Navigation – Plan du site

Stathis Kouvélakis, La Grèce, Syriza et l’Europe néolibérale, Entretiens avec Alexis Cukier

Christophe Premat
La Grèce, Syriza et l'Europe néolibérale
Stathis Kouvélakis, La Grèce, Syriza et l'Europe néolibérale. Entretiens avec Alexis Cukier, Paris, La Dispute, 2015, 213 p., ISBN : 978-2-84303-262-2.
Haut de page

Texte intégral

1Les éditions La Dispute sont un lieu d’expression pour la gauche intellectuelle critique, elles présentent depuis leur création en 1997 des œuvres de sciences sociales permettant de penser les cadres d’une émancipation sociale. L’année 2015 va s’achever, elle a été notamment marquée par la Grèce qui a élu une majorité anti-austéritaire au début de l’année (Syriza) et qui a très rapidement été confrontée aux injonctions européennes sur les réformes structurelles à mener. Stathis Kouvélakis est un philosophe grec francophone, membre du Comité central de Syriza et figure éminente de la Plateforme de gauche regroupant plusieurs composantes de la gauche grecque communiste et radicale. Alexis Cukier a récemment soutenu une thèse en France sur le thème « Pouvoir et empathie. Philosophie sociale, psychologie et théorie politique ». Son travail porte notamment sur la critique de l’aliénation et la promotion d’un marxisme pragmatique pour penser l’exercice démocratique du pouvoir. La Grèce offre un terrain idéal pour comprendre les mécanismes d’une aliénation sociale rendue possible par la domination des institutions européennes.

2Ce livre se compose d’entretiens entre Alexis Cukier et Stathis Kouvélakis permettant d’activer un dialogue constructif sur les espoirs et l’échec de l’expérience Syriza en Grèce. Une chronologie précise des événements politiques grecs vient compléter la retranscription de ces entretiens qui donnent une appréciation dynamique de la confrontation politique entre la Grèce et l’Union européenne. Ils offrent également l’opportunité de revenir sur la chronologie de cette année 2015 qui a conduit, selon Stathis Kouvélakis, au naufrage de Syriza et à la défaite de la Grèce face aux institutions européennes avec l’accord du 13 juin dernier. Syriza est d’abord un mouvement, une coalition anticapitaliste prenant acte des impasses des partis politiques au pouvoir depuis des décennies. Syriza est l’héritier des mouvements sociaux des années 1960 et a été créé en 2004 comme alliance électorale de plusieurs organisations : Synaspismós (coalition de la gauche de progrès), le parti communiste grec (KKE) et plusieurs mouvements trotskystes et maoïstes. Cette alliance d’organisations de gauche radicale a donné naissance au parti Syriza en 2012 qui a conquis le pouvoir en 2015 et qui ressemble au profil du Front de gauche en France. Kouvélakis revient sur les composantes de ce parti et notamment le rôle de la « plateforme de gauche » regroupant au sein de Syriza toutes les organisations de gauche radicale (Kouvélakis, 32-33). L’auteur compare à plusieurs reprises l’arrivée de Syriza au pouvoir avec le moment chilien de 1973 lorsque Salvador Allende était aux commandes. Syriza a gagné les élections, le parti disposant d’une autonomie par rapport au gouvernement avec un effet bottom-up : la base influence la direction et s’en distingue.

3La thèse de l’auteur est claire : la Grèce constitue l’un des rares pays à pouvoir se soulever contre le diktat des politiques néolibérales de Bruxelles pour affirmer sa souveraineté nationale. La question de la dette grecque est en réalité une manière d’imposer cet ordre par la contrainte à un pays entier. Si on regarde l’évolution de la construction européenne, Kouvélakis montre à juste titre que certains pays sont dans une position « subalterne » et qu’il y a une situation à plusieurs vitesses avec des pays dirigeants et de pays exécutants. « La construction de l’Union européenne a conduit, dans la périphérie sud de l’Europe, non seulement au surendettement et au creusement des inégalités avec les pays du centre européen, mais aussi à transformer ces pays en pièges pour migrants, pièges qui permettent de gérer les "flux migratoires" – comme on dit maintenant -, en "protégeant" physiquement les pays du centre de l’Europe » (Kouvélakis, 75). Les crises européennes de cette année ont révélé la fragilité de cette subalternité : l’équilibre européen n’existe plus, il privilégie un contrôle de l’Union européenne par les pays du centre.

4Ce contrôle est exercé par le biais de réformes structurelles.Dans le même temps, l’ordre néolibéral impose une austérité grâce à une monnaie unique. L’accord du 20 février amis en avant les faiblesses de Syriza qui avait été pourtant élu sur la promesse de mettre fin aux politiques d’austérité. La « troïka » (Banque centrale, le Fonds monétaire international et la Commission européenne) ont gagné la partie face au gouvernement grec qui pensait négocier sur la dette et parallèlement appliquer le programme de Thessalonique (Kouvélakis, 91). « Les institutions européennes ne sont pas des "partenaires" (terme quine cesse d’être rabâché dans les médias grecs mais aussi malheureusement par Syriza), ce sont des adversaires » (Kouvélakis, 94). En d’autres termes, la politique de Syriza doit être d’assumer ce rapport de forces avec les institutions européennes. Le gouvernement d’Alexis Tsipras s’est progressivement incliné devant le diktat des institutions européennes et internationales alors qu’il pouvait incarner une résistance. La ligne idéologique de l’ouvrage est très claire : Syriza aurait pu être une poche nationale de résistance susceptible d’influencer d’autres pays dans une situation similaire.La menace de la sortie de l’euro ne doit pas être utilisée comme un argument de contrainte pour que la Grèce accepte de s’adapter à cette forte demande néolibérale. Selon l’auteur, Syriza a échoué avec l’acceptation des mémorandums même s’il reconnaît au gouvernement d’avoir tenté d’infléchir les positions européennes. Le 14 août 2015, le Parlement grec a accepté le troisième mémorandum. Le discours d’Alexis Tsipras à Thessalonique le 13 septembre 2014 réclamant un New Deal, est devenu lettre morte puisque le rapport de force politique a été perdu. Syriza s’est coupé d’une partie de sa base et est condamné par le fait qu’il n’a plus aucune marge de manœuvre, sa crédibilité politique étant assez faible. Si la vision politique de ce texte peut être discutée, il a le mérite de détailler la brièveté d’une expérience politique où un gouvernement légitime aurait pu entamer une confrontation utile avec les institutions européennes pour proposer une alternative politique et sociale. Syriza va-t-il rejoindre le cimetière des expériences néokeynésiennes avortées ? Pour l’auteur, l’échec ne doit pas masquer la volonté de transformation sociale qui demeure intacte et attend d’autres opportunités de résistance politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Premat, « Stathis Kouvélakis, La Grèce, Syriza et l’Europe néolibérale, Entretiens avec Alexis Cukier », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 18 décembre 2015, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19711

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page