Navigation – Plan du site

Philippe Antoine et Wolfram Nitsch, Le mouvement des frontières. Déplacement, brouillage, effacement

Nicolas Haesler
Le mouvement des frontières
Philippe Antoine, Wolfram Nitsch (dir.), Le mouvement des frontières. Déplacement, brouillage, effacement, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, coll. « Littératures », 2015, 225 p., ISBN : 9782845167148.
Haut de page

Texte intégral

1À l’heure du tout géopolitique, de la prééminence de la thématique frontalière dans les médias, les sciences humaines, sociales et politiques, cet ouvrage collectif traite avant tout de la frontière dans la littérature afin de présenter « une réflexion sur la labilité des frontières, […] les modalités selon lesquelles se redessinent continûment les lignes de démarcation qui organisent les “espèces d’espaces” que parcourt, habite et crée le sujet » (p. 10). Le but de cet ouvrage est de montrer les « imaginaires d’époque » qui caractérisent les rapports des êtres humains à la frontière. L’ensemble des articles partage trois présuppositions théoriques. La première prémisse énoncée est que l’espace est non seulement habité par l’humain, mais aussi et surtout créé par lui. Son rapport à l’espace s’inscrit donc non seulement dans le « subir » mais aussi dans la création spatiale. Deuxièmement, la frontière prend des formes multiples. Ce n’est pas seulement une ligne de démarcation mais aussi un terrain vague, une zone frontalière, un espace neutre et indéterminé, qui marque le seuil plus ou moins fluctuant entre un ici et un là-bas. Troisièmement, la frontière est une expérience ambiguë pour la personne qui s’en approche ou la franchit. Elle met en lien le connu et l’inconnu, relie et exclut à la fois, permet de nouvelles perspectives, ébranle nos certitudes et nous confronte avec le nouveau et notre rapport à celui-ci. Le livre se compose de six parties qui abordent la problématique de la frontière sous l’aspect de la cartographie (partie 1), du récit de voyage (parties 2 et 3), de l’image (partie 4) et finalement de la poésie (parties 5 et 6). Les articles procèdent tous d’une méthode analytique et reposent sur des sources soit cartographiques soit littéraires, qui sont analysées ici par d’éminents spécialistes répertoriés en fin d’ouvrage.

2Dans la première contribution, Stéphane Gomis propose une analyse sur la cartographie de l’Auvergne. Pour ce faire, il a pu exploiter le riche fond cartographique du libraire Pierre Delaunay. Il montre à travers plusieurs illustrations la difficulté à appréhender avec l’instrument cartographique la complexité géographique d’un espace et les limites de celui-ci. Malgré cela, les contours de l’espace auvergnat se précisent de plus en plus au fil des cartes établies au XVIIe et XVIIIe siècles et les cartes sont davantage détaillées. Cet effort cartographique va de pair avec la volonté du pouvoir politique « de mieux […] posséder et […] gérer » l’espace des provinces délimitées. Le second chapitre continue à abonder dans le sens de la complexité du phénomène de la frontière mais le fait de façon globale. En effet, pour Pascal Desmichel la frontière est plus qu’une simple ligne géographique, c’est aussi une rupture spatiale, morphologique, temporelle et personnelle. L’auteur plaide pour une « géographique doublement contestataire » qui tiendrait compte de la double dimension de l’altérité, à savoir l’ailleurs géographique et « l’ailleurs intérieur » (p. 50) que représente la frontière. Elle n’est pas seulement un franchissement d’une ligne qui s’accompagne de changements de panoramas, d’odeurs et de formes de mobilité mais aussi un changement subjectif. Le franchissement de la frontière ne transpose pas uniquement la personne dans un autre monde mais rend également la personne autre – différente – dans son monde.

  • 1 Cette idée repose sur la thèse de la frontière de l’historien américain, Frederick Jackson Turner, (...)

3Les cinq chapitres suivants constituent le volet véritablement littéraire de l’ouvrage (parties 2 et 3) et illustrent davantage la complexité de la frontière et l’ébranlement existentiel que comporte son expérience. Ainsi, Marie-Christine Gomez-Géraud propose une réflexion sur la frontière qui ne se borne pas à sa seule spatialité mais aussi à sa dimension épistémologique. « Le voyage permet de faire l’expérience de la porosité des frontières, mais aussi des classifications » (p. 63). Le voyage n’est donc pas seulement une expérience du nouveau, mais aussi « une réflexion sur la difficulté qu’il y a à penser le monde en catégories fermes » (p. 69). Philippe Antoine nous montre dans sa contribution que les auteurs romantiques recouraient à l’analogie dans leurs récits viatiques afin de s’approprier – ou de « traduire » comme dirait Lamartine – l’inconnu que l’on découvre lors du voyage. Et Eric Lysoe soulève que les « configurations frontalières » se trouvent partout dans la littérature française de Belgique, nation qui justement habite la frontière en ce qu’elle est un pays « intermédiaire ». Dans la littérature belge, la frontière n’est pas uniquement présentée comme division mais aussi comme possibilité de recouvrer une unicité originelle suite à l’abolition des fragmentations internes. Eu égard à la double identité flamande et wallonne de la Belgique, cette dimension constitutive de la frontière qui unit prend tout son sens. Le chapitre d’Anne Garrait-Bourrier constitue un changement de perspective intéressant et nécessaire car, à travers l’étude de l’œuvre de N. Scott Momaday, elle analyse le récit viatique du point de vue de l’Indien. Dans son livre, Ancient Child, Momaday raconte le voyage de Set (un Indien de la tribu Kiowa comme Momaday) afin « [re]conquérir son indianité » (p. 107). À travers ce récit dans lequel se mélange histoire et fiction, Momaday se réapproprie les espaces desquels les Indiens ont été expulsés par une reterritorialisation littéraire – terme que Garrit-Bourrier emprunte à Gilles Deleuze – après que les Indiens aient subi une déterritorialisation sociale. Momaday associe à cela un espoir rédempteur pour la culture américaine qui, en repoussant le frontière vers l’Ouest, a supprimé l’héritage de la culture « primitive » de l’identité américaine au nom de la colonisation civilisatrice1. Le bloc littéraire se termine avec la contribution de Hans Esselborn sur le roman de science fiction. L’auteur y décrit la conquête progressive de l’espace qui mène irrémédiablement à un désenchantement de l’espace car « l’espace inconnu est progressivement découvert par l’observation astronomique, expliqué par la théorie scientifique, décrit par la fiction littéraire et conquis matériellement […] par la technologie moderne » (p. 111). Le roman de science fiction opère donc comme une sorte d’exutoire dans lequel les espoirs et craintes peuvent être exprimés.

4La partie suivante est consacrée à l’image et la frontière avec les contributions de Danièle Méaux et Itzhak Goldberg qui s’intéressent respectivement au projet photographique « Mission photographique Transmanche » de 1987 à 2006 et au traitement de la frontière dans la culture visuelle israélienne. Danièle Méaux analyse comment différents artistes ont montré l’impact d’une frontière sur une région. La construction du tunnel sous la Manche a crée une zone géographique avec une identité locale propre, à la fois décloisonnée et à la fois limitrophe. « Un territoire n’est pas nécessairement cerné par une frontière, au sens d’une ligne tracée, repérable sur une carte, il finit plutôt par une zone diffuse régie par des seuils ; pourtant l’intérieur se distingue bel et bien de l’extérieur, de sorte que celui qui marche, à un moment donné, se retrouve effectivement ailleurs » (p. 136). À l’inverse, Itzhak Goldberg montre que contrairement à la société israélienne, dans laquelle la frontière est très présente, les artistes dépassent, transcendent ou subliment dans leurs créations la fragmentation du territoire au proche orient, à l’image du collectif artistique israélo-palestinien « Artistes sans frontières » qui a organisé en 2004 un happening le long du mur de séparation nommé « Artistes sans mur » (p. 146).

  • 2 Concept emprunté à Marc Augé, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris (...)

5L’ultime partie de l’ouvrage aborde la frontière du point de vue la création poétique qu’elle inspire. Ainsi, Wolfram Nitsch se penche sur un sujet encore relativement peu approfondi, le no man’s land, l’espace géographique sur le champ de bataille qui s’étend entre deux lignes ennemies. Outre cette acception militaire bien connue, le no man’s land peut aussi contenir une dimension sociale et économique. Une clarification sémantique et lexicale s’impose donc. Ainsi, il différencie le no man’s land du non-lieu2, qu’il définit comme « un type d’espace anonyme et standardisé qui se réduit à sa pure fonctionnalité technique et économique » et du terrain vague, qui « se définit de même que la “terre de personne” par sa vacuité [mais contrairement au no man’s land] se situe en général à la périphérie d’une ville et non pas à celle d’un pays » (p. 152). Ces concepts permettent d’appréhender la frontière comme une zone plus ou moins étendue, périphérique et transitoire. Jacqueline Broich et Daniel Ritter approfondissent davantage cette démarche en proposant une véritable topologie détaillée de terrain vague. De par son indétermination ils le conçoivent comme un espace qui « romp[en]t et derange[nt] l’organisation logique de l’espace urbain » (p. 174) et constitue véritablement une sorte de contre-espace « en suspendant et en transgressant les règles et les normes en vigueur dans l’espace public urbain » (p. 175). Le terrain vague ne nie pas le surdéterminisme de l’espace urbain mais conteste sa référentialité et devient ainsi un espace où tout est possible, un espace de liberté.

6Les deux derniers chapitres peuvent être lus comme des renvois à l’intériorité à laquelle le franchissement ou l’approche de la frontière fait appel et qui a été esquissé en début d’ouvrage. Pascale Auraix-Jonchière se penche sur Les contes d’une Grand Mère de Geroge Sand sous l’aspect de la « déterritorialisation poétique ». « Le conte dans sa dimension merveilleuse […] s’établit à distance, dans le “fouillis”, la perte et le vertige d’un no man’s land qui renvoie aux rêves et à l’intériorité du sujet » (p. 187). Alain Montandon se penche sur le brouillage des frontières (surtout dans la littérature allemande) et approfondit principalement les sentiments d’incertitude, d’insécurité, d’indéterminisme et d’inquiétude face à l’informe au-delà de la frontière. Pour lui, la frontière présuppose la transgression possible et ainsi « un jeu qui s’amuse à perturber la règle imposée, jouissance œdipienne peut-être, que celle de lever les barrières, défier l’autorité et affirmer une liberté. Mais surtout il y a d’abord le plaisir du jeu, celui de construire et de déconstruire, de fixer les règles pour mieux les mettre en abyme » (p. 216).

7Un des grands mérites de cet ouvrage collectif est d’ébranler nos perceptions trop linéaires, figées et déterministes de la frontière. Les brouillages dont il est question ici tiennent non seulement de la complexité du phénomène, mais aussi de sa dimension référentielle à quiconque qui s’approche ou traverse une frontière. En plus de nous confronter à l’inconnu, la frontière nous renvoie finalement à ce que nous sommes nous même, à la lumière de l’autre.

Haut de page

Notes

1 Cette idée repose sur la thèse de la frontière de l’historien américain, Frederick Jackson Turner, qui a montré dans son œuvre principale « The Significance of the Frontier in American History » que l’identité américaine est particulière («the American exceptionalism») en ce qu’elle s’est constituée sur la confrontation et l’interaction entre la civilisation et le monde sauvage. Étonnamment, Turner n’est évoqué à aucun moment dans ce chapitre. Turner Frederick Jackson, The Significance of the Frontier in American History, Ann Harbor, University Microfilms, cop. 1966, La frontière dans l’histoire des Etats-Unis, trad. de Rambert Annie, Paris, PUF, 1963.

2 Concept emprunté à Marc Augé, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Haesler, « Philippe Antoine et Wolfram Nitsch, Le mouvement des frontières. Déplacement, brouillage, effacement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 16 novembre 2015, consulté le 21 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19457

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page