Navigation – Plan du site

Lola Gonzalez-Quijano, Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisirs à Paris au XIXe siècle

Pierre-Louis Buzzi
Capitale de l’amour
Lola Gonzalez-Quijano, Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisirs à Paris au XIXe siècle, Paris, Vendémiaire, coll. « Chroniques », 2015, 256 p., ISBN : 978-2-36358-167-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lola Gonzalez-Quijano, Filles publiques et femmes galantes : des sexualités légitimes et illégitime (...)

1Issu de sa thèse soutenue à l’EHESS sur la prostitution parisienne1, et basé sur de nombreuses et diverses sources (littérature de l’époque, guides touristiques, archives de la préfecture de police, romans, mémoires, journaux, etc.), l’ouvrage de Lola Gonzalez-Quijano porte un regard original sur le phénomène prostitutionnel à Paris au XIXe siècle en proposant un état des lieux où s’exerce cette prostitution. La diversité des sources permet à l’auteur de décrire avec une vitalité certaine son sujet en l’agrémentant d’anecdotes et de détails, de rappeler la diversité des personnages impliqués dans ces scandales du monde galant, entre les prostituées, leurs clients, ceux qui tentent de limiter le fléau et ceux qui en profitent, et de souligner la diversité des « lieux de plaisirs ». Cette typologie des espaces prostitutionnels est par ailleurs complétée par deux cartes en fin de volume.

  • 2 Clyde Plumauzille, « Le « marché aux putains » : économies sexuelles et dynamiques spatiales du Pal (...)

2Lola Gonzalez-Quijano réussit ainsi dans cet ouvrage à aborder une même problématique sous plusieurs angles, faisant aussi bien le lien entre une histoire sociale et une histoire urbaine. Car en effet, l’apport majeur de l’ouvrage de L. Gonzalez-Quijano réside dans la lecture spatiale de la prostitution parisienne au XIXe siècle, s’inscrivant ainsi dans la continuité avec de nouveaux travaux2. Loin de se cantonner à une histoire sociale de la prostitution, de la fille publique anonyme qui est obligée de se prostituer pour survivre dans la misère à la courtisane, l’auteur aborde la problématique avec les méthodes de la microstoria. La lecture en est facilitée par le découpage de l’ouvrage en une dizaine de petits chapitres. L’auteur met ainsi brillamment en lien l’évolution de la pratique prostitutionnelle avec l’évolution urbaine de la capitale, notamment avec les travaux sous la Monarchie de Juillet et surtout ceux du baron Haussmann.

3Le premier chapitre revient sur « la disparition des rues chaudes du Paris médiéval » (p. 13) du fait des travaux de modernisation de la capitale sous la Monarchie de Juillet, et surtout avec les travaux d’Haussmann. L. Gonzalez-Quijano commence par établir une typologie des lieux de prostitution à Paris, sur la rive droite et la rive gauche, et affirme que si les travaux de modernisation bouleversent les espaces prostitutionnels, ils ne les détruisent pas pour autant, du moins, pas partout. En effet, si les travaux haussmanniens entraînent, et c’est perçu comme tel par les contemporains, la disparition de lieux traditionnels de la prostitution parisienne, comme dans le centre de la capitale, ils entraînent aussi un déplacement de cette prostitution. L’auteur revient ensuite sur la journée parisienne sous le prisme de la prostitution, avec les premiers clients dès trois heures du matin, parmi lesquels figurent par exemples les travailleurs des Halles et les paysans qui viennent livrer leurs marchandises, et en révèle des détails intéressants : ces travailleurs, pouvant recevoir leur salaire sous forme alimentaire, les filles acceptent d’être payées en nature (choux, carottes…).

  • 3 Nathalie Buchet Roger, Fictions du scandale. Corps féminin et réalisme romanesque au dix-neuvième s (...)
  • 4 Érica-Marie Benabou, La prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle, Perrin, Paris, 1987, (...)

4L’ouvrage détaille ensuite l’évolution de la prostitution et surtout son étalement dans la ville, dans des espaces divers et variés. Les travaux haussmanniens transformant le tissu urbain, conduisent nombre de filles publiques à déplacer leurs tristes activités3. La prostitution évolue aussi avec le développement de la surveillance hygiéniste et des maisons de tolérance, destinées à combattre la syphilis et autres maladies, ainsi qu’à contenir la prostitution dans des espaces limités. Ces maisons de tolérance se caractérisent aussi par une grande diversité entre elles, tant au niveau de leur clientèle (les tolérances en périphérie accueillent des clients issus de classes plus populaires que celles en centre-ville), que dans leurs « prestations » ou leurs aménagements. Ainsi, si celles en périphérie possèdent un débit de boisson et des salons de réception, celles du centre de Paris n’en disposent pas mais visent sur un mobilier plus soigné et des chambres plus modernes. Mais l’auteur rappelle le déclin des maisons closes : « entre les premières années du Second Empire et l’orée de la Première Guerre mondiale, la capitale voit nombre de ses maisons closes fermer, au total les trois quarts d’entre elles » (p. 39). Ce déclin des tolérances, qui n’est pas nouveau car comme l’a observé Erica-Marie Benabou « un éparpillement en une multiplicité de petits foyers de prostitution » s’observe à partir dès 17754, accompagne en fait une hausse de la fréquentation des maisons de rendez-vous qui échappent souvent à la police. Ces « maisons de rendez-vous diffèrent des maisons de tolérance en ce qu’elles n’occupent pas l’intégralité d’un bâtiment » (p. 51). Rien ne les indique. Ainsi, autre différence avec la maison de tolérance, les filles travaillant dans ces maisons de rendez-vous n’y sont pas pensionnaires et n’attendent donc pas à demi-nues les clients. Ces espaces n’ont cependant pas le monopole des lieux prostitutionnels : des prostituées exercent ainsi dans des hôtels garnis, ces derniers étant présents dans l’ensemble de la capitale. Il s’agit de chambres meublées louées à la passe et qui accueillent des prostituées qui résident à proximité comme le remarque Lola Gonzalez-Quijano.

5L’auteur met en évidence le rapport entre la prostitution et les lieux de divertissements comme le café. Introduisant la problématique en rappelant que si les débits de boisson sont à la campagne des lieux où l’on boit ensemble, en ville, on ne se mélange pas. Lola Gonzalez-Quijano étudie les débits selon les clientèles qui les fréquentent. Elle revient en détail sur les cafés fréquentés par les bourgeois sur les grands boulevards, « intouchables » pour les forces de l’ordre car ils sont uniquement des lieux de racolage et de rencontres : « les filles arpentent le trottoir, s’asseyent à une terrasse, retournent se pavaner devant es consommateurs attablés, entrent dans un autre établissement, en ressort avec un client, partent au bal, etc. » (p. 117). Autres espaces de divertissements, les restaurants sont aussi fréquentés par des femmes galantes, et ce sont bien souvent les serveurs qui endossent le rôle d’intermédiaires et d’entremetteurs. Les restaurateurs profitent encouragent même cette nouvelle prostitution car les repas pris avec celles que l’on appelle les soupeuses, ont pris la plupart du temps dans les cabines privées, où les tarifs sont deux fois plus chers que dans la salle. Il faut attendre le siècle suivant pour que, par la féminisation de la clientèle, la fréquentation de ces restaurants par les femmes galantes s’arrête. Les théâtres font également partie des « lieux de plaisirs » qu’évoque l’auteur, rappelant par exemple qu’au XIXe siècle, les éclairages des salles restant allumés durant toute la représentation, les femmes galantes viennent pour se faire voir, « le spectacle social étant tout aussi important que le spectacle scénique » (p. 152). Mais cette présence de prostituées fâche quelques personnalités qui veillent à féminiser le public des salles afin « de garantir la « pureté morale » des lieux » (p. 153). Mais en plus des femmes galantes qui assistent aux représentations, les théâtres abritent un certain nombre d’autres femmes qui se prostituent, telles les actrices également parfois désignées comme des femmes vénales, obligées de se prostituer pour payer les charges au théâtre ainsi que leurs costumes. Enfin, le monde du divertissement se prolonge dans d’autres lieux du spectacle (bals, café-concert, music-hall, Folies-Bergères…), qui n’échappent pas au triste commerce charnel, leurs tenanciers en tirant bien des profits financiers.

6Enfin, dans un dernier chapitre, l’auteur développe la question du « tourisme sexuel » (p. 189), révélant par exemple l’existence de guides à l’usage exclusif des hommes qui mettent l’accent sur les lieux fréquentés par les femmes galantes. Lola Gonzalez-Quijano affirme également que parmi la clientèle de ces dernières, les clients étrangers sont très recherchés : « généralement venus pour une courte période à Paris (…) et peu au fait des prix et des tarifs normalement pratiqués, ils font espérer des gains élevés, voire une ascension inespérée » (p. 197).

7L’ouvrage de Lola Gonzalez-Quijano, riche de nombreuses notes, met en évidence le fait que la diminution du nombre de maisons closes dans la capitale parisienne ne signifie pas une baisse de la demande et de l’activité prostitutionnelles, mais « une évolution et une réorganisation de leurs formes » (p. 206). La hausse du nombre de filles soumises travaillant hors maison, la tolérance envers le catalogue des perversités proposées des bordels de luxe, l’officialisation des maisons de rendez-vous, sont autant d’indices qui appuient la conclusion de l’auteur. L’auteur dresse le tableau de la prostitution à Paris à l’aube de la Première Guerre mondiale, touchant à la fois à l’histoire du tourisme et des divertissements, l’histoire de la ville et de son aménagement, et l’histoire sociale, en particulier celle des femmes. Les évolutions des pratiques prostitutionnelles mettent ainsi en avant une regrettable commercialisation du corps de la femme, comme un autre bien. L’impression qui ressort de l’ouvrage est d’une certaine forme d’invasion de la ville par le fléau prostitutionnel, la prostitution étant visible et particulièrement intégrée au tissu urbain, et l’on peut dès lors tout légitimement se demander, si une ville comme Paris, véritable capitale de la prostitution et d’autres choses regrettables comme l’adultère, mérite d’être appelée « capitale de l’amour »…

Haut de page

Notes

1 Lola Gonzalez-Quijano, Filles publiques et femmes galantes : des sexualités légitimes et illégitimes à l’intérieur des espaces sociaux et géographiques parisiens (1851-1914), Thèse d’histoire sous la direction de Renata Ago et de Maurizio Gribaudi, EHESS et Università degli Studi di Napoli, 2012.

2 Clyde Plumauzille, « Le « marché aux putains » : économies sexuelles et dynamiques spatiales du Palais-Royal dans le Paris révolutionnaire », Genre, sexualité & société [En ligne], 10 | Automne 2013, mis en ligne le 01 décembre 2013. URL : http://gss.revues.org/2943.

3 Nathalie Buchet Roger, Fictions du scandale. Corps féminin et réalisme romanesque au dix-neuvième siècle, Purdue University Press, Indiana, 1998, p. 91.

4 Érica-Marie Benabou, La prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle, Perrin, Paris, 1987, p. 265.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Louis Buzzi, « Lola Gonzalez-Quijano, Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisirs à Paris au XIXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 19 décembre 2015, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19712

Haut de page

Rédacteur

Pierre-Louis Buzzi

Professeur d’histoire-géographie dans le secondaire.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page