Navigation – Plan du site

Dominique Bréchemier, Nicole Laval-Turpin (dir), Les femmes de l’Entre-deux-guerres. Quels chemins vers la notoriété ?

Claire-Lise Gaillard
Les femmes de l'entre-deux-guerres
Dominique Bréchemier, Nicole Laval-Turpin (dir.), Les femmes de l'entre-deux-guerres. Quels chemins vers la notoriété ? Rencontres de Mix-cité, L'Harmattan, 2015, 243 p., ISBN : 978-2-343-06817-6.
Haut de page

Texte intégral

1Les 18 et 19 septembre 2014, s’est tenue à Orléans la quatrième édition du colloque « Femmes des lumières et de l'ombre », qui se propose chaque année « d’ouvrir le grand livre des femmes de l’Entre-deux-guerres » (p. 9). Les actes du colloque sont réunis dans cet ouvrage par Dominique Bréchenier et Nicole Laval-Turpin. Cette mise en lumière de portraits féminins revendique une volonté de « rétablir l’équilibre » (p. 9) qui assume la lignée d’une classique première histoire des femmes. Présidé par Catherine Martin Zay, le colloque endosse l’héritage du premier tome du Deuxième Sexe. Ces rencontres, organisées par le collectif Mix-Cité retracent le cheminement de la conquête des droits des femmes, faisant le constat que « rien n’a été octroyé qui n’ait d’abord été revendiqué » (p. 21).

2La thématique choisie par les organisateurs est celle de la notoriété. Aussi les intervenants d’horizon pluridisciplinaire (histoire, littérature, philosophie, études cinématographiques…) s’attachent-ils à interroger les voies d’accès à la célébrité que l’Entre-deux-guerres accorde aux femmes. C’est à ce titre que nous découvrons des parcours féminins emblématiques de la période dans différents domaines : celui des nouvelles intellectuelles, des femmes de lettres, écrivaines, essayistes, artistes, magiciennes… Ces portraits sont voulus comme autant de rencontres qui illustrent les combats pour l’émancipation dont la période a été le théâtre : la conquête d’une véritable légitimité professionnelle, la recherche d’une libération des corps et d’un décloisonnement des identités sexuelles.

  • 1 Il est ici fait mention à la candidature symbolique de Louise Weiss se présente aux élections munic (...)

3L’ouvrage s’ouvre sur ce que l’historien Pierre Frédéric Charpentier appelle « le long combat des intellectuelles françaises de l’Entre-deux-guerres pour faire entendre leur voix » (p. 23). Un constat de départ : alors même que les sphères intellectuelles s’animent sur les affaires féminines – féminisme au premier chef – celles-ci restent largement une affaire d’hommes. À travers l’étude de la figure solitaire de Colette, il rappelle l’isolement des intellectuelles françaises dans un monde outrageusement masculin. L’auteur décline toutefois les différents engagements et modes d’action de ces femmes de lettres : face au blocage l’égalité politique1 les nouvelles générations envisagent d’autres espaces de revendication. L’exemple de Simone Weil est ainsi mobilisé pour son refus du vieux féminisme bourgeois avec la rédaction de La condition ouvrière en 1951. Cette ouverture de l’ouvrage par la figure de l’intellectuelle constitue une mise en perspective d’histoire aussi politique que culturelle auquel peut ensuite se référer l’ensemble des autres contributions, plus ou moins indirectement.

  • 2 Natalie Cliford Barney, Eparpillements, Bibliothèque Internationale d’Édition E. Sansot, Paris 1910 (...)

4Parmi les voies d’expression mises à l’honneur, l’ouvrage fait la part belle à la littérature et présente différents parcours d’écrivaines en les réhabilitant dans leur légitimité professionnelle. Nicole Thatcher s’emploie ainsi à faire connaître Jeanne Galzy en soulignant l’originalité de son œuvre qui ne se conforme pas à ce que l’on pouvait attendre d’une œuvre féminine. De même François Le Guennec nous raconte-t-il les « vies rêvées de Geneviève Fauconnier » (p. 178), en retraçant notamment son parcours pour devenir écrivaine au sein du Groupe de Barbezieux. Mais c’est aussi Germaine Acremant que nous redécouvrons avec l’intervention de Tiphaine Martin, qui a le mérite de resituer les bien connues Dames aux chapeaux verts dans l’ensemble la production de l’écrivaine. Ce rappel est l’occasion de revendiquer le droit de cité de l’humour dans la littérature féminine, qui ne semble pour Tiphaine Martin être accepté que « s’il se dit au masculin. » (p. 173). L’entrée par la littérature permet d’autre part à l’ouvrage de présenter différents processus d’émancipation, que les écrivaines en soient témoins dans leurs écrits, ou qu’elles en mènent elles-mêmes le combat. Martine Sagaert fait ainsi remarquer qu’un nouveau regard est porté sur la maternité, notamment dans les écrits de Céline Lhotte et de Marie Quentin (p. 45). Exemple d’une quête de liberté, le parcours de la poétesse Hélène Picard est présenté par Nicole Laval-Turpin à titre d’exemple d’un cheminement vers la notoriété de la part d’une femme qui a su conquérir son indépendance et « saisir avec acuité et pertinence le monde urbain qui s’animait follement […] et qui n’était pas spécialement féministe » (p. 190). Parmi les célèbres émancipées, Natalie Clifford Barney et Mireille Havet, figures phares du Paris-Lesbos, sont deux exemples d’auteures pour lesquelles licence poétique rime avec licence sociale ; « je ne m’explique pas je m’obéis »2 clame la première, un aphorisme dans lequel Guilia Napoleone voit concentrées l’audace et la liberté d’esprit de Natalie Clifford Barney. Quant à Mireille Havet, son journal est le témoin sans filtre « d’une époque et d’une vie tapageuse » (p. 95) Marthe Compain y voit un rare espace d’expression pour une homosexualité vécue sans tabou et racontée avec une grande liberté de ton.

5La question des libertés du corps sous-tend enfin de nombreuses contributions de l’ouvrage qui l’affirment, à raison, comme un moteur du processus d’émancipation durant l’Entre-deux-guerres. Laurence Lacroix retrace à cet égard le passage d’un corps objet à un corps sujet dans les révolutions de la haute couture. La femme sujet, n’est alors plus seulement la femme habillée (avec une nouvelle liberté de mouvement), mais aussi la femme qui habille, incarnée par le trio de créatrices formé par Madeleine Vionnet, Chanel, et Elsa Schiaparelli. Les femmes créatrices sont ainsi mises à l’honneur et c’est un domaine peu connu que se propose d’aborder le chansonnier Jean-paul Morat avec l’évocation des chanteuses et diseuses qui, à l’instar de Joséphine Baker, ont eu leur rôle sur la route de l’égalité des sexes. Deux personnages artistiques sont également finement étudiés dans l’ouvrage : la magicienne (par Leslie Wiliaume) et la cinéaste (par Marien Gomez Rodriguez). Sur leur chemin vers la notoriété l’une comme l’autre doit s’émanciper de l’éternelle place d’objet de représentation (l’assistante, l’actrice) pour tenir elles-mêmes les rennes de leur destin artistique. Cette double présence des femmes dans la production artistique de l’Entre-deux-guerres se trouve résumée dans l’analyse d’Elodie Cechetti à propos de leur place dans l’art déco qui « est à l’image du rôle qu’elles tiennent dans la société : elles sont représentées libres et émancipées, mais la place qui leur est réservée en tant que créatrice n’est pas à la hauteur de leur rôle » (p. 214). Les différentes contributions convergent en effet vers ce paradoxe : objet de représentation les femmes sont mises en scène à travers des figures symboliques de l’émancipation : la sportive, la danseuse, la fumeuse… Pourtant, en tant créatrices, elles sont cantonnées à certains domaines traditionnellement féminins (mode, bijoux, tissus…).

  • 3 On peut mentionner ici, les travaux fondateurs de Michelle Perrot et Françoise Thébaud, dans le trè (...)

6Mises en confrontations au fil de la lecture ces contributions permettent de redessiner des cheminements vers la notoriété qui buttent tous sur le même écueil : se construire une identité propre de sujet politique, artistique, ou sexuel. Ils ont ceci de commun qu’ils participent d’un processus d’émancipation pour le moins irrégulier et inégal. De fait, sans que l’ouvrage ne soit explicitement replacé dans le cadre théorique des études de genre, c’est finalement l’analyse de différents modes d’agentivité qui s’offre à la lecture. On ne peut dans ces conditions que regretter que les outils et les références et l’histoire des femmes et de l’histoire du genre, si prolixes sur l’Entre-deux-guerres3, se fassent un peu discrets. Il y a toutefois grâce à cet ouvrage de très belles pages ajoutées au « grand livre des femmes de l’Entre-deux-guerres » (p. 9).

Haut de page

Notes

1 Il est ici fait mention à la candidature symbolique de Louise Weiss se présente aux élections municipales de Montmartre, naturellement sans pouvoir y être élue (p. 33)

2 Natalie Cliford Barney, Eparpillements, Bibliothèque Internationale d’Édition E. Sansot, Paris 1910, p. 6.

3 On peut mentionner ici, les travaux fondateurs de Michelle Perrot et Françoise Thébaud, dans le très classique collectif Histoire des femmes en Occident. 5. Le XXe siècle, Paris, Plon, 1992 ; mais aussi de Michèle Riot-Sarcey Histoire du féminisme, La Découverte, 2010 ; ou encore de Christine Bard, Les femmes dans la société française au 20e siècle, Paris, A.Colin, 200 ; pour ne citer qu’elles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire-Lise Gaillard, « Dominique Bréchemier, Nicole Laval-Turpin (dir), Les femmes de l’Entre-deux-guerres. Quels chemins vers la notoriété ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 16 novembre 2015, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19456

Haut de page

Rédacteur

Claire-Lise Gaillard

Doctorante contractuelle au Centre de Recherche en Histoire du XIXe siècle, Paris I Panthéon Sorbonne

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page