Navigation – Plan du site

Pierre-André Taguieff, L’antisémitisme

Eric David
L'antisémitisme
Pierre-André Taguieff, L'antisémitisme, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2015, 128 p., ISBN : 978-2-13-054909-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 François De Fontette, Histoire de l’antisémitisme, Paris, Puf, coll. « Que sais-je ? » n° 2039, 198 (...)

1Dans les années 1980, les Presses universitaires de France (PUF) ont publié, dans le cadre de leur collection « Que sais-je ? », deux études – aujourd’hui épuisées – signées François De Fontette, consacrées respectivement à l’histoire de l’antisémitisme (1982) et à sa sociologie (1984)1. En trente ans, le phénomène de l’antisémitisme a subi des évolutions diverses et notables ; le moment était donc sans doute venu, pour les PUF, de procéder à une actualisation du sujet. Cette « mise au point » a été confiée à un expert incontournable sur la question : le politologue et historien des idées Pierre-André Taguieff.

  • 2 C’est ce que pensent notamment Bernard Lazare, Fadieï Lovsky, Hannah Arendt, Léon Poliakov ou encor (...)
  • 3 L’antijudaïsme, fondé sur des arguments théologico-religieux principalement d’origine chrétienne, r (...)

2Parée d’un dessin de couverture à la symbolique forte (une étoile de David en fils barbelés), cette première édition de L’Antisémitisme se propose de dresser la typologie et la généalogie d’un phénomène ancien et protéiforme mais qui, évoluant sous un terme générique (« antisémitisme ») probablement inadapté, est en fin de compte susceptible de prêter à confusion jusqu’à ne plus bien rendre compte de toutes les composantes et facettes antijuives. Pierre-André Taguieff s’attache donc, en premier lieu, à apporter d’utiles éclaircissements sémantiques et lexicaux, en même temps que conceptuels, sur ce mot qui, bien que « mal choisi »2 ou « (doublement) mal formé », persiste à être usité. Comme le note l’auteur, d’abord « ce ne sont pas les Sémites qui sont visés par les antisémites mais bien les Juifs » (p. 24) et uniquement les Juifs ; pas les Arabes supposés eux aussi être des Sémites. D’autre part, la catégorie « sémite » n’a de sens déterminable que pour désigner une famille de langues (dites sémitiques). On notera que le mot « antisémitisme », qui succède à celui d’« antijudaïsme »3, apparaît dans un contexte particulier : le monde germanique des années 1870 et 1880. Alors que l’adjectif « antisémite » est forgé en 1860 par un Juif autrichien, Moritz Steinschneider, c’est le libre-penseur allemand Wilhelm Marr qui impulse, en 1879, la dynamique du mot « antisémitisme » et sa vision nouvelle et moderne (post-religieuse). Imprégné de matérialisme biologique (racialisme), l’antisémitisme se présente désormais comme une réaction de défense contre une communauté conquérante dont l’essence ethnique se révèle particulière et inaltérable (la race juive). Si le mot continue d’être employé dans un sens large – fonctionnant comme synonyme de la haine des Juifs (Judenhasse), supposée observable depuis l’apparition de ces derniers dans l’histoire (thèse de l’éternel antisémitisme) –, il n’en demeure pas moins équivoque selon Taguieff. Ce dernier propose d’ailleurs d’en rester à une définition strictement descriptive (une expression d’hostilité à l’égard des Juifs en tant que groupe ou envers un individu juif, en raison de son appartenance à ce groupe) et pense que le terme de « judéophobie » – qui surgit en 1882 sous la plume du médecin russe Léo Pinsker –, paraît mieux formé, moins connoté au regard de la multiplicité des formes historiques du phénomène. Pourquoi le Juif est-il diabolisé dans des contextes aussi différents ? En raison de sa nature spécifique ? Si tel est le cas, la judéophobie serait donc réactionnelle, d’ordre défensif, et le judaïsme, entendu comme culture-propre-aux-Juifs, serait le véritable responsable des réactions antijuives. Essentialisés, objets d’une surestimation en nombre et en puissance, les Juifs deviennent ici les acteurs principaux d’une histoire lourdement conspirationniste. Fonctionnant à l’aide de grands récits (théologiques, idéologiques) et structurée par des assertions plus ou moins chimériques (le Juif insociable, exclusiviste, criminel, conspirateur…) elles-mêmes variables en intensité (stigmatisation, conversion forcée, discrimination, expulsion, agression physique, extermination…), cette histoire place en définitive les Juifs devant une alternative tragique : cesser d’être juifs (assimilation totale) ou quitter le territoire national (émigration forcée). Ce schéma n’est d’ailleurs pas sans évoquer la vision continuiste d’un Raul Hilberg qui distinguait trois moments d’hostilité majeurs contre les Juifs de la diaspora : la conversion au christianisme, devenue une obligation religieuse et une norme sociale mais dont l’échec a conduit l’Église à prescrire, hors du territoire, l’expulsion des Juifs qui, diabolisés en raison de leur extranéité raciale, ont été confrontés en dernier lieu à l’extermination. Peu séduit par ce postulat linéaire et téléologique, Taguieff propose plutôt de réduire l’ensemble des thèmes incriminant les Juifs à sept grands mythes accusatoires : la haine du genre humain, le meurtre rituel, le déicide, l’errance perpétuelle, la spéculation financière, la conspiration et le racisme.

  • 4 Pour Taguieff, on ne saurait toutefois imputer à une mentalité allemande spécifique la responsabili (...)

3Au final, l’auteur opte pour une définition large de la judéophobie : un rejet global et systématique des Juifs fondé sur une essentialisation du « peuple juif » ou de la catégorie « les Juifs ». Il signale également que le processus judéophobe est constitué d’étapes qui sont autant de points de départ que d’arrivée. En effet, que ce soit par une attitude, une opinion (doxa), une conduite, une forme institutionnelle ou un discours idéologique (doctrine), « on entre en judéophobie par n’importe quelle porte » (p. 71), écrit avec justesse Taguieff, qui insiste sur le fait que, depuis l’émancipation des Juifs, la hantise des antijuifs modernes est surtout le Juif « vague », c’est-à-dire le Juif fantasmé comme une puissance cachée et intrusive dans le corps national. C’est précisément cette « inquiétante étrangeté » qui mena les Juifs au « judéocide ». Mais avant que n’advienne la « solution finale », cet idéal éliminationniste est d’abord passé, dans l’Allemagne des années 1930-1940, par un « antisémitisme de raison » planifié et encadré par la loi. Et si cette sorte de persécution légale a permis de mettre en place une stratégie d’isolement, de précarisation, de spoliation et d’exclusion des Juifs, il est bon de rappeler que la diabolisation et la totale déshumanisation de ces derniers ont constitué le chemin idéologique qui a conduit à l’extermination de cette « contre-race » (Gegenrasse)4.

  • 5 Par exemple, l’idéologue fondamentaliste égyptien Sayyid Qutb publie dans les années 1950 un texte (...)

4Enfin, un point est fait sur les dernières tendances contemporaines de la judéophobie. Depuis les années 1960-1970, la thèse du « complot juif mondial » a été reformulée en « complot sioniste mondial » puis en « complot américano-sioniste mondial », dans lequel les Juifs jouent à la fois le rôle d’une avant-garde visible (par le biais de l’État d’Israël) et celui d’une puissance manipulatrice occulte. D’une manière générale, cette nouvelle vision du Juif a été propagée par un antisionisme radical lui-même souvent dispensé par un islamisme radical5 n’hésitant pas à appeler au djihad contre les Juifs, à nier le droit à l’existence de l’État d’Israël et à accuser ce dernier de racisme, d’impérialisme ou de fascisme. La nazification du nationalisme juif a eu un effet oxymorique : identifier les Juifs à un peuple exterminateur. Couplé avec l’antiaméricanisme, l’antisionisme radical (qui a ainsi désorientalisé ou désémitisé le peuple juif pour l’occidentaliser) est aussi, pour partie, lié au négationnisme. Sous couvert d’une critique de l’historiographie officielle de la Seconde Guerre mondiale, le négationnisme, devenu une arme politique dans certains pays arabo-musulmans et en Iran, a joué le rôle, depuis la fin des années 1940, de machine idéologique à produire de la judéophobie. En recyclant les vieux thèmes d’accusation contre les Juifs (dominateurs, exploiteurs, criminels), il les a actualisés dans la langue de l’antisionisme radical désormais au centre d’une nouvelle judéophobie mondialisée et idéologiquement post-antisémite. Jouant le rôle d’une « doctrine de salut », l’antisionisme a un moteur : celui d’une vulgate anti-israélienne où les Juifs apparaissent comme membres d’une secte mondiale préparant en secret la domination de l’humanité non juive.

5« Que-sais-je ? » se présente comme une collection « construite pour le grand public par des spécialistes ». En cent-vingt-huit pages, Pierre-André Taguieff a incontestablement réussi à relever le défi de la clarification conceptuelle et de l’actualisation thématique. Doté d’une bibliographie imposante pour un petit format, ce travail tout en nuances, rigoureux et érudit, construit dans une langue riche, devrait s’imposer comme un outil de référence permettant une bonne vue d’ensemble, historique et sociologique, de la question.

Haut de page

Notes

1 François De Fontette, Histoire de l’antisémitisme, Paris, Puf, coll. « Que sais-je ? » n° 2039, 1982 et Sociologie de l’antisémitisme, Paris, Puf, coll. « Que sais-je ? » n° 2194, 1984.

2 C’est ce que pensent notamment Bernard Lazare, Fadieï Lovsky, Hannah Arendt, Léon Poliakov ou encore Gavin I. Langmuir.

3 L’antijudaïsme, fondé sur des arguments théologico-religieux principalement d’origine chrétienne, renvoie à l’idée d’un rejet des Juifs-comme-peuple (nation ou ethnie) et du judaïsme-comme-culture (ou religion).

4 Pour Taguieff, on ne saurait toutefois imputer à une mentalité allemande spécifique la responsabilité du judéocide nazi comme a pu le soutenir l’américain Daniel J. Goldhagen dans Les Bourreaux volontaires de Hitler (1996).

5 Par exemple, l’idéologue fondamentaliste égyptien Sayyid Qutb publie dans les années 1950 un texte intitulé Notre combat contre les Juifs dans lequel ces derniers, soupçonnés d’être à la tête d’une conspiration judéo-chrétienne contre l’Islam, sont dénoncés comme des êtres intrinsèquement pervers et criminels…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric David, « Pierre-André Taguieff, L’antisémitisme  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 19 novembre 2015, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19522

Haut de page

Rédacteur

Eric David

Docteur en sociologie politique (Paris Ouest Nanterre) ; ministère de la Défense, École militaire, Paris.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page