Navigation – Plan du site

Fabienne Maillard, La fabrique des diplômés

Aurélie Dirickx
La fabrique des diplomés
Fabienne Maillard, La fabrique des diplomés, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « 3e culture », 2015, 108 p., ISBN : 9782356874252.
Haut de page

Texte intégral

1Fabienne Maillard dépeint dans son ouvrage un tableau critique de l’augmentation massive du nombre de diplômés dans le contexte français et du foisonnement de certifications aux contenus très diversifiés. Elle constate que posséder un titre n’est désormais plus seulement courant, mais constitue une nécessité pour pouvoir prétendre à un emploi et évoluer professionnellement. La « fabrique des diplômés », telle que décrite par l’auteure, découle d’une multiplication des types de diplômes et d’une injonction à la certification permanente, conduisant à une inflation des diplômes.

2Sur le plan historique, la démocratisation des études supérieures et de la formation certifiante provient d’une volonté politique. Entre les années 1960 et 1970, l’élévation du niveau général d’instruction s’est posé en priorité, afin de pallier aux inégalités sociales et de mieux faire correspondre le degré de qualification aux exigences des entreprises, qui ont connu un important développement économique. La mise en équivalence entre les contenus de formation et les nouvelles catégories d’emploi présentes sur le marché du travail est ainsi devenue une priorité pour les décideurs politiques.

3Dans le contexte d’instabilité économique actuel, le diplôme serait aujourd’hui considéré comme un outil de sécurisation des parcours, pour se prémunir contre le chômage, préserver son employabilité, prétendre à un bon emploi, évoluer professionnellement et s’adapter en permanence aux besoins des employeurs. La perspective de se former tout au long de la vie se traduit par une offre accrue de formations continues et de processus de certifications, tels que la validation des acquis de l’expérience (VAE), qui permettent aux travailleurs de légitimer leurs compétences et leurs expériences professionnelles à tout moment de leur carrière. Leur fonction de lutte contre le chômage et contre la précarisation des emplois est toutefois remise en cause par Fabienne Maillard. À titre d’exemple, la diminution temporaire du chômage juvénile observée dans les années 1980 serait essentiellement due à la hausse du niveau général d’éducation, qui a simplement retardé l’âge d’entrée des jeunes dans la vie active. Pour l’auteure, il semble donc utopique d’envisager la formation et la certification comme des solutions aux problèmes de l’économie et de la société. Cette dérive présente en effet le risque d’omettre la part de responsabilité des entreprises en matière de chômage et des difficultés rencontrées par les travailleurs en cours d’emploi.

4Fabienne Maillard dénonce également l’« idéologie adéquationniste » (p. 19) qui anime les politiques publiques lorsqu’elles cherchent à ajuster les offres de formations et les flux de diplômés aux demandes de travail émanant de la scène économique. Elle nous explique ainsi que le système éducatif n’offre pas de garantie en termes de conditions d’insertion, de carrière et de salaire, tout comme les employeurs ne peuvent prétendre à ce que les sortants des filières d’études soient immédiatement opérationnels au moment de leur embauche. Il est par ailleurs fréquemment observé que les détenteurs d’un même titre s’orientent vers des emplois très différents, pour des raisons liées au choix de travailler dans un secteur d’activité différent, ou à l’impossibilité de trouver un travail en adéquation exacte avec le diplôme obtenu. La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences présente elle aussi ses limites. L’auteure cite en exemple la prédiction émise dans les années 1980, qui concernait la disparition de la classe ouvrière au profit de l’automatisation et de l’informatisation des tâches. Si les progrès techniques et les nouvelles organisations du travail requièrent effectivement des qualifications plus pointues, les emplois dits « peu qualifiés » sont aujourd’hui toujours occupés par 22% des salariés selon l’INSEE. Cette tendance prouve une nouvelle fois que les diplômes ne sont pas une réponse aussi efficace qu’escomptée face aux aléas du marché de l’emploi.

5Dans la deuxième partie de son ouvrage, Fabienne Maillard s’intéresse aux rouages de cette « fabrique des diplômés », qui génère un foisonnement de certifications aux dénominations et aux fonctions très variées. En 2002, ce sont près de 15 000 diplômes différents qui sont recensés en France. L’auteure nous éclaire sur la multitude de titres auxquels ils font référence : diplômes d’État, diplômes d’université, titres délivrés par des instituts privés de formation, certificats de métier, de branche professionnelle, d’entreprise ou de chambre du commerce. S’ils ont beau être à finalité professionnelle, ils ne donnent pas tous les mêmes droits et ne bénéficient pas systématiquement du label de l’État. Dans le cadre de la loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002, une Commission nationale de la certification professionnelle (CNCP) et un Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) ont vu le jour pour réglementer ce vaste ensemble de diplômes. Ceux qui bénéficient du label de l’État figurent ainsi dans le RNCP et sont évalués par la CNCP. Tous doivent être déclinés en compétences-type propres aux différentes catégories d’emplois auxquelles ils font référence.

6Fabienne Maillard reproche à ces référentiels de compétences d’être trop figés par rapport aux exigences de polyvalence, de transversalité et de flexibilité formulées dans le monde professionnel d’aujourd’hui. Posséder un diplôme reviendrait selon elle à disposer d’une somme de compétences relativement standardisées. Elle souligne d’autre part la difficulté des partenaires sociaux à s’accorder sur la définition des compétences structurant les diplômes professionnels délivrés par le ministère de l’Éducation nationale. Le niveau de représentativité dans les commissions professionnelles consultatives (CPC), la rivalité entre les organisations patronales des grandes entreprises et celles de l’artisanat, l’émergence de nouveaux métiers et l’agrégation de certaines branches professionnelles initialement distinctes peuvent ainsi être à l’origine de divisions patronales qui, pour l’auteure, « révèlent des conceptions distinctes des métiers, des diplômes ou de l’avenir d’un secteur d’activité » (p. 48).

7En définitive, les contenus des diplômes seraient en premier lieu le produit des exigences patronales, et ils « rendent moins compte des activités professionnelles que de l’image qu’ils veulent en donner ou qu’ils considèrent comme la plus adaptée » (p. 59). Les discordances en termes de qualifications demandées pour un même niveau de diplôme relativisent à eux seuls la solidité du modèle basé sur les référentiels de compétences. Fabienne Maillard cite pour exemples les CAP Petite enfance ou Esthétique, qui requièrent autonomie et responsabilité, tandis que les CAP Pâtissier, Arts du verre et de la fonderie ou Électricité font appel à un travail d’exécution réalisé par du personnel semi-qualifié. Le sens et la valeur accordés au diplôme sont également interrogés à travers l’amalgame qui est couramment fait entre les notions de certification et de qualification. Pour l’auteure, l’une ne peut se soustraire à l’autre, dans la mesure où la qualification fait appel aux compétences mobilisées dans l’emploi, indépendamment du titre obtenu. La certification ne saurait donc à elle seule attester d’une qualification, laquelle est avant tout tributaire de la nature de l’activité professionnelle exercée.

8Un second glissement sémantique est relevé entre la certification et la formation. Fabienne Maillard aborde la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) comme un indice montrant que la certification prime sur la formation. Depuis 2002, la VAE offre une reconnaissance des expériences, connaissances et compétences acquises dans la pratique professionnelle. Elle les sanctionne par un diplôme identique à celui qui est normalement délivré au terme d’une formation formelle. L’auteure voit ainsi dans les processus de VAE une nouvelle manière de sacraliser le diplôme et de le mettre en position de supériorité par rapport à l’expérience et à la formation. En encourageant la certification permanente à travers les dispositifs de VAE, de bilans de compétences et de droit individuel à la formation, les politiques véhiculent une incitation forte à la prise en charge de sa propre carrière. Il s’agit en effet d’être le premier acteur de son parcours de vie, de gérer son évolution professionnelle et de s’adapter continuellement aux demandes des entreprises. Fabienne Maillard nous fait remarquer que cet appel à l’initiative personnelle tend à réduire les problèmes de société à un niveau individuel et à occulter une partie des responsabilités que les pouvoirs publics exercent en matière de politique de l’emploi.

9Cette injonction au diplôme et à la proactivité crée une nouvelle catégorie d’individus, les faiblement diplômés, les décrocheurs, les inemployables. Leur handicap viendrait du fait qu’ils ne détiennent pas le titre requis pour exercer une profession donnée et qu’ils n’ont pas su adapter leur parcours de formation aux exigences modernes. Une autre raison à ce phénomène découle de l’inflation des certifications, qui a pour corollaire la dévalorisation de certains diplômes. Leurs détenteurs seraient de ce fait marginalisés sur le marché du travail. Dans cette perspective, le chômage est ramené au degré d’instruction de l’individu plutôt que d’être traité comme un problème social et conjoncturel par les pouvoirs publics. Fabienne Maillard relève que les politiques ont davantage contribué à rendre les diplômes obligatoires qu’à en avoir facilité l’accès au plus grand nombre, creusant de ce fait les inégalités individuelles.

10L’ouvrage de Fabienne Maillard défend l’idée que les certifications ne sauraient constituer une simple réponse à une demande institutionnelle, mais qu’elles doivent avant tout être au service des métiers et de l’individu. Cette approche suppose de renforcer leur potentiel en termes de partage, d’échange et de transmission de pratiques, mais aussi de valorisation et de reconnaissance d’une profession donnée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Dirickx, « Fabienne Maillard, La fabrique des diplômés », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 19 novembre 2015, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19538

Haut de page

Rédacteur

Aurélie Dirickx

Doctorante en sciences de l’éducation à l’Université de Genève (thèse portant sur les reconversions professionnelles volontaires) et assistante qualité de vie au travail au Service de la petite enfance en ville de Genève.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page