Navigation – Plan du site

Dominique Groux (dir.), « Inégalités entre sexes dans la famille, à l’école et au travail : approches comparées », Revue Française d’Éducation comparée, n° 13,

Marie Duru-Bellat
Inégalités entre sexes dans la famille, à l'école et au travail : approches comparées
Eline Gamess, Dominique Groux, Gabriel Languouët, Nicole Mosconi (dir.), « Inégalités entre sexes dans la famille, à l'école et au travail : approches comparées », Revue française d'éducation comparée, n° 13, 2015, 410 p., Paris, L'Harmattan, ISBN : 9782343067438.
Haut de page

Texte intégral

1Dès lors que la perspective comparative est -Durkheim le soulignait en son temps- au cœur de la démarche sociologique, les ouvrages qui s’annoncent sous cette bannière suscitent spontanément l’attention des sociologues. Et cette attention est souvent déçue car en guise de comparaison, on se contente fréquemment de juxtaposer des perspectives « nationales » en laissant au soin du lecteur ou de la lectrice le travail de comparaison annoncé. Ce numéro de la Revue Française d’Éducation Comparée ne fait hélas pas exception. Car si l’on y trouve de nombreux textes sur la zone des Antilles-Guyane (ce volume semblant faire écho à un colloque qui y a pris place), la majorité des contributions se fonde sur des données françaises, à quelques exceptions près : un texte Martinique/Québec, un autre France/Portugal et une compilation de statistiques internationales. Avec à nouveau cette interrogation que nombre de publications affichées comme comparatives laissent souvent dans l’ombre : pourquoi, pour quelles raisons compare-t-on précisément tel ou tel pays ?

2On pourrait ajouter à cette liste d’attentes déçues, pourquoi comparer les filles et les garçons… Car si le livre fait son titre sur les « inégalités entre sexes », on ne trouve aucune interrogation sur la notion d’inégalités, qui pourtant se présente sous un jour de prime abord paradoxal en matière éducative : le lecteur qui ne connaîtrait rien aux questions scolaires pourrait dans un premier temps conclure que les filles sont avantagées (au vu des taux de diplômées), puis se montrer perplexe quand il est suggéré que les orientations des filles manifestent un handicap (étudier les lettres serait-il « moins bien » qu’étudier les sciences ?), avant de comprendre que le suprême arbitre en la manière, c’est le marché du travail et le « cours » de ces diverses spécialités, cette chaîne étant présentée comme parfaitement évidente, à tel point que le sens des inégalités évoquées au fil de cette chaîne n’a pas à être explicité ! Là encore, cette façon implicite de considérer sans autre forme de procès comme des inégalités toutes différences induites par l’introduction de la « variable sexe » est assez commun. Certes, dans un texte sur la mixité, Nicole Mosconi semble défendre « le projet de faire vivre ensemble des différences reconnues comme égales » (p. 94), mais ce questionnement n’est pas repris dans la suite de l’ouvrage. Trop souvent, on se contente de constater des phénomènes qui varient… à l’aune de la « variable sexe » ; mais celle-ci ne parle pas toute seule : pourquoi y aurait-il un parallèle (comme le cherche dans son texte Gabriel Langouet) entre l’ampleur des inégalités de revenus dans un pays et l’ampleur des inégalités Hommes/Femmes ? Quels processus pourraient en être responsables ? L’observation de chiffres ne peut qu’être un point de départ pour une investigation sociologique qui reste à faire…

3Cependant, au-delà de ces limites, cet ouvrage hétéroclite (par les thèmes traités, par les disciplines représentées – de la sociologie à la psychanalyse-, ainsi que par les profils des auteurs, depuis des sociologues consacrés -Roger Establet, Nicole Mosconi, Nadine Lefaucheur- à de jeunes thésards), livre quelques textes sans doute inédits et fort intéressants.

4La chercheuse suisse Farida Fassa propose une analyse des transformations dans les manières de poser la question de l’égalité entre les sexes en Suisse : vu la montée des « lectures individualisantes du social » (p. 72) d’une part, du développement des grandes enquêtes statistiques et de la montée corollaire d’un « gouvernement par les nombres » (p. 74) d’autre part, cette question n’est plus posée en termes de droit universel à l’éducation – tout simplement, peut-on ajouter- mais en termes d’employabilité des individus : toute entrave à ce droit peut alors s’avérer dommageable à la bonne marche de l’économie et secondairement positionner défavorablement le pays par rapport aux « concurrents ».

5L’ouvrage propose aussi un texte de Yaël Brinbaum et Danielle Trancart, de facture « INSEE », sur la ségrégation professionnelle à l’entrée du marché du travail, qui confirme que celle-ci est d’autant moins marquée que les jeunes sont diplômés. Plusieurs contributions apportent des éléments empiriques récents sur les différences de projets professionnels et d’orientation entre filles et garçons, en soulignant que les filles ont une représentation moins stéréotypée des métiers. Plus original, un texte proposé par deux psychologues (Marie-Laure Steinbrucker et Laurence Thiénot) démontre que la manière de présenter les métiers aux jeunes – en les laissant, comme c’est le plus souvent le cas, au générique masculin-, peut dissuader les filles de s’y imaginer, alors qu’au contraire l’usage systématique du genre grammatical féminin « augmente de façon significative le sentiment d’efficacité personnelle des filles, sauf pour les métiers majoritairement exercés par les hommes » (p. 224). Et les auteures d’admettre que : « le langage ne suffirait donc pas à modifier à lui seul leurs représentations de ces métiers et ainsi leur offrir des modèles d’identification moins sexués » (p. 224). Chez les garçons, la présentation des deux genres peut déboucher sur une certaine dévalorisation du métier, vu alors comme féminin, ce qui rappelle si besoin en était l’asymétrie entre les sexes. Ceci n’est sans doute pas sans rapport avec cette grande résistance des stéréotypes (face aux diverses expérimentations pédagogiques qui se sont multipliées), que pointe un autre texte (Stevanovic Biljana et al.). Résistance aussi de comportements tels que la prise de parole qu’analyse un texte d’une spécialiste de la communication (Emmanuelle Maître de Pembroke) ; elle y démontre les difficultés spécifiques des femmes, et les relie à une histoire de vie et à tout un contexte marqués par cette asymétrie des rôles.

6Enfin, l’ouvrage inclut plusieurs textes sur les inégalités entre les sexes aux Antilles et en Afrique, émanant de spécialistes de sciences politiques ou d’anthropologues. L’un d’eux (Joëlle Kabile) insiste sur le coût de cette « virilité ostentatoire » qui caractérise la Martinique soulignée aussi dans le texte de Roger Cantacuzène, qui, quant à lui, met en avant la contrainte de la « réputation virile » : c’est particulièrement le cas quand l’identité de genre fait l’objet d’une évaluation constante par les pairs et par les femmes, alors que par contraste, les femmes, moins soumises au contrôle social, peuvent apparaître comme plus libres. Et l’auteure souligne que cette violence des normes de genre « n’est vraisemblablement pas propre aux hommes martiniquais » (p. 312). C’est peut-être finalement par cette partie consacrée aux Antilles et à la Martinique que cet ouvrage intéressera le plus, parce que ces zones géographiques sont peu traitées dans les articles des revues de sciences sociales de la métropole, mais aussi parce qu’elles nous « parlent » en termes de comparaison, même si, pour revenir à nos propos liminaires, on regrettera que celle-ci -la comparaison- reste le plus souvent latente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Dominique Groux (dir.), « Inégalités entre sexes dans la famille, à l’école et au travail : approches comparées », Revue Française d’Éducation comparée, n° 13, », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 24 novembre 2015, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19557

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page