Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2015Pierre Muller, La société de l’ef...

Pierre Muller, La société de l’efficacité globale. Comment les sociétés modernes se pensent et agissent sur elles-mêmes

Johan Giry
La société de l'efficacité globale
Pierre Muller, La société de l'efficacité globale. Comment les sociétés modernes se pensent et agissent sur elles-mêmes, Paris, PUF, 2015, 224 p., ISBN : 978-2-13-065194-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Pierre Muller, Le technocrate et le paysan, Paris, Les Éditions ouvrières, 1984 ; Br (...)

1Le présent ouvrage de Pierre Muller s’inscrit dans la continuité de ses précédents travaux, pionniers en matière d’analyse des politiques publiques en France1. Il s’en distingue toutefois par le regard réflexif porté sur le modèle théorique développé depuis maintenant plus de trente ans et par le prolongement analytique qui lui est donné au vu des transformations récentes de l’action publique et des sociétés dans lesquelles elle prend place.

  • 2 Il convient de relever ici tout ce que cette problématique trouve d’écho dans la façon dont Bruno K (...)

2À une époque, celle des années 1980, où se développaient les approches localistes et interactionnistes en sociologie, Pierre Muller s’est efforcé de ne pas dissocier son souci de saisir au plus près les pratiques des acteurs de l’action publique et sa préoccupation d’explication globale du rapport entre État et société. Plus précisément, c’est en portant attention à ce que disent et font ces individus qu’il a cherché à préciser les façons successives dont l’État a assuré, à partir du milieu du XIXe siècle, sa fonction moderne de mise en ordre de la société via la fabrication de politiques publiques2. Cet ouvrage constitue en premier lieu une tentative d’approfondissement de cette problématique, présente en filigrane du modèle théorique et désormais classique des référentiels et du Rapport Global-Sectoriel (RGS).

  • 3 Patrick Champagne, Remi Lenoir, Franck Poupeau, Marie-Christine Rivière (dir.), Sur l’État. Cours a (...)
  • 4 Michel Foucault, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France. 1978-1979, Paris, Gallim (...)
  • 5 On retrouve ici le problème de la pensée des institutions (entre source de contraintes et vecteur d (...)

3Approfondie, cette problématique l’est tout d’abord en étant éprouvée dans une discussion des travaux de Pierre Bourdieu sur l’État3 et de Michel Foucault sur la gouvernementalité4. Si Pierre Muller reconnaît à ces deux auteurs d’avoir pensé, chacun à leur manière, l’État comme lieu de gestion de l’universel, c’est-à-dire de mise en ordre du monde par la production de structures cognitives pour le penser, il leur reproche de l’avoir ensuite rabattu sur une seule et unique entreprise de domination5. Partant, ils évacuaient la question, originelle si l’on peut dire, de savoir pourquoi les sociétés humaines modernes se trouvent condamnées à se penser, se dire et agir sur elles-mêmes. Et n’offraient guère de clefs heuristiques pour comprendre le paradoxe, pourtant central, selon lequel la domination des gouvernants est certes consubstantielle à la nécessité de réguler la fragmentation croissante des sociétés, mais n’en épuise pas pour autant la signification.

4Ce paradoxe, toujours selon Pierre Muller, émerge à un moment bien précis, le milieu du XIXe siècle, à partir duquel l’absorption de la société par le marché et sa progressive fragmentation en sphères d’activités distinctes va imposer aux sociétés de mettre en place des dispositifs autoréférentiels et autoréflexifs visant à préserver un minimum de cohésion sociale. Tout l’enjeu devient alors, pour l’État, d’articuler une vision globale et construite de la société, ne faisant appel à aucune autre référence qu’elle-même, avec des enjeux sectoriels aussi divers que l’agriculture, la pauvreté et l’industrie. On touche ici au cœur du rapport de nécessité unissant division du travail et État et au propre de sociétés modernes appelées à « construire une forme d’altérité par rapport à elles-mêmes » (p. 51). Le lieu de cette construction, ce sont les politiques publiques, à partir desquelles se pense le rapport entre le global et le sectoriel. En cela, c’est bien d’une théorie des transformations dans et de la gouvernementalité des sociétés modernes dont il s’agit ici (p. 115).

5Reste alors à savoir comment, historiquement et pratiquement parlant, les sociétés se distancient d’elles-mêmes et réalisent cette mise en adéquation du global et du sectoriel. À cet égard, Pierre Muller reprend la trame socio-historique construite au fil de ses recherches passées (et qui voyait se succéder État libéral-industriel, État-providence et État-entreprise) pour la réinscrire dans une modélisation dont nous nous contentons ici de rappeler quelques lignes de force. La gestion du RGS passe par la fabrication de politiques publiques et ses transformations prennent la forme d’une succession de cycles d’action publique. Chaque cycle renvoie à la constitution, à la stabilisation et au dépérissement d’une certaine configuration globale fixant la place et la fonction des politiques publiques dans le fonctionnement des sociétés (p. 75). Enfin, le passage d’un cycle à un autre s’explique par les décalages et les frictions entre quatre régimes de réflexivité, tout à la fois autonomes et liés d’un point de vue systémique, renvoyant chacun à un espace distinct de gouvernementalisation du monde (le monde de l’économie et du social, le monde global des relations internationales, le monde civique et le monde politique).

6Ceci dit, Pierre Muller prend soin de parer à certaines critiques déjà formulées à l’endroit de ses précédents travaux. Il insiste, en premier lieu, sur le fait qu’il n’y a là aucune action surplombante et désincarnée, réduite à sa part idéelle. Le passage d’un cycle à l’autre n’a d’autre existence que sociale et d’autre moteur que les acteurs. C’est, plus précisément, aux « médiateurs » que revient la charge d’articuler les différents régimes de réflexivité (dont les discordances produisent les crises systémiques), de sorte à établir leur cohérence systémique dans une « vision du monde » qu’il leur faudra publiciser, légitimer et imposer (p. 128 et suivantes). En deuxième lieu, l’auteur relève qu’il n’y a pas plus ici de contrainte inéluctable et d’absence de marges de manœuvre. Tout au contraire, chaque crise systémique constitue, tant au niveau global que sectoriel, autant d’occasions de voir se redistribuer les cartes (c’est-à-dire les ressources et les positions de pouvoir) de la prise en charge de l’autoréflexivité des sociétés. Et ces occasions diffèrent dans leur nature et leur portée en fonction, notamment, des secteurs et des sociétés considérés. Enfin, Pierre Muller écarte toute appréhension lisse et sans heurts de la dynamique dont il est question. Loin de se réduire à quelques soubresauts dans le ciel des idées, il insiste sur la part de violences auxquelles donnent le plus souvent lieu les passages d’un cycle à un autre. À chaque crise et conversion systémiques ses exclus, ses dominés, ses conflits et ses nouvelles inégalités (p. 129).

  • 6 Bruno Jobert (dir.), Le tournant néo-libéral en Europe. Idées et recettes dans les pratiques gouver (...)

7La force la plus notable du présent ouvrage, justement, réside sans doute dans l’analyse de ce qui semble être une nouvelle crise systémique de la configuration globale caractéristique du référentiel néolibéral6 et l’annonce d’un nouveau cycle, dénommé par l’auteur « cycle de la gouvernance globale ». Ses termes commencent à être connus aujourd’hui. L’on peut citer parmi eux l’accélération de la financiarisation de l’économie (révélée par la crise des subprimes à partir de 2007), l’interconnexion toujours plus forte du monde global grâce aux TIC, le terrorisme islamiste et la crise écologique. Chacun de ces éléments dénote une désectorisation croissante de « problèmes de plus en plus globaux et de plus en plus complexes parce que de plus en plus intersectoriels » (p. 103). Ceux-ci mettent plus que jamais à l’épreuve la possibilité, pour l’État, d’assurer la cohérence du global et du sectoriel, et cela tant au profit d’espaces locaux comme les régions que supranationaux comme l’Union européenne (dont on peut pourtant douter de la capacité à assurer cette fonction de gestion de l’universel : p. 192).

8Point central de la démonstration, cette difficulté croissante de l’État à mettre en ordre la société s’explique, toujours selon l’auteur, par le fait que sa capacité de globalisation était en grande partie soutenue par l’existence d’un territoire national (c’est-à-dire de valeurs, d’une histoire et d’un rapport à l’espace civique propres). C’est à partir de lui que l’État nationalisait le RGS, opération nécessaire si tant est que les dispositifs autoréflexifs et les fragmentations que l’on entendait réguler continuaient à s’inscrire et à pouvoir être ramenés à l’échelle nationale. Partant, l’on comprend mieux qu’affronté à des contraintes, à un agenda et à un environnement dont les horizons le dépassent largement (l’insécurité, la pollution, les migrations, le genre, etc.), l’État voit ses capacités autoréflexives remises en cause. Paradoxe de cette crise d’intelligibilité, c’est au moment où la capacité d’action sur le monde des politiques publiques est durement questionnée que la « nécessité » de penser le monde pour agir sur lui se fait la plus pressante.

  • 7 Jonction qui n’est pas sans rappeler la tentative de Luc Boltanski et Eve Chiapello d’esquisser les (...)

9Force est en effet de constater, toujours selon Pierre Muller, qu’« il n’y a pas de parole en France pour rendre légitime la nouvelle situation de contrainte/liberté qui s’ouvre avec le nouveau cycle, et la convertir en dispositif d’action publique » (p. 204). Face à ce constat et en fin d’ouvrage, l’auteur esquisse, à la jonction d’une observation et d’une prospective7, quelques pistes pour penser ce que pourrait être le référentiel global de ce cycle à-venir. Rappelons-en les principaux éléments pour terminer ce compte-rendu. Il note, d’une part, que celui-ci devrait tout à la fois tenir compte du fait que l’environnement s’est considérablement globalisé et qu’il est désormais indispensable de penser l’intersectionnalité des problèmes pour agir sur eux (d’où sa dénomination de « référentiel de l’efficacité globale » : p. 210). D’autre part, et lorsqu’il se pose la question des médiateurs susceptibles de s’imposer, Pierre Muller note que deux groupes de prétendants se font actuellement face. Les premiers, à l’image de Thomas Piketty, prônent le maintien des dispositifs du cycle précédent, rendu possible par leur adaptation au moyen d’amendements visant à parer les difficultés précédemment rencontrées (l’État social pourrait perdurer à condition d’une imposition du patrimoine à l’échelle européenne, voire mondiale). Les seconds, plus radicaux et plus conscients de la finitude du monde, remettent en question l’idée-même de croissance (pierre angulaire de l’accroissement de la réflexivité des sociétés industrielles sur elles-mêmes), au profit d’une autoréflexivité des sociétés non plus centrée « sur la transformation du monde mais sur sa nécessaire préservation » (p. 106).

10Faute d’une articulation de ces deux visions, l’État resterait (et reste pour l’heure) dépourvu des clefs heuristiques nécessaires à l’exercice de sa fonction de production de l’universel. Or, si la sphère politique n’est plus à même de mettre en ordre la société, d’opérer des arbitrages soumis à la condition démocratique moderne qui la constitue, d’autres acteurs s’essayeront à le faire pour elle et pour le pire.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Pierre Muller, Le technocrate et le paysan, Paris, Les Éditions ouvrières, 1984 ; Bruno Jobert et Pierre Muller, L’État en action. Politiques publiques et corporatisme, Paris, Presses Universitaires de France, 1987 ; Pierre Muller, Airbus : L’ambition européenne. Logique d’État, logique de marché, Paris, Harmattan, 1989.

2 Il convient de relever ici tout ce que cette problématique trouve d’écho dans la façon dont Bruno Karsenti repense le rapport entre philosophie et sciences sociales dans son ouvrage D’une philosophie à l’autre. Les sciences sociales et la politique des Modernes, Paris, Gallimard, 2013.

3 Patrick Champagne, Remi Lenoir, Franck Poupeau, Marie-Christine Rivière (dir.), Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992), Paris, Seuil, 2012 ; compte rendu de Jean Ferrette pour Lectures : https://lectures.revues.org/7823.

4 Michel Foucault, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France. 1978-1979, Paris, Gallimard/Seuil, 2004 ; Michel Foucault, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France. 1977-1978, Paris, Gallimard/Seuil, 2004.

5 On retrouve ici le problème de la pensée des institutions (entre source de contraintes et vecteur de sécurité sémantique) exposé par Luc Boltanski dans son De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation. Paris, Gallimard, 2009.

6 Bruno Jobert (dir.), Le tournant néo-libéral en Europe. Idées et recettes dans les pratiques gouvernementales, Paris, L’Harmattan, 1994.

7 Jonction qui n’est pas sans rappeler la tentative de Luc Boltanski et Eve Chiapello d’esquisser les traits de ce qu’ils entrevoyaient être une « cité par projets » et à propos de laquelle l’histoire présente semble leur avoir, au moins en partie, donné raison : Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johan Giry, « Pierre Muller, La société de l’efficacité globale. Comment les sociétés modernes se pensent et agissent sur elles-mêmes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 décembre 2015, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19624 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.19624

Haut de page

Rédacteur

Johan Giry

Doctorant en science politique au SAGE (Université de Strasbourg) et en STS au CIRST (Université du Québec à Montréal), travaillant sur l’impact des réformes de politiques scientifiques dans les champs de la sociologie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search