Navigation – Plan du site

Joëlle Zask, Introduction à John Dewey

Lionel Francou
Introduction à John Dewey
Joëlle Zask, Introduction à John Dewey, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2015, 128 p., ISBN : 9782707183194.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Albert Ogien, Sandra Laugier, Le principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique(...)

1Alors que la démocratie fait plus que jamais l’actualité, que ce soit par ses soubresauts et ses doutes récents ou par le renouvellement simultané des formes d’action collective qui s’en réclament1, cet ouvrage qui vise à présenter les thèses de cet important penseur de la démocratie qu’est John Dewey arrive au moment le plus opportun. C’est là un exercice délicat que de présenter en à peine une centaine de pages les travaux d’un philosophe majeur, d’autant plus lorsque ses idées ont été formulées à une autre époque (de la fin du XIXsiècle à la moitié du XXe) et dans un autre espace sociopolitique et linguistique.

  • 2 Joëlle Zask a notamment traduit John Dewey, Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010, 336 (...)
  • 3 Joëlle Zask, Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation, Lormont, Le Bord d (...)
  • 4 Joëlle Zask, Outdoor Art. La sculpture et ses lieux, Paris, La Découverte, 2013, 237 p. Compte rend (...)

2L’auteure de ce « Repères », Joëlle Zask, est sans doute particulièrement bien placée pour introduire le lecteur aux travaux de Dewey tout en lui expliquant les éléments de contexte nécessaires à leur compréhension (qu’il s’agisse des réalités de la société états-unienne de l’époque ou de la configuration du débat d’idées qui s’y déroulait). En effet, traductrice de plusieurs ouvrages de Dewey en français2, elle en a une connaissance assez complète et documentée. Philosophe travaillant sur le pragmatisme, la participation3 et l’art4, elle invite dans cet ouvrage à (re)découvrir la philosophie sociale de Dewey qui reste assez peu connue en France. L’auteure a choisi de la présenter « dans le contexte de son élaboration » (p. 5) plutôt que de se centrer sur le nombre croissant de recherches en sciences sociales qui, depuis le début des années 2000, s’en inspirent. Si elle évoque ces dernières, elle n’en présente ni n’en approfondit les apports. Elle fait par contre la part belle à des extraits de textes de Dewey et s’appuie sur une large bibliographie, à la fois francophone et anglo-saxonne.

3L’ouvrage est divisé en cinq chapitres. Dans le premier, l’auteure explique que, pour Dewey, la philosophie sociale n’a pas pour rôle de révéler des dominations qui s’imposent aux individus. À distance d’une approche téléologique, elle cherche à « modifier les attitudes » (p. 10) des individus afin de rendre possible la prise en main de leur destin et de renforcer la démocratie. Les individus sont susceptibles de transformer la réalité sociale, à condition cependant de disposer des « moyens nécessaires » (p. 10), d’où, aux yeux du philosophe, le rôle important joué, notamment, par l’école, les sciences sociales et la philosophie pour aider les individus à s’en doter. Il leur revient en effet d’« identifier par eux-mêmes les troubles dont ils pâtissent » (p. 21), étape inévitable pour pouvoir provoquer un changement. Les citoyens peuvent donc – et doivent – s’engager dans la voie d’un processus de critique qui est un « moyen de libération » (p. 18) leur permettant d’influencer le fonctionnement et les évolutions de la société et de faire exister la démocratie.

4Dans le deuxième chapitre (« Critique de la philosophie politique »), Joëlle Zask explique que, critique du dévoiement du libéralisme, Dewey a placé « la restauration d’un libéralisme radical et démocratique » (p. 27) au cœur de ses travaux et de son engagement dans la société (en effet, il était sur tous les fronts, loin de l’image de l’intellectuel reclus dans sa tour d’ivoire). Pour lui, « les institutions politiques sont aussi bien une cause qu’un effet des individualités réellement existantes » (p. 30). En effet, les individus ont un rôle important à jouer, en tant qu’êtres créatifs et singuliers. Dewey insiste également sur le fait que la pluralité est un préalable indispensable à l’existence d’une société.

5Le troisième chapitre s’intéresse à la notion d’« expérience », centrale dans l’« expérimentalisme » de Dewey, et qu’il envisage au sens d’« un processus à dérouler, […] un échange fructueux entre la théorie et la pratique » (p. 40) réalisé par l’individu. Cette expérience est composée de deux phases intimement liées entre elles : l’une est plus passive, amenant l’individu à subir les évènements, tandis que l’autre est plus active et le place en position pour agir. Elle est aussi « continue », ce qui signifie qu’elle est à chaque fois remobilisée dans les expériences futures et participe d’une certaine connaissance du monde. Si la société est « le produit d’actions individuelles conjointes et au moins partiellement créatrices » (p. 39), les individus peuvent agir dans les limites d’un « éventail de possibilités » sans pour autant être socialement déterminés. La démarche cognitive de l’« enquête » amène à la formation d’un objet particulier, lui donne ses traits, en s’appuyant pour ce faire sur l’expérience, individuelle et collective : « knowing is doing » (p. 55).

6Dans « L’enquête sociale », le quatrième chapitre, l’auteure s’attarde sur l’« utilité sociale » et le rôle « pratique » et « politique » que jouent les sciences sociales aux yeux de Dewey. L’enquête sociale doit reconnaître les « dysfonctionnements sociaux majeurs » (p. 71) et tenter d’y proposer une alternative. Il est dès lors impossible pour le chercheur de se réfugier dans une quelconque neutralité à distance des situations étudiées. En effet, « enquêter et transformer la réalité sociale sont une seule et même chose » (p. 87) ; le chercheur doit, en quelque sorte, promouvoir la démocratie et n’est pas en mesure d’étudier la réalité sans porter sur elle un regard dénué de jugements de valeurs et de conceptions de ce que serait la situation idéale pour remplacer la situation problématique étudiée.

7Enfin, dans « L’organisation démocratique du public », Joëlle Zask explique que, pour Dewey, des « processus de politisation » et de constitution de problèmes publics se produisent et passent par la formation de publics. Elle rappelle d’abord la distinction qu’il fait entre ce qui relève du « privé » et du « public » (qui se produit lorsque des personnes extérieures à une action sont fortement atteintes par ses conséquences). Pour Dewey, la démocratie doit permettre « un gouvernement par le peuple » (p. 100), le mieux à même de déterminer les décisions les plus adaptées à ses besoins. Les compétences nécessaires aux individus pour ainsi se positionner s’acquièrent par l’expérience et se renforcent progressivement, ce qui nécessite à la fois une éducation initiale et la possibilité de permettre à chacun d’accumuler les expériences démocratiques. Aux yeux de nombreux penseurs contemporains de Dewey qui se montraient très critiques vis-à-vis de l’incompétence supposée des citoyens, ce dernier était on ne peut plus « marginal » de par sa volonté farouche de leur reconnaître des qualités dans la gestion des affaires publiques.

8Si cette introduction arrive à présenter utilement et assez clairement les idées principales de Dewey, elle risque néanmoins de s’avérer assez hermétique pour d’éventuels lecteurs novices, parce qu’elle implique des connaissances préalables et est assez peu ancrée dans des exemples concrets issus de la réalité sociale. Des descriptions plus nombreuses de recherches mobilisant ses travaux pour décrire et comprendre la réalité sociale auraient permis de rendre cette introduction plus facile d’accès, mais le format impose évidemment des sacrifices et il faut saluer le fait que l’auteure a réussi à présenter les éléments principaux de l’approche deweyenne tout en donnant une cohérence d’ensemble à son texte. À approfondir dans un prochain livre, donnant une place plus importante aux applications et aux questionnements qui ont sont à l’œuvre depuis une quinzaine d’années autour des pistes lancées par ce penseur original ?

Haut de page

Notes

1 Albert Ogien, Sandra Laugier, Le principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique. Paris, La Découverte, 2014, 282 p. Compte rendu paru sur Lectures : https://lectures.revues.org/15987.

2 Joëlle Zask a notamment traduit John Dewey, Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010, 336 p. et John Dewey, Expérience et nature, Paris, Gallimard, 2012, 478 p.

3 Joëlle Zask, Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation, Lormont, Le Bord de l’Eau, 2011, 326 p. Compte rendu paru sur Lectures : https://lectures.revues.org/8055.

4 Joëlle Zask, Outdoor Art. La sculpture et ses lieux, Paris, La Découverte, 2013, 237 p. Compte rendu paru sur Lectures : http://lectures.revues.org/10866.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Joëlle Zask, Introduction à John Dewey », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 17 décembre 2015, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19702

Haut de page

Rédacteur

Lionel Francou

Doctorant en sociologie au CriDIS (Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité), Université catholique de Louvain. Membre du comité de rédaction d’Émulations et de Lectures, ainsi que du comité de lecture d’Urbanités. Boursier Anticipate (Innoviris).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page