Navigation – Plan du site

Élodie Richard, Charlotte Vorms (dir.), « Histoire et conflits de mémoire en Espagne », Vingtième siècle, n° 127, 2015.

Irène Gimenez
Histoire et conflits de mémoire en Espagne
Elodie Richard, Charlotte Vorms (dir.), « Histoire et conflits de mémoire en Espagne », Vingtième Siècle, n°127, juillet-septembre 2015, Les Presses de Sciences Po.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La Phalange est un mouvement d'inspiration fasciste fondé en 1933 par J.A Primo de Rivera, principa (...)

1Ce numéro spécial de Vingtième siècle, très dense, dresse un bilan historiographique sur l'Espagne contemporaine, à travers les contributions de quatorze chercheur.e.s, espagnol.e.s et français.e.s, dans un contexte de renouvellement qui cristallise plusieurs enjeux épistémologiques, mémoriels et politiques. Ce tableau des renouvellements du champ conduit les directrices du numéro à poser la question d'une « transition historiographique », dans une introduction qui rappelle que depuis la mise en écriture – et la mise en scène – de l'histoire de la guerre civile et du franquisme, contemporaine aux évènements étudiés, on a affaire à une histoire politique, donc clivée, qui reste aujourd'hui en prise avec des enjeux mémoriels, et notamment avec l'héritage d'une histoire écrite par les vainqueurs au lendemain de la guerre, et non remise en cause lors de la transition démocratique. Cette mémoire officielle, concurrencée par la mémoire des vaincus rendue de plus en plus audible, notamment grâce aux mouvements de « récupération de la mémoire », est au cœur de la première partie du numéro consacrée aux usages politiques du passé. Les deux parties suivantes interrogent la nature du régime franquiste et la spécificité de la répression à l'encontre des vaincus de la guerre civile, à travers une analyse articulée autour des rapports entre régime politique et société. La deuxième partie se centre ainsi sur la période franquiste, en abordant notamment les tensions entre Église et Phalange1, tandis que la troisième partie se penche plus particulièrement sur les différentes modalités de résistance au franquisme, en privilégiant l'échelle locale et individuelle.

2Plutôt que d’entrer dans le détail de chacune des riches contributions, il semble plus fructueux de mettre en évidence les trois axes structurants qui traversent ce numéro. En premier lieu, nous reviendrons sur les modalités de renouvellement du champ de l’histoire contemporaine espagnole, décrites dès l'introduction puis incarnées par les approches de chaque contribution. Par la suite, nous considérerons d'une part, d'un point de vue épistémologique, la question des conditions de possibilité d'écriture de l'histoire à partir de la nécessité de déconstruire les « récits-patrimoines », ainsi que la matérialité de la mémoire comme objet historique, et d'autre part, d'un point de vue méthodologique, l'importance heuristique du changement d’échelle et du concept de genre.

3Les directrices de publication, suivies de chacun.e des auteur.e.s dans leurs contributions, insistent dès l'introduction, sur l'importance de l'internationalisation récente de ce champ de recherche, qui a entraîné à la fois des transferts de méthodes et de concepts, enrichissant les approches des outils de l'histoire sociale et de l'anthropologie, visibles ici dans les contributions de Claudio Hernandez Burgos, Jorge Marco ou Mercedes Yusta Rodrigo, promoteurs d'une histoire sociale « par le bas ». Cet intérêt international a également mis fin à la perspective isolationniste qui caractérisait l'historiographie de l'Espagne dans l'historiographie européenne (« l'exception espagnole ») et le franquisme au sein de l'histoire du XXe siècle. Le développement des approches comparatistes permet alors de mettre en évidence les transferts, notamment aux niveaux idéologique et culturel, entre les régimes autoritaires européens et les résistances à ceux-ci. Dans ce numéro, la contribution de Francisco Sevillano Calero, qui analyse le développement du culte des martyrs en Espagne sous l'angle de la construction d'une religion du politique, commune aux régimes franquiste et fasciste, ou de Jorge Marco, qui insère l'historiographie de la résistance antifranquiste armée dans l'historiographie internationale de la résistance, afin d'expliciter des modes de résistance passés sous silence à cause d'une primauté du « modèle français de la résistance », sont des illustrations de cette nouvelle posture. De la même manière, ces approches ont conduit à une remise en question de la périodisation traditionnelle par régimes, et donc à l'analyse fine des ruptures en leur sein, ainsi que des continuités avec la période antérieure (la Restauration monarchique, la dictature de M. Primo de Rivera), comme on peut le voir dans les contributions d'Amélie Nuq ou de Feliciano Montero, et également avec la période de transition démocratique, dont est remis en cause le caractère pacifique et consensuel dont traite la contribution de Sophie Baby. Les contributions mettent en évidence un second facteur d'importance, à savoir la résurgence dans l'espace public des questions mémorielles, avec notamment, depuis les années 2000, le Mouvement de Récupération de la Mémoire Historique qui dénonce le consensus transitionnel et le « pacte de l'oubli / du silence » mis en place après la mort de Franco. Cette actualité politique conditionne socialement et épistémologiquement l'écriture de l'histoire de cette période, et nous invite à interroger, dans un mouvement réflexif, tant les pratiques de l'histoire que la mémoire elle-même comme objet d'histoire.

4Ce dernier aspect est ainsi abordé dans toute sa matérialité : il apparaît, au fil des contributions, que l'instrumentalisation de l'histoire par le régime, et le dispositif mémoriel mis en place, sont avant tout caractérisés par un personnel universitaire au service du régime (l’article de Rubén Pallol Trigueros, qui décrit des trajectoires d'historiens sous le franquisme, nous permet d'entrevoir ces figures entre contraintes, consentement et négociations), par des lieux consacrés, comme les ruines de Belchite, qui deviennent sous la dictature le symbole de la purification de l'Espagne par la destruction violente, ou par des rituels, matérialisés notamment dans le transfert des cendres de J.A. Primo de Rivera. À cet égard, les deux articles de Stéphane Michonneau (sur les ruines de Belchite) et de Francisco Sevillano Calero (sur le culte des morts du camp national) sont complémentaires et invitent à réfléchir à l'envers de ce culte des martyrs franquistes, à savoir l'oubli des morts républicains, et donc à mettre en contraste le mausolée du Valle de los Caidos et les fosses communes. Ces articles mettent en lumière les tensions autour des impossibles lieux de mémoire démocratiques que sont devenus, par exemple, les ruines de Belchite. Enfin, le dispositif mémoriel s'incarne dans des « récits-patrimoines », qui ont notamment figé une narration de la guerre civile comme « guerre fratricide » (donc dépolitisée, sans vainqueurs ni vaincus mais seulement des victimes) dont l'envers serait une transition démocratique pacifique, comme le décrit Sophie Baby, qu'il est du devoir des historien.ne.s de déconstruire pour en saisir la complexité. On voit ici comment les enjeux mémoriels sont au cœur de la réflexion historique et permettent de renouveler les approches, à partir d'une réflexion sur les conditions sociales de production du savoir historique.

5 Par ailleurs, le numéro met en évidence la complexité et la diversité des formes de répression et de résistance à celle-ci, notamment grâce un changement de perspective et au recours aux échelles locale et individuelle, qui permettent d'éclairer des parcours de résistant.e.s et de requalifier comme telles des résistances qui ne l'étaient pas jusqu'alors : c'est en particulier le cas de résistances quotidiennes, de réseaux de soutien à des prisonniers ou maquisards, comme le note Mercedes Yusta, qui souligne, à propos de l'engagement de nombreuses femmes, l'absence de séparation entre la vie privée, l'ordinaire, et le politique. Cette contribution, ainsi que celle de Jorge Marco, contribuent à illustrer la pluralité des causes et des formes d'engagement, et invitent à ne pas réduire la résistance à son versant armé encadré par le Parti Communiste Espagnol depuis l'exil. Cette échelle individuelle semble d'autant plus pertinente que, selon Gutmaro Gomez Bravo, c'est précisément la volonté de conquête régénératrice de l'individu (par l'Église, en particulier), plutôt que de celle des masses, qui caractérise le franquisme face au nazisme et au fascisme. Ce chercheur invite également à ne pas considérer l'appareil répressif comme un bloc, et notamment à nuancer les positions au sein de l'Église. Ainsi, Feliciano Montero décrit bien comment une partie du clergé rejoint les rangs de l'opposition antifranquiste après 1956. Cette perspective est efficacement complétée par l'utilisation du concept de genre, comme le mettent en évidence Mercedes Yusta et Amélie Nuq. Cette dernière le mobilise pour saisir la manière dont se déploient un contrôle et une violence spécifiques à l'encontre des femmes jugées déviantes, nous informant ainsi sur la production de la norme, des valeurs et sur le pouvoir lui-même, mais également sur l'écart entre ces normes et les pratiques d'encadrement.

6Les axes de réflexion proposés ci-dessus ne prétendent pas rendre compte de la fécondité de ce numéro, qui fourmille d'invitations à la recherche, tout en insistant sur les difficultés d'accès aux sources en l'absence d'une législation systématique sur les archives, certaines n'étant ni localisées ni cataloguées (notamment les archives politiques, militaires, pénitentiaires ou policières, comme celles de la Garde Civile). Il nous faut terminer en saluant une publication qui met en lumière la vitalité de recherches encore assez mal connues en France.

Haut de page

Notes

1 La Phalange est un mouvement d'inspiration fasciste fondé en 1933 par J.A Primo de Rivera, principal support idéologique du régime franquiste avec l' Église.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Gimenez, « Élodie Richard, Charlotte Vorms (dir.), « Histoire et conflits de mémoire en Espagne », Vingtième siècle, n° 127, 2015. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 19 novembre 2015, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19539

Haut de page

Rédacteur

Irène Gimenez

Élève en master 2 d'histoire contemporaine à l'ENS de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page