Navigation – Plan du site

Elisabetta Bucolo, Laurent Fraisse et Pierre Moisset (dir.), « Diffuser ou périr, les promesses de l’innovation sociale », Sociologies pratiques, n° 31, 2015

Jordan Parisse
Diffuser ou périr, les promesses de l'innovation sociale
Elisabetta Bucolo, Laurent Fraisse (dir.), « Diffuser ou périr, les promesses de l'innovation sociale », Sociologies pratiques, n°31, 2015, Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 9782724634310.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Hubert Agnès et al., Empowering people, driving change : Social innovation in the Eu (...)
  • 2 La loi-cadre sur l’Economie sociale et solidaire n° 2014-856 du 31 juillet 2014 consacre son chapit (...)
  • 3 Richez-Battesti Nadine et al., « L’innovation sociale, une notion aux usages pluriels : quels enjeu (...)

1Au moins depuis la fin des années 2000, le concept d’innovation sociale fait l’objet d’une mise à l’agenda institutionnel et législatif, tant à l’échelle européenne1 que française2. Sa définition, pourtant, loin de faire consensus, laisse place à une multiplicité d’approches normatives et stratégiques sur ce qu’elle devrait être ou ce qu’il faudrait en faire. Certains l’envisagent ainsi comme « un outil de modernisation des politiques publiques », d’autres comme le produit d’une démarche d’« entreprenariat social », d’autres encore comme un système organisationnel spécifique – qui serait « territorialisé, inclusif et participatif » – propice à l’émergence et la diffusion des innovations3.

  • 4 Elisabetta Bucolo et Laurent Fraisse sont chercheur-e-s au Laboratoire interdisciplinaire pour la s (...)
  • 5 Pierre Moisset est sociologue-consultant indépendant en politiques sociales et familiales.
  • 6 Hors dossier, les lecteurs trouveront également un intéressant retour d’expérience sur une interven (...)

2C’est dans cette actualité et dans ses débats que s’inscrit ce numéro thématique de la revue Sociologies pratiques, coordonné par Elisabetta Bucolo, Laurent Fraisse4 et Pierre Moisset5. Rassemblées dans un dossier intitulé « Diffuser ou périr, les promesses de l’innovation sociale »6, les différentes contributions offrent une double perspective. Elles analysent, d’une part, les éléments de qualification de la dimension spécifiquement sociale d’une innovation et, d’autre part, les logiques et les facteurs de sa diffusion dans l’espace géographique et/ou social.

  • 7 Aldabert Evers a coordonné, entre 2010 et 2014, une étude dans vingt villes européennes, intitulée (...)

3Qu’est-ce qu’une « innovation sociale » et comment la définir ? C’est à cette question que les entretiens et articles de ce dossier tentent donc, en premier lieu, de répondre. Il ressort ainsi, tout d’abord, qu’une innovation sociale peut se repérer dans l’émergence d’une forme nouvelle, qu’il s’agisse d’une chose ou d’une idée, mais également, comme le souligne Aldabert Evers7, dans une redéfinition d’arrangements organisationnels existants (entretien, p. 16). Mélanie Bourguignon et al., dans leur contribution sur les innovations sociales en matière d’aide aux personnes âgées en Wallonie, repèrent, quant à elles, le caractère innovant de leurs sept cas d’étude dans le fait qu’ils constituent soit de « nouveaux services », soit « une nouvelle façon de produire ou d’exécuter », soit « une idée développée dans la littérature et dont les acteurs s’inspirent pour faire avancer leurs pratiques », soit, enfin, « une nouvelle manière de consommer un service » (p. 46). Elles soulignent, en outre, que le repérage d’une innovation sociale est un problème méthodologique spécifique, tant en raison de l’instabilité de la notion que des tentatives, souvent conflictuelles, de réappropriation stratégique dont elle fait l’objet.

4Au-delà de son caractère de nouveauté, une innovation peut ensuite être qualifiée de « sociale » dès lors qu’elle poursuit une finalité sociale ou de transformation sociale. Dans la lignée des travaux canadiens du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES), dont elle est membre, Marie J. Bouchard, définit ainsi l’innovation sociale comme une « intervention initiée par des acteurs sociaux pour répondre à une aspiration, subvenir à un besoin, apporter une solution ou profiter d’une opportunité d’action afin de modifier des relations sociales, de transformer un cadre d’action ou de proposer de nouvelles orientations culturelles » (entretien, p. 9). Aldabert Evers, en s’inscrivant dans l’esprit de cette définition, insiste quant à lui sur le fait que, par nature, les innovations sociales sont porteuses de changement par rapport aux routines, aux façons de penser et aux manières d’agir préexistantes, et comportent, a fortiori, « un degré élevé de risque et d’ambiguïté » (entretien, p. 15).

5Enfin, plusieurs contributions laissent à voir l’innovation sociale comme un processus social, lequel selon Marie J. Bouchard, est fait « d’expérimentations, des remises en question et de propositions, en passant toutefois souvent par des phases de contestation, de conflits, parfois même de luttes sociales » (entretien, p. 10). À partir de l’étude de la mise en place d’un projet de recyclerie dans le Pays de Bray (Seine-Maritime, Oise), Emmanuelle Besançon insiste sur la dimension « collective et territorialisée » du processus d’innovation sociale, dont la gouvernance se veut « participative » et le modèle économique « pluriel ». Déjà mentionnée, la contribution de Mélanie Bourguignon et al. souligne, à ce propos, l’importance de l’hybridation des ressources – matérielles ou immatérielles, marchandes ou non marchandes – comme condition de réussite des processus innovateurs étudiés.

  • 8 À savoir, l’identification des acteurs dominants du processus (critère n° 1), le mode de diffusion (...)

6Sous quelles conditions, et selon quelles logiques, une innovation sociale se diffuse-t-elle ? À cette seconde question, ce numéro thématique répond d’abord en mettant en lumière différents processus de diffusion. Dans sa contribution, Nadine Richez-Battesti, distingue ainsi, à partir de trois cas d’étude et en fonction de trois critères8, trois types de processus différenciés : un processus informel (principalement horizontal, reposant sur le bouche-à-oreille et cherchant à se formaliser), un processus territorial (de nature verticale, porté par un acteur public et visant l’institutionnalisation de l’innovation) et un processus réticulaire (également de nature verticale, mais reposant sur une fédération d’acteurs, et cherchant moins à institutionnaliser une innovation qu’à la normaliser pour en favoriser la réplication). De son côté, Emmanuelle Besançon repère trois modalités de diffusion possibles : l’essaimage (lorsque l’innovation est diffusée dans sa globalité), l’apprentissage (lorsque certains éléments d’une innovation sont réappropriés par des acteurs qui modifient, en conséquence, leurs pratiques) et la sélection (lorsqu’une innovation est retenue dans sa globalité par un acteur public qui cherche ensuite à l’institutionnaliser).

  • 9 Jamous Haroun, Sociologie de la décision. La réforme des études médicales et des structures hospita (...)

7Parallèlement, l’ensemble des contributions du dossier tente d’identifier les conditions et les facteurs pouvant jouer positivement ou négativement sur ces processus de diffusion. Nadine Richez-Battesti souligne, en ce sens, l’importance des interactions entre diffuseurs et récepteurs de l’innovation qui dépendent, d’une part, de la capacité des porteurs de projets à se rendre intelligibles, à susciter la mobilisation, à apparaître légitimes, à évaluer les impacts de leur action (dont dépendent certains financements), et, d’autre part, du degré d’appropriation de l’innovation par les récepteurs. En outre, le rôle de certains types d’acteurs dans la diffusion d’une innovation apparaît également primordial. La contribution de Michaël Vincente montre ainsi l’influence que peuvent avoir des acteurs marginaux-sécants9, comme les développeurs informatiques professionnels, dans la diffusion des logiciels libres, innovation qui est, pour l’auteur, « davantage sociale et juridique que technique » (p. 56). Par un « débordement permanent » dans l’activité « entre plaisir et intérêt, entre loisir et profession » (p. 58), les développeurs contribuent au déploiement de ces logiciels, soit sous la forme d’un travail en perruque (en « volant », en quelque sorte, du temps de travail), soit en promouvant leur introduction dans les entreprises où ils sont employés, notamment lorsqu’ils sont confrontés à un problème technique particulier. La contribution de Valérie Billaudeau et Caroline Dewynter révèle, de son côté, la place centrale jouée par les acteurs publics (en l’occurrence un Conseil régional) dans le développement d’une plateforme en ligne dédiée à la promotion de l’économie sociale et solidaire. Enfin, l’article de Nicolas Chochoy évoque le rôle que peuvent avoir les chercheurs, lorsqu’ils sont positionnés entre le monde scientifique, la sphère marchande et l’action publique, dans la diffusion des innovations sociales, en l’occurrence en matière de « pratiques solidaires ».

  • 10 Lallement Michel, L’Âge du faire. Hacking, travail, anarchie, Paris, Seuil, 2015.

8Si ce dossier thématique sera certainement utile aux lecteurs investis, ou désireux de s’investir, dans des projets relevant du champ de l’innovation sociale, on regrettera cependant, sur le plan scientifique, que la notion ne soit pas réinscrite dans une analyse des reconfigurations en cours de l’État (au sens large, en incluant également les collectivités locales ou les agences), dont on peut faire l’hypothèse qu’elles influent directement, tant sur la capacité d’innovation des acteurs publics et privés, que sur l’opportunité, pour eux, de s’investir dans des processus à visée innovatrice. En outre, plus fondamentalement, on peut se demander, une fois achevée la lecture de ce dossier, si les innovations sociales existent réellement, en elles-mêmes, en dehors des stratégies des acteurs, publics ou privés, qui s’en saisissent à des fins de changement ou de légitimation – ce que la contribution de Mélanie Bourguignon et al. évoque d’ailleurs, lorsqu’elle souligne le fait que les innovations observées poursuivent toutes une « finalité normative spécifique » (p. 46). En outre, à la lecture de récents travaux comme, par exemple, ceux de Michel Lallement sur les hackerspaces californiens, il apparaît que toute innovation, quelle que soit sa nature, est toujours le produit d’un processus social situé10. Cela nous invite dès lors, au plan épistémique, à regarder avec une certaine distance les tentatives ici opérées de spécification du caractère « social » des innovations étudiées, au détriment d’une analyse de ce qu’elles peuvent révéler des formes contemporaines du changement social lui-même.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Hubert Agnès et al., Empowering people, driving change : Social innovation in the European Union, BEPA, Commission européenne, 2010.

2 La loi-cadre sur l’Economie sociale et solidaire n° 2014-856 du 31 juillet 2014 consacre son chapitre IV à l’innovation sociale et en propose une définition.

3 Richez-Battesti Nadine et al., « L’innovation sociale, une notion aux usages pluriels : quels enjeux et défis pour l’analyse ? », Innovations, n° 38, 2012, p. 15-36.

4 Elisabetta Bucolo et Laurent Fraisse sont chercheur-e-s au Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (Lise) du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam).

5 Pierre Moisset est sociologue-consultant indépendant en politiques sociales et familiales.

6 Hors dossier, les lecteurs trouveront également un intéressant retour d’expérience sur une intervention sociologique de longue durée au sein d’un organisme de logement social, ainsi que la première partie d’un texte sur la pratique de la sociologie au Cameroun.

7 Aldabert Evers a coordonné, entre 2010 et 2014, une étude dans vingt villes européennes, intitulée « Welfare Innovations at the Local Level in Favour of Cohesion », URL : http://www.wilcoproject.eu/.

8 À savoir, l’identification des acteurs dominants du processus (critère n° 1), le mode de diffusion de l’innovation (critère n° 2) et la finalité du processus de diffusion (critère n° 3).

9 Jamous Haroun, Sociologie de la décision. La réforme des études médicales et des structures hospitalières, Paris, Éditions du CNRS, 1969.

10 Lallement Michel, L’Âge du faire. Hacking, travail, anarchie, Paris, Seuil, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jordan Parisse, « Elisabetta Bucolo, Laurent Fraisse et Pierre Moisset (dir.), « Diffuser ou périr, les promesses de l’innovation sociale », Sociologies pratiques, n° 31, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 25 novembre 2015, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19570

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page