Navigation – Plan du site

Thomas Guénolé, Les jeunes de banlieue mangent-ils les enfants ?

Eric Keslassy
Les jeunes de banlieue mangent-ils les enfants ?
Thomas Guénolé, Les jeunes de banlieue mangent-ils les enfants ?, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Pour mieux comprendre », 2015, 2016 p., ISBN : 9782356874177.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le 25 novembre 2015, au cours d’une séance de questions au gouvernement, en réponse à une interpell (...)

1Au moment où une vague de critiques déferle contre les sciences sociales en général et la sociologie en particulier, il n’est pas du tout certain que cet ouvrage permette d’y voir plus clair et de réhabiliter les approches scientifiques. Alors que certains politiques – comme le Premier ministre – attaquent la sociologie au motif qu’elle permettrait de développer une « culture de l’excuse »1, il semble impératif de renforcer le cadrage scientifique de ses études, notamment lorsqu’il s’agit d’étudier la question sensible des quartiers populaires. Or, bien au contraire, l’essai de Thomas Guénolé montre toutes les failles qui peuvent susciter un tel discours de défiance à l’égard de la recherche en sciences sociales.

2Le préfacier de Les jeunes de banlieue mangent-ils des enfants ?, Emmanuel Todd, commence d’ailleurs par expliquer que « depuis janvier 2015, les médias dominants français sont en guerre ouverte avec les sciences sociales. » (p. 7) Mais plutôt que d’en tirer la conclusion qu’il est absolument nécessaire de se montrer irréprochable lorsqu’on présente une thèse sociologique, il considère que Thomas Guénolé qui « a décidé de vivre entre la science politique et le journalisme » « échappe à la double irresponsabilité » en travaillant à la fois dans « le présent et ses crises » – comme les journalistes – et en délivrant une « perception sociologique et statistique des phénomènes et de leur détermination. » (p. 8). En fait, après avoir lu ce livre, on ne peut que relever le manque de rigueur de l’auteur, ce qui empêche clairement de prendre au sérieux ses réflexions. Plutôt que de lutter contre la « représentation délirante du jeune de banlieue » (p. 9) à l’origine d’une « balianophobie », le lecteur se voit dépeindre une représentation idyllique et angélique de la vie en banlieue – sans que celle-ci soit réellement appuyée par les faits ou une véritable enquête de terrain. Thomas Guénolé tire de quelques lectures, d’un nombre réduit de visites en banlieue et de conversations improvisées avec des « jeunes de banlieue », des généralités sur un sujet si important pour l’avenir de la société française qu’il aurait mérité un travail analytique bien plus robuste. Au fond, on peut se demander si ce livre ne sert pas à remplacer des préjugés par d’autres préjugés, de substituer une vision positive (mais très largement incomplète) à une vision dépréciative (qui n’est pas juste non plus).

  • 2 Je me permets de renvoyer le lecteur à ma récente note De l’antisémitisme en France (Institut Dider (...)

3Signalons tout de même que Thomas Guénolé n’a pu faire autrement que de conclure que l’antisémitisme « existe » « et qu’il est significativement présent » parmi les « jeunes de banlieue » (p. 109). Un constat très difficile à accepter de l’aveu-même de l’auteur mais qui, selon lui, ne peut aucunement être étayé par des enquêtes sociologiques. Si bien qu’il ne livre pas de quantification précise du fait antisémite dans les banlieues. Pourtant, des études existent…2 Mais faute de les avoir consultées, Thomas Guénolé se contente de rapides généralités et de traiter longuement l’impact d’Alain Soral et de Dieudonné au sein des banlieues. S’il ne fait aucun doute que ces deux « gourous » jouent un rôle néfaste, il y a également des facteurs plus profonds qu’il aurait fallu analyser très longuement : sans être exhaustif, on peut citer le rôle de la colonisation, l’héritage historique de la vision négative des Juifs qui est très répandue dans les pays arabes ou encore, le statut controversé des Juifs dans le Coran.

4Ainsi, alors que l’objectif initial de ce livre est à la fois louable et absolument nécessaire dans la période actuelle – combattre les préjugés qui se sont développés à l’égard des « jeunes de banlieue » dans la population française –, la faiblesse du travail de Thomas Guénolé dessert malheureusement son ambition et décrédibilise son propos. Il n’est pas du tout évident de pouvoir combattre la « balianophie » – définie par l’auteur comme « un mélange de peur et de haine envers le ‘‘jeune-de-banlieue’’«  (p. 13) – à l’aide d’une étude si peu fouillée, qui de surcroît contient des erreurs. Par exemple, le programme de Convention d’éducation prioritaire mis en place par Richard Descoings pour permettre de diversifier socialement ses effectifs est présenté comme l’application de « quotas de discrimination positive » (p. 30). Cette procédure ne s’est jamais appuyée sur le moindre quota et ne mobilise que des critères territoriaux et socio-économiques pour en désigner les bénéficiaires potentiels.

5Bien sûr, l’ouvrage de Thomas Guénolé a le mérite de rappeler que les « jeunes de banlieue » se heurtent à des difficultés d’une ampleur particulière comme le chômage ou la ségrégation scolaire, et qu’il est donc beaucoup plus difficile de gravir les marches de l’échelle sociale en venant des quartiers populaires. Il n’est pas inutile de revenir sur ces questions aujourd’hui. De même, la dénonciation du racisme qui existe dans notre pays s’appuie sur des bases relativement solides et prend un tour intéressant lorsque l’auteur explique à juste titre que les banlieues sont « ethniquement » bien plus diverses qu’on le croit. Mais d’une façon assez incompréhensible le fait qu’il se développe quelques chose qui a à voir avec du « racisme anti-blanc » est complètement passé sous silence. Pas un mot. Pourtant, l’auteur prend parfois le temps de s’arrêter sur des phénomènes extrêmement marginaux (suivant ses propres termes). Et l’idée que certains « jeunes de banlieue » de nationalité française ne se sentent pas Français est tout simplement nié… En fait, d’une façon générale, Thomas Guénolé a une forte tendance à minimiser les problèmes endogènes aux banlieues pour s’arrêter sur les responsabilités exogènes (qu’il ne s’agirait pas pour autant de considérer comme peu importantes). La responsabilité des « jeunes de banlieue » dans leurs trajectoires aurait également pu être analysée beaucoup plus en profondeur. La place de l’Islam dans les quartiers populaires pouvait aussi être présentée avec bien plus de prudence : s’il est évident et doit être rappelé que tous les « jeunes de banlieue » ne sont pas des islamistes intégristes, prétendre – sans réellement le démontrer – que la « désislamisation » des banlieues est en route (p. 165) pose au minimum question. Ainsi, en voulant dénoncer à juste titre les généralisations abusives et négatives sur les « jeunes de banlieue », Thomas Gunénolé occulte – plus ou moins volontairement – des phénomènes réels qui l’obligeraient à nuancer son propos.

6Un dernier exemple : dans un chapitre intitulé « Petite anthologie des poètes du béton » (p. 173-197), l’auteur nous explique sur une demi-page sa volonté de réhabiliter le rap. Puis sur 23 pages, des paroles extraites de différents titres relevant de cette musique. Conclusion : il n’y a plus rien à ajouter, comme si la « recension parle d’elle-même ». Tout est dit.

Haut de page

Notes

1 Le 25 novembre 2015, au cours d’une séance de questions au gouvernement, en réponse à une interpellation de Jérôme Chartier, député Les Républicains, qui expliquait ressentir de la « rage » "celles et ceux que j'entends qui cherchent des excuses aux terroristes" à l'origine des attentats du 13 novembre, Manuel Valls a répondu qu’« aucune excuse sociale, sociologique et culturelle » ne devait être recherchée au terrorisme. Faut-il ici préciser que la sociologie cherche à comprendre une réalité sociale et en aucun cas la « justifier ».

2 Je me permets de renvoyer le lecteur à ma récente note De l’antisémitisme en France (Institut Diderot, 2015) qui fait référence à de nombreuses enquêtes sociologiques sur le sujet. Cette note est disponible à :http://www.institutdiderot.fr/de-lantisemitisme-2/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Thomas Guénolé, Les jeunes de banlieue mangent-ils les enfants ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 19 décembre 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19713

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page