Navigation – Plan du site

Philippe Marguerat, Banques et grande industrie

Guillaume Arnould
Banques et grande industrie
Philippe Marguerat, Banques et grande industrie. France, Grande-Bretagne, Allemagne 1880-1930, Les Presses de Sciences Po, coll. « Mission historique Banque FR », 2015, 420 p., ISBN : 9782724617801.
Haut de page

Texte intégral

1En abordant la question du financement des systèmes industriels européens à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, Philippe Marguerat nous livre un nouvel éclairage de la seconde révolution industrielle. Dans ce contexte de mutations économiques, où l’électrotechnique et la production de charbon et d’acier sont les activités innovantes et motrices, l’auteur explore la relation entre les banques et les entreprises industrielles, qui vise à répondre aux importants besoins en capitaux de ces secteurs. L’analyse des situations de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne et de la France entre 1880 et 1930 montre que chaque pays a connu une trajectoire particulière, avec des différences marquées tant dans les stratégies des entreprises industrielles que dans les modalités de financement par les banques, les structures de marché, etc. L’approche retenue dans Banques et grande industrie vise ainsi à questionner l’historiographie économique de la deuxième révolution industrielle, résumant la problématique du système bancaire le plus adapté à la croissance au succès du « modèle » allemand sur le modèle anglais.

  • 1 Jean Bouvier, Le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.
  • 2 Eric Bussière, Paribas, l’Europe et le monde. 1872-1992, Bruxelles, Fonds Mercator, 1992.
  • 3 Hubert Bonin, Histoire de la Société Générale, Genève, Droz, 2006.

2La grande qualité de ce livre est de mobiliser de manière parfaitement logique un ensemble de connaissances généralement cloisonnées. L’histoire économique des banques est une spécialité qui croise nécessairement plusieurs disciplines. Prolongeant les analyses désormais classiques d’auteurs tels que Jean Bouvier (Crédit Lyonnais1), Eric Bussière (Paribas2) ou Hubert Bonin (Société Générale3), En bon historien, Philippe Marguerat nous plonge dans les archives bancaires du Crédit Lyonnais ou de la Banque de France ainsi que dans les annuaires financiers et répertoires statistiques. Mais sa réflexion prend également appui sur l’économie (théories économiques, économétrie), sur la comptabilité et la finance (bilan des entreprises, indicateurs de rentabilité) et finalement sur l’histoire des entreprises (la « business history ») pour expliquer et comprendre les imbrications entre les stratégies industrielles et leurs modes de financement.

3D’un point de vue méthodologique, la volonté de l’auteur de livrer une histoire comparée rencontre plusieurs obstacles. Il s’agit tout d’abord de cibler les entreprises réellement concernées par la problématique : les grandes entreprises industrielles les plus capitalistiques. Il faut ensuite exposer les divers statuts existants dans l’activité bancaire : banques de dépôt, banques d’affaires, banques d’investissement, types d’interventions sur les marchés financiers. Philippe Marguerat confronte ainsi en permanence le bilan des banques et des entreprises pour cerner les interactions entre elles. Cela nécessite un lourd travail de reconstitution d’indicateurs financiers facilitant la comparaison (taux de rentabilité), qui tienne compte de pratiques et de législations comptables variées mais également parfois de l’absence de données fiables, dispersées dans les archives d’entreprises. Au fil de l’ouvrage, nous suivons ainsi les principales entreprises du charbon-acier, de la mécanique lourde, de l’électrotechnique ou de la chimie de base, en Grande-Bretagne, en Allemagne et en France, d’une manière globale et cohérente puisque l’auteur met en perspective leur développement (choix de modes de production, implantation sur les marchés nationaux et internationaux) et leurs relations avec les banques (demandes de financement, participation aux instances de décision).

4De cette synthèse, il ressort bien que les systèmes financiers jouent un rôle important dans la croissance économique. Les trois pays étudiés sont organisés selon des modèles distincts qui ont eu des implications différentes pour les acteurs économiques concernés. Le modèle britannique est ainsi caractérisé par l’existence d’entreprises industrielles principalement financées par des capitaux à charge fixe, où les apporteurs de capitaux obtiennent donc, en principe, une rémunération garantie. C’est une contrainte qui ne favorise pas l’investissement productif risqué propre à la révolution industrielle de la fin du XIXe siècle. Cela découle du fait que l’épargne collectée par les banques de dépôt ne vise pas à financer les acteurs de la seconde révolution industrielle mais plutôt des investissements à l’étranger (l’impérialisme anglais en multiplie les opportunités). Bien qu’en pratique les banques offrent des financements de long terme aux sociétés industrielles, les liens entre acteurs financiers et entreprises sont faibles et ces dernières ne bénéficient pas du financement nécessaire pour s’organiser de manière efficace et compétitive (économies d’échelle et concentration verticale). Les profits des entreprises industrielles les plus capitalistiques se réduisent en tendance sur la période étudiée et la concurrence étrangère domine.

5La modèle allemand s’oppose presque caricaturalement à celui de la Grande-Bretagne. Les grandes entreprises y bénéficient d’un financement externe massif par les marchés financiers, à l’initiative des banques qui mobilisent l’épargne en dépôt. Les banques prennent des positions dans les instances de direction des sociétés industrielles et sont parties prenantes des stratégies élaborées. Leur connaissance des firmes est ainsi très poussée et aboutit à la constitution d’acteurs économiques de grande taille, bénéficiant de la baisse des coûts de production, grâce aux économies d’échelle, et d’une maîtrise de leurs cycles de production, par le biais de l’intégration verticale des fournisseurs et des distributeurs. L’Allemagne apparaît ainsi comme le pays ayant adopté les institutions économiques les plus adaptées à la deuxième révolution industrielle.

6Le modèle français permet de mieux comprendre l’opposition idéal-typique entre la Grande-Bretagne et l’Allemagne. Sur le marché national, les entreprises françaises recourent principalement à l’autofinancement. Les banques participent au financement externe mais plutôt par le biais d’instruments de court ou moyen terme (escompte), sans prise de participation dans les organes de direction des firmes. Dès lors, les entreprises se développent plus qu’en Angleterre mais de manière moins poussée qu’en Allemagne, du fait d’une mobilisation moins massive des capitaux. Sur le marché international, les banques sont beaucoup plus actives mais suivent le plus souvent une logique spéculative. Les grandes banques d’affaires accompagnent des stratégies d’investissement direct à l’étranger (principalement en Russie) dans l’optique de revendre rapidement leurs parts avec une plus-value. Ainsi, les opérations se traduisent rarement par une amélioration de la compétitivité des acteurs français puisque leurs besoins de financement de long terme ne sont pas suffisamment satisfaits pour permettre d’améliorer leur organisation industrielle. Que ce soit en termes de rentabilité ou de coûts de production, la France se situe à mi-chemin de l’Allemagne et de la Grande Bretagne.

7Au final, Philippe Marguerat propose une analyse nuancée du rôle du système financier sur la croissance économique. S’il n’existe pas un modèle de relation entre banque et industrie qui soit plus efficace par nature, il y a bien un ensemble de liens et de pratiques concrètes qui se sont avérés favorables au développement de grandes entreprises ayant de forts besoins en capitaux, dans ce contexte historique de la première mondialisation.

Haut de page

Notes

1 Jean Bouvier, Le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.

2 Eric Bussière, Paribas, l’Europe et le monde. 1872-1992, Bruxelles, Fonds Mercator, 1992.

3 Hubert Bonin, Histoire de la Société Générale, Genève, Droz, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Philippe Marguerat, Banques et grande industrie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 10 décembre 2015, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19663

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique régional, académie de Strasbourg.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page