Navigation – Plan du site

Garry Robins, Doing Social Network Research

Émilien Schultz
Doing Social Network Research
Garry Robins, Doing Social Network Research. Network-based Research Design for Social Scientists, London, Sage, 2015, 262 p., ISBN : 978-1-4462-7613-6.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis trente ans, l’analyse des réseaux sociaux (ou en anglais Social Network Analysis – SNA) est passée d’une arrière-cour confidentielle au devant de la scène des méthodes d’investigation des phénomènes sociaux, en se constituant comme un domaine de recherche à part entière. Ce manuel rédigé par un spécialiste de l’utilisation de ces méthodes en sciences sociales est à la fois une introduction à destination des non-initiés et un appel à une attention accrue aux protocoles mêmes d’enquête, que l’auteur juge trop souvent délaissés à l’avantage trop exclusif des méthodes d’analyse.

2La spécificité d’une recherche « orientée réseau » nécessite de se familiariser avec des outils d’analyse, des questions de recherche et des stratégies de collecte de données d’un genre nouveau. L’enchaînement des dix chapitres est intégralement au service du chercheur en sciences sociales à la recherche d’une initiation en la matière. Organisé pédagogiquement par les étapes de l’enquête – le vocabulaire, la formulation des questions de recherche, la structure des données, la collecte de données, les considérations éthiques, les méthodes d’analyse et les déductions possibles – le propos est rendu accessible par une écriture alerte sans complexité technique, et richement illustrée par les recherches récentes du domaine. La bibliographie de chaque chapitre, les encadrés, et le ton personnel d’exposition contribuent à un équilibre entre la facilité d’accès et la richesse du propos.

3Comment procéder pour construire un protocole d’enquête ? La science des réseaux n’est pas adaptée à toutes les recherches, dans la mesure où elle propose un cadrage spécifique sur le social : celui-ci y est en effet pensé comme constitué d’agents sociaux connectés les uns aux autres par différents niveaux de relations. La spécificité de ce cadrage se révèle par un vocabulaire et des concepts spécifiques, transversaux aux sciences sociales, qui rendent compte de ce caractère connecté et interdépendant des agents. La première étape pour mobiliser ce cadre conceptuel conduit donc à devoir expliciter le type d’agents, de relations, d’attributs, et un ensemble de paramètres structurels comme la nature du réseau investigué. Ainsi, la démarche diffère selon qu’il s’agit par exemple d’un réseau sur une population donnée, ou d’un réseau centré sur un agent particulier. Pour guider le lecteur dans la construction du protocole d’enquête, l’auteur propose à la fin du chapitre 3 une liste fort utile de questions à se poser en amont : quels sont les effets recherchés ? Qui sont les acteurs ? La temporalité est-elle importante ? Existe-t-il des facteurs exogènes importants à prendre en compte ?

  • 1 « Too many network analysts are all too addicted to their analysis and not focused enough on their (...)

4Une fois ces critères clarifiés, un réseau social consiste d’un point de vue formel en une liste de relations entre des entités définies par différentes variables. Pour le décrire de manière concrète et faire le lien avec l’empirique, il est alors nécessaire de se doter d’une structure de données – généralement des matrices – dont la forme et la complexité peuvent varier. Robins insiste sur l’importance de ce choix qui découle avant tout des considérations théoriques du dispositif de recherche et conditionne en partie la collecte des données. Cette constitution du matériau empirique, qui constitue une étape importante, pose des questions similaires aux méthodes statistiques plus conventionnelles en sciences sociales – le choix d’un échantillon, la fiabilité des données collectées, les données manquantes – mais en introduit aussi de nouvelles : ainsi, un enjeu important pour construire un réseau à partir d’entretiens est d’amener les enquêtés à lister leurs relations de manière fiable. Par ailleurs, la similarité des terminologies ne doit pas dissimuler les spécificités conceptuelles. Ainsi, s’il est possible de parler d’échantillon pour les réseaux, l’existence d’agents centraux dont l’absence ou la présence pèse sur la structure – un relais d’opinion ou un intermédiaire très interconnecté – demande des précautions spécifiques. Robins s’appuie sur un ensemble de travaux méthodologiques récents pour prévenir le lecteur de l’importance cruciale de la collecte empirique des données : « Trop nombreux sont les analystes de réseaux obnubilés par leur analyse et ne s’intéressant pas suffisamment aux mesures des faits empiriques » (p. 119)1.

  • 2 « Social network analysis is not sufficient for generalization. We need theory, good argument, care (...)
  • 3 Peter Hedström et Peter Bearman, The Oxford Handbook of Analytical Sociology, Oxford University Pre (...)
  • 4 Gianlucca Manzo, « La simulation multi-agents : principes et applications aux phénomènes sociaux », (...)

5A partir des données empiriques, le chercheur procède généralement à deux démarches parallèles, la visualisation et l’analyse. La visualisation des réseaux constitue presque un domaine à part entière, outillé par une multitude de logiciels permettant d’explorer, d’accompagner l’interprétation et de produire des rendus visuels, sans pour autant remplacer la démarche analytique. L’analyse des réseaux sociaux (SNA) regroupe quant à elle à la fois les considérations théorique sur la conceptualisation formelle des structures de réseaux – par exemple, sur ce qui définit la centralité d’un nœud – et les algorithmes de calcul. Robins réalise le tour de force de présenter en un unique chapitre les différentes perspectives d’analyse en indiquant la littérature plus spécialisée pour le lecteur intéressé. Il relève que souvent les méthodes d’analyse tendent à monopoliser l’attention au détriment de la réflexion d’ensemble. La possibilité de conclure sur des causalités et donc de pouvoir généraliser un résultat dépend moins du type d’analyse privilégié que de l’administration de la preuve dans le dispositif de recherche : « l’analyse des réseaux sociaux n’est pas suffisante pour généraliser. Nous avons besoin de théorie, d’arguments solides, d’une réflexion scrupuleuse et de différentes études empiriques bien construites » (p. 216)2. Inférer des conclusions à partir d’observations empiriques est une question qui relève de la théorique sociologique. Robins rejoint, sans les nommer, les réflexions de la sociologie analytique3 en invitant à se concentrer sur les mécanismes au niveau individuel qui produisent les effets observés à travers différentes études, et à se tourner vers la simulation comme une forme d’expérimentation in silico4.

  • 5 « We need, most particularly, strong research design and good network measurement. It is not enough (...)

6En définitive, deux catégories de lecteurs trouveront ce livre particulièrement intéressant. D’une part, ceux qui envisagent d’entreprendre une enquête en lien avec des réseaux. Ils y trouveront à la fois une présentation récente du domaine et un accompagnement à chaque étape importante pour sélectionner les outils et la littérature adaptée. D’autre part, ceux qui sont intéressés à situer les spécificités – à la fois méthodologiques et conceptuelles – d’un domaine de recherche qui a connu d’importantes évolutions ces dernières années. Robins milite à travers ce manuel pour moins de fascination envers la technique et plus d’attention à la démarche pour afin de constituer une « Science des réseaux sociaux » (en anglais Social Network Science – SNS) qui tienne davantage compte de la construction du plan d’enquête et la collecte des données : « Nous avons besoin, par-dessus tout, de protocoles de recherche robustes et de bonnes mesures des réseaux, parce qu’il n’est pas possible de se contenter d’analyses brillantes mais à l’étayage empirique limité. C’est alors seulement que nous aurons une véritable science des réseaux sociaux » (p. 229)5.

Haut de page

Notes

1 « Too many network analysts are all too addicted to their analysis and not focused enough on their measurement. »

2 « Social network analysis is not sufficient for generalization. We need theory, good argument, careful thinking and further well-designed empirical studies. »

3 Peter Hedström et Peter Bearman, The Oxford Handbook of Analytical Sociology, Oxford University Press, 2009.

4 Gianlucca Manzo, « La simulation multi-agents : principes et applications aux phénomènes sociaux », Revue Française de Sociologie, 55, 2014.

5 « We need, most particularly, strong research design and good network measurement. It is not enough to be seduced by analysis at the cost of limited observation. Then we will indeed have a social network science. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilien Schultz, « Garry Robins, Doing Social Network Research », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 16 novembre 2015, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19482

Haut de page

Discipline

Sociologie

Anthropologie

Économie

Géographie

Histoire

Humanités numériques

Science politique

Sciences de l'éducation

Sciences de l'information

Droit

Sciences du langage

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page