Navigation – Plan du site

Philippe Nadin, Un néo-fascisme à la française. Faut-il avoir peur ?

David Noël
Un néo-fascisme à la française
Philippe Nadin, Un néo-fascisme à la française. Faut-il avoir peur ?, Paris, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2015, 262 p., ISBN : 9782343067926.
Haut de page

Texte intégral

1À quelques semaines des élections régionales de 2015, le Front national semble sur une pente ascendante. Il a conquis plusieurs municipalités à l’occasion des élections municipales de 2014 et quelques cantons aux élections départementales de 2015. Historiens, sociologues et politologues s’interrogent sur le phénomène Front national. Philippe Nadin, agrégé d’histoire présenté comme un spécialiste de l’Antiquité grecque et romaine, signe dans la collection « Questions contemporaines » des éditions l’Harmattan un livre qui s’inscrit dans cette actualité éditoriale et se veut un essai de réflexion sur la nature du Front national. Parmi les publications les plus récentes sur le même thème, on peut citer Le pari du FN d’Hervé Le Bras paru chez Autrement en octobre 2015 et Les faux-semblants du Front national, sociologie d’un parti politique, sous la direction de Sylvain Crépon et Alexandre Dézé, paru également en octobre 2015 aux Presses de Sciences Po.

2L’ouvrage de Philippe Nadin compte douze chapitres. Dans les deux premiers, l’auteur se demande ce que fut le fascisme dont l’héritage serait pour lui constitutif des sociétés modernes par la mise en place d’un État-providence, mais aussi, et Philippe Nadin convoque ici les outils de la psychanalyse, par le meurtre symbolique et rituel de la figure du père que constituerait le dictateur fasciste. Les chapitres deux et trois s’interrogent sur l’existence de l’extrême droite et les différentes familles qui la composent. Philippe Nadin s’intéresse ensuite aux liens entre nationalisme et ethnicisme et revient sur l’héritage de Mai 68, qui aurait vu triompher une forme de pensée unique hédoniste d’inspiration américaine. Le chapitre cinq étudie le nazisme et le christianisme comme pôles d’attraction de l’extrême droite. Philippe Nadin s’intéresse ensuite à la laïcité et à la pensée païenne évoquant à cette occasion le néo-druidisme celtique et l’écologie politique, qu’il voit comme un messianisme eschatologique (chapitre 6). Les chapitres 7 à 9 sont consacrés aux thèmes du racisme, de la question juive et de l’antisémitisme contemporain. Les trois derniers chapitres traitent de la « droitisation des esprits » à l’œuvre dans une société moderne jugée puérile et infantile et à la recherche d’un chef. À cet égard, avec un projet d’ultra gauche sur les questions économiques, mais ultra nationaliste sur les questions d’identité, le FN de Marine Le Pen, dont l’image de femme, d’héritière et de chef s’inscrirait dans de très anciennes représentations inconscientes (chapitre 12), incarnerait un « post-fascisme réconcilié avec la démocratie ».

3Au fil des pages, on assiste à une inflation de références à des auteurs aussi variés que Bergson, Cioran, Freud, Gramsci, Houellebecq, Nietzsche, Pascal Perrineau, ou Jacques Sapir. La multiplication des références et la rareté des citations précises ne convainquent pas le lecteur et ajoutent à la confusion du propos.

4Certaines affirmations font bondir. Ainsi, Philippe Nadin affirme : « L’origine du divorce actuel entre l’extrême droite et la gauche ne résulte pas tant d’une différence de nature, car le fascisme est bel et bien issu de la mouvance idéologique révolutionnaire. Ce divorce prend sa source dans certaines circonstances, celles qui ont amené la gauche devenue essentiellement marxiste à s’afficher internationaliste, ce qui reconnaissons-le la rattache paradoxalement aujourd’hui aux idéaux du néo-capitalisme libéral. […] Il s’en faudrait pourtant de peu, pour que la gauche qui a définitivement abdiqué l’internationalisme marxiste au profit d’une adhésion sans réserve aux idéaux de l’économie libérale […] se rallie dans un désir de retour à ses origines aux thèses du FN » (p. 20-21). L’auteur ne semble pas voir que « la gauche » ne forme pas un bloc homogène, mais même en gommant les différences entre la gauche de tradition sociale-démocrate et la gauche antilibérale, il est pour le moins osé d’écrire que l’internationalisme de la gauche la rattache au néo-capitalisme libéral ou que le ralliement aux thèses du FN marquerait pour les partis de gauche un retour à leurs origines.

5Plus loin, l’auteur affirme de façon péremptoire : « Le fait est que face à l’absurdité radicale de certaines positions de gauche concernant la défense sans réserve des droits des immigrés, le positionnement de l’extrême droite française peut apparaître légitimement cohérent et porteur de vérités simples, mais frappées au coin du bon sens » (p. 67), mais il ne précise pas de quelles positions il parle ni en quoi elles seraient absurdes. À propos des événements de mai 68, Philippe Nadin pense qu’« il est probable qu’un accord secret entre De Gaulle, le PC et même l’URSS ait été conclu pour éviter tout débordement préjudiciable » (p. 74). On ne saura rien de ce mystérieux accord secret.

6Le chapitre 5, qui fait un parallèle entre le nazisme et le christianisme vus comme deux pôles d’attraction constituant les sources culturelles de l’extrême droite, laisse le lecteur dubitatif, de même que les propos virulents sur l’écologie politique qualifiée de « messianisme malthusianiste bobo et réactionnaire » (p. 108-111).

7L’incompréhension saisit le lecteur quand on lit que « du nazisme quant à lui, débarrassé de sa légende noire et du triste sillon qu’il a laissé dans l’Histoire, reste aujourd’hui confusément le souvenir de la première occasion dans l’Histoire d’une réaction à la submersion programmée de la race blanche par des éléments sémitiques » (p. 114).

8Le scepticisme laisse la place au malaise lorsqu’on lit les propos de l’auteur sur l’homosexualité : « L’entrée de plus en plus tardive dans la vie adulte, du fait d’études prolongées […] a multiplié le profil sociologique de ces adulescents, qui conservent bien souvent nombre de traits hérités de l’enfance. […] À cet égard, rien d’étonnant à ce qu’homosexualité et pédophilie soient régulièrement associées dans une série de tristes faits divers. […] L’homosexualité dans sa logique toute endogamique partage avec le racisme cette crainte majeure de la confrontation avec l’altérité, au nom d’un narcissisme exacerbé » (p. 180-181).

9Affirmations péremptoires et jugements à l’emporte-pièce souvent aberrants s’enchaînent donc dans un ouvrage qui ne fera en rien avancer la compréhension du Front national et de l’extrême droite. Rien n’est dit sur la dimension européenne du phénomène politique que constitue l’émergence dans plusieurs pays d’Europe de partis de droite populiste xénophobes. Philippe Nadin entendait démontrer que le Front national présente tous les traits d’un néo-fascisme à la française. Son ouvrage confus et décevant ne démontre rien du tout.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Noël, « Philippe Nadin, Un néo-fascisme à la française. Faut-il avoir peur ?  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 19 novembre 2015, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19523

Haut de page

Rédacteur

David Noël

Professeur d’histoire-géographie au collège Paul Duez de Leforest, membre du bureau de la régionale Nord-Pas-de-Calais de l’APHG.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page