Navigation – Plan du site

Isabelle Sacareau, Benjamin Taunay et Emmanuelle Peyvel, La mondialisation du tourisme. Les nouvelles frontières d’une pratique

Mame Salah Mbaye
La mondialisation du tourisme
Isabelle Sacareau, Benjamin Taunay, Emmanuelle Peyvel (dir.), La mondialisation du tourisme. Les nouvelles frontières d'une pratique, Presses universitaires de Rennes, coll. « Espace et Territoires », 2015, 264 p., ISBN : 978-2-7535-4065-1.
Haut de page

Texte intégral

1Est-il possible, pour notre temps, d’opérer une rupture avec la vision européanocentrée du tourisme ? Peut-on parler, aujourd’hui, de nouveaux foyers touristiques en soustrayant les sociétés européennes et nord-américaines qui ont longtemps été essentiellement les seules à faire le tourisme ? À ces questions, le regard ici porté est fondamentalement décentré. Mais de quels touristes s’agit-il dans ces pays qualifiés d « émergents » ? Comment des « pauvres » pourraient-ils voyager pour se distraire alors qu’ils peinent à assurer leur propre subsistance ? Quels sont les modèles des pratiques touristiques ? Ces pratiques touristiques se développent-elles sous le signe de filiations, d’apprentissages et de différenciations ? En s’appuyant sur les imaginaires touristiques et les pratiques observables sur les différents terrains, cet ouvrage collectif invite (dans ses trois parties et onze chapitres) les géographes, les historiens et les sociologues à s’intéresser aux populations qui sont depuis longtemps laissées en marge de la mondialisation touristique.

  • 1 SINGH S. (ed.) (2009), Domestic Tourism in Asia, Diversity and Divergence, London, Earthcan.

2De l’Amérique latine à l’Asie, du Moyen-Orient à une partie de l’Afrique, il est important pour alimenter la réflexion sur ce qu’est le tourisme de s’intéresser, de façon privilégiée, aux populations qui accèdent au tourisme ou qui renouent avec lui, à leurs pratiques et au sens qu’ils donnent à leurs déplacements à l’intérieur de leur pays. Car force est de reconnaître que le tourisme est aujourd’hui d’abord l’affaire des résidents au sein de leur espace national, en particulier dans les pays d’Asie (Singh, 2009)1 et d’Amérique Latine (Nathalie Raymond, 1999), même si les conditions de vie de larges segments de populations font en sorte que leurs priorités dans bien des cas aillent à la « survie ».

3Dans cette perspective, la pratique du tourisme, dans ces nouveaux foyers n’est pas seulement dominée par les élites au sein de leur espace national. Elle concerne aussi les populations de la classe moyenne et celles qualifiées de modestes (en Amérique Latine par exemple, Nathalie Raymond). La mondialisation du tourisme s’opère aussi au niveau diasporique, en Inde et en Algérie (Jennifer Bidet, Anthony Goreau) par lesquels les descendants d’immigrés venus de la diaspora, en quête de leur « terre d’origine » et/ou « ancestrale », créent et maintiennent des liens avec leur « terre d’origine » (Jennifer Bidet, Anthony Goreau). Deux formes de tourisme complexes semblent converger mais diffèrent aussi bien dans leurs trajectoires que dans leurs pratiques.

  • 2 CAZES G. (1989), Les nouvelles colonies de vacances ? Le tourisme international à la conquête du Ti (...)

4C’est en ce sens que dans la première partie de l’ouvrage, les auteurs sont invités à qualifier la notion de touriste, à discuter sur les situations concrètes de mobilités touristiques (post-migratoires et diasporiques), à penser une terminologie pour qualifier ces nouvelles frontières, à définir les phénomènes observés, mais aussi à classer statistiquement les populations issues de ces nouveaux foyers touristiques et qui reviennent dans leur « terre ancestrale » (Jennifer Bidet). Voilà tout un ensemble de difficultés que rencontrent les pratiques de recherches actuelles dans le champ du tourisme. Car longtemps, le « tourisme domestique » dans les pays du Sud a été ignoré ou sous-estimé2 (Cazes, 1989). De ce fait, les cinq continents visités à travers la diversité des terrains montrent bien combien le tourisme, en tant que pratique mais aussi concept, est apparu selon des temporalités différentes. Ainsi la question est-elle de savoir ce qu’est le fait touristique dans ces pays qui accèdent au tourisme.

5Au milieu de ces flux, la deuxième partie de l’ouvrage offre un éclairage sur la diversité des pratiques touristiques, entre permanences et nouveautés et aux modèles auxquels elles se réfèrent (Benjamin Taunay et Philipe Violier). Dans le contexte asiatique d’une tradition « pré-touristique » établie, les pratiques récréatives ou religieuses sont greffées à une offre touristique contemporaine comme c’est le cas au Japon, en Chine et en Inde (Sylvie Guichard-Anguis). Dans la mesure où le Japon est un pays au sein duquel les déplacements sont nombreux et anciens, la pratique du tourisme n’apparaît pas comme un fait nouveau. Par conséquent, la mondialisation du tourisme s’opère dans les sociétés inégalement mobiles, ou ré-accédant depuis peu à la liberté de circulation (cas de la Chine, du Vietnam et de la Russie ici étudiés).

6Il s’agit de pratiques qu’on qualifierait d’apprentissage au tourisme ou bien qui en seraient une forme, c’est-à-dire des « visites aux parents et amis » ou le « pèlerinage », comme c’est le cas en Inde. Ces apprentissages sont aussi le fait des États qui pensent et organisent les politiques touristiques mises en œuvre, soit pour optimiser l’impact touristique dans les classes populaires, soit pour assurer une coprésence de toutes les classes sociales dans les lieux (Emmanuelle Peyvel, le cas du Viet Nam socialiste). À ce titre, Caroline Blondy met en lumière les hybridations, voire imitations de pratiques développées dans la dynamique des lieux partagés par les touristes de la société locale polynésienne, les expatriés et les touristes étrangers. Ceci afin de montrer l’émergence et la diffusion du tourisme en Polynésie française favorisées par la présence coloniale.

7Dans un contexte qualifié de post-guerre froide, de postcolonial ou de postapartheid, la troisième partie de cet ouvrage nous amène sur des terres quasi inconnues de la carte internationale du tourisme, et incite à réfléchir sur les dynamiques réelles engendrées par le tourisme, son histoire et sa place dans la mondialisation. La réflexion menée naît du désir de visiter l’intérieur de ces pays qui accèdent au tourisme en portant en eux un regard nouveau sur la singularité des pratiques touristiques locales et interrégionales grâce à l’approche de la mondialisation.

8Si certaines pratiques touristiques internationales semblent intangibles, d’autres se recomposent et s’adaptent à de nouveaux foyers comme c’est le cas des croisières en Chine analysées par Véronique Mondou. Les expériences pour repenser le tourisme de manière participative à l’échelle locale à partir de la recomposition territoriale et la mainmise de l’Etat dans le développement touristique sont également au cœur du texte d’Ekaterina Jourdain, traitant du redéploiement du tourisme intérieur russe dans la région du Caucase du Nord. Dans un pays comme l’Afrique du Sud, le tourisme est la branche dynamique du pays et repose principalement sur le balnéaire. En effet au lendemain de la période apartheid, Fabrice Folio décrypte à Durban le développement d’un tourisme de masse à la fin des années 1990, qui contribue à faire du littoral Sud-africain un espace convoité par les couches sociales de la nation « arc-en-ciel » même si la conquête des lieux reste dominée par les populations blanches.

9Au-delà de la diversité des terrains ici étudiés, l’intérêt de cet ouvrage est sa pluridisciplinarité et le foisonnement de méthodes mobilisées (entretien biographique, récits de vie, questionnaire, observation etc.). Les thématiques ici abordées concernent des ancrages disciplinaires variés (géographie, sociologie, histoire). De ce fait, la pluralité des méthodes de collecte a permis d’avoir des dispositifs d’observations plus diversifiés, de croiser les éclairages, de multiplier les informations, de renforcer les possibilités de comparaison et d’objectivation mais aussi de poser la question du rapprochement des méthodes en sciences sociales. Ces bénéfices étant d’autant mieux assurés que chaque méthode est développée et approfondie dans la logique qui lui est spécifique.

10Enfin c’est sous l’angle de la diversité des régions étudiées et des filiations mobilitaires que les auteurs ont tenté d’éclairer les notions et les pratiques du tourisme dans les nouveaux foyers, en opérant une rupture avec la vision européanocentrée de ladite activité. Les recherches menées ont apporté une connaissance des spécificités du modèle touristique des pays du « tiers-monde » et nous renseignent sur les particularités de l’évolution du tourisme mondial dans le cadre d’une mondialisation des modes de vie. Qui plus est, cette publication si bien ciselée pose des questions de mobilités, de loisirs, de classes sociales etc., dans les sociétés « pauvres », que l’on a longtemps mises de côté, peut-être parce qu’elles sont jugées trop complexes.

Haut de page

Notes

1 SINGH S. (ed.) (2009), Domestic Tourism in Asia, Diversity and Divergence, London, Earthcan.

2 CAZES G. (1989), Les nouvelles colonies de vacances ? Le tourisme international à la conquête du Tiers-Monde, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mame Salah Mbaye, « Isabelle Sacareau, Benjamin Taunay et Emmanuelle Peyvel, La mondialisation du tourisme. Les nouvelles frontières d’une pratique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 09 décembre 2015, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19660

Haut de page

Rédacteur

Mame Salah Mbaye

Doctorant en sociologie et anthropologie à l’Université de Franche Comté, membre du LASA (Laboratoire de Sociologie et Anthropologie), mes travaux portent sur les mobilités touristiques africaines en Afrique en particulier sur le tourisme des Sénégalais à l’intérieur de leur pays dans le cadre d’une mondialisation des modes de vie liée au salariat et aux pratiques du tourisme

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page