Navigation – Plan du site

Geoffroy de Lagasnerie, Juger. L’État pénal face à la sociologie

Sébastien Saetta
Juger
Geoffroy De Lagasnerie, Juger. L’État pénal face à la sociologie, Paris, Fayard, 2016, 298 p..
Haut de page

Texte intégral

1Après avoir étudié le néo-libéralisme, le champ universitaire ou les lanceurs d’alerte, Geoffroy de Lagasnerie prend pour objet d’analyse l’État pénal. Partant du postulat d’une immunité dont bénéficieraient le système du jugement et la forme procès, l’auteur ambitionne de « faire comparaître l’État » et de proposer d’autres façons de juger. Il mobilise pour cela la sociologie, ou plutôt une certaine vision de la sociologie, présentée dans la dernière partie de l’ouvrage (intitulée « Voir le monde et repenser la sociologie critique »). L’ouvrage est constitué de cinq parties : deux parties introductives visant à justifier l’approche mobilisée et à proposer une nouvelle façon d’analyser l’action de l’État ; deux parties constituant le cœur de l’ouvrage et consacrées respectivement au système du jugement et au système de la répression ; et enfin la cinquième partie susmentionnée.

  • 1 Nicolas Herpin, L’application de la loi. Deux poids deux mesures, Seuil, 1977 ; Angèle Christin, Co (...)
  • 2 Francis Chateauraynaud, Didier Torny, Les sombres précurseurs : Une sociologie pragmatique de l’ale (...)

2Dans la première partie, Geoffroy de Lagasnerie expose et justifie sa posture. Selon lui, une investigation sociologique de la forme procès doit moins porter sur les origines et trajectoires des protagonistes ou les rapports sociaux à l’œuvre, que sur les « mécanismes de dénégation » et la « propension de l’État pénal à s’appliquer aux individus en faisant comme si les logiques sociologiques n’existaient pas » (p. 15). Il explique ensuite que « l’institution de la Justice repose sur un sol qui n’est pratiquement jamais exhumé ni interrogé » et que « peu nombreux sont les écrits qui mettent en place une investigation critique de l’appareil judiciaire, des notions de culpabilité, de responsabilité, de pénalité, de répression » (p. 23). Cette affirmation, surprenante, semble liée à une méconnaissance par l’auteur des travaux sur la question, comme par exemple ceux de Philippe Robert et ceux menés depuis trente ans par le CESDIP, les travaux de Jacques Faget ou encore ceux des criminologues canadiens et belges (Alvaro Pires, Dan Kaminski, Michel van de Kerchove), travaux auxquels il ne fait jamais référence. L’auteur fait fi également des travaux précédents sur les procès1. Sans prétendre qu’appartenir à ces champs de recherche constitue une condition pour étudier ces objets, on pourrait attendre d’un chercheur qui leur est extérieur profite de leurs apports – ou au moins les évalue, même de façon critique. La même tendance est repérable dans des ouvrages antérieurs, comme dans celui sur les lanceurs d’alertes où n’avaient pas été mentionnés les travaux existants2.

  • 3 Cf. Jacques Rancière, Cornelius Castoriadis ou Miguel Abensour et son ouvrage La Démocratie contre (...)
  • 4 Cf. les travaux sur la violence dans la police de Cédric Moreau de Bellaing ou Fabien Jobard, Bavur (...)
  • 5 Tant par des citoyens rechignant à payer leurs impôts et s’estimant être rackettés par l’État que p (...)

3Dans la deuxième partie, Geoffroy de Lagasnerie commence par faire état de deux narrations qu’il qualifie de mensongères : le procès comme spectacle et comme moment neutre et serein. Il invite à regarder « l’État tel qu’il est », et pose que, « juger, c’est infliger une violence » (p. 56). Le fait que l’État soit susceptible de s’abattre sur chacun d’entre nous, quand bien même nous serions innocents, le conduit à conclure qu’« être un sujet de droit, ce n’est pas, d’abord, être un sujet protégé, sécurisé. C’est avant tout être un sujet jugeable, (…) emprisonnable, arrêtable, condamnable » (p. 60). Il soutient ensuite que la philosophie politique n’aurait jamais pensé la question de la violence, la sociologie étant, selon lui, la seule à pouvoir dire la vérité de l’État. Après avoir salué le travail de Norbert Elias, il constate néanmoins que la sociologie bloquerait actuellement toute réflexion sur la violence. On peut, là encore, s’étonner de l’absence de mention de travaux ayant placé la question de la violence au centre de leur investigation, et ce, tant dans le champ de la philosophie politique3 que de celui de la sociologie4. Geoffroy de Lagasnerie conclut le chapitre en développant l’idée selon laquelle les actions de l’État doivent être pensées comme des actions de nature différente de celles entreprises par les personnes. L’auteur appelle plutôt à réduire l’État à ce qu’il est, c’est-à-dire une entité qui assassine, vole, enlève, séquestre et dépouille. Toute intéressante qu’elle soit, cette idée est-elle pour autant si révolutionnaire que l’auteur le prétend ? Ne constitue-t-elle pas une critique déjà formulée par différents acteurs sociaux5 ?

  • 6 Paul Fauconnet, La Responsabilité, Paris, Alcan, 1920.

4Les deux parties suivantes, qui constituent le cœur de l’ouvrage, proposent une analyse critique des systèmes de jugement et de répression. Dans la partie sur le système du jugement, Geoffroy de Lagasnerie commence par montrer que le système pénal repose sur la « construction d’une narration individualisante des événements » consistant à imputer des faits à des individus. En s’appuyant sur l’ouvrage de Paul Fauconnet – sociologue du début du siècle qui a consacré un ouvrage aux « faits de responsabilité »6 – et sur le constat d’une diversité des réactions face aux crimes, il explique toutefois qu’« il est possible de construire plusieurs narrations de ce qui arrive, de ce qui en est la cause et de qui en est responsable » (p. 122). Il insiste notamment sur la conclusion de Fauconnet pour qui, si nous sommes tous constitués par les relations et groupes sociaux auxquels nous appartenons, « la société tout entière, hommes et choses, devrait toujours être responsable de tous les crimes ». Au fatalisme de Fauconnet – qui considère que l’ordre social contemporain impliquerait nécessairement une conception individuelle de la responsabilité – Geoffroy de Lagasnerie oppose l’existence d’un État social qui, à l’inverse de l’État pénal, repose sur une vision sociologique et rend possible « d’arracher le monde social au schème de la responsabilité individuelle » (p. 135). Il analyse ensuite les opérations de jugement consistant à « dé-totaliser », « biographiser » et « endogénéiser », et propose à la place de réhabiliter la notion d’excuse, de reconstituer des totalités et de proposer une autre histoire de la violence (violence de la vie précaire, de l’immigration, de la sociabilité masculine).

  • 7 Mylène Jaccoud, « Innovations pénales et justice réparatrice », Champ pénal/Penal Field, Séminaire (...)

5Dans la partie consacrée au « système de la répression », l’auteur propose de mettre au centre de la critique non pas le président de la cour d’assises mais le procureur, ce changement de focale ouvrant la voie à « une réflexion sur la souveraineté, la logique de la répression, la violence de la Loi, l’usage politique du droit – et (…), plus profondément, sur ce qui demeure antidémocratique dans la forme contemporaine des États de droit » (p. 185). Ce que fait la logique pénale, c’est ajouter un crime à un crime, et rajouter une victime, l’auteur illustrant ce fait par la mention de deux procès auquel il a assisté, et dans lesquels il s’est moins agi de punir les criminels que de réprimer des atteintes contre l’État et la société. Dans le dernier chapitre de cette partie, il puise dans « la tradition néolibérale et libertaire » des instruments pour une critique de l’État pénal et l’ouverture de nouvelles formes de jugement : « Puisque l’État pénal individualise les causes pour juger, critiquer les opérations du droit nécessite de réfléchir sur les effets de violence que produit cette occultation des forces sociales. Mais d’un autre côté, puisque l’État socialise les actions interindividuelles et leurs effets pour réprimer, il est nécessaire de lui opposer une vision libertaire qui défait les perceptions qu’installent des concepts totalisants comme ceux de société, de conscience collective, etc. » (p. 254). L’auteur s’applique alors à interroger plus globalement « l’ordre politique contemporain », pour conclure que le dispositif pénal et l’appareil répressif « représentent des modalités de l’exercice d’un pouvoir particulier et historiquement situé, le pouvoir souverain. A travers eux, l’État produit sur nous des effets d’assujettissement, de domination et d’imposition » (p. 261). En vue de faire advenir une société plus démocratique, Geoffroy de Lagasnerie invite finalement à la création d’un nouveau type de droit et de justice, et à l’invention de modalités plus latérales et singulières de gestion des réponses aux agressions, témoignant, là encore, de sa méconnaissance de la littérature ainsi que des initiatives testées notamment au Canada7.

6L’ouvrage s’achève sur un étonnant plaidoyer contre l’ethnographie et « les modes institués de l’enquête en sciences sociales », l’auteur considérant que « d’un point de vue méthodologique et épistémologique (…) l’approche critique est incompatible avec ce que l’on entend dans les sciences humaines et sociales, par ethnographie, travail de terrain ou encore observation, voire avec un certain usage des statistiques » (p. 270). Ces méthodologies, profondément conservatrices, empêcheraient de penser de façon globale et de saisir les structures. A ce sujet l’auteur, qui cite Stigmate d‘Erving Goffman, aurait pu également invoquer Asiles, qui s’appuie sur de minutieuses observations réalisées au sein d’un hôpital psychiatrique.

  • 8 Pierre Bourdieu, « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2, n°  (...)
  • 9 Cf. le compte-rendu sur le site Zilsel : https://zilsel.hypotheses.org/2415.

7Interroger notre système de jugement et proposer d’autres façons de juger constituent une entreprise nécessaire. La parution de cet ouvrage, qui figurera sur les tables de presse et permettra à quiconque de s’interroger sur la justice et notre condition de sujet politique, est de ce point de vue salutaire. Il apparaît également comme une bonne synthèse des classiques de la philosophie et des sciences sociales. Il n’en reste pas moins que la méconnaissance des champs scientifiques en rapport avec la thématique, et un positionnement plus que discutable vis-à-vis des travaux existants, sont symptomatiques : l’ouvrage s’inscrit de ce point de vue dans le cadre d’une « lutte contre l’ordre établi (…) et pour l’autorité scientifique », analysée par Pierre Bourdieu dans son article sur le champ scientifique. La posture de Geoffroy de Lagasnerie rappelle ce que Bourdieu écrivait au sujet des stratégies des dominés : « Refusant toutes les cautions et toutes les garanties qu’offre l’ordre ancien et la participation (progressive) au capital collectivement garanti qui s’opère dans les procédures selon les procédures réglées d’un contrat de délégation, ils réalisent l’accumulation initiale par un coup de force et par une rupture en détournant à leur profit le crédit dont bénéficiaient les anciens dominants sans leur concéder la contrepartie de reconnaissance que leur accordent ceux qui acceptent de s’insérer dans la continuité d’une lignée »8. De ce fait, il n’est pas étonnant que l’ouvrage ait déclenché de vives réactions dans le champ sociologique9.

Haut de page

Notes

1 Nicolas Herpin, L’application de la loi. Deux poids deux mesures, Seuil, 1977 ; Angèle Christin, Comparutions immédiates. Enquête sur une pratique judiciaire, La Découverte, coll. « Textes à l’appui / Enquêtes de terrain », 2008, qui n’est mentionnée que dans une note de bas de page ; Daniel Welzer-Lang, Patrick Castex (dir.), Comparutions immédiates. Regards citoyens sur une justice au quotidien, Eres, 2012.

2 Francis Chateauraynaud, Didier Torny, Les sombres précurseurs : Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, EHESS, 1999.

3 Cf. Jacques Rancière, Cornelius Castoriadis ou Miguel Abensour et son ouvrage La Démocratie contre l’Etat : Marx et le moment machiavélien, Paris, Le Félin, 2004.

4 Cf. les travaux sur la violence dans la police de Cédric Moreau de Bellaing ou Fabien Jobard, Bavures policières ? La force publique et ses usages, Paris, La Découverte, 2002.

5 Tant par des citoyens rechignant à payer leurs impôts et s’estimant être rackettés par l’État que par des mouvements militants, écologistes, libertaires ou autres.

6 Paul Fauconnet, La Responsabilité, Paris, Alcan, 1920.

7 Mylène Jaccoud, « Innovations pénales et justice réparatrice », Champ pénal/Penal Field, Séminaire Innovations Pénales, mis en ligne le 29 septembre 2007, consulté le 02 février 2016. URL : http://champpenal.revues.org/1269 ; DOI : 10.4000/champpenal.1269.

8 Pierre Bourdieu, « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2, n° 2-3, 1976, p. 97. URL : http://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1976_num_2_2_3454.

9 Cf. le compte-rendu sur le site Zilsel : https://zilsel.hypotheses.org/2415.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Saetta, « Geoffroy de Lagasnerie, Juger. L’État pénal face à la sociologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 02 février 2016, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19481

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Saetta

Post-doctorant en sociologie, Cermes 3.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page