Navigation – Plan du site

Aldon D. Morris, The Scholar Denied : W.E.B. Du Bois and the birth of modern sociology

Héloïse Thomas
The Scholar Denied
Aldon D. Morris, The Scholar Denied. W.E.B. Du Bois and the Birth of Modern Sociology, Oakland, University of California Press, 2015, 282 p., ISBN : 9780520276352.
Haut de page

Texte intégral

1Grâce à son œuvre critique et littéraire et à son militantisme dans les mouvements de libération des Noirs, le nom de W.E.B. Du Bois est devenu incontournable au sein des Black ou African-American Studies aux États-Unis. Cependant, il est bien moins souvent rattaché au domaine de la sociologie moderne américaine, discipline qu’il a pourtant largement contribué à fonder. Cet écart peut s’expliquer par deux facteurs : d’une part le racisme dans la recherche et l’enseignement supérieur, qui a largement minimisé, ignoré, ou dissimulé les apports critiques d’universitaires noirs ; d’autre part, les rivalités et conflits entre les figures de proue des communautés raciales. Ainsi, si l’héritage de Du Bois en sociologie a été aussi longtemps ignoré, c’est bien sûr à cause de la marginalisation de son travail par des intellectuels blancs, mais aussi à cause de la pression exercée par des figures du mouvement conservateur noir américain pour rendre son travail invisible. L’étude d’Aldon D. Morris permet de rétablir le véritable rôle séminal de Du Bois dans l’histoire de la discipline, et les conséquences ne sont donc pas des moindres, puisqu’il s’agit de réévaluer les fondements théoriques et méthodologiques de la sociologie scientifique aux États-Unis.

2Les deux premiers chapitres explorent la place et le rôle du concept de race dans la sociologie américaine, ainsi que la manière dont Du Bois a fait de ce concept une des clefs de voûte de son développement théorique. Morris retrace ainsi la naissance de la sociologie américaine, qu’il situe dans la dernière décennie du dix-neuvième siècle, dans le sillage de l’émancipation des esclaves noirs. Le statut de ces derniers, nouvellement « libres », était une question épineuse, et la population et les politiciens blancs étaient, en grande majorité, récalcitrants à l’idée de leur accorder la citoyenneté à part entière. La collusion entre le développement du capitalisme, en particulier dans le Nord qui s’est industrialisé à très grande vitesse, et les répercussions de l’émancipation ont fait naître dans le pays un schéma économique et politique, le régime Jim Crow, où la population noire s’est à nouveau retrouvée exploitée et marginalisée. Dans ce contexte historique du début du vingtième siècle, Morris confronte les deux figures qui se sont positionnées en tête de file dans les mouvements politiques et cercles universitaires noirs, Booker T. Washington et Du Bois.

3Washington est né esclave sur une plantation en Virginie, a travaillé dans les mines et en usine depuis son émancipation à l’âge de neuf ans, et est rapidement devenu une figure appréciée des Blancs de l’époque car il ne menace pas l’ordre social établi : il prône l’éducation industrielle et l’acquisition de compétences en travail manuel pour que les Noirs puissent s’émanciper sur le plan économique et leur conseille d’éviter les combats politiques pour la justice sociale. À l’inverse, Du Bois a grandi dans une famille de Noirs libres du Nord des États-Unis et s’est très rapidement orienté vers des études intellectuelles : il estimait que son rôle militant dans les cercles noirs passait d’abord par le domaine de la culture et des idées. La différence entre les deux hommes est donc profondément ancrée dans leur héritage, leur milieu social et leur éducation, ce qui a ainsi permis à Washington de rejeter Du Bois en le présentant comme un intellectuel du Nord sans aucun sens des réalités, qui ne pouvait rien comprendre aux problèmes auxquels les Noirs pauvres du Sud faisaient face.

4Quand bien même Washington se posait en défenseur de la cause noire, et a pu notamment asseoir sa légitimité dans les cercles intellectuels en établissant l’université de Tuskegee, son but était d’améliorer la condition noire sans pour autant démanteler le racisme systémique américain qui la restreignait. Du Bois, en revanche, a centré dès le début ses pratiques sociologiques autour du racisme, et a fini par fonder sa propre école de pensée en sciences sociales à Atlanta : Morris nous présente son organisation, son cadre théorique et ses méthodologiques spécifiques et montre que cette école a notamment permis l’implantation durable de la sociologie dans les universités du Sud des États-Unis. De là, Morris expose les relations particulières entre Booker T. Washington, Du Bois, et Robert Park, qui était basé à l’école de Chicago. Park était blanc et Washington est noir, mais au-delà de la frontière raciale, leurs intérêts convergeaient et ils ont cherché de manière tout à fait délibérée à marginaliser Du Bois. Cette alliance conservatrice a notamment permis à Park d’imposer sa sociologie raciale, largement basée sur un déterminisme biologique évolutionnaire, dans le discours dominant. Par cette triangulaire, Morris expose les conséquences des rapports entre le monde universitaire et intellectuel et le pouvoir politique et économique, le premier étant soumis au second malgré une prétention à l’indépendance du savoir par rapport à la sphère politique. Les méthodes de Du Bois ne sont pas pour autant complètement passées inaperçues à son époque, en dépit des efforts de Park et Washington : c’est notamment en intégrant la pensée de Du Bois à sa propre pratique que Weber a pu considérablement l’enrichir et se rapprocher de pluralisme culturel.

  • 1 Un junior college aux États-Unis est une institution d’enseignement supérieur où les formations dur (...)

5Morris conclut en s’interrogeant sur les forces qui façonnent les écoles de pensée et impactent leurs trajectoires : en partant de l’exemple de celle d’Atlanta, il souligne à quel point ces écoles sont influencées autant par des questions purement intellectuelles que par des problématiques sociétales, politiques et économiques. Des chercheurs majeurs peuvent être effacés des manuels d’histoire Les disciplines en sciences sociales subissent directement les conséquences d’un système raciste (sans compter d’autres types de discrimination en matière de genre, sexualité, classe, etc.) car un petit groupe de personnes contrôle le discours dominant et empêche la reconnaissance des inégalités et l’expression d’une pluralité de voix. Afin de souligner les répercussions visibles d’un tel verrouillage de la recherche, Morris retrace brièvement dans la préface son propre parcours, depuis le Mississippi rural jusqu’aux ghettos noirs de Chicago, et de ses années en junior college1 jusqu’à l’obtention de son doctorat et de ses premières années en tant que professeur assistant. Il met ainsi au jour d’une part l’importance et la résonance qu’a pu avoir Du Bois dans les mouvements de droits civiques des années soixante et soixante-dix, et d’autre part, la pauvreté de l’état de la recherche actuelle en ce qui concerne le sociologue. On comprend ainsi facilement la motivation qui anime cette étude de grande ampleur : restituer sa place d’honneur à un penseur qui a non seulement contribué de manière majeure au fondement d’une discipline entière mais aussi replacé les questions raciales au cœur des débats de cette discipline, afin d’empêcher la normalisation des discours blancs. Bien des décennies après, Morris cherche donc à réaffirmer la pertinence des travaux de W.E.B. Du Bois et à désenclaver les sciences sociales et humaines.

Haut de page

Notes

1 Un junior college aux États-Unis est une institution d’enseignement supérieur où les formations durent deux ans (contre quatre dans la plupart des autres universités) et ont une forte vocation professionnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Héloïse Thomas, « Aldon D. Morris, The Scholar Denied : W.E.B. Du Bois and the birth of modern sociology », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 17 décembre 2015, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19703

Haut de page

Rédacteur

Héloïse Thomas

Écrivaine, traductrice et critique littéraire sous le pseudonyme d’AK Afferez. Normalienne et agrégée d’anglais, elle effectue des recherches sur la littérature des femmes et des minorités aux États-Unis.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page