Navigation – Plan du site

Ewa Bogalska-Martin (dir.), Être Noir Au Brésil Aujourd'hui. Identités et mémoires en mutation

Mayada Magdy
Être Noir au Brésil aujourd'hui
Ewa Bogalska-Martin (dir.), Être Noir au Brésil aujourd'hui. Identités et mémoires en mutation, Paris, L'Harmattan, coll. « La Librairie des Humanités », 2015, 245 p., Préface de Mattoso Katia de Queiros, ISBN : 978-2-343-05345-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Eduardo de Assis Duarte, « Le bildungsroman afro-brésilien de Conceição Evaristo » (traduit par Wel (...)
  • 2 Les racines de ce concept remontent aux années 1930 avec les analyses du Gilberto Freyre. Il était (...)

1« Quand Ti-maître eut la certitude que le Noir pourrait apprendre, il cessa le jeu. Oui, le Noir apprenait ! », L’Histoire de Ponciá, Conceição Evaristo. En 2003, l’écrivaine brésilienne - Conceição Evaristo - a publié son roman qui porte sur le parcours de vie d’une petite-fille d’esclaves. Traduit en plusieurs langues, ce roman fait partie des œuvres stimulantes dans la littérature afrodescendante au Brésil1. Dans le champ académique, plusieurs chercheurs abordent la question raciale, et surtout dans les pays ayant connu un passé esclavagiste. C’est dans cette logique que l’atelier « Dynamiques et recompositions identitaires au Brésil » — au sein du programme Arcus-Rhône-Alpes — a donné naissance à l’ouvrage suivant qui s’intéresse à l’identité des Afro-brésiliens dans une société basée sur le concept de « démocratie raciale »2.

2« Être Noir (Blanc) comment ? Être Noir (Blanc) pour qui ? » (p. 18). C’est autour de ces deux interrogations que s’articulent les neuf chapitres de cet ouvrage. Dirigé par Ewa Bogalska-Martin, cet ouvrage collectif a pour objet d’esquisser un panorama sur la question raciale touchant les Afro-descendants au Brésil. Ainsi, des chercheurs en sociologie, anthropologie sociale, de même que des journalistes s’engagent à analyser le fait identitaire et mémoriel dans différents champs (la vie quotidienne, la santé publique, la religion et l’activité professionnelle). Divisé en trois parties, cet ouvrage s’intéresse avant tout à la mise en valeur de la mémoire des Afro-descendants dans un « pays de métissage » (p. 57), « un Brésil de fusion et de mélange » (p. 187). Ainsi, les auteurs ont réussi à montrer comment ce processus de mise en valeur s’est effectué à plusieurs niveaux. D’une part, ils analysent des politiques publiques mises en œuvre par les autorités publiques. D'autre part, ils présentent des démarches originales émanant de la population afro-descendante et, qui mettent en évidence la spécificité du contexte brésilien (comme le syncrétisme religieux et les carrières « Noires »).

3Afin d'entamer une analyse de ce processus dans une société métissée, les chercheurs ont proposé de mener une étude sociohistorique du passé esclavagiste brésilien. La question à souligner est, en effet, comment ce passé a-t-il contribué à la construction d'une identité afro-brésilienne ? Il s'avère intéressant d'insister davantage (comme c'est le cas dans la première partie du livre) sur les différentes étapes historiques qui ont jalonné la mise en œuvre des politiques publiques en faveur des Afro-descendants. Cette synthèse sociohistorique permet de problématiser le rapport entre la mémoire collective des Afro-Brésiliens et « l’histoire officielle » (p. 48). Ainsi, trois étapes ont été rappelées plusieurs fois à travers les différentes contributions. En 1824, ce fut l’adoption d’une Constitution accordant la liberté et l’égalité à tous les citoyens, sauf aux esclaves conçus comme « hors citoyenneté » (p. 21). En 1872, les Brésiliens ont été distingués les uns des autres en se basant sur leur couleur de peau ou leur race dans le premier recensement. Cette distinction demeure actuellement dans les statistiques brésiliennes, comme le confirme Ch. Vanhecke : « Aujourd’hui, les Brésiliens sont répartis dans les statistiques en cinq catégories : Blancs, Noirs, Métis, Indigènes et Jaunes » (p. 57). Plus tard, en 1888, les archives nationales sur la traite négrière ont été détruites par les pouvoirs publics, à la suite de la mise en fin du système d’esclavage au Brésil.

  • 3 Renaud Hourcade, Les ports négriers face à leur histoire. Politiques de mémoire à Nantes, Bordeaux (...)

4Le livre se penche sur l'analyse des politiques publiques dans le cadre de la sociologie de mémoire collective. Les autorités publiques, surtout sous l'impulsion des présidents Cardeso et Lula, ont mené des politiques intrinsèquement liées à la question raciale au Brésil. C’est dans cette perspective que les chercheurs ont tenté d'explorer comment ces politiques publiques – à la croisée de l'éducation, de l’histoire et de la santé publique – ont été consacrées à la valorisation des Afro-brésiliens soumis à un « double désavantage social » (p. 116). Cependant, ces politiques ont fait surgir une polémique sur l'émergence d'une discrimination positive, comme l'a montré l'analyse de Ch. Vanhecke sur les « quotas raciaux » (p. 72) : « Il deviendrait obligatoire, dans le Brésil de demain, de mentionner sa race ou sa couleur sur les documents nécessaires pour s’éduquer, se soigner, trouver un emploi, bénéficier de la sécurité sociale, etc. L’objectif ne serait plus seulement de favoriser la promotion sociale des Noirs, mais aussi de leur appliquer des politiques spécifiques pour tenir compte de leur génétique, de leur culture, de leur religion… » (p. 72). Une des contributions les plus stimulantes est celle de V. Nogueira Farias. Elle analyse les Actions Affirmatives (Politicas Afirmativas) prises par l’administration de Lula pour mettre en exergue la mémoire collective des Afro-descendants. Ainsi, les lois adoptées sur « l’introduction de l’Histoire et de la Culture de l’Afrique et des populations noires brésiliennes dans les programmes officiels de l’enseignement fondamental et moyen des écoles publiques et privées de tout le pays » (p. 85) pourraient être considérées comme des politiques mémorielles3 mises en place par les pouvoirs publics.

  • 4 Cette question converge avec l'analyse du Roger Bastide qui interroge la manière dont les Noirs au (...)

5Dans la deuxième partie de l’ouvrage, la question principale qui se pose est la suivante : comment les pratiques religieuses se tissent-elles en fonction du contexte urbain ?4 C’est dans cette ligne directrice que M. De Lourdes Siquera évoque quelques pratiques montrant l’aspect syncrétiste des Afro-Brésiliens. Ce « syncrétisme religieux » a été identifié comme le modèle de métissage culturel : « En s’opposant au modèle chrétien et en intégrant simultanément une partie de son imaginaire, les pratiques religieuses d’origine africaine vont donner naissance à une forme de religion originale, pur produit de la société locale » (p. 186).

6La dernière partie propose une analyse pertinente sur la question raciale au sein du milieu professionnel. En étudiant la trajectoire professionnelle du footballeur afro-brésilien Pelé, M. Raspaud met en lumière la manière dont se retraduit « la place du Noir dans la société brésilienne, les rapports entre Noirs et Blancs » (p. 198). Toujours dans la même voie, P. Jaime s’interroge sur « la dynamique des relations raciales » (p. 226) dans le monde d’entreprise, en analysant la trajectoire professionnelle des employés afro-descendants dans différentes entreprises (et surtout dans les banques brésiliennes).

  • 5 Dans ce contexte, on fait allusion aux travaux de Doug McAdam sur le militantisme et les mouvements (...)

7En effet, cet ouvrage ne se borne pas à explorer les différentes pistes théoriques d’études de la question raciale au Brésil. Il propose aux lecteurs plusieurs aspects méthodologiques : l’analyse des politiques publiques (tout au long des deux premières parties), des articles de presse (et surtout dans le troisième chapitre) et des entretiens biographiques individuels et collectifs (dans le deuxième et le dernier chapitre). Toutefois, le lecteur pourrait regretter de ne pas trouver plus d’analyse sur les féministes afro-descendantes dans les mouvements sociaux (qui sont brièvement citées dans le sixième chapitre). En outre, le lecteur pourrait attendre une analyse plus approfondie sur le mouvement protestataire des Afro-descendants et le parcours militant de ses membres5, qui sont brièvement esquissés dans les contributions.

Haut de page

Notes

1 Eduardo de Assis Duarte, « Le bildungsroman afro-brésilien de Conceição Evaristo » (traduit par Wellington Júnio Costa), Revista de Estudos Feministas, l’Université Fédérale de Santa Catarina – UFSC, 2006, vol. 14, n. 1, URL : http://www.anacaona.fr/wp-content/uploads/2015/03/Pr-Duarte_Afro-bresilianisme-de-Conceicao-Evaristo.pdf

2 Les racines de ce concept remontent aux années 1930 avec les analyses du Gilberto Freyre. Il était utilisé, tout d’abord dans un sens positif pour désigner une société fruit du multiculturalisme. Cependant, à partir des années 1950 et jusqu’aux années 1970, il a été l’objet de critique et de dénonciation. Ainsi, selon Sílvia Capanema P. de Almeida et Anaïs Fléchet, il renvoie « à l’idée de relations interethniques harmonieuses ou(…) de « paradis racial », formulée par les voyageurs européens au xixe siècle, la coexistence relativement pacifique entre Blancs, Noirs et Indiens étant présentée comme une conséquence du cours particulier de la colonisation portugaise », il désigne « également les tensions qui parcourent alors la société brésilienne comme le racisme, la permanence des structures hiérarchiques héritées du système colonial, ou le règlement de la question indienne ». Cf. Sílvia Capanema P. de Almeida et Anaïs Fléchet, « La « démocratie raciale » : expérience brésilienne, actualité latino-américaine ? Ve Congrès européen CEISAL latino-américanistes, Bruxelles, avril 2007 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Varia, 2007, URL : http://nuevomundo.revues.org/6540

Voir aussi : Christophe Brochier. « Le concept de " démocratie raciale" dans l’histoire actuelle brésilienne », Revue de Synthèse, Springer Verlag, 2014, vol. 135, n. 1, p. 21, URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01003509

3 Renaud Hourcade, Les ports négriers face à leur histoire. Politiques de mémoire à Nantes, Bordeaux et Liverpool, Editions Dalloz, 2014.

4 Cette question converge avec l'analyse du Roger Bastide qui interroge la manière dont les Noirs au Brésil négocient leurs différentes appartenances : ethnique et religieuse : « De la même façon, les Noirs n'ont pu reconstituer leur religion qu'en commençant d'abord par refaçonner l'espace où ils étaient appelés désormais à vivre. Ce n'est que lorsqu'ils ont pu refaire leur village africain que les souvenirs ont pu remonter des profondeurs de la mémoire collective » (p. 25). Cf. Roger Bastide, « Mémoire collective et sociologie du bricolage », L’Année sociologique, vol. 21, 1970, p. 65-108.

5 Dans ce contexte, on fait allusion aux travaux de Doug McAdam sur le militantisme et les mouvements sociaux des Noirs aux Etats Unis, et surtout l'ouvrage suivant : Doug McAdam, Political Process and the Development of Black Insurgency 1930-1970, University of Chicago Press, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mayada Magdy, « Ewa Bogalska-Martin (dir.), Être Noir Au Brésil Aujourd'hui. Identités et mémoires en mutation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 07 décembre 2015, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19642

Haut de page

Rédacteur

Mayada Magdy

Doctorante en Science Politique (ISP/Labex Les Passés dans le Présent), Université Paris Ouest Nanterre la Défense

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page