2014.

2 Stéphane Audouin-Rouzeau, Annette Becker, 14-18, retrouver la Guerre, Paris, Gallimard, 2003.

3 Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France (1880-1914), Paris, Editions de l’EHESS, 1999.

4 L’œuvre de Lebel a été exposé au Centre Pompidou à Metz dans le cadre de l’exposition « 1917 » (2012) et au Louvre-Lens dans le cadre de l’exposition « Les désastres de la guerre » (2014).

5 Bertrand Tillier fait directement références à l’étude de Georges L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette Littératures, « Histoires », 1999 et à celle de James C. Scott, La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne. Paris, Editions Amsterdam, 2009. On pourra cependant regretter une utilisation un peu trop mécanique du concept de « brutalisation », alors même que ces pratiques quotidiennes des soldats sont par ailleurs analysées par l’auteur lui-même comme une forme de « fuite » par rapport à la réalité des combats.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adeline Blaszkiewicz-Maison, « Philippe Poirrier, La Grande Guerre. Une histoire culturelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 novembre 2015, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19446

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page