Navigation – Plan du site

David S. G. Goodman, Class in Contemporary China

Benjamin Brundu-Gonzalez
Class in Contemporary China
David S. G. Goodman, Class in Contemporary China, Cambridge, Polity, coll. « China Today », 2014, ISBN : 9780745653372.
Haut de page

Texte intégral

1David Goodman, professeur aux universités de Sydney, Nanjing et Suzhou, étudie la société chinoise depuis plus de cinquante ans. Les derniers ouvrages de ce spécialiste des phénomènes de stratification sociale se concentraient sur des groupes sociaux particuliers au sein de la société chinoise, comme les nouvelles élites capitalistes, la middle class émergente, ou encore les paysans prolétarisés. Class in Contemporary China nourrit des ambitions plus larges : ce livre renferme à la fois une grande fresque de la structure des classes dans la Chine du XXIe siècle, une analyse des effets sociaux de trente années de réformes économiques ayant donné naissance à une économie socialiste de marché, une évaluation des effets politiques durables de la restructuration de la société chinoise, et une contribution générale à la théorie des classes sociales et du changement social.

  • 1 David Goodman (dir.), The New Rich in China: Future Rulers, Present Lives, New York, Routledge, 200

2Goodman montre que malgré tous les discours sur la modernisation de la société chinoise, les transformations de ces trente dernières années ont considérablement creusé les inégalités. Les écarts de revenu et de capital ont ainsi explosé alors qu'une classe de grands capitalistes faisait son apparition au sommet de la pyramide des richesses. La société chinoise compterait ainsi un million de millionnaires et deux cents milliardaires en dollars. Ces nouvelles élites économiques partagent toutefois le gros des revenus de la croissance avec les élites politiques : quoique les commentateurs occidentaux et chinois se préoccupent surtout des « nouveaux riches »1, le contrôle public des activités économiques est tel que, dans ce régime politique à mi-chemin entre communisme et capitalisme, « la position occupée dans le champ politique est une source de pouvoir économique plus importante que la possession des moyens de production » (p. 29).

3La reproduction de cette classe dominante est souvent masquée par la thèse, élaborée et diffusée par les pouvoirs publics, de la moyennisation de la société chinoise. Ce nouveau discours officiel produit de puissants effets, puisque dans une enquête nationale conduite en 2013, 59,2 % de la population chinoise déclarait appartenir à la middle class. Goodman montre néanmoins que la plupart des estimations sur la taille de cette bourgeoisie émergente pêchent par leur enthousiasme. Car si la croissance économique a bien généré une classe « intermédiaire » essentiellement composée de travailleurs hautement qualifiés, ce nouveau groupe social ne rassemble que 12 % de la population chinoise (p. 94).

4En revanche, les subordinate classes (Goodman range dans cette catégorie tous ceux dont la principale source de revenus est le travail manuel) représentent toujours entre huit et neuf dixièmes de la population, et les trente dernières années ont été marquées par une dégradation considérable de leur sort. Les travailleurs du secteur public, qui avaient longtemps bénéficié de conditions de travail particulièrement avantageuses, ont été les plus durement frappés par le changement de régime économique. À partir de 1984, leur nombre et leur statut ont en effet décliné avec l’introduction de mesures visant à abolir le système qui garantissait leur titularisation à vie. Soixante millions de travailleurs embauchés dans le secteur public ont ainsi été limogés entre 1993 et 2006. Or les travailleurs qui perdent ainsi leur emploi éprouvent habituellement les plus grandes difficultés à retrouver une occupation professionnelle. Ces chômeurs de longue durée forment ainsi les rangs d’un nouveau lumpenproletariat urbain qui comptait 23 millions de personnes en 2011.

  • 2 Les statistiques officielles portent le nombre de travailleurs du secteur privé à 230 millions de p (...)
  • 3 Sur ce phénomène important, on peut consulter Zhan Shaohua, Migration de la main-d’œuvre rurale en (...)

5Le statut et les conditions de travail des fonctionnaires qui ont conservé leur emploi restent néanmoins sensiblement meilleurs que ceux des travailleurs du secteur privé, qui constituent désormais le gros de la main-d’œuvre urbaine2. La formation de ce nouveau prolétariat urbain a largement été rendue possible par le développement des migrations de la main-d’œuvre rurale, qui ont explosé depuis la décollectivisation de l’agriculture. En 2011, pour 405 millions de paysans vivant et travaillant dans les campagnes, on en comptait 153 millions vivant et travaillant en ville : ces peasant migrant workers qui viennent s’employer en ville pour une durée variable constitueraient ainsi 40 % des travailleurs urbains. Cela signifie aussi que la relation à la terre distingue de moins en moins les paysans des autres composantes du prolétariat. Le labeur agricole occupe désormais une place marginale dans la vie des paysans de sexe masculin et rares sont ceux qui se consacrent exclusivement aux travaux des champs : ravalés au rang de tâches ménagères, ces derniers échoient aux femmes et aux enfants, tandis que le père de famille multiplie les migrations et les travaux à l’extérieur de la ferme. Une « nouvelle classe ouvrière » est ainsi apparue avec l’essor des peasant migrant workers3.

  • 4 Barrington Moore, The Social Origins of Dictatorship and Democracy: Lord and Peasant in the Making (...)
  • 5 Au sujet de ce point absolument essentiel sur lequel il est malheureusement impossible de s'étendre (...)

6Cette fresque de la recomposition de la structure des classes conduit Goodman à risquer une évaluation des effets à venir de ces transformations sociales sur les équilibres politiques de la société chinoise. Or, si beaucoup de commentateurs estiment que la montée en puissance de la middle class et la détérioration de la condition des subordinate classes ont érodé les fondements du régime, Goodman reste réservé quant aux possibilités de changement politique à court et moyen terme. Les cadres du parti ont en effet su élaborer des stratégies pour circonvenir les opposants potentiels au sein de la middle class, comme les universitaires (dont les salaires et le statut ont été profondément revus à la hausse dans les années 1990) ou les entrepreneurs (qui peuvent désormais devenir membres du Parti). Malgré le rôle de fer de lance de la démocratie libérale que lui réserve traditionnellement la théorie sociale depuis Barrington Moore4, dans la Chine du XXIe siècle, la middle class se préoccupe moins de la démocratisation du régime que de la conservation de ses acquis. De la même manière, si les mobilisations populaires ont connu un essor notable ces dernières années, les subordinate classes restent encore trop profondément désorganisées et fractionnées pour mettre en question la stabilité du régime. Goodman insiste à plusieurs reprises sur les axes de stratification qui parcourent les subordinate classes et empêchent le prolétariat de développer une conscience de classe. Outre les inégalités spatiales, les inégalités ethniques et les inégalités de genre, le grand gouffre qui divise les subordinate classes est ainsi celui qui sépare urbains et ruraux. Par le système du hukou5, la macule sociale et les infériorités juridiques associées à des origines rurales se transmettent en effet de génération en génération. Le clivage entre urbains et ruraux détermine si puissamment les politiques publiques, les relations interpersonnelles et les trajectoires sociales, que de nombreux sociologues n'hésitent pas à décrire ces deux groupes comme deux castes distinctes. La croissance économique ne semble donc ni porter en elle les germes de la démocratisation, ni avoir altéré la rigidité des hiérarchies les plus archaïques.

  • 6 Voir Peter Alexander, « Class, Subjectivity and Parochialism: A Reflection and an Introduction », S (...)

7Goodman affirme dès les premières pages du livre avoir toujours cherché, en étudiant la société chinoise, à éprouver la robustesse des contributions à la théorie des classes sociales élaborées à partir d'expériences observées dans les autres parties du monde. Class in Contemporary China fournit ainsi d’intéressantes pistes de réflexion aux sociologies occidentales des classes sociales, peu habituées, à quelques exceptions près, à prendre en considération les modes de fonctionnement des sociétés non-occidentales6. La plus importante leçon que la sociologie européenne peut tirer de ce livre concerne ainsi les débats contemporains sur le rôle de la culture dans la définition des classes sociales. Sans jamais prononcer ce verdict de manière explicite, Goodman développe en effet une approche multidimensionnelle des classes sociales proche de la cultural class analysis, qui étudie les relations entre classes sociales à la fois du point de vue économique (celui des relations au travail ou des rapports de propriété et de production) et du point de vue culturel et symbolique (celui des inégalités scolaires et des affects de classe). Goodman insiste ainsi à plusieurs reprises sur le fait que les différentes classes sociales regroupent des individus partageant certes une position commune dans les rapports de production, mais aussi des propriétés similaires en matière de pouvoir, de statut, de capital culturel et de trajectoire. Le tableau de la société chinoise proposé dans le livre montre du reste de manière éclatante la pertinence des approches qui combinent aspects économiques et composante culturelle et symbolique des inégalités de classe. Dans le chapitre qui leur est consacré, Goodman précise ainsi que les nouvelles classes moyennes chinoises se définissent autant par leurs revenus, ou leur appartenance professionnelle, que par leur répertoire de consommation et leur style de vie. Cette dimension culturelle et symbolique des rapports de classe est particulièrement manifeste dans la notion de suzhi. Ce concept, que nous pourrions traduire par « distinction » ou « respectabilité », est en effet central dans la perception subjective que les membres de la middle class ont de leur identité sociale. Si la recherche des pratiques qui procurent un suzhi élevé se déploie prioritairement dans les stratégies éducatives et résidentielles, elle est manifeste dans de nombreux domaines de la vie sociale. Le suzhi peut ainsi être défini comme un habitus de classe qui donne les apparences de la nature aux hiérarchies sociales : par leurs manières d’être et de penser, leurs préférences ou leurs goûts dans les domaines les plus variés, les membres de la middle class établissent des frontières symboliques avec le prolétariat, mais aussi avec les fuerdai et les guanerdai, ces enfants de nouveaux riches et de grands cadres politiques dont le mode de consommation est jugé trop ostentatoire. Goodman rappelle ainsi le rôle prépondérant des pratiques culturelles dans la formation des classes sociales.

8Class in Contemporary China peut intéresser plusieurs publics. Le livre constitue certes un outil de travail pour le néophyte qui voudrait comprendre les fondements de la structure et de la dynamique des rapports de classe en Chine ; mais cette remarquable synthèse est surtout une lecture indispensable pour ceux qui souhaiteraient rompre avec le nationalisme méthodologique et internationaliser la discussion sociologique sur les classes sociales.

Haut de page

Notes

1 David Goodman (dir.), The New Rich in China: Future Rulers, Present Lives, New York, Routledge, 2008

2 Les statistiques officielles portent le nombre de travailleurs du secteur privé à 230 millions de personnes pour 2011, ce qui représente 64 % de la population active résidant en ville.

3 Sur ce phénomène important, on peut consulter Zhan Shaohua, Migration de la main-d’œuvre rurale en Chine : défis pour les politiques, Paris, Unesco, 2005 | URL : http://unesdoc.unesco.org/images/0014/001402/140242f.pdf

4 Barrington Moore, The Social Origins of Dictatorship and Democracy: Lord and Peasant in the Making of the Modern World, Beacon Press, Boston, 1966.

5 Au sujet de ce point absolument essentiel sur lequel il est malheureusement impossible de s'étendre ici on peut consulter Yves Boquet, « Le hukou », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/3 | 2009, mis en ligne le 17 novembre 2011, consulté le 03 novembre 2015. URL : http://eps.revues.org/4422

6 Voir Peter Alexander, « Class, Subjectivity and Parochialism: A Reflection and an Introduction », South African Review of Sociology, 41:3, 1-23, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Brundu-Gonzalez, « David S. G. Goodman, Class in Contemporary China », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 16 novembre 2015, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19474

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Brundu-Gonzalez

Benjamin Brundu-Gonzalez étudie l'histoire moderne et contemporaine à l'Ecole normale supérieure de Lyon et la sociologie à la London School of Economics

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page